Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 12:51

Nos voisins ont dit adieu à l'Europe. Accordons-leur qu'ils étaient très partagés : les vieux, tenant à leur indépendance, les jeunes mettant tous leurs espoirs dans l'Europe. Les vieux, les rances l'ont emporté. Sniff ! Une erreur monumentale : l'avenir d'un pays réside dans sa jeunesse.

Que va--t-il se passer après ce coup de tonnerre ? Ma foi, je n'en sais fichtre rien. Est-ce un avertissement sur le devenir (de plus en plus hypothétique) de l'union sacrée ? Après les anglais, qui va prendre la porte ? Car c'est bien la première idée qui vient. L'Europe est mal perçue par l'ensemble de ses ressortissants. Ressortissants qui sont bien contents de passer les frontières sans être harcelés par les douaniers, qui n'ont plus besoin de changer de monnaie, plus besoin de passeports, bref, toutes ces tracasseries odieuses qui empêchent de tourner en rond comme on veut. Cela permet en outre de vivre ici et de travailler là-bas. Une liberté appréciable pour les globe-trotters impénitents.

L'europe va-t-elle s'effondrer ? Là encore, on n'en sait rien. Soyons optimistes : en cinquante ans, on n'a mis en commun que la politique agricole, le marché commun et l'euro. Pardon, j'oubliais le plus important : l'Europe vit en paix. Et ça, ça n'a pas de prix. C'est cette paix qui a permis de supprimer les frontières. Pas mal pour un continent qui a connu des périodes franchement noires (les deux guerres du 20ème siècle) : nos ennemis d'hier sont aujourd'hui des alliés très proches, avec lesquels on partage tout ou presque.

Est-ce que l'absence des anglais changera quelque chose à l'axe franco-allemand ? Bonne question, mais sans réponse. Sauf que cet axe est appelé à se renforcer car ce sont nos deux pays qui ont oeuvré pour que nos états s'unissent et fraternisent.

Alors, cette rupture entre les îles anglaises et nous, est-ce la fin d'un monde ? Ou bien une ouverture ? Ne mettons pas la charrue avant les boeufs, soyons patients : chi vivrà, vedrà !

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Politique
commenter cet article
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 12:39

Ils ont plutôt bien joué au gouvernement : le référendum n'était que partiel. Pas besoin d'être très grand clerc pour deviner que le oui l'emporterait. Limiter ledit référendum à une seule partie du territoire a été une manœuvre dont les dés étaient pipés. Depuis cinquante ans, cette région veut son aéroport. Pourquoi faire puisqu'il en existe déjà un dont le trafic surprend par sa médiocrité.

On peut résumer cette affaire à un marché de dupes. Lorsque Ayrault a quitté son poste de 1er ministre, l'affaire était enterrée. Mais voilà, il est revenu à un poste enviable et voilà que le référendum lui accorde sa part de rêve. On nous prend vraiment pour plus demeurés que nous ne le sommes.

Ce référendum aurait dû être national ou ne pas être. Joué finement ? Oh que non ! D'une balourdise crasse plutôt. Qui pourrait être berné par cette affaire ? A moins d'être un débile, une tronche lessivée, un siphonné du cerveau, un mal baisé intellectuel, je ne vois pas.

Le jour où les élus sauront être sincères (et ce n'est pas pour demain), considérer réellement les citoyens comme responsables (même après-demain ce ne sera pas le cas), se dévouer au pays (dans les petites communes, ils le sont, mais pas dans les villes moyennes ou importantes), on sera en droit d'espérer du changement. Mais en attendant un jour qui ne viendra jamais, nous serons toujours bernés. C'est ça le pouvoir.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Duperie
commenter cet article
10 juin 2016 5 10 /06 /juin /2016 00:06

Coup de sonnette à la porte. Il est presque 20 h. L'heure de passer à table. Qui diable cela peut-il être ? Je jette un œil, aperçois deux jeunes filles, demande ce qu'elles veulent. Leur réponse est plus qu'inattendue : elles se sont engagées dans le mouvement macronien. Oui, vous avez bien compris, ce porte à porte est le fait de ce monsieur.

J'aurais pu céder à cette sollicitation d'un genre nouveau, mais mon estomac criait famine (je n'avais pas mangé à midi), j'ai donc renvoyé les deux demoiselles qui n'ont pas insisté.

1) Comment est organisé cette séquence interrogationnelle ? Les questionneurs doivent-ils insister ou bien respecter le refus en s'excusant ? 2) Ont-ils un questionnaire-type ou bien doivent-ils inciter les sondés à parler à cœur ouvert ?

Je regrette presque de n'avoir pas ouvert ma porte, cela aurait satisfait ma curiosité. Car, c'est vrai, envoyer des jeunes demander le témoignage de la pensée personnelle des individus est une démarche peu commune. Vraisemblablement, il eut été pertinent d'accueillir ces deux jeunes, ce qui m'aurait permis - peut-être - de comprendre le but véritable de ce sondage nouvelle formule. Car il s'agit bien de cela : apprendre ce que pense la population pour en tirer des conclusions ou continuer comme si de rien n'était. Cela n'a rien d'anodin. N'est-ce pas contraire à l'air du temps qui veut que les politiques n'écoutent que leurs conseillers et n'entendent pas les voeux de la population ?

Oui, dans le fond, j'aurais dû inviter ces jeunes filles à entrer chez moi et tailler la bavette avec elles. Après tout, qu'aurais-je risqué en disant ce que je pense ? J'aurais évoqué l'absence totale et navrante de pédagogie qui éloigne les élus de la population. Car enfin, sommes-nous des ânes bâtés parce que nous n'avons pas intégré l'ENA et que notre vie est bien ordinaire ? Pour une fois, peut-être aurai-je eu la possibilité d'exprimer le sentiment général de dégoût du politique... Mais parce que j'ignorais ce qu'il ressortirait de cette expérience inédite, j'ai préféré satisfaire mon appétit avant même de prendre conscience que c'était peut-être là une aubaine pour, enfin, exprimer mon ressenti et faire savoir au sieur Macron qu'il ne faut pas seulement vouloir et donc imposer sans explications des réformes qui, dit-on, sont indispensables.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Enquête
commenter cet article
3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 10:34

Je brille par mon absence. En effet, depuis quelques mois, les événements s'enchaînent qui m'éloignent du blog, m'empêchent de suivre les faits au jour le jour. C'est cela la vie : des hauts et des bas, des problèmes à résoudre, des combats à mener. Tout en assumant un quotidien troublé par la maladie ou la mort. Pas évident d'assumer certains heurts ou disparitions. Le temps passe si vite qu'on n'a même plus conscience de ce qui nous entoure, pris par ce qui nous assaille, nous accable, nous bouleverse, nous détruit un peu plus.

Comment résister aux assauts imprévus de la vie ? Malgré l'expérience, quand la tristesse se mêle à ce qui perturbe le bel ordonnancement du quotidien, on prend une sacrée claque. Et plus on avance dans le temps, moins on sait résister. Oui, on perd peu à peu ses repères, son sens de l'ordre, ses désirs vitaux.

Le mauvais temps apporte un peu plus de désespoir. On rêve de soleil alors que le ciel est d'un gris sournois. A l'image de ce que l'on vit et ressent. Un petit rayon, même d'une timidité farouche, apporterait un peu de baume sur ces plaies douloureuses.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Humeurs
commenter cet article
10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 19:45

Rien d'étonnant que le gouvernement veuille user de l'article 49, alinéa 3. Les différentes broncas qui durent depuis plusieurs semaines ont inévitablement induit ce procédé, tout à fait légal puisque constitutionnel. C'était inévitable puisqu'il fallait réformer (il eut mieux valu le faire en tout début de mandat). Or, après revue en détail de la loi 1ère formule et l'adoucissement de certains points "litigieux", les syndicats dits réformistes ont accepté la nouvelle mouture, les épines les plus acérées ayant été retirées. Mais voilà, la droite, toutes voiles dehors lors du lancement de cette réforme (qu'elle approuvait parce qu'elle n'avait pas osé s'en emparer du temps où elle régnait) aujourd'hui traîne des quatre fers, dépose de nombreux amendements, ajoute une motion de censure, sera vraisemblablement rejointe par la gauche frondeuse et met le gouvernement en difficulté (elle doit vouloir couper des têtes...).

Le monde politique ? Un espace absurde où les ego se disputent le devant de la scène, se cognent dessus, perpétuent le fameux clivage en optant pour l'obstruction. Ah, elle est loin la sainte entente qui devait rendre au pays sa gloire...

C'est à désespérer de sortir d'une crise pendable dont seul le cercle banquier a tiré les marrons du feu.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Politique
commenter cet article
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 16:45

Tout est tellement saucissonné qu'il est impossible de s'en sortir. Je connais une femme de 76 ans qui, le 22 mai prochain, se retrouvera sans toit. Pourtant, ce n'est pas faute de chercher, d'entreprendre des démarches, de s'inscrire de partout, de courir les appartements où qu'ils se trouvent. Systématiquement, on lui refuse la location car elle a un revenu des plus modestes (un peu plus de 700 euros par mois), donc pas crédible. Vu ses revenus et son âge, il va de soi que les bailleurs prennent peur, craignent son insolvabilité mais également le fait qu'on ne pourrait la mettre dehors quand bien même elle paierait son loyer.

Tout l'aspect administratif des différents organismes est un frein car il n'y a pas connexion, par exemple, entre l'assistante sociale et la centrale de la mairie. Et c'est tout à l'avenant. Dossier prioritaire ou pas. Sont prioritaires les personnes réunissant les trois critères que sont la faiblesse des revenus, l'âge avancé, le logement insalubre. Cependant, tous n'ont pas accès au Dalo (droit au logement) : quand ils partent pour cause de vente du bien - ce qui ressemble, à terme, fâcheusement à une expulsion, ils n'ont pas la priorité. Quand un dossier est déposé auprès d'un organisme, il est, la plupart du temps, répercuté auprès des autres, quand il s'agit d'organes publics. Restent ceux du privé, mais là encore, l'accès au logement est tributaire des demandes. Pas de passe-droit même si l'on se retrouve peu après à la rue. Un cycle infernal en quelque sorte. Temps d'attente moyen : deux ans.

Alors que faut-il faire ? Surtout quand on n'a aucune relation susceptible de faire remonter le dossier sur le dessus de la pile... Pour avoir regardé les annonces aujourd'hui, pour 30 m2, le loyer moyen est d'environ 500 euros, sans les charges. Et sans les frais d'agence évidemment. Que faire quand on ne dispose que de 700 euros mensuels ?

Autre détail appris il y a quelques jours : un organisme peut se porter garant pendant 2 ans. Mais il ne peut le faire qu'une fois trouvé l'appartement et non en aval. En bref, quelles que soient les démarches entreprises ou à entreprendre, il y a toujours un obstacle insurmontable. Je ne sais pas si le code du travail est un étouffe-chrétien, un labyrinthe sans issue, mais pour l'accession au logement, c'est le parcours du combattant à chaque pas, sans même l'espoir de trouver un toit. Et on s'étonne qu'il y ait de plus en plus de SDF ?

 

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Social
commenter cet article
28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 21:46

J'avais totalement oublié qu'il y avait rassemblement des mécontents aujourd'hui à l'appel des syndicats. Et je découvre avec stupeur que ces manifs de la grogne ont dégénéré car des casseurs, notamment à Paris, se sont immiscés dans la foule pour mettre le bordel. D'où des réactions des forces de l'ordre assez musclées qui ont fait des blessés des deux côtés. Pas étonnant : en 1968, un enseignant de l'école de Police de Saint-Cyr à côté de Lyon avait carrément dit que la police recrutait parmi la racaille afin de faire de la provocation en marge des manifs, racaille formée, selon ses dires, par la police elle-même (laquelle, ne me le demandez pas, je connais pas le milieu de l'ordre public). Est-ce vrai ? Peu importe.

Toujours est-il qu'il en est qui profitent de la contestation pour casser du flic, des vitrines, des bagnoles... Qui tapent pour le plaisir, qui cognent pour retourner les forces de l'ordre contre les manifestants même pacifiques. Triste société où la liberté est de plus en plus contrainte et dans laquelle un petit nombre met à profit le désarroi pour induire une violence policière et pas que. Vous aimeriez qu'on vous cogne alors que vous revendiquez pacifiquement ? Certainement pas. Alors vous riposteriez et feriez en sorte de n'être pas le seul à gagner des orions douloureux.

C'est tout de même regrettable que quelques uns sèment la panique et attisent la violence. C'est d'autant plus injustifié que ces rassemblements disent le désarroi et la colère dans lequels se trouve la population. Une population qui se fâche parce qu'elle se sent grugée par les politiques et la politique. Tant d'espoirs étaient nés de l'alternance... Tout le monde a cru que le retour de la gauche ferait bouger les lignes, qu'il serait entendu et compris. Las, rien n'en a été. Il est vrai que l'on met tous ses espoirs dans le changement, parce qu'on estime que la gouvernance politique est là pour améliorer la vie du citoyen et non pour la pourrir. Or, les hommes politiques, coincés entre leur idéologie et les réalités sociales, économiques, politiques, tentent d'agir dans le sens citoyen, mais ils sont confrontés à la dure vérité d'un monde en plein bouleversement et donc contraints de prendre en compte les difficultés provoqués par la mondialisation, les marchés financiers, les relations internationales ainsi que par l'évolution inéluctable d'une société qui refuse le changement. Pas simple.

Si certains ne bougent pas le petit doigt, d'autres assument et défilent. Parce qu'ils veulent faire comprendre leur insatisfaction et leur désespoir. Aussi, quand les provocations et les ripostes se déchaînent, ils sont pris en sandwich entre deux violences qui s'affrontent et se complètent. Il en est ainsi depuis la nuit des temps, malheureusement. Ce n'est donc pas demain que défiler se fera sereinement. Pas davantage que le débat ne peut être serein : le cumul des incompréhensions est bien trop douloureux pour que la population veuille sagement patentier. Elle ne demande qu'à être écoutée, comprise. Elle attend qu'on lui explique le pourquoi du comment, mais ça, les politiques n'ont pas encore compris qu'elle était mature. Sans doute est-ce pour cela que ces déchaînements violents perdureront. A ne pas savoir écouter, expliquer, l'impatience saisit tout le monde.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Société
commenter cet article
26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 16:20

Je vous propose d'écouter cet entretien. Il est vraiment intéressant. Je sais bien qu'on bute facilement quand on ne parle pas notre langage. Cependant, savoir écouter quelqu'un qui parle "vrai" est nécessaire pour comprendre ce qui se joue pour nous.

Petit détail : nous n'aimons pas le libéralisme, restons rivés aux acquis et refusons le changement. Or, le libéralisme si décrié (il s'agit en fait d'ultra-libéramisme, et non du libéralisme dévoyé depuis quelques décennies) n'est pas ce que l'on croit. Le monde a changé, mais les pères fondateurs du libéralisme (et ça remonte au 17ème siècle) avaient une vision sociale et politique, alors que ceux qui se prétendent aujourd'hui libéraux excluent tout le social qui est le ciment indispensable du libéralisme. Les plus grands libéraux, français ou pas, étaient avant tout des hommes de ce que l'on a appelé la gauche. Eh oui ! Cela vous paraît incroyable ? Et pourtant...

Alors pourquoi ne pas prendre une vingtaine de minutes pour écouter Macron ? Et peut-être trouver des réponses aux questions que l'on se pose ?  En tout cas, il sait expliquer le pourquoi de ce qu'il se passe, pourquoi il faut tenir compte de la mondialisation, quels sont les enjeux de l'Europe.

 

http://info.arte.tv/fr/entretien-avec-emmanuel-macron

 

Et si vous voulez compléter votre connaisssance du libéralisme voici un lien qui peut vous apporter un éclairage intéressant

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lib%C3%A9ralisme

 

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Economie
commenter cet article
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 01:01

Incroyable, on chasse l'oméga et on trouve le DHA. De quoi je parle ? De la pub. Je ne cite pas celle qui est concernée, mais il faut bien admettre que l'évidence est là : la pub est priée d'aller se rhabiller en excluant toute allusion mensongère quant à la qualité du produit et des bénéfices qu'il aurait sur la santé des consommateurs. C'est tellement vendeur ces molécules-miracle que les créateurs spécialisés en matière de pub n'hésitent pas à tromper les crédules avachis devant leur télé. Lesquels gobent tout et se précipitent très vite dans les surfaces de toutes tailles et se jettent sur le dernier bidule vanté ou, comme le disaient nos grand-mères, sur la réclame placée bien en évidence comme s'il s'agissait à tout coût de vendre pour le plus grand bienfait de l'humanité. Le salut est en effet projeté par écran interposé avec matraquage récurrent.

J'ai noté par hasard que l'oméga 3 du beurre machin n'était plus exposé au vu de tous et que, le hasard faisant bien les choses, on ne parlait plus que de DHA. Jusqu'à ce que les gendarmes es Santé lèvent un œil courroucé et intiment l'ordre aux industriels de se débarrasser de ce fabuleux truc faiseur de miracle sur le cholestérol.

Au fond, c'est comme la lessive qui lave plus blanc... mais qui laisse le linge blanc devenir gris à force de calcaire.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Pub
commenter cet article
22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 16:22

Ayant un peu de temps à perdre, j'ai musé ici et là sur la page d'OB. Et quoi, que vois-je ? Trois de mes articles s'articulent au milieu de plusieurs autres. Ce n'est pas la première fois que j'ausculte cette page, mais bien la première que j'y découvre mes articles. Ça fait un effet bizarre. J'ai peu de lecteurs et ce ne sont que des fidèles qui interviennent en commentant ce que je mets en ligne. Je ne pense pas que cette "visibilité" changera quelque chose au nombre des visiteurs. Mais cela m'amuse (un peu) de lire l'un de mes titres entre une recette de cuisine et une annonce cinématographique. Autrement dit, perdu dans la masse. Ma curiosité est éveillée : comment OB sélectionne-t-il tel ou tel ? Et pourquoi ? Peut-être devrais-je poser la question...

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Curiosité
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche