Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 18:07
Eh oui, le royaume va mal au niveau des dépenses car il ne fait plus recette. Entre le ralentissement économique au début de 2008 et la crise venue en rajouter une couche, la croissance n'est plus spontanée sur le,plan des recettes. Il manquerait un peu plus de 7 milliards.
Voilà le résultat du paquet fiscal : on exonère les plus riches sur la moitié de leur capital, tandis que les salariés sont imposés plein but sur leurs revenus. Normal, ils sont les plus nombreux et les petits lits faisant les grandes rivières,
le fisc s'empresse de pomper là où se trouve le plus grand nombre de ruisseaux. Cette largesse accordée aux plus riches prive le royaume de sa marge de manoeuvre habituelle et réduit les recettes. C'était sans doute bien calculé au départ, sauf que le paramètre de la crise n'a pas été pris en compte.
Donc, en résumant la totalité des informations du rapport de la Cour des Comptes, le déficit budgétaire s'est accru, l'état ne rembourse pas ses dettes, les recettes sont loin d'être brillantes et les dépenses, elles, prennent de l'ampleur. De quoi réjouir la masse salariale qui tire une langue de plus en plus longue.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 17:48
L'amendement posé par le guignol de service a été repoussé par la commission parlementaire entre lundi et mardi, mais sera représenté en séance plénière. Dixit le porte-parole du gouvernement. Cependant, le gouvernement n'aurait pas d'opinion favorable pour instituer le télétravail pendant les arrêts de maladie ou de maternité.  NKM (oui, c'est bien elle) aurait dit "Nous entendons surtout les arguments très forts de ceux qui pensent que cet amendement peut être mal interprété". Et "Il n'y aurait rien de pire qu'un télétravail subi ". Que c'est touchant cette soudaine sollicitude envers les salariés !
Pourtant si cet amendement sera à nouveau discuté dans l'hémicycle, c'est bien qu'il a été inspiré de plus haut et qu'il est prévisible que son étude est antérieure à la déclaration du guignol. Les protestations diverses sur ce sujet ne sont que la partie émergée de la dénaturation des arrêts pris en charge par la Sécu. Le royaume est en pleine mutation, il a besoin de réformes s'entend-on répéter à qui mieux mieux, il faut adapter notre société aux enjeux modernes, et blablabla. Tout ça, c'est du bourrage de mou pour faire passer la pilule.
La première des exigeances de l'Europe est que tout doit être dérégulé. Des accords ont été signés, le royaume doit donc respecter ses engagements. Toute cette hypocrisie diplomatique me fait grincer des dents. J'aimerais davantage de franchise, ou plutôt d'honnêteté, dans les discours officiels et ne pas subir l'un après l'autre les coups de Trafalgar propulsés par Bruxelles. Ce n'est à coups de butoir répétés dans les acquis que les européens (et pas seulement ceux du royaume)  admettront que l'on construira ce qui semble être le devenir du vieux continent. Le social est appelé à disparaître de notre civilisation alors qu'il faudrait le renforcer.
Pauvre monde !
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 15:43
Qui a déjà oublié la nomination par le roi lui-même de l'un de ses conseillers à la direction des banques réunies (Ecureuil et BP) ? Vraisemblablement bien du monde (les soucis du quotidien sont l'urgence généralisée).
Voilà que resurgit cette affaire de nomination (il y a eu dépôt de plaintes pour prise illégale d'intérêts) : deux conseillers de la commission de Déontologie de la Fonction Publique ont remis leur démission. Pas avec tapage, mais avec beaucoup de discrétion. Leur manière à eux de protester contre cette nomination régalienne.
Au fond, tout cela rime à quoi sinon à dénoncer des grâces accordées dans le dos du contribuable aux fidèles des fidèles ?
Ce sursaut de probité tombe bien mal puisque l'étude de la création du groupe ainsi formé selon les voeux du roi sera sur le tapis des discussions au parlement. Voilà qui ne va pas arranger les échanges ni mettre de la douceur dans les débats.
Mais soyons rassurés : l'opposition votera contre ce projet d'union et la majorité entend soutenir le projet de réforme de cette commission qu'elle a, bien évidemment déposé. Oui, vous avez bien lu : la majorité entend qu'il soit obligatoire de saisir la commission lorsqu'il s'agira de nommer des collaborateurs du roi, d'un cabinet ministériel ou d'un cabinet des autorités territoriales. Y aurait-il de la contestation dans l'air du côté de l'antichambre ?

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 14:56
Dernière trouvaille d'un membre du gouvernement : mettre au boulot les salariés en arrêt maladie ou congé de maternité. Avec, bien sûr, comme incitation pour les employeurs, une réduction des charges sociales.
Manquait plus que ça ! C'est incroyable l'ingéniosité caractéristique de ceux qui disposent de pouvoir pour rogner toujours davantage sur les acquis sociaux. Certes, ce sera aux salariés d'en prendre l'initiative, ainsi ils ne seront pas déboussolés à leur retour. Ben voyons ! J'imagine une jeune accouchée, se noyant dans les couches et donnant le biberon à sa progéniture tout en regardant sa messagerie professionnelle, rivée à son clavier et répondant aux sollicitations des uns et des autres. Je la vois mal porter son enfant d'un côté et travailler de l'autre.
Du grand n'importe quoi ! Ah là là, un exemple qui restera dans les annales, justifie cette idée saugrenue. Ce qui se profile derrière elle, c'est tout simplement (ou alors j'ai vraiment les idées mal tournées) réduire le coût de ces arrêts. La Sécu y gagnera puisque l'employeur paiera son salarié et le patron s'évitera la corvée de remplacer l'absent (e). Tout bénef donc !
Mais le (ou la) salarié(e) (n'oublions pas que les hommes n'accouchent pas encore - la médecine fait des progrès mais n'a toujours pas dépassé la création initiale) sera quotidiennement harcelé(e) et ne récupèrera pas un état de santé normal.
Bon, en clair, on n'a plus le droit d'être malade. En quelque sorte. L'imagination débordante du monsieur trouvetout dudit gouvernement semble avoir oublié qu'en cas de pandémie (ben quoi, il paraît que ça nous pend au nez), les morts se compteront par millions (la planète est saturée, il faut bien l'alléger un peu). Son idée peut lui sembler excellente (on a tout à fait le droit de penser qu'on a raison), il ne faudrait cependant pas qu'il omette la prise en compte de certains paramètres.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans Législation
commenter cet article
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 09:42
Zut, j'avais oublié ça : demain, encore un mardi noir. Les transports en commun vont appliquer la règle habituelle : des perturbations aux heures où tout le monde part au boulot et en fin de journée, quand tout le monde rentre épuisé par sa journée. Grrrrrrrrrrrrrrrrrrr !
Pour mes prochaines absences, je vérifierai qu'aucun défilé n'est programmé : déjà qu'on n'a pas envie de renouer avec la routine..., se taper de la marche à pieds...
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 09:18
Second essai de bombe nucléaire quelque part en Asie aujourd'hui même. Tous les états - les occidentaux en tête - condamnent cette expérience souterraine. Au moment où ça a pété, il y a eu une secousse sismique d'une amplitude assez sérieuse
C'est l'Occident qui a fait cette trouvaille et qui l'a expérimentée avec les résultats désastreux que l'on sait. Les pays loin de nos frontières veulent s'armer afin de "se protéger" affirment-ils.
Après avoir inventé un engin de mort plutôt costaud, les créateurs ont finalement compris qu'il fallait éviter la prolifération de ce type d'armement. Ils ont alors pris des résolutions après des années bloc contre bloc. Un affrontement nucléaire détruirait bien davantage qu'on ne l'imagine.
Se posent quelques questions :
- Etait-il besoin de fabriquer pareille arme,
- de la laisser choir sur Hiroshima et Nagazaki, au prétexte que le Japon s'en était pris à la nation Américaine ?
- Pourquoi avoir insisté malgré la plaie géante produite par ce lâcher sur des populations innocentes et  qui ne cicatrisera jamais ? Pourquoi avoir continué et les essais et les fabrications ?
- Pourquoi, dans la foulée de la bombe atomique, a-t-on développé des armes tout aussi destructrices, profitant des avancées de la chimie ?

Je pourrais soulever d'autres questions, mais c'est à chacun de le faire. Je n'ajouterai que ceci : si les intérêts financiers  ne menaient pas le monde, il n'y aurait sans doute pas cette escalade dans la violence perpétrée contre les autres (un séisme de magnitude 4,7, ça fait des dégâts, sans compter qu'on ignore encore si cela n'induira pas d'autres phénomènes dits naturels type tsumani...)
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans International
commenter cet article
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 14:22
Un producteur de lait, autrement dit un paysan, perçoit 20 centimes d'euros par litre. Pendant qu'ils s'acharnent à vivre comme ils le peuvent, les industriels revendent le même litre au moins trois fois et demi plus cher. Comment voulez-vous qu'ils ne se fâchent pas ces hommes qui se lèvent aux aurores, mènent leur troupeau au pré après la première traite de la journée, se couchent tard, après la seconde traite ? Ils manifestent leur mécontentement. Non, le mot n'est pas assez fort : ils éprouvent une colère justifiée et le font savoir par des actions que l'on qualifie de violentes. Peut-on leur en vouloir davantage qu'aux ouvriers dont l'usine ferme qui retiennent en otage leurs cadres ? Pourquoi ne défileraient-ils pas au même titre que ces employés remerciés sans état d'âme ? Là, ce sont les paysans qui sont pris en otage par les grosses structures laitières.
Contrairement aux salariés, les paysans qui mettent la clé sous le paillasson ne perçoivent aucune indemnité. Non, le chômage n'est pas pour eux. A eux de trouver tout seuls le moyen de subsister. D'aucuns rétorqueront que les paysans sont riches et qu'ils ne sont pas à plaindre. Oui, ils sont riches, mais en terres ou en cheptel. Quand leur ferme ne peut plus tourner, tout cela ne vaut plus rien. Il leur reste certes la possibilité de cultiver leur potager. Mais à part ça, ils ont quoi ? Rien.

Moralité, il faut boire du lait mais en allant l'acheter directement au producteur.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 11:13
Oui, c'est bien aujourd'hui que je pars en voyage. Si je sais quand je pars, je ne sais toujours pas quand je reviens. Mais aussi quelle idée de partir au moment de l'ascension... !
Je vais assez loin, donc pas moyen de rentrer à pied ou à bicyclette. Restent la voiture, le train, le car. Pour l'heure, ces moyens de transport sont censés être à ma disposition, mais je n'ai encore rien décidé. Peut-être rentrerai-je plus tard que je ne l'avais annoncé, peut-être que je ne rentrerai pas du tout ou pas avant bien longtemps. En fait, j'ai envie de vivre à ma fantaisie, selon ce que les jours à venir me proposeront comme surprises.Car tout est là. Quand on part vers un ailleurs, on attend qu'il nous apporte tout, qu'il nous forge un autre regard, d'autres envies. Et surtout le dépaysement qui permet de se retrouver face à soi-même, de se redécouvrir. C'est ce retour sur soi qui fait que l'on continue d'avancer quelles que soient les circonstances. Alors pratiquons la rupture (un mot trop souvent répété et jamais appliqué au sens propre) ! Jetons derrière les haies de troënes (le parfum qui s'en dégage est écoeurant à souhait) tout le superflu, l'inutile, l'encombrant. Jouons au vide-grenier (ça aussi, c'est très mode) en nous débarrassant de ces petits riens qui s'entassent sans rien apporter. Reprenons notre souffle pour vivre différemment et supporter ce qui nous attend (et là, on sait bien qu'on sera croûtés à notre corps défendant).

Vive les voyages (il paraît que ça forme la jeunesse) !
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans fourre-tout
commenter cet article
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 11:04
Sachez-le, à saint-Just-Saint-Rambert, lors de la Fête du Franc, les derniers billets remontant au temps lointain de la glorieuse monnaie nationale pouvaient être écoulés chez les commerçants. Etaient concernés les billets :
- billet de 500 F (à l'effigie de Pierre et Marie Curie)
- billet de 200 F (Gustave Eiffel)
- billet de 100 F (Paul Cézanne)
- Billet de 50 F (Antoine de Saint-Exupéry)
- billet de 20 F (Claude Debussy)

J'espère que plus personne ne détient de tels billets parce que la fête est terminée.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans fourre-tout
commenter cet article
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 10:34
L'euro aurait permis de freiner l'inflation. ca, c'est le Credoc qui l'affirme. Malgré cette belle assurance, les serfs ne sont pas tous égaux face aux prix sur les prix affichés. Il faut savoir que le budget alimentaire s'établit entre 8 et 10%. Quelques exemples criants :
En 2001, la laitue se vendait en moyenne 4 francs soit 0,69 euro. En 2008, elle se vend 1,50 euro soit une augmentation de 118%
En 2001, les 250 grammes de café se vendaient 6 francs soit 0,91 euro. En 2008, ils se vendent (en moyenne) 1,50 euro, soit une augmentation de 64%
En 2001, la baguette se vendait 3 francs, soit 0,46 euro. En 2008, elle se vend au plus bas à 0,85 euro, soit une augmentation de 85%.
En 2001, la plaquette de beurre (250g) se vendait 3,75 francs soit 0,57 euro. En 2008, elle se vend 1,95 euro, soit une augmentation de 341%.

L'euro, nous répète-t-on, protège les serfs des pays entrés dans cette alliance monétaire. Fort bien. Alors pourquoi a-t-il fait autant grimper les prix  en notre royaume ?
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche