Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 15:58

Hier au soir, parce que j'avais besoin de me vider l'esprit, j'ai branché la télé et ai suivi une série anglaise. Une reprise moderne de Sherlock (il y en a plusieurs). Tout au long des épisodes, j'ai constaté que la production avait privilégié les paysages de Londres comme le font actuellement tous les acteurs de séries. A ma grande stupéfaction, les prises de vue concernaient toujours les mêmes immeubles. Et quels immeubles ! Rien que du moderne. De ces tours qu'on voit désormais pousser comme des champignons dans toutes villes, qu'elles soient européennes, américaines, asiatiques, africaines... Des tours et des tours, toutes plus grandes les unes que les autres. Et de formes plus ou moins identiques. Avec quelques variantes ici et là, mais au bout du compte, elles se ressemblent toutes. Le génie architectural n'est plus ce qu'il avait été. La similitude des formes et des matériaux sent comme un assèchement de l'inspiration : tout le monde copie tout le monde. Plus aucune originalité, rien d'inspiré, un désert de construction imaginative. Cette uniformisation (qui prétend marquer, comme dans les temps anciens, son époque) est terrible. Pas seulement sur le plan visuel. Je veux bien qu'à chaque époque corresponde à des structures spécifiques, mais de là à ne plus voir que des immeubles tout en verre et dont la crête semble atteindre le ciel, n'est-ce pas un peu prétentieux et ridicule ? Quand on sait que ces tours (de plus en plus gigantesques) sont équipées de systèmes de ventilation et quand on sait que les déchets produits par ces machines ont un impact terrible sur l'environnement, je me demande à quoi peuvent bien servir ces réunions mondiales où l'on prend de bonnes résolutions en matière de réduction des gaz à effet de serre. Quel leurre ! Quelle tromperie ! Et quel gâchis !

On a détruit des quartiers entiers pour une urbanisation tout en hauteur où s'entassent des familles, où les petits commerces de proximité ont disparu, où l'inhumanité de ces cages à lapins est telle que les populations habitant ces quartiers se concentrent ethnie par ethnie. Et l'on s'étonne qu'il y ait radicalisation, communautarisme et autres phénomènes provoqués par la concentration humaine.

Quelle volonté se cache derrière ces constructions qui défigurent le paysage humain ? L'aspect concentrationnaire est si visible que je ne comprends pas comment on peut accepter pareille défiguration des villes. Ca ressemble à un jeu de quilles, à un jeu de massacre. La ville serait-elle devenue le théâtre absurde des prétentions mégalomaniaques de quelques uns qui obturent toute vision humaniste ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Archi
commenter cet article
20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 01:16

 

Eh oui, sa Majesté est à nouveau sur la sellette. Toujours cette histoire de gros sous de la campagne de 2012. Une mise en examen qui fait couler de l'encre et des commentaires intarissables. Je crains que cette nouvelle affaire n'en réjouisse beaucoup : ses détracteurs ne manquent pas. Il faut reconnaître qu'il a su se faire détester. Et même s'il a encore des inconditionnels, des voix discordantes se font entendre depuis qu'il a repris le parti en mains. C'est connu et archi-connu.  Et pendant qu'on dégoise, épluche, analyse, triture, décrypte ce point sans vraiment d'importance dans les affaires de la planète, d'autres événements bien plus sérieux se déroulent sous nos yeux indiférents. A cause de lui, qui a vraiment entendu parler de l'attentat  en Turquie ?  Ca n'a pas fait la une des journaux, ni les gros titres de la presse télévisuelle. Un peu comme si ce n'était qu'une anecdote, alors que la mise en examen du royal présumé innocent attise les convoitises. Je me demande souvent dans quel monde nous vivons. Quelles sont vraiment les priorités que l'on propose au peuple dans le flot continu d'informations ? Certainement pas le malheur des autres. Au fond, tout ce qui nous intéresse, ce sont ces affaires crapoteuses et non le sort des autres. Cela peut se comprendre, mais tant que ces abrutis de journaleux ne feront pas leur métier avec davantage de sérieux, nous aurons droit à de vains bavardages et des commentaires sans saveur. Quant à l'information, la vraie, la seule qui compte, on peut toujours courir pour qu'on nous tienne au courant : ça ne doit pas nous concerner sans doute.

Ceci n'est qu'un exemple parmi d'autres : cela fait des décennies qu'on nous a embarqués dans une léthargie et un repli sur soi dont on peut difficilement se décrotter.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Coup de gueule
commenter cet article
28 janvier 2016 4 28 /01 /janvier /2016 02:56

Les ministres de l'Intérieur des états européens proposent d'exclure la Grèce pour deux ans au titre de son impossibilité à gérer les migrants qui débarquent sur ses côtes.

Du grand n'importe quoi ! Comment ce pays pourrait gérer tout seul ses rivages quand on sait dans quel état est la Grèce ? Elle est exsangue parce que les créanciers ne veulent rien savoir et l'étouffent sans vergogne. Tsipras a dû céder face à la rapacité de ces pourvoyeurs de fonds qui n'hésitent pas à mettre au tapis quiconque leur déplaît. Et de vendre les bijoux de famille, et de pressurer les familles, et d'augmenter la TVA... Toutes mesures censées rétablir les comptes publics. Quelle blague !

C'était bien la peine que la France se batte pour que la Grèce reste dans l'union européenne. Comment ces jean-foutres de technocrates osent-ils prétendre faire ce qu'ils faut quand ils baissent leur culotte devant l'argent ? Ils ont tellement peur de ne plus pouvoir emprunter de l'argent qu'ils préfèrent sacrifier l'un des leurs, l'un des nôtres. C'est d'autant plus faux-cul que tout le monde savait que la Grèce avait triché quant à l'état de ses finances, ce qui, dans l'absolu, ne lui permettait pas d'adhérer à l'Europe.

Le peuple grec est-il responsable des basses manoeuvres des dirigeants, de leur stupide cupidité, de leur incurie crasse ?

C'est très simple : entre l'Angleterre et son affaire de brexit et l'exclusion de la Grèce, c'est tout l'équilibre de l'Europe qui est remis en question. Si ces imbéciles qui font la pluie et le beau temps appliquent leur décision, l'Europe est morte. Et là, bravo pour le merdier. L'euro n'aura plus aucune valeur, les marchés deviendront fous, les investisseurs se détourneront du vieux continent, l'économie sera désastreuse. Et nous, nous n'aurons plus que les yeux pour pleurer.

L'absurdité humaine me stupéfiera toujours.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans De la Grèce
commenter cet article
26 janvier 2016 2 26 /01 /janvier /2016 10:07

Qui n'en a pas entendu parler ? A moins d'être sourd ou de s'en foutre totalement, personne. Je viens de découvrir cette vidéo. Je vous conseille de l'écouter attentivement : la fin de l'enregistrement est une mise en garde. Et cela concerne le forfait jours. Le titre est à lui seul est révélateur.

 

http://videos.lesechos.fr/news/eclairage-redac/reforme-des-35h-le-diable-se-niche-dans-les-details-4720914471001.html

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Réformes
commenter cet article
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 15:35

Il y a un bon moment que deux blogs que je fréquente ne sont plus visibles directement : lorsque je clique sur le lien, je vois apparaître mon propre blog. Ennuyeux. J'ai tenté de restaurer cette "G@!&£¤" aberration en supprimant et en récréant les deux liens. Manque de bol : ça ne veut rien savoir. Ça reste donc en l'état et j'utilise les dix doigts chaque fois que je me rends sur ces sites. Pourquoi ces deux-là et pas les autres ? Qu'ai-je donc bien pu faire pour que cette transformation se produise ? Je n'y comprends rien. J'ai beau chercher, tourner et retourner dans ma tête (de linotte ?), je n'ai toujours pas d'explication à ce phénomène étrange. Âne bâté je suis, âne bâté je reste. Et comme je ne vois pas comment contacter la plate-forme (il n'existe plus d'adresse mail), ça restera en l'état.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Péter un câble
commenter cet article
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 15:22

Il faut être vraiment très fin pour comprendre comment le référencement fonctionne. Non que cela m'intéresse d'avoir des "balises", mais la curiosité est le moindre de mes défauts, donc je planche. Eh bien, je n'ai toujours rien compris aux explications (prétendues claires et aisées) quant à ce bidule censé permettre une visibilité plus grande des blogs. Bon, ma nullité n'est plus à démontrer. Et comme je ponds fort irégulièrement des articles, au fond, je ne risque pas grand chose de plus en usant de je ne sais plus quel truc de google tools (nom exact non retenu). Bon, ça me rase, va falloir que je trouve un pro ou tout du moins une personne bien au fait de l'informatique et de ses mystérieuses manipulations. Car les arcanes ayant source dans le langage utilisé (l'anglais) sont pour moi imperméables. J'avais du temps à perdre et je l'ai perdu. Pas grave car je m'en fous. Ce n'était qu'une expérience comme n'importe quelle autre.

Et vous ? Vous avez compris quelque chose ? Avez-vous tenté de vous mobiliser dans ce domaine ? Pour moi, ce n'est pas dans le champ de mes compétences. Amen !

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Expérience
commenter cet article
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 00:31

Quand j'ai le temps, je regarde certaines émissions. Dont "C'est dans l'Air". Souvent cela m'horripile, parfois, cela m'apporte quelque chose. Et pas plus tard qu'hier, parce que je n'avais pas éteint le petit écran, j'ai entendu de manière fortuite un coup d'éclat de la part de Vincent Lindon (venu sur le plateau faire la promotion de son dernier film, une obligation professionnelle comme il en existe beaucoup). Ne me demandez pas comment s'appelle cette émission qui suivait C'dans l'air,, je ne la regarde jamais, mais je n'étais pas loin, et parce que chacun des animateurs est là pour "détendre" l'atmosphère, l'un des provocateurs a établi une relation enter Raymond Barre et François Hollande. Il avait alterné les dires de l'un et de l'autre afin d'établir la similitude de leurs propositions  pour lutter contre le chômage (si j'ai bien tout compris). La moquerie était évidente (c'est courant dans ce type de divertissement). Apparemment, ce ne fut pas du goût de l'acteur qui, sur un ton modéré mais ferme, a demandé qu'on ne s'amuse plus à se livrer à ce genre d'exercice totalement inutile. J'ai pu constater que le lanceur du parallèle se sentait dans ses petits souliers, surpris par l'attaque (parce que c'en était une malgré le ton courtois) de l'invité du jour. Il n'a pas répliqué et d'ailleurs le comédien ne lui en a pas laissé l'occasion.

J'avoue que "l'altercation" m'a plu. Depuis le temps que je dénonce la stupidité des journaleux, c'était jouissif que quelqu'un (qu'on ne pouvait remettre à sa place en tant qu'invité) ose enfin signifier à ces prétentieux qu'ils dépassent un peu trop souvent les bornes. Et qu'il serait enfin temps pour eux de cesser ces moqueries inappropriées.

Oui, décidément,  j'aime bien quand les gens savent se montrer pertinents et moins imbéciles que d'autres dont les chevilles enflent inconsidérément et qui se prennent pour des prêcheurs ou censeurs avisés.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Coup de gueule
commenter cet article
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 04:06

Où l'on reparle d'un aéroport provincial, concession faite par le gouvernement à un ancien ministre remercié il y a quelques temps déjà. Entre amis, on s'autorise à des coups bas, mais on fait un cadeau, sorte de compensation après s'être fait remplacer. Les petits cadeaux entretiennent l'amitié, n'est-ce-pas ?

Quand on lit le Canard, on est surpris d'apprendre que des paysans occupent quelques hectares que l'entreprise Vinci entend bétonner pour ledit aéroport. Non content de passer outre à la colère justifiée des exploitants agricoles, le bétonneur en question les envoie au tribunal et exige 200 euros par jour de retard du chantier. Ben voyons ! Dans la gêne, il n'y a pas de plaisir. Vu le coût versé par les contribuables pour les grands chantiers, il a besoin, le pauvre homme, de subsides subsidiaires. Qu'en a-t-il à faire de ces péquenots tout crottés des bouses de leurs vaches ? Lui, roi du bâtiment, doit songer à ses salariés et tant pis si ces agriculteurs en font les frais.

En bref, la gabegie continue : on va déboulonner des hectares pour les cimenter et tant pis si ces terres sont cultivables et cultivées et qu'on empiète sur une réserve naturelle. Quand le bâtiment va, tout va. Elle a servi à quoi la COP 21 ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans A vot' bon coeur
commenter cet article
2 janvier 2016 6 02 /01 /janvier /2016 12:35

 

     Même si tout ne va pas très bien en ce monde perturbé, les traditions ont ceci de bon qu'on les applique, rappelant ainsi les liens qui nous unissent. A vous tous, je souhaite le meilleur pour vous et vos familles. Qu'elles restent unies et solidaires, sachent se retrouver dans la joie et se consoler dans les peines. Que 2016 vous réserve d'agréables surprises, du bonheur à partager, de l'amour à donner ! Qu'elle soit clémente envers vous et vous apporte des moments fabuleux, de ces petits bonheurs qui favorisent l'entente et procurent de la satisfaction !

     Que cette nouvelle année soit bien dissemblable de celle qui vient de se terminer ! Une nouvelle année, c'est un pas anodin vers l'avenir, mais aujourd'hui, ce pas peut et doit nous conduire vers la joie plutôt que la tristesse.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Voeux Pieux
commenter cet article
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 12:02

Franchement, cette affaire mérite-t-elle qu'on s'y arrête ? Oh que oui ! La Raison indique déjà qu'elle est inefficace et surtout inutile. Comment peut-on laisser supposer que la crainte de déchéance de la nationalité pourrait freiner les énergumènes qui n'ont rien à perdre et qui sont embrigadés dans une spirale où le seul bon sens aurait déjà dû les empêcher de se laisser entraîner ? Les considérations très terre à terre de cette proposition feraient sourire si elles n'impliquaient pas des arrières-pensées électoralistes. Le sentiment anti-arabe est déjà bien assez développé sans qu'il soit besoin de s'en servir pour augmenter la pression existante. Verser dans les thèses d'extrême-droite n'a rien de glorieux. C'est même plutôt répugnant. Quand on sait que ça ne sert qu'à piétiner les plates-bandes de l'opposition,  j'ai envie de mettre mon pied au cul. On nous prend pour qui ? Y'en a marre du racisme ordinaire, y'en a marre de ces récupérations malsaines, y'en a marre des politicards et de leurs idées fumeuses pour ratisser le plus large. Il y a une surenchère exaspérante dans la bêtise humaine qui me dégoûte. Mais est-ce vraiment étonnant ? En fait, non ! Notre pays a été le premier à instaurer des lois raciales (les esclaves faisaient partie du mobilier). Alors qu'en 1789, ce même pays rédigeait les " Droits de l'Homme". Il y a chez nous une particularité que je qualifie de schizophrénique. Oui, un dédoublement de personnalité bien dangereux dont il serait temps de prendre conscience.

C'est nécessaire et même urgent : nous, les français, sommes les héritiers d'une révolution qui nous a menés à la démocratie. Au cours des siècles, il y a eu de nombreuses migrations et de nombreux envahisseurs. Nous avons été colonisés très tôt. Ce qui a amené à des mixités et des mariages. Notre langue, nous la devons aux romains. Nos chiffres sont arabes. Les flux migratoires successifs font qu'aucun de nous ne peut se prétendre totalement français (il faudrait pouvoir remonter aux origines et comme il n'y avait pas de registres...). Nos rois eux-mêmes épousaient des princesses étrangères, les alliances rendant service au pays. Il n'y a qu'à regarder le nombe de patronymes à consonnance italienne, espagnole, portugaise, allemande, russe, vietnamienne, chinoise, anglaise et autres nationalités hors frontières européennes... Alors, cessons de nous prendre le chou avec les émigrés à consonnance arabe. Cessons de prétendre être une nation ouverte et libérale (au meilleur sens du mot), cessons de jouer sur les peurs de l'autre et sachons cultiver la différence comme un atout majeur de notre culture et de notre devenir !

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche