Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 23:01
Mais malgré les divergences, ils se sont tous retrouvés sur un terrain d'entende inattendu. Les uns étaient pour la suspension et d'autres pour l'amende. Une vraie cacophonie parlementaire. Finalement, tous unis pour une fois (mais ils sont eux-aussi des consommateurs et des parents), nos députés ont voté la suspension avec non règlement de l'abonnement tant que durera la punition du téléchargement illégal. Pourquoi est-ce que j'aime l'esprit frondeur ?
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans Législation
commenter cet article
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 22:46
Les sénateurs ont voté un amendement, contre l'avis du gouvernement, au décret interdisant l'octroi de stocks-options et d'actions gratuites aux dirigeants des entreprises soutenues financièrement par le royaume. Une sacrée victoire (il y a quelques couillus tout de même) à mettre sur le compte de l'opposition et de centristes (l'amendement émanait d'ailleurs d'un centriste). La majorité a, bien entendu, voté contre (pouvait-on s'attendre à autre chose ?). Mais ce n'est pas tout : le décret lancé sur le tapis par le gouvernement concernait les entreprises bancaires et automobiles. Résultat de ce vote en contradiction avec la majorité du roi, l'interdiction est étendue aux sous-traitants automobiles (normal, ceux-ci n'hésitent pas à licencier malgré les aides). Pourquoi est-ce que j'aime certains amendements ?
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 22:21
Meilleur poisson de ce premier avril, l'annonce des hausses et des baisses.
Commençons par le gaz (en général, on garde le meilleur pour la fin) : une baisse des tarifs de 11,3% (merci le cours du pétrole !). L'an dernier, le coût du gaz s'était envolé en très peu de temps pour afficher une hausse de plus de 15% (Zut, le pétrole augmentait vertigineusement). GDF ne perd pas trop puisque cette entreprise conserve en quelque 3,9% (après les gains empochés l'an dernier, on aurait bien pu revenir au tarif d'avant 2008). Les porte-monnaie vont pouvoir souffler un petit peu, surtout qu'avec le printemps, on consomme nettement moins. Dommage donc que cette baisse inaccoutumée n'ait pas eu lieu en plein hiver... !
Les hausses maintenant : primes de 200 euros pour les familles modestes (une seule fois), de 500 euros (une seule fois) pour ceux qui se retrouveraient sans travail entre le 1er avril 2009 et le 31 mars 2010. nNn, non, ce n'est pas une blague, mais franchement on aurait pu choisir une autre date que celle-là où communément on raconte des craques. Surtout que ce versement unique est conditionné au fait de n'avoir pas de revenu de remplacement. Qu'est-ce qu'ils vont être riches... !
Les retraites (de base) sont augmentées de 1% (on additionne l'inflation à 0,4 et le rattrapage de 2008 à 0,6 pour cause d'envolée des prix), les retraites complémentaires sont un tantinet plus généreuses : 1,3%. Les personnes seules bénéficieront d'un minimum vieillesse relevé de 6,9%, ce qui leur fera un pécule de 677 euros (elles vont pourvoir farcir leurs choux). Portion plus congrue pour les retraités en couple : seulement 1%, ben quoi, c'est la retraite de base qui joue. L'alloc des handicapés grimpe de 2,2% (le Pérou), ce qui monte leurs revenus à 666,96 euros par mois et ces petits chanceux peuvent compléter par du boulot qui ne dépasse pas 1,3 smic.
Alors, il est pas généreux le royaume ? Il faut le constater : il met la main au portefeuille pour les plus démunis. Et après ça, on va dire qu'il n'a pas le coeur sur la main ? Ingrats, va !
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 22:10
La BCE baisse son taux directeur de 0,25%. Pas plus. Il peut encore être abaissé, mais il n'en est pas encore question pour le moment. Allez y comprendre quelque chose. Contrairement à l'Angleterre et les Etats-unis, la BCE ne tient pas à sortir la planche à billets. Selon le directeur de la BCE, ce n'est pas la bonne méthode pour relancer l'économie européenne qui, selon lui, connaît un repli sévère. Il éprouve des réticences et le manifeste en déclarant qu'il a été décidé de ne pas décider. Il faut sans doute être du métier pour comprendre le pourquoi du comment. Bon, on suivra cela attentivement à défaut d'être spécialiste de ces questions et on tentera de saisir les finesses qui échappent à l'entendement de monsieur tout le monde.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 21:54
Et tout reste à faire. A entendre le roi hier, la satisfaction n'était pas totalement à l'ordre de cette réunion. Pourtant, l'entente était, semble-t-il, au rendez-vous. Une bonne chose donc. A suivre pas à pas, pendant les mois à venir. Car les résolutions adoptées à Londres ne sont pour l'instant que des voeux pieux. La mise en oeuvre demandera non seulement que les états veillent chacun de leur côté au grain, mais aussi que la volonté affichée ne soit pas que de façade.
On peut regretter que les décisions n'aient pas été plus audacieuses, qu'on se contente de vouloir moraliser seulement le capitalisme alors qu'il aurait fallu envisager une refondation du système qui gouverne le monde. L'usure est bien là : la permissivité octroyée aux marchés a engendré un monstre qu'e l'on combattra difficilement . En effet, les habitudes enracinées ont la vie dure. Pour preuve les scandales récents : octroi de primes aux traders, retraites-chapeaux, stocks-options distribués... Autant de malversations au regard des salaires du tout venant.
Prochain rendez-vous du G20 en septembre. D'ici là, combien d'avancées réelles côté moralisation auront eu lieu ?
Une chose est sûre : la crise sera difficile à endiguer et les milliards injectés pour remettre d'aplomb l'économie ne seront sans doute pas suffisants.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans International
commenter cet article
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 12:32
Selon que l'on prononce les mots, le sens devient différent. Je viens d'écouter je ne sais plus quelle radio et le journaliste interrogeant le roi à propos de cette entreprise qui l'a appelé au secours devait avoir un sacré paquet de cheveux sur la langue car j'ai bien entendu carterpillard. Si si, j'ai bien entendu. Avouez tout de même que le jeu de mots vaut son pesant d'or car enfin, reconnaissez-le, c'est du pillage que de licencer les travailleurs. Vive donc la langue française qui permet de formuler des astuces vaseuses mais ô combien savoureuses !
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans humour ou non
commenter cet article
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 08:35
Eh oui, le roi promet et promet encore de sauver tout le petit peuple que les intérêts des entreprises et la crise ont jeté ou vont jeter à la rue.
Ah ces promesses... !!!  Après ArcelorMitttal à  Gandrange, après Continental à Clairoix, voici Carterpilar dans le colimateur des promesses. Il est bien obligé de promettre le roitelet : les cadres sont prisonniers des murs de l'usine. Il ne sera donc pas dit que sa majesté ne fera pas tout pour que ces exactions cessent. Peut-être finira-t-il par dépêcher ses troupes pour libérer ces otages d'un genre nouveau ? Après tout, n'est-ce pas ce qu'il met en place quand des étudiants prennent possession des locaux de leur université ? Ca rappelle vaguement un certain Mai 1968. D'un côté les ouvriers, de l'autre la population étudiante. il y avait eu convergence et du coup beaucoup de tapage. C'était le temps des barricades, des CRS qui chargeaient, des jets de gaz lacrymogènes, bref, une bataille en rangs serrés façon 20ème siècle.
Revenons-en à nos moutons de cet article, à savoir les promesses royales. Des promesses faciles car émises avec la certitude qu'elles ne seront surtout pas tenues. Ce ne sont que des mots, rien que des mots et il est aisé de se payer de mots dont on n'en pense pas le moindre mot. Typique du politique. Pourquoi se cache-t-il derrière une phraséologie facile ? C'est pourtant si évident qu'il vaudrait mieux proférer des vérités que des mensonges : la pilule serait amère, mais cette amertume ne se doublerait pas du sentiment d'avoir été honteusement trompé. Là se situe le noeud du problème que le roi rencontre. A lui d'en prendre conscience et de rétablir une véritable communication. C'est à ce prix que la crise sera surmontée car la vérité incite à l'effort.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 08:20
La prise d'otage semble être à la mode. Parce que les syndicats n'ont pas le pouvoir de changer quoi que ce soit aux dépôts de bilan, aux fermetures d'usines, au licenciements, parce que le gouvernement promet mais ne fait pas grand chose, les brimés s'en prennent à leurs dirigeants et les retiennent contre leur volonté.
Quand on perd tout, on n'a plus rien à perdre. Oui, je sais, c'est une lapalissade. Mais également une vérité à prendre en compte et vite : le désespoir pousse au suicide, mais également à d'autres extrémités et la prise d'otage est l'une d'elles. En effet, quand on est licencié, on n'a plus rien à perdre, alors autant aller au bout de son désespoir et tenter le tout pour le tout.
Ceux que la crise élimine du marché du travail méritent qu'on trouve des solutions qui ne soient pas temporaires mais pérennes. Il existe des solutions évidentes, mais la nomenclature est si tortueuse que rien ne peut avoir lieu sans qu'un temps précieux soit perdu. Il serait temps en effet que l'on allège les démarches administratives (il n'y a pas qu'en ce royaume où le poids de l'administration est un frein) et que l'UE s'inspire de la Justice et crée un référé qui débloquerait des fonds sans traîner. Mais voilà, c'est trop demander aux têtes pensantes d'avoir la bonne idée, surtout quand il s'agit de la masse salariale. En revanche, un décret (au lieu d'une loi) pour que les scandales financiers cessent (temporairement) jaillit de l'urne aussi vite qu'un lapin rejoint son terrier.
Pas étonnant donc que les retenues d'individus se multiplient.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 08:09
Le roi clame qu'il quittera le G20 si... mais se dédit tout aussitôt car la politique de la chaise vide marquerait l'arrêt du G20 et l'échec. Que voilà un revirement attendu ! Toujours ces effets de manche pour impressionner, mais qui ne sont que des astuces et des gesticulations bien inutiles et qui ne peuvent que discréditer le royaume. Le sentiment général qui peut s'ensuivre de ces allers et retours verbaux est que le roi est une girouette.
Si le roi veut asseoir son prestige international, il me semble qu'il devrait avoir une autre ligne de conduite. Puisque c'est lui qui a lancé cette idée (comme celle également d'un gouvernement international ou une présidence prolongée de l'UE), il conviendrait qu'il ne se dédise pas à tout instant ni ne se contredise.
Au fond, il va et vient d'une idée à l'autre sans continuité sauf sur un dossier : celui des réformes. C'est stupéfiant qu'il puisse désirer tout à la fois obtenir une audience internationale et se rendre indésirable dans son propre royaume. Il y a là une dichotomie insaisissable qu'il conviendrait d'étudier au microscope.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans Langage
commenter cet article
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 08:09
Le roi clame qu'il quittera le G20 si... mais se dédit tout aussitôt car la politique de la chaise vide marquerait l'arrêt du G20 et l'échec. Que voilà un revirement attendu ! Toujours ces effets de manche pour impressionner, mais qui ne sont que des astuces et des gesticulations bien inutiles et qui ne peuvent que discréditer le royaume. Le sentiment général qui peut s'ensuivre de ces allers et retours verbaux est que le roi est une girouette.
Si le roi veut asseoir son prestige international, il me semble qu'il devrait avoir une autre ligne de conduite. Puisque c'est lui qui a lancé cette idée (comme celle également d'un gouvernement international ou une présidence prolongée de l'UE), il conviendrait qu'il ne se dédise pas à tout instant ni ne se contredise.
Au fond, il va et vient d'une idée à l'autre sans continuité sauf sur un dossier : celui des réformes. C'est stupéfiant qu'il puisse désirer tout à la fois obtenir une audience internationale et se rendre indésirable dans son propre royaume. Il y a là une dichotomie insaisissable qu'il conviendrait d'étudier au microscope.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans Langage
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche