Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 09:23

Comment ne m'a-ton pas informé que l'audience était avancée d'un jour ? Zut alors ! Je ne découvre que ce matin l'existence de la mise en examen de gros sourcils. Le réveil est brutal. Bon, de toute façon, il n'y coupait pas. Quatre chefs d'accusation dans l'inculpation. Reste que cette affaire est loin d'être arrivée à son terme. Il continuera sa campagne malgré tout et surtout malgré ses assertions précédentes. Parce qu'il espère être élu et ainsi échapper au jugement qui sera prononcé... tardivement. Le P.N.F. peut agir rapidement, il en va tout autrement de la justice au long court.

Le feuilleton continue.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu
commenter cet article
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 17:29

C'est une pluie orageuse qui nous tombe dessus :

a) Une information judiciaire est ouverte par le parquet financier à l'encontre de gros sourcils.

b) Un proche de MLP est mis en examen pour abus de biens sociaux. Cela fait déjà la deuxième personne à propos de laquelle la justice demande des comptes.

c) L'Europe la vise également et exige le remboursement d'une somme astronomique pour emplois fictifs. La cheffe est convoquée, mais fait un pied de nez.

Décidément, cela change toute la donne : pour la première fois, une élection présidentielle suscite bien des affaires. Serait-ce à dire qu'un vent de grogne a saisi la justice, en réponse au dégoût du peuple ?

Que va-t-il se passer maintenant ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Actu
commenter cet article
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 09:28

C'est aujourd'hui le dernier tour de la primaire de gauche, heu pardon, socialiste. Les deux concurrents ont ferraillé comme de bien entendu, l'un s'opposant à l'autre et vice-versa. Il y a les tenants de chacun des deux. La chose la plus sûre, c'est que les anti-Valls vont se précipiter. Surtout parmi les jeunes qui ne veulent plus d'autoritarisme.

Je ne ressens aucune impatience, je me contente d'attendre. Après tout, comment se sentir concerné quand on sait que la bataille est perdue d'avance. La gauche a trop flirté avec le libéralisme : elle en paiera le prix. Et même le prix fort. Il faut bien se rendre à l'évidence, cette gauche s'est fracturée en deux camps irréconciliables : la gauche dure, campant sur le vieux modèle (les grands principes) et la gauche dite moderne qui a emprunté le courant en vogue. Le diagnostic de l'ancien premier ministre est avéré.

L'issue ne peut être que fatale. Je ne comprends pas que cette gauche, apparemment scindée de manière irrémédiable, n'ait pas eu le sens de la synthèse et de la conciliation. Mais pour arriver à un compromis acceptable, il aurait fallu que les deux camps se rencontrent, posent tout sur la table, discutent le bout de gras jusqu'à renoncer à certains pans de leurs idéologies respectives tout en reconnaissant leurs différences.

Renaîtra-t-elle de ses cendres ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu
commenter cet article
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 19:36

L'homme du jour, c'est le tout jeune ministre qui vient de fonder un nouveau parti. Tiens donc ! ? L'idée n'est pas mauvaise, mais qu'est-ce que cela cache ? Son parti ? En marche. Quelle sobriété ! C'est net, fringant, pétaradant. En un mot, jeune. L'idée ?  que ce ne soit pas un parti qui soit de gauche ou de droite, mais un rassemblement de toutes les bonnes volontés de droite et de gauche. Intéressant. Novateur ? Peut-être. Le pays a en effet besoin d'envisager autrement l'avenir. Il a besoin de relever la tête. D'espérer du changement. De sortir du trou dont il ne parvient pas à sortir. Alors, pourquoi pas ?

Cela ressemble à ce qu'on appelle une coalition. Je n'ai rien contre. Depuis le temps que je me dis que tout ce qu'il se passe est idiot, qu'il n'y a que les ego des uns et des autres qui s'entrechoquent lors des élections, qu'il est temps de sortir de ce bipartisme séculaire et qui se déchire depuis trop longtemps, la proposition a de quoi séduire.

Oui, mais... Je ne sais trop que penser de cette situation où un ministre du gouvernement ose se positionner comme un leader avant même que les élections soient en route. Certes, il est jeune, et pour moi, ce n'est pas un handicap. Cependant, j'hésite à adhérer, même si depuis longtemps je préconise une alliance avec les modérés des deux partis qui se disputent la primauté depuis des lustres. Oui, j'hésite, car je ne sais pas ce que cela cache. Ambition personnelle exagérée ? Outrecuidance de quelqu'un qui croit tout savoir ? Et adorerait être calife à la place du calife ? Ou bien un aiguillon piloté en sourdine par quelqu'un d'autre ? 

Il a pour lui de venir de la société civile. Et comme je pense qu'il faudrait que ce ne soient pas toujours les mêmes caciques qui occupent le devant de la scène, sa "civilité" me séduit. Cependant, il sort de l'ENA. Et ça, ça me chagrine. Parce que j'en ai marre des concepts appliqués uniformément grâce à la culture technocratique dispensée par cette école. Qu'il soit passé par le monde de la banque ne me dérange pas vraiment. Il a au moins l'expérience du monde tel que nous le connaissons (à un autre niveau que nous, mais bon...), contrairement à la grande majorité des élus, énarques comme lui pour la plupart et qui n'ont guère cotôyé le monde du travail, celui de la vraie vie.

Alors, que penser de ce monsieur, même pas quadragénaire, inconnu du grand public il y a encore deux ans ? Une étoile montante ? Un mirage ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Actu
commenter cet article
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 01:56

Les résultats sont ceux qui étaient attendus sauf sur un point bien p)récis : aucun département n'est tombé dans l'escarcelle du FN. Si pour le Ps, ce n'est pas "la victoire en chantant", en tout cas, c'est un résultat qui en dit long sur le ressort des français à opter mieux que ne le donnaient à penser les sondages. D'où une satisfaction sans partage de voir un échec bien plus cuisant qu'il n'y paraît, le tout étant qu'il était impensable que le troisième tiers s'impose dans le paysage politique. Merci à ceux qui ont voté en suivant leurs idées et non les consignes des partis. On peut en tirer la conclusion suivante : le vrai patriotisme n'est pas mort.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu
commenter cet article
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 14:26

Ce n'était que le 1er tour. Et pourtant, il y a du grain à moudre. Comme prévu, le parti en place perd des plumes. En revanche, et là on a le droit de hurler à pleins poumons, le score du 3ème tiers participant est moindre que ne l’annonçaient les sondages. Autre phénomène notoire : malgré la consigne du grand patron, certains UMP, en position éligible au second tour, se sont désistés en faveur du PS. Comme quoi le ni, ni n'est pas bien rodé. Evidemment, ça ne va pas plaire à leur patron, mais j'applaudis face à ce bon sens dont ces hommes et femmes ont fait preuve et la sincérité de leur devoir de citoyens : ils ont, de mon point de vue, fait le bon choix. Tout, sauf...

A dimanche prochain pour les scores finals !

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu
commenter cet article
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 15:25

En une semaine, la Russie aurait trouvé des suspects dont au moins un aurait reconnu qu'il avait participé à l'assassinat de l'opposant au régime poutinien.  On peut douter de ce résultat. Il s'agirait d'un tchétchène. Lequel serait musulman et n'aurait pas apprécié que Nemtsov ait jugé scandaleux l'attentat contre Charlie Hebdo. Décidément ce journal suscite bien des violences et des réactions étranges. Qu'on puisse ne pas apprécier un media de ce type, certes, cela peut se comprendre. De là à imaginer qu'un homme soit abattu en pleine ville le soir par un extrémiste au prétexte fallacieux de... Ca ne tient pas la route N'est-ce pas un peu trop facile ? De toute façon, si c'est vraiment la vérité, il ne peut avoir agi seul. Derrière cet assassinat se cache un commanditaire. On sait très bien que le pouvoir en place n'apprécie pas d'être contesté. Le totalitarisme n'est pas nouveau et il semble qu'il ait vocation à éliminer ses détracteurs. Solution de facilité : c'est une mise en garde à l'encontre de ceux qui oseraient manifester leur mécontentement et surtout leur besoin de démocratie. On n'ignore pas que les pays occidentaux sont présentés (par les médias à la botte du Kremlin) comme des malfaisants cherchant à déstabiliser l'équilibre politique du grand Est. Proposer comme hypothèse que ce serait un complot occidental est tellement gros qu'il aura fallu trouver un bouc émissaire. Et quand on sait que les interrogatoires de suspects ne se déroulent pas en douceur, on peut tout à fait imaginer que ces aveux ont été extorqués par la violence : il faut un coupable à tout prix. Le coupable idéal ? pas russe de souche et musulman de surcroît. Tout pour plaire, non ?  Entre l'invasion de la Crimée, des combats contre l'Ukraine qui souhaiterait intégrer l'Europe, rien ne fleure très bon car ça sent son hégémonie à plein nez . Est-ce que toutes ces affaires successives sont innocentes ?  Je crains que non.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 12:13

Au pied du Kremlin. Comme par hasard, un opposant. Comme quoi il ne fait pas bon de n'être pas d'accord. Qui songerait à douter de la clarté de cet événement ? Personne. Et, effectivement, tout le monde est convaincu que le commanditaire de cet assassinat est le big chief. Sans prétendre trop médire, il a la gueule de l'emploi. Regard oblique, sourire crispé, rien de bien engageant. On se fie généralement à la bonne mine, c'est dire qu'en l'état l'aspect du bonhomme inspire tout, sauf la confiance. Et comment se fier à un ancien du KGB ? A l'entendre, il n'est responsable ni de cet assassinat, ni de l'invasion de l'Ukraine. On lui ferait un faux procès. Mais il ne peut convaincre le reste du monde qu'il n'est pas l'instigateur de quoi que ce soit. Les sanctions sont inéfficaces car il sait convaincre le peuple du bien-fondé de sa politique et il profite de cette "popularité" pour insinuer que l'occident veut le déstabiliser, le discréditer. Certains affirment qu'il fait peur. Mais quand on écoute les plus concernés, on doute quelque peu de cette affirmation. La fierté d'un peuple peut le conduire très loin. et quand on n'a pas d'organe de presse indépendant, force est de penser que la propagande étatique fait ce qu'elle veut, comme elle veut, quand elle veut.

Il y a dans l'histoire des époques où les dirigeants font peser une chappe de plomb sur les peuples, tout en se débarrassant de leurs contradicteurs, généralement des gens "éduqués", des intellectuels. Il suffit de se rappeler qu'il y a soixante-dix ans, un dictateur mégalo a provoqué un génocide de masse. Depuis, d'autres l'ont imité, dans des proportions moindres, mais l'acte était le même. Et quand on songe à l'état récemment auto-proclamé, il y a de quoi frissonner. Le parallèle saute aux yeux : sans vouloir jouer la phytie de Delphes, on ne peut que présumer que la guerre menée par cet état ne sera pas sans conséquences. Le but est bien d'anéantir toute une civilisation en envoyant à la mort même des enfants. A quoi songent donc les parents qui laissent leur progéniture aller à la boucherie ? L'Homme n'a jamais été raisonnable et ne semble pas prêt à le devenir. .

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu
commenter cet article
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 13:52

Un deuxième tour en demi-teinte. A force que le gouvernement empile les échecs en matière de chômage, les déçus n'hésitent plus à voter massivement pour le F.N. En demi-teinte parce qu'obtenir à une élection partielle (48,5 %, pour le F.N., le reste - 51,5 % -  au PS) des suffrages exprimés n'est pas anodin. C'est révélateur de la très grande défiance que les électeurs ressentent vis-à-vis des partis classiques. Il faut dire que leur politique est identique alors qu'on attend tout autre chose qu'un consensus libéral. Quand le peuple n'est plus en accord avec ses dirigeants, cela signifie la panique. Très mauvais pour la démocratie.

Devenir député d'une circonscription avec seulement 800 bulletins d'écart, du jamais vu. A qui la faute ? On peut montrer du doigt l'absence de vision de l'UMP et surtout ses dissensions internes. Sans pour autant dédouaner le PS. Certes, l'UMP a été sanctionnée lors du premier tour, mais le faible résultat du candidat PS est là pour démontrer que la majorité actuelle ne donne pas satisfaction. A preuve l'abstention (environ 60 %).

Il n'y a toujours que 2 députés frontistes au parlement. Mais pour combien de temps ? Rappelons-nous comment Hitler est arrivé au pouvoir. De petit, son parti est finalement devenu majoritaire. Et l'on sait quelles en furent les conséquences. Ce type d'élection qui assied sa base sur les difficultés des uns et des autres (quand il ne s'agit pas de rancoeur) amène, inéluctablement, au pouvoir les partis extrêmes. Est-ce cela que nous voulons ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Actu
commenter cet article
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 12:11

L'élection de Syriza soulève bien des espoirs. Et bien des récupérations. Inévitablement, chacun veut être partie prenante. Jusqu'au FN qui voit dans l'extrême-gauche un parti frère. En cause ? Le fait qu'elle dénonce l'austérité depuis X. Cela en fait-il pour autant une alliée de l'autre extrême ? Je doute que non. Bien sûr qu'il y a toujours matière à concordance d'idée. La différence se situe au niveau de ce que l'on en fait. On me dira que chacun surfe sur l'exaspération. C'est vrai, mais le sens de cette récupération est indéniablement différent : le FN joue avec les nerfs des citoyens et l'on sait que les français sont des râleurs-nées, des insatisfaits perpétuels. Ca dure depuis la nuit des temps et ça ne s'améliore pas. Sauf que les mêmes qui boudent les urnes, protestent dans leur coin, ne font plus entendre leur voix quand il s'agit d'action. Il y a en effet, en France, une force d'inertie qui consiste à ce que soit toujours l'autre qui démarre, s'engage et essuie les plâtres. De préférence du côté des fonctionnaires (qu'on s'acharne à décrier systématiquement parce qu'ils seraient des nantis, sécurité de l'emploi oblige). C'est vrai qu'être assuré de ne pas perdre son job est bien plus confortable que de se savoir la proie d'un patron qui n'a rien à battre des récriminations (justifiées de préférence) de ses employés ou parce qu'il considère que ceux-ci sont soumis à la loi du marché et que le carnet de commandes exige une comptabilité ric-rac.

Quelle différence entre ces deux partis ? La toute première, c'est que, si la partition grecque s'est jouée également sur l'exaspération, c'est surtout l'austérité et la portion même pas congrue dont bénéficiait le peuple (chômage grandissant, salaires coupés en deux, plus de système de santé, plus d'éducation et autres douceurs réservées par la troïka au nom du redressement du pays) qui a fait exploser les scores de Syriza. But affiché : renégocier la dette, octroyer des délais plus longs, bref, un vrai projet. En revanche, parce que notre pays n'en est pas réduit aux dernières extrémités, le jeu de la récupération n'est pas basé sur le manque de tout. Certes, le chômage est explosif, mais pour l'instant, sauf si l'on considère les augmentations des impôts, tout ne va pas si mal chez nous. Aucune parenté si minime soit-elle entre ces deux partis, aucune convergence de vue et de positionnement. Mais il faut sans doute attendre ce que le nouveau gouvernement grec en place fera. Cela ne sera pas facile.  

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche