Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 19:17

Pff ! J'ai entamé la lecture de l'avant-projet de la loi sur le travail. 139 pages, pas une mince affaire. Je viens de terminer la 15ème page. Benoîtement, je croyais qu'on dépoussiérait le code du travail. 139 pages, me direz-vous, ce n'est pas un pensum. Détrompez-vous, si, c'est bien un pensum. Les formulations (répétées) de ceci et de cela alourdissent un texte indigeste. C'est qu'il faut être précis, n'est-ce-pas ? Et comme cela s'inscrit dans la logique administrative qui plus est, en droit, les tournures répétitives lassent très vite.

Je ne suis donc pas au bout de mes peines, mais je ne lâcherai pas le morceau (il y a là-dedans de quoi faire se dresser les cheveux sur la tête). A condition de s'initier au plus près des formulations, de lire et relire jusqu'à compréhension intégrale des paragraphes, c'est un travail intéressant (non, pas passionnant, mais intéressant oui). Ça va vraiment jusque dans le détail. Ce qui signifie que ce projet n'est pas né du jour au lendemain et qu'il devait traîner dans les tiroirs d'un technocrate spécialisé en droit du travail. Une refonte, de mon point de vue, prévue de longue date et qui est tombée comme un cheveu dans la soupe, à un moment où l'exaspération est à son comble.

Je vais donc persévérer, prendre des notes, analyser et vous livrer, peut-être, des pépites qui vous feront hurler. Encore que, vu les réactions que cet avant-projet a provoquées, je ne peux affirmer qu'il y a de quoi encore vous surprendre. Ne soyez pas impatients : ça demande du temps et comme je pars dans quelques jours...

Pourquoi je fais cela puisqu'il est reporté et qu'il sera sans doute abandonné ? Par souci d'intégrité intellectuelle : comment parler de quelque chose de précis sans en connaître une seule miette ?

Demain étant un autre jour, quelle sera l'ampleur de la manifestation contre cet avant-projet ? D'ailleurs, aura-t-elle lieu puisque l'état d'urgence implique de ne pas manifester ? Si elle se déroule (devant le parlement paraît-il), il y aura vraisemblablement des heurts, voire des méfaits (en marge de la manif comme d'habitude), et donc des interpellations. Ca peut être chaud, très chaud.

 

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Loi travail
commenter cet article
8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 03:36

Il y a plus de 20 ans que je n'ai pas mis un pied en Italie. Et le week-end prochain, j'y serai. A Milan. Une ville que je connais bien et que je retrouverai avec plaisir. Je pensais partir en voiture, mais problème, elle sera chez le garagiste. Donc, aller et retour en car (Merci Macron). Et location par internet d'un appart pas trop excentré. Ah, le Duomo, la Galleria Poldi-Pezzoli où j'admirerai le profil féminin du Pollaiolo, la pinacoteca Brera où je reverrai la nature morte du Caravage, la Cène de Léonard da Vinci dans l'église Santa Maria delle Grazie, la Galleria Vittore-Emanuele et la librairie Rizzoli où j'achèterai des bouquins... Peut-être parcourerai-je le Cimiterro Monumentale que je n'ai encore jamais visité...

Ah l'Italie... ! Que de souvenirs refont surface... ! Je me régale par avance.

 

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Voyage
commenter cet article
7 mars 2016 1 07 /03 /mars /2016 12:27

C'est la question du jour. Plus on écoute les informations distillées via les médias, plus on se demande à quoi sert une Europe divisée, incapable de s'entendre sur les sujets essentiels. Pas de cohésion à l'horizon : chaque pays entend rester fermé sur lui-même tout en profitant des avantages de cette union hétéroclite qu'est l'Europe. Les réunions s'accumulent mais la discorde règne. Peut-être faudrait-il se poser  la question : sommes-nous capables de trouver un consensus qui satisfasse tout le monde ? Et cette autre question : sommes-nous capables de nous entendre ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Europe
commenter cet article
7 mars 2016 1 07 /03 /mars /2016 00:44

L'instabilité ici et là provoque des ruées vers l'Europe. Les migrants s'entassent aux frontières, espérant passer au-delà des barbelés érigés à la hâte pour bloquer ce flux de plus en plus important. Chez nous, on évoque les bords de la Manche où des camps se créent spontanément car les candidats à l'exil veulent passer le "channel". Mais ailleurs, à d'autres frontières tout aussi verrouillées, d'autres candidats à l'exil affluent, s'accrochent à ces barbelés dans l'espérance de franchir ce nouvel obstacle qui leur barre la route. Ces pauvres gens croient que le ciel sera plus bleu que celui de leur pays, qu'ils trouveront un refuge et auront la capacité de se construire un avenir. Une situation dramatique qu'aucun dirigeant ne sait traiter. Il y a ceux qui veulent bien adopter des étrangers, les autres qui refusent toute mixité. Un sacré dilemme puisque les états membres ne s'accordent pas sur une même politique.  Il faudra pourtant trouver une solution car on n'a pas le droit d'abandonner ces milliers de personnes fuyant la guerre ou l'oppression.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans international
commenter cet article
6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 12:30

Ces derniers temps, je me pose bien des questions. Quelle mouche les pique ? Ils sont devenus fous ? Ont-ils réfléchi avant de lancer pareil pavé dans la mare ? Ils sont bien encombrés maintenant avec cette loi et la pétition qui atteint le million de signatures. Le projet de loi est reporté. Et après ? S'agira-t-il d'un passage en force après "amendement"  ? Ou d'un abondon ?

Que de questions ! Et que d'incertitudes !

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans législation
commenter cet article
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 00:47

... Que l'article précédent. Ce lien vous permettra d'entendre le son de cloche d'un économiste de gauche fort connu :

http://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/carriere/vie-professionnelle/droit-du-travail/video-reforme-du-droit-du-travail-pour-attali-on-y-trouve-choses-hallucinantes_1321809.html

"Ce n'est pas comme ça que l'on travaille."

"dans le texte tel qu'il est, on voit des choses hallucinantes : la durée du travail peut aller jusqu'à 60 heures [par semaine] sans tenir compte de la pénibilité ou de l'avis de l'inspecteur du travail ou des syndicats. On voit que la durée de la journée de travail peut aller jusqu'à 12 heures". "On a des choses insensées."

Pas de "projet de société" : "On voit très bien ce que les patrons peuvent y gagner, mais on ne voit pas ce que les salariés peuvent y gagner." "Je ne pense pas que cette loi passe, sauf de façon amère et en force."

 

Merci à Monsieur Attali d'oser dire ce qu'il pense de la révision du code du travail : si tous les hommes sensés (certains ne le sont pas et je ne citerai personne : tout le monde sait de qui il s'agit). mais quelle mouche a donc piqué le pésident et le gouvernement ? Dans le grand n'importe quoi, ils gagnent le pompon. Ce qui est certain, si cette réforme passe, le pays sera à feu et à sang (surtout si ça passe avec le 49-3). Ce sera la guerre des 99% contre le 1%. Vaudrait mieux que ce plan contraire à la logique, à l'éthique et à la devise de notre pays soit enterré. Et vite.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Economie
commenter cet article
24 février 2016 3 24 /02 /février /2016 16:37

La mise à sac du code de travail envisagée par la gauche rencontre quelques difficultés et surtout des protestations de la part de spécialistes en économie. Je vous transmets cette vidéo (durée :25 minutes) qui évoque l'étude menée par deux chercheuses de l'université Lille 1. Si vous voulez aller plus loin, vous trouverez d'autres liens directement sur le site.

Ce qui est certain, c'est que ceux qui prônent la dérégulation du travail sont de sacrés imbéciles qui n'ont cure de conserver certaines protections pour les travailleurs.

Bonne lecture !

 

https://www.youtube.com/watch?v=fIkg7m7X3Ww

 

PS : les sous-titres utilisent le mot chercheur pour les deux protagonistes du journaliste. Or, le féminin du substantif chercheur existe, et c'est chercheuse, également substantif  mais sous sa forme féminine, et donc équivalent du mot masculin. Or, chercheur a été féminisé : chercheure. Cherchez l'erreur !

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Economie
commenter cet article
22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 15:58

Hier au soir, parce que j'avais besoin de me vider l'esprit, j'ai branché la télé et ai suivi une série anglaise. Une reprise moderne de Sherlock (il y en a plusieurs). Tout au long des épisodes, j'ai constaté que la production avait privilégié les paysages de Londres comme le font actuellement tous les acteurs de séries. A ma grande stupéfaction, les prises de vue concernaient toujours les mêmes immeubles. Et quels immeubles ! Rien que du moderne. De ces tours qu'on voit désormais pousser comme des champignons dans toutes villes, qu'elles soient européennes, américaines, asiatiques, africaines... Des tours et des tours, toutes plus grandes les unes que les autres. Et de formes plus ou moins identiques. Avec quelques variantes ici et là, mais au bout du compte, elles se ressemblent toutes. Le génie architectural n'est plus ce qu'il avait été. La similitude des formes et des matériaux sent comme un assèchement de l'inspiration : tout le monde copie tout le monde. Plus aucune originalité, rien d'inspiré, un désert de construction imaginative. Cette uniformisation (qui prétend marquer, comme dans les temps anciens, son époque) est terrible. Pas seulement sur le plan visuel. Je veux bien qu'à chaque époque corresponde à des structures spécifiques, mais de là à ne plus voir que des immeubles tout en verre et dont la crête semble atteindre le ciel, n'est-ce pas un peu prétentieux et ridicule ? Quand on sait que ces tours (de plus en plus gigantesques) sont équipées de systèmes de ventilation et quand on sait que les déchets produits par ces machines ont un impact terrible sur l'environnement, je me demande à quoi peuvent bien servir ces réunions mondiales où l'on prend de bonnes résolutions en matière de réduction des gaz à effet de serre. Quel leurre ! Quelle tromperie ! Et quel gâchis !

On a détruit des quartiers entiers pour une urbanisation tout en hauteur où s'entassent des familles, où les petits commerces de proximité ont disparu, où l'inhumanité de ces cages à lapins est telle que les populations habitant ces quartiers se concentrent ethnie par ethnie. Et l'on s'étonne qu'il y ait radicalisation, communautarisme et autres phénomènes provoqués par la concentration humaine.

Quelle volonté se cache derrière ces constructions qui défigurent le paysage humain ? L'aspect concentrationnaire est si visible que je ne comprends pas comment on peut accepter pareille défiguration des villes. Ca ressemble à un jeu de quilles, à un jeu de massacre. La ville serait-elle devenue le théâtre absurde des prétentions mégalomaniaques de quelques uns qui obturent toute vision humaniste ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Archi
commenter cet article
20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 01:16

 

Eh oui, sa Majesté est à nouveau sur la sellette. Toujours cette histoire de gros sous de la campagne de 2012. Une mise en examen qui fait couler de l'encre et des commentaires intarissables. Je crains que cette nouvelle affaire n'en réjouisse beaucoup : ses détracteurs ne manquent pas. Il faut reconnaître qu'il a su se faire détester. Et même s'il a encore des inconditionnels, des voix discordantes se font entendre depuis qu'il a repris le parti en mains. C'est connu et archi-connu.  Et pendant qu'on dégoise, épluche, analyse, triture, décrypte ce point sans vraiment d'importance dans les affaires de la planète, d'autres événements bien plus sérieux se déroulent sous nos yeux indiférents. A cause de lui, qui a vraiment entendu parler de l'attentat  en Turquie ?  Ca n'a pas fait la une des journaux, ni les gros titres de la presse télévisuelle. Un peu comme si ce n'était qu'une anecdote, alors que la mise en examen du royal présumé innocent attise les convoitises. Je me demande souvent dans quel monde nous vivons. Quelles sont vraiment les priorités que l'on propose au peuple dans le flot continu d'informations ? Certainement pas le malheur des autres. Au fond, tout ce qui nous intéresse, ce sont ces affaires crapoteuses et non le sort des autres. Cela peut se comprendre, mais tant que ces abrutis de journaleux ne feront pas leur métier avec davantage de sérieux, nous aurons droit à de vains bavardages et des commentaires sans saveur. Quant à l'information, la vraie, la seule qui compte, on peut toujours courir pour qu'on nous tienne au courant : ça ne doit pas nous concerner sans doute.

Ceci n'est qu'un exemple parmi d'autres : cela fait des décennies qu'on nous a embarqués dans une léthargie et un repli sur soi dont on peut difficilement se décrotter.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Coup de gueule
commenter cet article
28 janvier 2016 4 28 /01 /janvier /2016 02:56

Les ministres de l'Intérieur des états européens proposent d'exclure la Grèce pour deux ans au titre de son impossibilité à gérer les migrants qui débarquent sur ses côtes.

Du grand n'importe quoi ! Comment ce pays pourrait gérer tout seul ses rivages quand on sait dans quel état est la Grèce ? Elle est exsangue parce que les créanciers ne veulent rien savoir et l'étouffent sans vergogne. Tsipras a dû céder face à la rapacité de ces pourvoyeurs de fonds qui n'hésitent pas à mettre au tapis quiconque leur déplaît. Et de vendre les bijoux de famille, et de pressurer les familles, et d'augmenter la TVA... Toutes mesures censées rétablir les comptes publics. Quelle blague !

C'était bien la peine que la France se batte pour que la Grèce reste dans l'union européenne. Comment ces jean-foutres de technocrates osent-ils prétendre faire ce qu'ils faut quand ils baissent leur culotte devant l'argent ? Ils ont tellement peur de ne plus pouvoir emprunter de l'argent qu'ils préfèrent sacrifier l'un des leurs, l'un des nôtres. C'est d'autant plus faux-cul que tout le monde savait que la Grèce avait triché quant à l'état de ses finances, ce qui, dans l'absolu, ne lui permettait pas d'adhérer à l'Europe.

Le peuple grec est-il responsable des basses manoeuvres des dirigeants, de leur stupide cupidité, de leur incurie crasse ?

C'est très simple : entre l'Angleterre et son affaire de brexit et l'exclusion de la Grèce, c'est tout l'équilibre de l'Europe qui est remis en question. Si ces imbéciles qui font la pluie et le beau temps appliquent leur décision, l'Europe est morte. Et là, bravo pour le merdier. L'euro n'aura plus aucune valeur, les marchés deviendront fous, les investisseurs se détourneront du vieux continent, l'économie sera désastreuse. Et nous, nous n'aurons plus que les yeux pour pleurer.

L'absurdité humaine me stupéfiera toujours.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans De la Grèce
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche