Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 11:42

J'apprends que D-A se groupe avec Dents de la Mer. Du grand n'importe quoi. Tout ça pour exister autrement, ou plutôt, pour continuer d'exister. Ce ne sont pas ses 4,7% qui changeront la donne. Il a pris, comme beaucoup, sa décision sans en informer ses "coadjuteurs". Lesquels démissionnent de son mouvement, ne supportant pas une telle alliance, alors que, depuis longtemps, D-A n'avait de cesse de critiquer celle avec laquelle il vient de pactiser. Comme contradiction, il n'y a pas mieux. La grande gagnante de ce jeu de dupes, point n'est besoin de la nommer.

Vivement dimanche qu'on en finisse avec ces turpitudes de bas niveau. Turpitudes qui sont révélatrices du besoin fou de paraître. Lui promettre le siège de premier ministre est une belle carotte. Or, les carottes sont les légumes préférés des ânes. En voilà un qui aime marcher entre la carotte et le bâton, indissociables dans l'esprit des ânes.

J'adore les ânes, mais pas de cette espèce-là. Mon préféré ? Celui de Montlhéry. Ils me font penser aux chevaux des shetland dont ils ont la petite taille. Mais pas la vélocité.

Pour en revenir à D-A, de mon point de vue, il a courte vue et est bête à bouffer du son (encore un aliment pour les ânes). Cette mésalliance - malgré quelques accointances entre les deux programmes - renforce Dents de la Mer : elle ne représente plus le parti honni dont personne ne voulait entendre parler ou avec lequel s'allier. Voilà une trahison qui doit se faire retourner Le Général dans sa tombe. Dommage qu'il ne puisse en sortir pour battre comme plâtre cet âne bâté !

 

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 11:39

Mettez un homard dans un casier. Il est beau, bien gros, promet de belles chairs. Sauf que le homard, quand il est prisonnier, ne se nourrit plus et maigrit. Ce qui fait sa valeur, ce n'est pas sa carapace, ni ses pinces. Quand son intégrité physique se résume à une peau de chagrin, il n'a plus aucun intérêt. En est-il de même de nos hommes politiques ? Faut-il tous les mettre dans un même panier de crabes, les faire jeûner pour les vendre ensuite comme de simples coquilles vides ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 07:49

Je viens de regarder les résultats du coin.

A Lyon, Méluche a fait une sacrée percée, notamment dans le 1er arrondissement puisqu'il a devancé Macron et Gros Sourcils. En revanche Gros Sourcils, malgré des quartiers très "bourgeois", ne l'a pas emporté. Malgré une forte présence de Méluche, l'ovni de la politique est bon gagnant (plus de 30%). Pour ce qui est de l'ensemble de Lyon, Dents de la Mer n'a pas eu beaucoup de succès (8,86%), contrairement aux villes avoisinantes où, dans l'ensemble, elle l'emporte sur les autres. Cependant, à Villeurbanne, son score est un peu meilleur, mais n'atteint pas des sommets (13,10%). Dans les communes avoisinantes comme celle de Décines, Dents de la Mer engrange un peu plus de 24% .

On ne peut jamais jurer de rien. La progression de Dents de la Mer est notable dans les petites communes du Rhône. C'est inquiétant car, sur le fond, l'absence de pédagogie des dirigeants induit du refoulement, de la rancoeur, voire pire. Ces "oubliés" (du moins est-ce ainsi qu'ils se sentent) sont prêts à se damner pour obtenir un changement qu'ils n'espèrent plus tant ils ont le sentiment que les politiques sont loin d'eux et de leurs préoccupations.

Il serait temps qu'on prenne conscience que la société est faite de mentalités différentes mais d'aspirations communes à tous. Or, ce sont ces "oubliés" qui pâtissent le plus des politiques menées depuis trop longtemps. L'exaspération augmente et la colère risque fort d'éclater. Et là, il sera trop tard.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 06:29

Ouf ! Je respire mieux. Hier, c'était enfin le premier tour. Il était temps. Je n'en pouvais plus. Oui, il était temps. les deux élus "démocratiquement" vont pouvoir s'opposer. Et débattre.

Ils étaient quatre dans un mouchoir de poche. Deux ont été éliminés. Amertume, déception, doute, colère, désarroi... Les sentiments sont mélangés. Et pas que par les candidats refoulés : certains citoyens ont le blues. Et cela pourrait déchirer les familles : imaginez-en une  de 4 personnes, chacune ayant voté pour l'un de ces quatre...

Reste encore à passer le second tour et c'en sera fini. On croise les doigts.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 11:00

Lever dès potron-minet : j'ai l'habitude de me lever tôt. Surtout le jour des élections. J'ai horreur d'avoir à patienter dans une file d'attente. Alors, la solution consiste à se pointer dès l'ouverture du lieu de vote. Facile : c'est à quelques pas de chez moi, dans l'école fréquentée par mes enfants quand ils étaient en primaire. La cour n'a pas changé, le préau non plus : c'est là que sont installés les isoloirs et le personnel qui enregistre les votes.

Je ne sais pas si cette élection est sécurisée, mais pas même un policier municipal à l'horizon. Deux vagues agents de sécurité bardés de gilets jaunes. Pas de fouille, on entre, on sort, comme si de rien n'était. De toute façon, l'heure n'était pas à l'affluence.

Ca n'a pas traîné : non, il n'y avait pas de queue à perdre patience. J'ai consciencieusement pris les 11 bulletins empilés sur une table, puis j'ai tout de suite trouvé un isoloir, glissé mon choix dans l'enveloppe et procédé à mon devoir civique. Les préposés aux urnes étaient tous d'un âge très avancé. Il y a eu quelques difficultés de lecture, mais la dame qui cherchait dans la liste, après quelques hésitations, a fini par trouver.

Si j'ai passé 10 minutes dans le préau, c'est bien le bout du monde. Quelle délivrance de retrouver la cour, puis la rue... !

 

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Election
commenter cet article
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 15:13

... et à trois jours du premier tour. Ca ne pouvait pas plus mal tomber : d'ici que la panique éloigne un peu plus des urnes, il n'y a qu'un pas. Entre des abstentionnistes de plus en plus nombreux, des hésitants, des frileux et des extrémistes, c'est plutôt mal parti.

On se doutait bien qu'il y en aurait d'autres et que l'apparent éloignement de notre territoire n'était que transitoire? Juste le temps pour qu'on oublie la menace qui pèse au-dessus de nos têtes.

Violence, cruauté, gratuité des actes, autant de phénomènes qui semblent motiver ces gens qui ne visent qu'à déstabiliser l'occident. Des personnes qui manquent de recul par rapport à la démocratie,  ses fondements et ses pratiques. Qu'a-t-elle cette démocratie qu'ils veuillent la détruire ? En quoi la gênent-ils ? On ne demande à personne d'adopter notre mode de vie sociale, on n'empêche personne de vivre selon son éducation et sa culture. Alors quoi ? Oui, quoi ? Rancoeur contre les entreprises colonialistes du 19ème siècle ? N'est-ce pas un peu tardif ? Ne s'agit-il pas là d'une revanche sans fondement objectif puisque la colonisation est sapée depuis plus d'un siècle ? Certes, il existe des traces comme celle de l'administration française, la langue encore parlée dans les pays du Maghreb et de l'Afrique. Mais l'influence s'arrête là. Alors, pourquoi vouloir revenir sur un passé défunt ?

Sans doute l'esprit belliqueux, radicalisé par une religion qui prêche pourtant la tolérance et le respect de la vie, renaît-il de cendres qu'on a réchauffées en attisant les braises déjà froides.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 16:04

... Avant le premier tour. J'ai hâte d'être à dimanche. Toute cette campagne m'agace, me perturbe, m'empêche de me concentrer sur ce qui, pour moi, est important. Au début, j'écoutais sagement tout le monde, puis la lassitude est venue : je pensais qu'on aurait une véritable information de qui était qui. Pauvres de nous, les affaires ont pris le dessus sur les programmes. Et d'explication synthétique via les commentateurs et le peu de paroles audibles des candidats, le jeu est si troublé qu'on y perd son latin. On aimerait pourtant avoir les idées claires afin d'effecteur notre devoir civique sur la base d'éléments de comparaison.

Sondeurs et médias se disputent le devant de la scène, souvent complices dans leur manière d'appréhender les faits, les problèmes soulevés et les postures. Comme si eux seuls avaient le pouvoir de décrypter jusqu'au tréfonds des individus et de leurs programmes respectifs. On se sent grugé, dupé, trompé, leurré, on ressent autre chose que de la lassitude, il s'agit bien plutôt de dégoût pour la chose publique. A force d'être chapitrés par les uns et les autres, notre boussole ne tourne plus rond. Alors jaillit le sentiment que tout est menterie et qu'on oriente les débats dans le sens de ce qui plaît aux débatteurs. Ces faiseurs de rois ne comprennent pas que le peuple n'est pas plus illettré qu'eux, que la matière grise est également le lot de tout un chacun, et que, hormis ces censeurs d'appareils politiques convaincus que ledit peuple a besoin de leurs lumières sans lesquelles il ne saurait se déterminer, les citoyens réfléchissent. Nos cervelles turbinent depuis un certain temps, mais l'usure est là, à force de triturages sondagiers, de commentaires oiseux et partiaux. Oui, lassitude de ce trop-plein de propos sur tout et rien. Ecoeurement même à force d'entendre sempiternellement les mêmes pérorer sur les ondes.

 

 

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 12:17

C'est fait. La Turquie s'est dotée d'une nouvelle constitution (majorité fragile d'ailleurs). Et d'un président qui a désormais les pleins pouvoirs. Son règne durera jusqu'en 2029. Pas une mince affaire d'autant qu'une forte opposition n'entend pas en rester là et conteste déjà ce suffrage. Encore un pays qui va sombrer dans une certaine violence tant une large frange de la population qui semble réfléchir un peu plus loin que le bout de son nez est apparemment désireuse d'en découdre avec la nouvelle configuration de leur pays. Contestation donc du scrutin (51,5 %) par tous moyens. Il faut dire que ce pays a toujours eu des intellectuels brillants et très francophiles. Or, ce scrutin indique clairement que cet état a envie d'en découdre avec l'Europe (qui lui a octroyé quelques millions pour qu'il repousse les migrants), cette entité qui fait la fine bouche pour l'introduire dans cette union. Ce n'est pas ce coup d'éclat qui va favoriser les pourparlers : son entrée est désormais hypothétique, la nouvelle force du pays ressemblant étrangement à un coup d'état déguisé empreint de formalisme.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans International
commenter cet article
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 09:57

... On arrêtait les sondages ?

Il ne se passe pas un jour sans que les sondeurs y aillent de leurs trémolos, de leurs conjectures, de ces "possibles" qui se dessinent à l'horizon. Ils servent à quoi ces sondages ? A faire peur ? A convaincre ? Incitent-ils les indécis, les déçus, les désespérés à se prendre en charge ? Ces manipulations forcent le dégoût. Dans un premier temps à démobiliser ceux qui se demandent s'ils vont aller voter, parce qu'ils sont déboussolés par toutes les affaires, le mépris de la classe politique pour le petit peuple. Et puis, surtout, ils en ont marre de voter pour "le moins pire".

Il faut arrêter ces sondages imbéciles qui ne servent à rien, sinon à éloigner encore plus des urnes la France d'en bas. Ces sondeurs gagnent leur vie sur le dos du plus grand nombre, instillant, par leurs questions insidieuses, des jugements erronés, des errements néfastes, des choix insipides. Ou dangereux. 

Cette présidentielle est incongrue, débile, lassante. Et pas seulement à cause des affaires. Derrière tout ce qui se dit et s'entend, la colère est très présente, le refus du "toujours pareil" se dessine franchement, l'envie de bousculer les canons établis jaillit très fortement. Et augmente de jour en jour.

Et alors ? j'ai envie de dire merde à tout ce merdier qui use les méninges et déboussole tout le monde.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Mauvaise humeur
commenter cet article
9 avril 2017 7 09 /04 /avril /2017 10:36

La France a été colonialiste. C'est un fait avéré. Récemment est né un tollé. A propos de l'Algérie. Tous de se récrier au sujet des propos tenus par le sieur Macron qui, l'infâme, a osé parler de cette guerre des années 54-62 comme d'un crime contre l'humanité.

Cela m'a mis la puce à l'oreille, j'ai donc mené ma propre enquête. Force est de reconnaître que l'armée française a commis des exactions injustifiables. Pas seulement sur le territoire algérien, en France même. Viols, massacres, camps, tout y est. Il suffit pour s'en rendre compte d'aller sur certains sites qui relatent des faits qui ne sont pas à l'honneur de notre pays.

Il n'avait pas tort de dénoncer des crimes contre l'humanité car l'emploi de la torture, les exécutions sommaires, les viols, les massacres sans procès, les camps où l'on parquait les autochtones sont autant de critères rejoignant cette définition de crime. On parle d'environ 300 000 victimes dont une majorité de civils. N'oublions pas que cette guerre a vu de nombreux appelés dont la plupart sont revenus meurtris moralement à cause de ce qu'ils ont vécu sur le terrain, beaucoup n'ont jamais guéri des atrocités qu'on exigeait qu'ils commettent et nombreux sont ceux qui sont devenus fous à cause d'une guerre à laquelle ils n'auraient jamais dû participer.

Ces persécutions ont eu lieu également sur notre territoire. Il y a eu des attentats, c'est vrai, tout comme en Algérie. Cependant, peut-on vouloir exonérer tant du côté français que du côté algérien, ces militaires qui ne voulaient pas d'une Algérie indépendante pour les premiers et les seconds qui voulaient l'indépendance ? Et qui, d'un côté comme de l'autre, n'ont pas hésité à commettre des actes répréhensibles, au détriment du camp adverse, mais également au détriment des nationaux ?

17 octobre 1961 : Maurice Papon, alors préfet de Paris, avait instauré un couvre-feu pour les Algériens de 20h30 à 5h30. Trois jours d'action étaient prévus par le FLN : 1) manifestation pacifique, 2) manifestation des femmes contre la répression, 3) manifestations dans les villes de province. Plusieurs milliers manifestants pacifiques viennent des banlieues. La répression est violente, coups de matraque, arrestations, corps jetés dans la Seine, pendaisons dans le bois de Vincennes... D'octobre à décembre, il y aura quelque 300 morts. Avec la "bénédiction" de l'état.

Certes, le FLN a commis des actes graves en Algérie et sur le territoire français. Mais était-ce une raison suffisante pour réprimer aussi violemment une population qui ne marchait que pacifiquement pour qu'on lui reconnaisse un statut en tant qu'êtres humains ?

Encore aujourd'hui, le racisme ordinaire se perpétue, on veut bouffer du musulman. Ces musulmans qui sont regardés, comme au temps de l'Algérie Française, comme des êtres inférieurs, voire ravalés au rang de bêtes. Il est temps de fermer cette page d'histoire honteuse et de rendre justice à ces êtres tout aussi vivants que nous et méritant notre respect.

 

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Contre-vérités
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche