Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 07:29
Comme nous sommes tous de purs sujets du royaume, nous sommes concernés intimement. A vous de décider si vous voulez savoir ou ignorer. A faire suivre si l'envie vous pousse de partager ces informations. A mettre dans la corbeille (éventuellement) si vous pensez que cela ne vous regarde pas et que c'est trop tard.


http://www.cetaitpiredemain.org/index.php
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 07:21
Article d'un juriste évoquant l'attribution par le ministère de l'immigration de lots (oui, voilà que les centres de rétention des étrangers deviennent des lieux qualifiés, lors de marchés, de lots. Ne cherchez pas à comprendre : c'est déjà du sectarisme de bas étage), répartis sur tout le territoire entre six prestataires différents dont deux au moins sont litigieux (presque une prise illégale d'intérêt, voire un délit d'initié : ces qualifications juridiques sont une appréciation très personnelle de la lecture que je vous indique ci-dessous).
On pourrait appeler cette opération par appel d'offre mise en place par le ministère, "Les dessous des Marchés Publics".


http://droit.lesdemocrates.fr/2009/05/17/l%E2%80%99aide-juridique-aux-etrangers-places-en-centre-de-retention-marche-public-ou-grand-bazar/
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 09:32
On reprend le même et on recommence.

HP restructure sa gestion de la production internationale avec mise en place d'un plan de licenciements. Les cadres  dirigeants de ce constructeur avaient été contraints d'accepter une baisse de 10% de leur salaire brut. Ce n'est pas rien. Apparemment, cela ne suffit pas puisqu'il envisage de baisser également le salaire des cadres et des non-cadres. Respectivement de 5% et 2,5%. C'est déjà mieux, mais ça reste trop. Surtout en temps de crise où tout augmente sans que les salaires suivent.

Il faut sauver le capital à tout coût. De préférence sur le dos des salariés.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans phénomène de société
commenter cet article
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 09:06
On sait que ça ne va pas trop bien depuis l'éclatement de la crise bancaire. On sait également que les entreprises rencontrent des difficultés. Certaines davantage que d'autres. Le hic de cette situation hors du commun, c'est le recours systématique aux réductions de personnels. Qu'une entreprise veuille redresser la barre, on le comprend. mais quand elle investit pour grossir son capital en rachetant une autre entreprise ou en y prenant des parts, qu'elle prétexte qu'elle n'a pas eu un rendement aussi fort que prévu et que la baisse de ses bénéfices induit logiquement qu'il faut supprimer des emplois, j'ai envie de mettre des claques. Pourquoi les restrictions seraient-elles toujours le lot des plus faibles ?
Nous avons donc le premier constructeur de PC, Hewlett-Packard pour ne pas le nommer, a annoncé la suppression de 6400 postes sur le plan mondial dont 5700 rien qu'en Europe en 2009-2010. La France est dans le colimateur bien évidemment.
Les syndicats soulignent qu'en septembre, HP avait annoncé 9300 suppressions d'emploi dans le monde ; en ajoutant les 5700 annoncés en Europe sur deux ans, cela fait grimper à 15000 le nombre d'emplois supprimés. En outre, la fusion entre HP et EDs a déjà rayé des listes 600 salariés.  Une hémorragie continue. Les syndicats dénoncent le repli sur soi, la course à la rentabilité, l'absence de considération envers les salariés et la vision à court terme des entreprises. Entreprises qui portent une grande part de responsabilité da
ns l'amplification de la crise.
On tourne vraiment en rond depuis le dernier trimestre 2008. On ressasse les mêmes thèmes. Et on est impuissants. C'est l'enfer pour tous à cause de la gloutonnerie financière de quelques uns !
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 08:48
Cherche travailleurs saisonniers pour cueillir asperges ou fraises. Ce pourrait être le dernier type d'annonce susceptible de s'afficher au pôle pour l'emploi. Apparemment, pas besoin de requérir à cette organisation officielle pour trouver à la pelle des cueilleurs qui sont, en l'occurrence, des cueilleuses venues de l'est. Ca se passe en Alsace, pas très loin de Strasbourg et finalement, très près de Bruxelles. L'Europe, c'est donc cela : on embauche par dieu sait quelle filière des gens venues de l'Est qui acceptent, faute d'autre proposition ou de moyens, d'être sous-payés.
Le travail de la terre a toujours été pénible. Ramasser des fraises ou des asperges qui poussent au ras le sol exige de ployer le dos tout au long de la journée. Dur labeur donc qui mérite un salaire décent. Eh bien non, pas question de rémunérer ce boulot au tarif horaire légal (8,71) : ces ramasseuses reçoivent 50 centimes par kilo. Combien de temps faut-il pour ramasser un kilo ? Combien de kilos faut-il cueillir par jour pour avoir des euros entiers ? De combien d'heures journalières est constituée la cueillette ? Je l'ignore. Mais ça ne ressemble pas du tout à des horaires de bureau.
Les conditions d'hébergement ne sont pas royales, ce sont de préfabriqués équipés de sanitaires, pas forcément bien entretenus. Mieux vaudrait sans doute dormir dans une grange que de crécher dans ces "piaules".
Si vous êtes tentés par la cueillette de fraises, d'asperges ou de tout autre produit de la terre, prenez soin de vous enquérir des conditions d'hébergement et du salaire : l'esclavage moderne ne vaut pas mieux que celui du temps de l'ancien esclavage.

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 07:38
Les entreprises gèrent leurs affaires non pas avec un capital réel, mais jouent avec l'endettement. Vive donc la bourse puisque ces entreprises sont cotées. A force de tirer sur la corde, et avec une crise mondiale, tout s'écroule. Après EDF qui rachète ses concurrents et lance un emprunt auprès des particuliers, voilà Danone qui veut augmenter son capital pour résorber sa dette. Le groupe dont les actions s'écroulent lance une nouvelle souscription auprès de ses actionnaires à un taux préférentiel. Je serais actionnaire, je reculerais d'un pas et quitte à perdre de l'argent, je vendrais mon portefeuille. Pourquoi irais-je payer  encore pour les erreurs des autres ? Très logiquement, si j'étais actionnaire, je m'en prendrais à ma stupidité et à ma cupidité. Je ferais donc machine arrière, laissant les loups se déchirer entre eux. C'est, paraît-il, pas une chose à faire car cela fait s'écrouler tout le système. Certes. Mais à quoi bon conserver des actions appelées à dépérir de jour en jour ? Mieux vaut sauver ce qui peut l'être, non ?
Cette crise et cette récession sont la résultante de la bêtise humaine "du toujours plus". La politique boursière est immorale car elle joue sur l'appât du gain. Parce qu'il faut sauver le système, les états ont renfloué les banques, rouages essentiels de la finance. Cela peut se comprendre puisque la société humaine est constituée de rapports marchands. Mais quand une société en vient à tout déréguler, à coter tout et n'importe quoi (je pense aux équipes de foot par exemple), on ne peut que se dire qu'il faut tout changer de son fonctionnement. Hélas, ce n'est pas pour demain.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 07:13
On a changé les méthodes de calcul des inscrits au Pôle Emploi. Mais ça ne change rien à la courbe exponentielle des inscriptions. Et voilà qu'on apprend que le mois d'avril  a vu 90000 individus supplémentaires pointant au chômage. Une catastrophe humaine de grande ampleur. Sans illusion pour les mois à venir car nous n'en sommes qu'au début. La crise est trop profonde en effet pour que cette croissance des sans travail s'arrête tout d'un coup.
90000 demandeurs d'emploi supplémentaires entraînant avec eux d'autres individus car ils ne sont pas tous des célibataires endurcis. A combien se monte le nombre de ceux qui s'enfoncent dans la déprime du système à travers un mari, un père ou une mère ? Quel devenir pour ces gens-là dans les mois et les années à venir ?

Le grand chambellan reconnaît que la crise est vraiment très sévère, mais également que la hausse du chômage se poursuivra " tout au long de l'année 2009 et sans doute encore un peu au début de l'année 2010", "Quand on est en récession, il ne peut y avoir de créations d'emplois, il ne peut y avoir qu'augmentation du chômage". Cette évidence n'avait pas besoin d'être dite : qui, parmi la population, s'illusionnait sur les effets induits par la faillitte du système ? Il n'avait pas échappé au bon sens populaire que tout s'écroulait et que nombreux seraient ceux qui en paieraient le lourd tribut.
Tout en avouant ce qui n'échappait à personne depuis le début, il se congratule car "la consommation tient". Et de poursuivre : "
Nous avons mis en place en France des mesures de relance efficaces et nous avons des amortisseurs sociaux très performants". Qu'il aille dire ça droit dans les yeux à ceux qui se retrouvent sur le carreau ! Ce n'est pas lui qui paie et il est garanti de ne manquer de rien vu la position qu'il occupe. Ces mesures de relance qualifiées d'efficaces attendent encore leurs effets. Ces amortisseurs sociaux lui semblent peut-être performants, mais pas à la file des sans emploi dont les rêves se sont brisés. Un peu de modestie, s'il-vous-plaît !
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 11:54
Quelqu'un d'autre que moi regarde de près tout ce qui se passe en ce royaume où les sourds ne veulent surtout pas entendre. Un article qui résume bien une triste réalité. Nous sommes tous concernés puisque nous aussi, un jour ou l'autre, nous atteindrons l'âge de la retraite (à moins qu'il ne nous faille travailler jusqu'au dernier souffle et c'est bien parti pour).

http://politicomedias.over-blog.com/article-32009631.html
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans phénomène de société
commenter cet article
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 11:32
Quand des membres de la commission de déontologie de la fonction publique démissionnent, c'est qu'il y a un abus quelque part. Le malaise est grand depuis la nomination unilatérale d'un conseiller du roi à la tête du deuxième groupe bancaire né il y a peu.
Ces magistrats ou hauts fonctionnaires ne veulent plus admettre que de telles nominations puissent avoir lieu. Ils réclament donc de pouvoir s'autosaisir, ce qui n'est pas le cas actuellement. Voilà une réforme qui aurait du sens, contrairement à d'autres. Le président de cette sage commission a su convaincre l'assemblée nationale du bien-fondé de la refonte de l'institution. A la mi-mai, un député de la majorité a déposé une proposition de loi visant à instituer l'autosaisine de la commission : tous les membres de cabinets, y compris ceux du palaisn devront solliciter l'avis de ladite commission. Traduisez, l'affaire qui a provoqué ces démissions ne pourra plus se reproduire. Le député, promoteur de ce remaniement législatif, a expliqué que c'était "l'occasion de résoudre les angles morts du contrôle déontologique".
Si cette modification de la loi ne passait pas, les membres de la commission n'auraient pas d'autre choix que la démission collective.

La morale ferait-elle un retour fracassant dans le monde politique ? Ou bien s'agit-il d'une prise de conscience - qui se généralise jusque dans la majorité - des abus du pouvoir royal ?
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 11:14
Le Crédit Lyonnais a été racheté par le Crédit Agricole. Voilà que ce dernier entend fusionner deux de ses filiales de crédits à la consommation : Sofinco et Finaref. Fort bien ! Le hic, c'est que cette fusion en pleine période de crise récessionnaire est synonyme de suppressions de postes. Sur la base du volontariat, bien entendu. Tandis que ces "volontaires" verront leurs revenus fondre comme neige au soleil, la banque agricole deviendra ainsi le chef de file des établissements du crédit à la consommation (aujourd'hui, on dit leader). Mais pas seulement ! Elle sera également numéro un (number one) sur le plan européen. Aïe, aïe Pépita !
But de la manoeuvre : économiser 75 millions d'euros par an. Certes, la restructuration coûtera la bagatelle de 60 millions, mais avec 15 millions pour "solde de tout compte", c'est une bonne affaire.
Que voulez-vous, avec la crise, il faut bien faire quelques sacrifices. L'affaire en cours répond à la "dégradation du marché du crédit et à la montée des risques".
On n'est pas banquier pour rien.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche