Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 11:14
Le Crédit Lyonnais a été racheté par le Crédit Agricole. Voilà que ce dernier entend fusionner deux de ses filiales de crédits à la consommation : Sofinco et Finaref. Fort bien ! Le hic, c'est que cette fusion en pleine période de crise récessionnaire est synonyme de suppressions de postes. Sur la base du volontariat, bien entendu. Tandis que ces "volontaires" verront leurs revenus fondre comme neige au soleil, la banque agricole deviendra ainsi le chef de file des établissements du crédit à la consommation (aujourd'hui, on dit leader). Mais pas seulement ! Elle sera également numéro un (number one) sur le plan européen. Aïe, aïe Pépita !
But de la manoeuvre : économiser 75 millions d'euros par an. Certes, la restructuration coûtera la bagatelle de 60 millions, mais avec 15 millions pour "solde de tout compte", c'est une bonne affaire.
Que voulez-vous, avec la crise, il faut bien faire quelques sacrifices. L'affaire en cours répond à la "dégradation du marché du crédit et à la montée des risques".
On n'est pas banquier pour rien.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 10:34
Le grand argentier du royaume, empruntant les idées royales, concocte un système d'intéressement pour fonctionnaires méritants ( traduisez : remplissant leurs objectifs).
Il existait déjà le mérite individuel (j'en reparlerai après le second point), il existera dès que possible le mérite d'un service. Fantastique, non ? Selon le grand argentier, les services doivent viser des résultats et ainsi ils seront récompensés. Quand on sait qu'un service au sein de la Fonction Publique peut regrouper plusieurs corps de métier, comment ledit service va s'organiser pour harmoniser les résultats ? Et prouver qu'il a atteint ses objectifs ? La récompense d'un service signifie donc qu'il percevra plus de subsides pour fonctionner. Cela ne rémunèrera pas les individus (quel dommage pour eux !).
Le mérite individuel est intéressant car il ignore toute une frange de la population fonctionnaire. Là, il y a carrément une sélection par le haut (que les gratte-papier du bas de l'échelle catégorielle oublient qu'ils sont  méritants !). La crème de l'administration, ce sont les attachés d'administration (tout comme l'ENA est l'élite des écoles), ils sont donc les premiers concernés par cette prime au rendement, pardon au mérite. Cette prime devrait être étendue aux catégories A et B. En revanche, elle ne concerne surtout pas les catégories C : c'est une espèce en voie de disparition, (on avait déjà supprimé la catégorie D). Il faut savoir que deux catégories C (celle qui effectue les tâches les plus ingrates méprisées par les deux plus hautes qui ne mettent guère - ou pas du tout -  les mains dans le charbon) sont remplacés par une catégorie A (c'est bien ce qui facilite la suppression des postes de fonctionnaires). A la place des catégories B, je me méfierais car le jour viendra où comme les D, les C, ils disparaîtront du paysage administratif.
Conséquence du dégraissage, la prime au mérite ne sera pas une augmentation de salaire (pas question de mettre plus d'argent sur la table), mais la récompense des efforts personnels.
Mérite, oui, je crie ton nom ! Les plus forts en embrouilles, les carriéristes, les écraseurs d'arpions se verront récompensés (ils recevront certainement une médaille en chocolat). Tandis qu'ils recevront compliments et primes, le reste des agents en sera réduit à faire grise mine.
Cette nouvelle forme d'émulation n'est pas autre chose que la mise en concurrence des agents entre eux, c'est même une déclaration de guerre. L'esprit chefaillon va se répandre comme une traînée de poudre (c'est d'ailleurs déjà commencé) et empoisonner l'atmosphère (idem). Ce sera une guerre des chefs puisque les catégories A sont tous chefs.
Pour le reste, le travail sera sous-traité, pardon, externalisé (c'est déjà commencé). Les tâches les moins gratifiantes (entretien, gardiennage,...) s'exportent hors les murs administratifs. Viendra le tour de la gestion-paperrasse, de la gestion des bases de données, de la maintenance des matériels, et j'en passe et des meilleures.
Oui, Mérite, je crie ton nom.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans adm
commenter cet article
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 19:17
Crise + récession = licenciements en vue. Inéluctable. Chaque jour, on apprend que tel groupe international ou non prévoit de fermer des usines, de réduire le nombre de ses salariés. Tout en empochant des primes pour services rendus. Donc, ce sont bien des primes à la casse que ces dirigeants décomplexés reçoivent.
Le mépris dans lequel les salariés sont tenus est infernal. Ils n'existent pas en tant qu'humains, seulement en tant que producteurs. Le hic, c'est que le fruit de leur travail tombe dans l'escarcelle des autres et qu'il ne leur reste que les yeux pour pleurer. Quand ils ont encore des larmes.... A force d'être malmenés par la vie, ils s'abrutissent comme ils peuvent pour oublier leurs malheurs. Ils sont impuissants face au laminoir qu'est cette société soi disant évoluée. Les syndicats ne savent plus défendre ceux que la crise, la récession, mais surtout l'esprit de lucre, passent à la poubelle. Pas tous cependant. Les syndicalistes locaux restent proches de la population. Et s'insurgent, dénonçant les "malversations" évidentes de ces groupes ou dirigeants qui piétinent le labeur harassant des salariés pour les remercier sans ménagement . Car, c'est  bien le drame : les salariés ne sont que des outils, peut-être même moins que les matériels sur lesquels ils travaillent. La considération n'existe pas dans la relation patron-employés. Comme si, dans la hiérarchie des valeurs, un patron valait quelque chose en soi et que l'employé ne valait que par son travail. Etre réduit à n'être que productif, voilà ce qu'est la vie de ceux qui triment toute leur vie pour assurer le gîte et le couvert à leur famille. Lorsqu'on leur enlève le pain de la bouche en les licenciant, ils perdent le peu qu'ils avaient l'impression de posséder. Ils ne sont plus des identités référencées, mais des objets qu'on jette comme des mouchoirs en cellulose. Au nom du profit. Et on ne comprend pas que ce mépris affiché de leur existence, pire qu'une claque,  puisse les jeter dans les rues. Et pendant qu'ils continuent malgré tout d'espérer, qu'ils se battent pour conserver cette dignité bafouée au nom de l'argent, les patrons reçoivent des émoluments honteux. Si ça, ce n'est pas une prime à la casse...., une casse de l'homme qui représente moins que le matériel sur lequel il a transpiré pour enrichir le patron. La subordination  est sans doute le facteur de ce mépris exprimé quasi ouvertement pour ceux que la productivité rend esclave.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans phénomène de société
commenter cet article
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 16:41
La réponse apportée à un problème est toujours celle de la répression. Le roi a toujours donné dans le sécuritaire et ses chambellans ripostent de même. Comme s'il n'y avait pas d'autre alternative. Drôle de méthode que celle employée systématiquement soi disant pour améliorer des situations dites violentes.
Or donc, le chambellan des écoles veut ni plus ni moins que transformer ces lieux d'apprentissage en prisons. Mais non, me direz-vous, ce n'est pas cela du tout. Je vous rétorque que si. Proposer des détecteurs de métaux  à l'entrée des écoles est absurde. si ce n'est pas de la répression, franchement c'est qu'on manque d'objectivité.
Il y a d'autres propositions à faire. Mettre le problème sur la table et établir les responsabilités de ces passages à l'acte violent est la première démarche à faire. Une fois ces responsabilités établies, envisager des méthodes pour résorber la violence ou tout du moins la canaliser avant qu'elle n'éclate.
Où se situent les responsabilités ?
Les premiers responsables sont les parents qui abandonnent leur enfants devant le téléviseur, cette nouvelle nounou à laquelle on ne verse pas de salaire. Les deuxièmes responsables sont les programmateurs des chaînes de télévision : ils balancent des films ou des dessins animés qui devraient être interdits. Les troisièmes responsables sont les publicistes qui projettent des images provocantes. Ces trois éléments sont constitutifs de la montée de la violence : ils devraient réfléchir un tant soit peu aux effets pernicieux de certaines images. Pour finir, le plus grand responsable, c'est le système qui laisse tout faire, d'où des dérives violentes. Rien d'étonnant donc que des collégiens s'en prennent à leurs enseignants car la morale n'est plus qu'un souvenir,  la licence des moeurs est devenue la norme : la société dite moderne est permissive.
En résumé, tout n'est pas visible pour des enfants, à moins qu'ils ne soient dans un cadre où la violence n'existe pas, où la cellule familiale existe encore, où les parents sont assez "éduqués" pour apprendre à leur progéniture à faire la part des choses (à noter que des parents conscients et responsables - de vrais adultes en fait - n'abandonnent pas leurs enfants devant un téléviseur pour se consacrer à leur vie personnelle).
Avant de fliquer les écoles, il faudrait peut-être revoir la conception que l'on a de la vie et les obligations que cela inclut.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans phénomène de société
commenter cet article
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 19:14
Je sais comment le chiffre initial des non remplacements de fonctionnaires a pu ainsi gonfler. Tout simplement qu'il y a eu deux démissions à la Commission de Déontologie de la Fonction Publique à cause de la nomination controversée d'un certain monsieur proche de sa majesté. Voilà qu'ils sont trois désormais. Eh oui, un troisième personnage a démissionné de cette commission parce qu'il voulait se préoccuper davantage de ses autres activités. Le cher homme n'avait plus assez de temps pour s'y consacrer.
5000 - 3 = 4997. Il me reste à trouver ces derniers. Ca va être coton.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans fourre-tout
commenter cet article
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 18:56
La Lolf (Loi organique des lois de finances), un nom bien compliqué pour des résultats meilleurs qu'espérés par le roi. Il peut être satisfait, il a décidé de réduire le coût de la Fonction Publique. Pour y parvenir, il ne veut pas remplacer un fonctionnaire sur deux (heureusement que la retraite existe). Ma foi, s'il croit que c'est ce qui va résoudre la déconfiture nationale... Libre à lui de penser selon son bon plaisir. Il y tient à cette lolf, c'est l'un des engagements de sa campagne qui lui tient le plus à coeur (au fait, a-t-il oublié de remplacer certains fonctionnaires en âge avancé dans son palais ou dans ses ministères ?)
En 2008, le chiffre à atteindre était de 23000. Voilà qu'il est enfin connu : il est supérieur de 5000. 28000 inutiles en moins. Chapeau ! Fallait le faire. Le roi doit cocoricoter, sauter de joie, se répandre en autosatisfaction. LA RGPP fonctionne au mieux (au cas où vous ne le sachiez pas, c'est la Révision Générale des Politiques Publiques). Selon les commentaires, certains ministères auraient anticipé la loi dans l'axe du budget 2010-2011. Tiens donc ! Serait-ce à dire qu'ils font partie des bons élèves ?
Il ne faut surtout pas s'arrêter là : cette année le mammouth sera dégraissé de quelque 30000 fonctionnaires, et en 2010, on atteindra le chiffre de 34000. Royal, non ? Presque 100 000 fonctionnaires en moins : le roi va pouvoir souffler et faire réparer son nouvel avion.

C'est beau l'économie, non ?
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 12:25
J'aurais dû lire moins rapidement car j'ai raté la nouvelle de la troisième acquisition d'EDF.
Nos électriciens, toujours aussi gourmands, auraient revendu quelque 20% de l'entreprise  britannique afin de prendre des parts (majoritaires bien évidemment) du belge SPE, deuxième producteur du petit pays voisin de nos frontières. Donc voici trois acquisitions en moins d'un an puisqu'ils avaient racheté, après British Energy,  la moitié de l'américain en nucléaire, Constellation Energy.
C'est pas dieu possible d'être aussi peu sensé ! Je sens que je vais avoir un sacré coup de sang, la moutarde me monte dangereusement au nez. Si les entreprises du royaume commencent à se comporter comme l'ont fait les banques, le système ne va pas s'arranger. En contrepartie, les entreprises qui grignotent de plus en plus sur leurs marges vont thésauriser de sacrés dividendes, au détriment de leurs consommateurs.
EDF affirme, sans doute pour rassurer le tout venant, que ces acquisitions vont permettre d'embaucher 20 000 personnes de plus. Oui, mais où ? Et dans quelles conditions ? Quand un endettement représente la moitié du capital, on ne peut que se faire du souci, embauches ou pas embauches.
Mais quand
cette stratégie du toujours plus va-t-elle s'arrêter ? Le monde est-il devenu fou ?
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 11:57
Connaissez-vous la dernière ?  EDF va lancer un emprunt auprès des particuliers (vous et moi donc) pour remonter ses fonds.  Que voulez-vous, EDF a besoin d'un milliard d'euros (rien que ça) pour renflouer sa trésoreie bien écornée par ses rachats d'entreprises étrangères. Histoire de gonfler son importance sur le plan international. Fort bien pour notre électricien en chef, mais qu'avait-il besoin d'agir ainsi ? Sans doute at-til pris goût à la puissance. Devenir le numéro un mondial dans le domaine de l'énergie, ce n'est pas rien.
Seulement voilà, alors que le consommateur lambda a vu ses factures enfler pendant des années de manière inversement proportionnelle à l'augmentation de son salaire, les électriciens en chef de cette digne institution avaient des projets grandiloquents. La faute au libéralisme outrancier sans doute.
De vous à moi, pourquoi prêterais-je de l'argent à cette société aux dents longues pendant quatre ou cinq ans ? Je n'en ai pas les moyens. Mais même si j'avais un matelas confortable pour mes vieux jours (ce qui ne sera jamais le cas), je ne balancerais pas longtemps, ma réponse serait non. Que ces gens-là n'aient pas les yeux plus gros que le ventre et qu'ils restent donc dans l'hexagone au lieu de courser le premier lièvre venu dès qu'il s'agit de se rendre intéressant ou d'empocher toujours plus de dividendes. Ils sont grenouilles et se veulent boeufs. Qu'ils assument leur voracité financière sans recourir à des emprunts qu'ils n'auraient pas eu à envisager s'ils avaient  été raisonnables !
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 09:17
Les universités ne sont plus bloquées. Un certain journal titre ainsi "Victoire politique pour l'université". Un titre bien ambigu, ne trouvez-vous pas ? Il faut en effet lire l'intégralité dudit article pour comprendre le sens réel de cette victoire politique.
Il ne s'agit pas de la victoire des universités, mais de celle du gouvernement. Et l'article de pérorer à propos de la ténacité de la ministre qui, contrairement à ses prédécesseurs, n'a rien concédé face à la contestation. Raide dans ses bottes, vraisemblablement. Bien évidemment, le chantre du gouvernement va plus loin, jugeant que les fouteurs
de merde savaient à quoi s'en tenir à propos de la LRU (autonomie des universités et statut des enseignants-chercheurs. Ce dernier élément n'est apparu dans sa totalité qu'après l'autonomie) Grosso modo, c'était de la pure idéologie antisarkozyste. Voilà, nous y sommes, car là est tout le noeud du problème. Comme si tous les universitaires votaient comme un seul homme, à gauche comme par hasard. Or la communauté universitaire est constituée d'individus d'appartenance ou d'idéologie politique de tous bords. Quel amalgame imbécile ! Et un peu trop facile ! Comme ça ne suffit pas de jeter l'anathème sur la connaissance de la réforme, de taxer d'antisarkozisme les universitaires, le journal n'hésite pas à en rajouter une couche. Je cite :   "
La contestation aurait, de toute manière, été au rendez-vous. Par principe." Si ça ce n'est pas de l'idéologie à l'état pur, doublée d'une mauvaise foi évidente, c'est que je ne comprends rien à rien. Ou alors, on prend la population pour plus bête qu'elle ne l'est. Encore du bourrage de crâne. Encore de la désinformation. C'est l'expression de l'esprit partisan coûte que coûte. Cela ressemble à ce que j'appellerais du terrorisme intellectuel.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans Langage
commenter cet article
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 09:01
Des chercheurs grecs tirent la sonnette d'alarme : une trop grande consommation de cola serait nocive à la santé des buveurs de Coca. Sont concernés ceux qui ingurgitent entre 2 et 10 litres par jour. Déjà deux litres, cela me semble excessif, mais qu'on puisse en boire jusqu'à 10 litres, c'est tellement bête que j'ai bien du mal à le croire. Toujours selon les mêmes chercheurs, les boissons dites lights (allégées serait mieux sur le plan de la langue française) auraient le même effet désastreux.
De quoi s'agit-il vraiment ? Tout simplement que les excès d'absorption de sucres peuvent provoquer une maladie appelée hypokaliémie. Les symptômes vont d'une simple fatigue, en passant par de la constipation pour finir par de la  paralysie.
On savait déjà que le cola absorbé en grande quantité et trop régulièrement provoquait la déminéralisation osseuse ainsi que du diabète. Il faut savoir qu'à terme, les buveurs de boissons sucrées courent à leur perte précoce : le corps médical a déjà alerté les autorités sanitaires (et ça ne remonte pas à hier), en précisant que, parvenus à la trentaine, ces amateurs excessifs en boissons industrielles seraient cardiaques. Apparemment, les études menées et les mises en garde n'ont rien changé aux comportements d'une jeunesse consommatrice de liquides ambrés ou gazéfiés.
Pour en revenir à la découverte des chercheurs grecs, selon eux, la paralysie serait réversible (idem pour les autres symptômes) à condition d'avoir arrêté toute consommation et pris un complément de potassium.

Quelqu'un veut-il continuer à prendre des risques inutiles ?

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans phénomène de société
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche