Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 09:28

C'est aujourd'hui le dernier tour de la primaire de gauche, heu pardon, socialiste. Les deux concurrents ont ferraillé comme de bien entendu, l'un s'opposant à l'autre et vice-versa. Il y a les tenants de chacun des deux. La chose la plus sûre, c'est que les anti-Valls vont se précipiter. Surtout parmi les jeunes qui ne veulent plus d'autoritarisme.

Je ne ressens aucune impatience, je me contente d'attendre. Après tout, comment se sentir concerné quand on sait que la bataille est perdue d'avance. La gauche a trop flirté avec le libéralisme : elle en paiera le prix. Et même le prix fort. Il faut bien se rendre à l'évidence, cette gauche s'est fracturée en deux camps irréconciliables : la gauche dure, campant sur le vieux modèle (les grands principes) et la gauche dite moderne qui a emprunté le courant en vogue. Le diagnostic de l'ancien premier ministre est avéré.

L'issue ne peut être que fatale. Je ne comprends pas que cette gauche, apparemment scindée de manière irrémédiable, n'ait pas eu le sens de la synthèse et de la conciliation. Mais pour arriver à un compromis acceptable, il aurait fallu que les deux camps se rencontrent, posent tout sur la table, discutent le bout de gras jusqu'à renoncer à certains pans de leurs idéologies respectives tout en reconnaissant leurs différences.

Renaîtra-t-elle de ses cendres ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu
commenter cet article
22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 15:48

Le Canard Déchaîné a dégainé très vite. Dès le lendemain de son investiture, Môssieur a signé l'abrogation de l'obamacare. Il laisse ainsi sur le carreau quelque 20 millions de concitoyens dont le président précédent avait permis qu'ils aient une couverture sociale. Il l'avait promis, il l'a fait. Mais tiendra-t-il la seconde partie de sa promesse ? Hum, j'en doute. Il prétend faire mieux que son prédécesseur, mais a-t-il seulement un soupçon d'idée pour faire mieux ? Et surtout très vite ?

En attendant des jours meilleurs, les américains protestent en masse et défilent partout mais surtout à Washington où ils convergent de tout le pays. Du jamais vu. Insolite, bizarre, incroyable. Entre le sexisme, la misanthropie, le racisme, le protectionnisme, l'isolationniste, il y a de quoi  être en rogne. Les femmes ne lui pardonnent pas son mépris pour le sexe faible dont il a encore donné une preuve pas plus tard qu'après l'investiture. Son discours n'a duré que 20 minutes, au cours desquelles il a seriné les mêmes slogans que pendant sa campagne. Aucun projet, rien qui soit une piste acceptable de sa mandature. mais le pire, ce fut quand il ordonna à sa potiche de bonne femme : "Dis quelque chose". laquelle n'énonça qu'une phrase courte, reprise de l'une de celles de son mari. Du jamais vu. Ce type est un tyran imbécile mais qui promet bien des conjectures aux autres pays. De quoi s'arracher les cheveux. Car il ne s'arrêtera pas à la destruction d'une assurance sociale laminée par sa bêtise-crasse : ses projets sont tout aussi délirants. Rien que son gouvernement démontre, pour le cas où l'on aurait encore des doutes quant à sa santé mentale,  que ses choix sont synonymes de ce qu'il est : rien que des ploutocrates entrepreneurs aussi riches que lui, voire davantage. Voilà le retour des énergies fossiles, foin de la COP 21. Il s'en contrefout superbement. Quant à ses potes qui détiennent les ministères, ils sont, comme par hasard aussi obtus que lui : qui dans le pétrole, qui dans le charbon, qui dans les gaz de schiste....

Oui, un changement radical, mais dans le plus mauvais sens de l'expression.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Cousins d'Amérique
commenter cet article
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 14:18

Dans trois jours, l'affreux Canard prêtera serment et prendra ses fonctions. Qu'en sera-t-il de son programme ? Depuis la semaine dernière, des manifestations ont lieu à New-York, Washington et ailleurs. Les femmes ne se résolvent pas à l'avoir comme "Big Chief" car il est anti-féministe, misogyne et vraiment à côté de la plaque. Les manifestants entendent se regrouper à Washington, devant la Maison Blanche, le jour de son investiture. Ce qui ne changera rien au fait qu'élu, il gouvernera la nation. Le tout serait de savoir combien de temps une telle présidence durera.

Ses propos outrés, ses incartades, les personnes qu'il a recrutées ne peuvent que déplaire. Lui, le gosse de riche, se prétend self-made-man. Il a  déformé la réalité pour mieux rassembler les déçus qui n'échappent pas à la misère. Une technique déjà éprouvée par d'autres.

Décidément, la politique, où qu'elle se pratique, est plus que décevante : on attend désespérément celui ou celle qui saura convaincre de son honnêteté, tenir ses engagements et mener le pays au-dehors du trou.

 

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Cousins d'Amérique Politique
commenter cet article
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 10:55

Le choix en proverbes est vaste, international. Partout, on retrouve cette sagesse populaire ancestrale. Que ce soient les chinois, les amérindiens, les belges ou les hindous, tous semblent édicter des maximes qui expriment une pensée profonde.

Confucius a écrit : "Celui qui déplace la montagne, c'est celui qui commence à enlever les petites pierres". Autrement dit, pour parvenir à ses fins, il faut s'engager à fond, commencer par le plus infime et persévérer jusqu'à la victoire. Si l'on prend l'exemple de la souris, elle grignote patiemment pour se frayer un passage jusqu'à l'objet de ses désirs. Si l'homme est sage, il soupèse tout avant de prendre une décision et si sa volonté est grande il obtiendra satisfaction.  Ce précepte de Confucius rejoint notre proverbe : "Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage !". On doit cette expression à Nicolas Boileau qui écrit dans "L'Art Poétique" :

Avant donc que d'écrire, apprenez à penser.

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement,
Et les mots pour le dire arrivent aisément.

Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage,
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage,
Polissez-le sans cesse, et le repolissez,
Ajoutez quelquefois, et souvent effacez.

Ce qui vaut pour l'écrit, vaut pour tout. Soyons donc patients et opiniâtres !

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans proverbes
commenter cet article
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 14:29

La période de Noël est propice aux découvertes. Je me régale de papillotes, c'est vrai, mais ce que je préfère, ce sont les petits papiers (mal coupés, hélas !) qui nous parlent à travers des maximes, de la poésie, des proverbes. Certes, c'est relativement insignifiant. Cependant, certains de ces proverbes recèlent tous une grande part de sagesse. Alors, je les collectionne (heu, pas vraiment, mais j'en ai sélectionnés quelques uns).

Je me dis que je devrais peut-être vous en octroyer chaque jour de la semaine. Mais bon, ce serait assez long et, en même temps, je n'en pas trouvé suffisamment pour tenir un an. Dommage !

En voici un qui m'a beaucoup plu. Il est très original, empreint d'une vision universelle assez exceptionnelle. Le voici :"Le sourire est le même dans toutes les langues". Ce petit chef d'oeuvre n'est pas français, ni européen, mais mexicain. Eh oui !

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Proverbes
commenter cet article
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 00:10

Salut 2017, année impaire. On ignore ce qui nous attend. Ce n'est pas grave : elle se déroulera comme les autres, avec ses hauts et ses bas.

C'est déjà demain. Quel que soit le tirage au sort, nous serons encore là. Alors, bonne année 2017.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 17:48

... on découvre le fumier". On dirait un proverbe, mais ce n'en est pas un. En fait, il s'agit plutôt d'un constat paysan. Que l'on peut facilement transposer dans d'autres domaines. Notamment en politique. Et, à ce sujet, un président célèbre (Edouard Herriot) a dit ceci : "La politique, c'est comme l'andouillette, ça doit sentir un peu la merde, mais pas trop".

J'avoue que je trouve fort savoureuse cette phrase qui reflète (presque) trop bien ce qu'il en est de la politique. L'inconvénient aujourd'hui, c'est que ça sent davantage la merde que l'andouillette.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Défouloir
commenter cet article
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 10:37

Tous partis et individus confondus, ils sont 35 à postuler à la présidence. Du grand n'importe quoi. Il faudrait songer à faire le ménage...

Ils devraient être plus nombreux car manquent G Filoche et M Valls. Et combien d'autres encore ?

En tout cas, ce qui est certain, c'est que de droite et de gauche, il y a matière à discussion : bien trop nombreux.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 18:15

Ils sont tous devenus fous. A moins que leur ambition ne soit la clé de leur comportement, les voilà tous confrontés à une primaire qui démarre fort mal. Il ne s'agit pas de la droite conventionnelle, mais d'une gauche fracturée, cabossée, en mal de devenir. Les idées sont nombreuses et les avis très partagés. Autant d'individus, autant de visions divergentes. Oui, ils sont mal barrés. Déjà qu'un candidat de gauche est mal placé, les trop nombreux postulants ne font que renforcer l'impression que plus rien n'est possible. Mais qu'ont-ils donc pour se croire plus forts que tous les autres, plus à même de provoquer un électrochoc ? La sagesse consisterait à laisser la droite et l'ultra-droite en simple face à face et patienter jusqu'à la prochaine présidentielle. Le retour de la droite démobilisera les moins ultras venus s'y réfugier après un mandat qui, s'il n'a pas été nul malgré ce qu'en disent la plupart des commentateurs, n'a pas satisfait la population. D'où la valeur refuge qu'est la droite. Ou la droite extrême.

En ordre dispersé, ils avancent avec une apparente insouciance bien qu'ils affichent fortement une croyance en leurs convictions. Hélas pour eux, ils sont tout sauf crédibles. La potion a été tellement amère que, hormis les plus durs à cuire, les indécrottables dans leurs convictions (quasi viscérales), les déçus tourneront le dos ostensiblement à cette gauche éparpillée. Je finirai par croire qu'ils ont besoin d'encaisser une claque retentissante pour revenir à la réalité. Et aux fondamentaux de la gauche comme disent les spécialistes.

 

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 17:46

AÏE !!! Le prof qui a prédit et le Brexit et l'ascension de Trump vient tout simplement d'annoncer la venue à la tête de notre pays de...  M.L.P.

Re AÏE !!! Jusqu'à maintenant, ce monsieur -  qui se sert uniquement des conjonctures pour décrypter l'avenir - vient de m'asséner un sacré coup de bambou. Mais  ce n'est pas tout : il annonce ce qu'on appelle désormais un Frexit : autrement dit une sortie de l'Europe. Retour au franc et décapilotade des finances publiques. Evidemment, plus de libre circulation en Europe (suppression de l'espace Schengen). Et autres diableries dont on se passerait bien.

Bref, ce n'était déjà pas la joie, mais si cet oiseau de mauvais augure ne se trompe pas, c'en sera fini  de la franche rigolade bien franchouillarde. d'autant qu'autour de nous, les annonces ne sont guère plus réjouissantes (Italie avec Grillo, par exemple, la Grèce plus du tout renflouée par l'Europe, Merkel battue, T. May éclipsée par un plus ultra, etc. Et, bien sûr, Trump qui mène une politique outrancière. Rien que des joyeusetés effarantes).

Faut-il se préparer à toutes ces catastrophes ? Et comment ? Le monde bascule depuis un bon moment. "Ô temps, suspends on vol !"

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Liberté
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche