Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 10:22
Le roi se fait fort de se rendre intéressant. Côté image de marque, il s'y connaît. Se prenant pour de Gaulle lui-même (un oui massif ou je m'en vais), le voilà qui clame à qui veut l'entendre qu'il pratiquera la chaise vide si rien ne bouge au G20. Evidemment, il a glissé ce propos dissident en coulisses, donc très discrètement. Or, cette discrétion qui ne lui est pas coutumière n'est qu'un leurre : il sait fourbir ses armes et en matière de com, il est grand maître. Une déclaration fracassante n'aurait pas le même impact côté crédibilité. D'où ce murmure complice vite rapporté dans les médias, ces véhicules bien rodés de la pensée royale.
Repost 0
Published by Fred de Roux
commenter cet article
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 13:40
La bourse, l'an dernier encore florissante,  s'aligne désormais sur les autres entreprises. Elle se propose  d'éclaircir le rang de ses employés. Du nettoyage par le vide en quelque sorte. Pas moins de 25 % de départs d'effectifs. Avec contrepartie bien évidemment et encore plus évidemment, ce sont des départs basés sur le volontariat (dit-on). Mais c'est dire si tout va mal car là, c'est le saint des saints, le lieu de toutes les transactions financières. Le Palais Brognard sera un tout petit peu plus silencieux lorsque l'écrémage aura eu lieu. 25 % des 376 salariés, ce n'est pas rien : cela représente quelque 90 personnes et même un peu plus. Que voilà un quart étrange. D'ailleurs pourquoi un quart et pas un tiers ou la moitié ? Quels critères ont permis d'évaluer le nombre de ces mises au placard ? Ces gens-là sont-ils syndiqués ?  Bon, d'accord, on sait que les syndicats ne sauvent aucun emploi, mais au moins donnent-ils aux employés le sentiment d'être défendus...

Cette annonce rejoint toutes les autres déjà connues et précède toutes les autres à venir. 1+ 1 faisant 2, si on multiplie par 10, par 100, par 1000, ça va en faire du boulot pour l'ANPE (eux au moins ils n'ont pas le temps de chômer avec la crise). La courbe est ascendante et le roi a beau se vouloir rassurant, il va bientôt être rattrapé par ses propres mensonges (le royaume ne risquait rien - pas plus qu'il ne pouvait être atteint par les fuites de tchernobyl en 1986) car il a toujours tout minimisé.
Au fait, quand est-ce qu'on passe tous les grands patrons à la moulinette du pointage ?
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 13:27
Le petit monde de la Bourse est suspendu aux décisions du G20, bien sûr, mais également à ce qu'il se passera de l'autre côté de l'Atlantique : tout le monde attend ce qui sera décidé par Monsieur Obama à propos de la relance de l'automobile. Nul n'ignore les difficultés rencontrées par ce secteur qui fait plonger encore plus les valeurs boursières.

C'est typique du genre masculin d'être sempiternellement accroché à la bagnole. Comme si on ne pouvait pas vivre sans se retrouver automatiquement sur 4 roues. Depuis que les pétaradantes de Dion-Bouton ont vu le jour, on ne jure plus que par ces monstres d'acier et c'est à qui s'étalera au volant du bolide dernier cri.

Tandis que tout le monde désespère de la reprise et soupire à n'en plus finir derrière le pare-brise, la dégringolade boursière se poursuit joyeusement. Si on n'avait pas encore compris que la crise était mondiale, là plus moyen d'avoir de doutes. Les boursicoteurs se font moins nombreux les donneurs d'ordre encaissent les bénéfices et se figent dans l'attentisme absolu.

Le décrochage se fait sévère, bien plus qu'attendu et nos gentils agents boursiers ne savent plus à quel saint se vouer. Essuyer encore des échecs ferait s'écrouler la planète finances.

Il devient donc encore urgent d'attendre. Suite au prochain numéro de la gazette "Fricot de bourse"
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 18:05
Halte Aux Détournements Osés Par Internet
Je ne connais pas avec exactitude la signification des lettres qui affublent la loi sur le piratage, alors j'ai créé ma propre version et tant pis si je suis loin de la bonne traduction, celle-ci me convient parfaitement.
Donc il paraît que les internautes seront croqués par cette loi anti-piratage parce que les artistes sont montés au créneau, montrant par là leur volonté de protéger leurs oeuvres. Tant pis si les pirates téléchargent (ils ont généralement entre 15 et 20 ans pour la plupart), l'abonné trinquera via la coupure de sa connexion. Charmant ! Les parents vont être très fâchés et tanceront vertement leurs mômes, ces petits fûtés qui traquent la dernière chanson de leur idole ou le film qu'ils ont envie de voir mais qui n'est pas encore dans les salles de leur bled. Ouin, c'est pas juste...
Dans notre royaume, il n'y a plus que la répression tous azimuts. Le roi ne va tout de même pas accepter que ses potes chanteurs ou comédiens perdent du fric alors qu'ils bossent d'arrache-pied. Ces mialons sont d'un sans-gêne, non mais. Pour leur donner la fessée, la loi est claire : c'est le privilège des parents (il est question de rendre la fessée illégale parce que traumatisante pour ces petites têtes blondes ou brunes).
Petit os : des députés ne sont pas d'accord et pas seulement ceux de l'opposition. En outre, je me suis laissé dire que c'est contraire aux normes européennes que de couper l'accès à l'internet. En ce doux royaume où il fait de plus en plus bon vivre, la norme est de couper l'herbe sous les pieds de l'Europe quand cela arrange le roi pour, d'un autre côté, appliquer ses lois quand cela ne le dérange pas et sans que le parlement ait son mot à dire. Deux poids, deux mesures, tel est le lot devenu commun par fait de prince.
Donc, chers parents, n'oubliez pas d'informer votre progéniture : chaque matin dites-leur, dès après bonjour, Halte Aux Détournements Osés Par Internet. Et si vous trouvez que c'est trop long, dites simplement H.A.D.O.P.I.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans Législation
commenter cet article
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 09:48
Mayotte a la fièvre départementale et s'apprête à devenir le 101ème département du royaume. But de l'opération : avoir les mêmes avantages que tous les autres départements. Fort bien !
Mais, les inconvénients, ils y ont pensé ? C'est bien de percevoir des allocations et autres avantages métropolitains. Cela suffit-il à faire un semblant de vie ? Voyons, réfléchissons un peu : il y a peu, la Guadeloupe s'enflammait à cause de la vie trop chère, suivie par les autres départements, inspirés par la tactique du LKP. Ces gens-là, serfs du royaume, dénonçaient la cherté des produits de base et autres phénomènes liés à leur insularité. Après bien des embrouilles, ils ont obtenu des avancées.
Qu'en sera-t-il de Mayotte ? En intégrant par départementalisation le territoire du royaume, ils vont immanquablement être confrontés aux problèmes aïgus des transports maritimes, des Douanes, des normes européennes et autres contraintes quand on est sujet d'un royaume rattaché à une communauté de continent. Pas sûr que ce soit une bonne affaire...
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 09:41
Le réacteur a pris feu avant que l'avion ne décolle. Tout le monde est sauf et s'en tire avec une trouille bleue. Ce sacré réacteur, penseront les fâcheux, aurait dû prendre feu en plein vol car l'incident aurait été tout autre.
La conclusion que je tire de cet événement, c'est qu'il justifie à lui tout seul la volonté du roi d'avoir un avion tout neuf. Quoi ? Vous n'êtes pas d'accord ? Quoi, vous auriez préféré que l'avion s'écrase au sol, emportant dans l'incendie la dépouille carbonisée du roi ? Mais qui aurait alors présidé aux destinées du royaume ?
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 08:39
Apparemment oui, puisqu'un député de la majorité demande une loi, estimant qu'un décret n'est pas suffisant. Il est tout de même question d'encadrer les rémunérations des grands patrons, ne l'oublions pas. Si le roi estime qu'un décret est suffisant, c'est son choix, pas celui de tous ses partisans. Il y a donc des protestations qui s'élèvent dans ses propres rangs. Tant mieux ! Plus il y en aura, mieux cela vaudra.
La cohésion en rangs serrés derrière le roi commence à se fissurer, des brèches s'ouvent, encore étroites, mais on sait très bien que lorsqu'un mur se lézarde, il finit toujours par s'écrouler même s'il faut un peu de temps. Allez donc visiter des villages abandonnés et vous constaterez que la nature reprend ses droits dès que la main de l'homme n'est plus là pour la contrer. Sans aller aussi loin, en plein coeur des villes, on peut voir pousser au pied des façades des fleurs ou de l'herbe.
Il en va de même pour les partis ou n'importe quel regroupement d'individus. Le ciment, c'est le meneur. Sous l'action des éléments, ledit ciment subit les variations des intempéries et finit par éclater. L'édifice n'a plus qu'à s'écrouler lorsque, dans les interstices, s'immiscent des racines qui, à force de grandir, poussent sur la structure. Allez donc faire tenir en équilibre un bâtiment contre lequel la nature s'acharne.
Repost 0
Published by Fred de Roux
commenter cet article
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 20:35
J'ai tout éteint, sauf mon ordi. Sur la place de l'hôtel de ville, 1600 pandas en papier mâché attendent la nuit, cette heure sans lumière. Des bougies alors s'allumeront. Une manière comme une autre de manifester. Et pour une très bonne cause : le sauvetage de la planète que l'homme massacre sans se soucier des générations futures. Au nom de quoi ? Du profit, comme toujours, ce cancer pervers, cette gangrène qui envahit tout et nous privera même de respiration.
Une heure dans le noir le plus total pour amener au moins un milliard d'hommes à prendre conscience que notre planète mérite autre chose comme destin. Un milliard d'hommes répartis sur tous les continents. Une heure en décalé puisque nous vivons sous des méridiens différents. Une heure pour davantage de vie. C'est peu. Et c'est déjà beaucoup.
J'éteins mon ordinateur et je vais aller admirer ces pandas de papier mâché essuyer les courtes ondées qui tombent du ciel nocturne.
Repost 0
Published by Fred de Roux
commenter cet article
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 09:48
Nouvelle ère, nouvelles règles. Désormais un syndicat ne pourra exister que si, lors d'élections, il atteint la barre des 10%. Une première inaugurée par la SNCF qui voit le premier syndicat du royaume conforté en première position et l'émergence d'un syndicat (dont on dit - oui, mais qui ? -qu'il est réformiste). Exit donc ceux qui n'ont pas atteint cette barre fatidique. Dommage et éminemment regrettable : derrière ceci se cache encore le goût du pouvoir et la manipulation. Les petites formations sont davantage sincères et à l'écoute des travailleurs que ces grandes centrales aux ramifications tentaculaires, dont on peut penser qu'elles sont de mèche avec le politique.
Il y a trop de syndicats ? Peut-être, mais si de nouveaux syndicats se sont formés, c'est parce que les grands ne faisaient plus leur boulot. On ne fricote pas impunément avec le pouvoir en place : on y perd son âme et on ne fait plus que des compromis qui permettent d'exister. Pas très chouette tout ça.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 08:59
Je vais trop vite alors j'oublie de donner au moins exemple pour illustrer mon propos.
Remisé dans un coin très reculé de ma mémoire, ce souvenir qui émerge grâce à l'article précédent. Ce que je raconte est authentique :
Inutile de citer avec exactitude la date à laquelle remonte cette histoire véridique : elle est et sera de plus en plus d'actualité avec la réforme hospitalière. Or donc, un directeur de clinique privée s'étonnait des commandes du bloc opératoire. Ce monsieur, gestionnaire de formation et n'ayant aucun lien avec la médecine, convoqua le chirurgien en chef et lui intima de commander moins de catgut : il n'avait qu'à utiliser ce qu'il restait de l'opération précédente au lieu de jeter les mètres restants.
C'est sans conteste bien de préconiser des économies et c'est le rôle d'un bon gestionnaire. Une fois admis ce principe de base, il s'agit de préciser que bien gérer le milieu hospitalier consiste d'abord à respecter les mesures d'hygiène de base. Ce qui n'était pas le cas de ce monsieur qui aurait fait péricliter l'établissement par prophylaxie de gestion.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans fourre-tout
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche