Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 08:06
Et vlan, une calotte à ajouter au panier ! Six députés ont contré le bouclier fiscal  (4 UMP et 2 Nouveau Centre) réclamant une participation de 5% pour la durée de la crise (qui ne s'arrêtera pas demain). Je dis bravo car enfin la conscience de quelques uns se réveille. Contrer l'autorité du roi réclame un certain courage. Oui, du courage car se faire remarquer en se démarquant de la ligne politico-financière du roi nécessite une prise de position très ferme avec ce que tout cela inclut de désapprobation de la part de la cour royale. Six votes qui ont rejoint le clan de l'opposition et ont suffi à bousculer la belle assurance de la majorité. Oui, ça se fissure de ce côté-là et c'est tant mieux.
Ils ont raison de s'opposer aux cadeaux consentis aux détenteurs des plus grands avoirs du royaume. C'était un peu facile d'argumenter que les fuites de capitaux étaient provoquées par une imposition trop lourde, qu'en divisant la note par deux, ces capitaux reviendraient dans le royaume et permettraient de soutenir une économie défaillante (et ça, c'était avant l'éclatement de la bulle boursière).
Ils ont raison de soulever le lièvre de la crise qui exige un traitement exceptionnel : le royaume a besoin de ces liquidités exceptionnelles car tout va mal et il est normal que les détenteurs de hauts revenus ne soient pas épargnés par les prélèvements qui assomment les serfs sans qu'ils puissent se rebiffer.
Juste mesure donc et juste retour des choses : le mépris affiché par le roi pour tout ce qui n'est pas à son niveau mérite bien une leçon.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 07:35
La rue est très silencieuse. Il est encore très tôt. Trop tôt pour que les files de voiture stagnent au feu rouge. Pas un bus ne circule, du moins sur les lignes qui empruntent ma rue. Pas de doute, la grève a déjà commencé. Pour aller et venir, il faudra bien se plier aux enquêtes sur la toile. Se rendre d'un point à un autre sans savoir quel transport est de sortie relève de l'inconscience.
La grève ne sera pas générale puisque la loi du service minimum existe désormais : pas question de gêner l'usager. Et pourtant, les usagers sont malgré tout embarqués dans une galère qui n'est pas forcément celle qu'ils auraient choisie. Tant qu'on est à l'intérieur des grandes villes, il est toujours possible de se rendre là où l'on veut aller. En revanche, quand on habite à la périphérie des mêmes grandes villes, la marche reste le plus sûr moyen de rejoindre son travail... à condition de se lever plus tôt que d'habitude. Ou de trouver un voisin pour le covoiturage. Sauf si l'on a décidé de prendre une journée de congé (ou de rejoindre le flot des grévistes).
Les éboueurs ne sont pas en grève : les bacs à ordure sont déjà vidés, les nettoyeuses lavent à grande eau les rues souillées par les déjections canines ou les sandwiches abandonnés à la gloutonnerie des pigeons.
Rien, pas un bruit, rien que le silence des rues désertées.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans phénomène de société
commenter cet article
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 14:16
Ca, c'est un proverbe qui le dit. Mais en réalité, qu'en est-il aujourd'hui ? Si on prend l'exemple de la fusion de Caisse d'Epargne et de Banque Populaire (dont on sait que la branche Natixis leur a fait perdre une bonne part de leurs moyens), si on prend en compte que le nouveau directeur (ou président ?) est le fondateur de Natixis, ancien secrétaire adjoint au palais et ami du roi, on pense qu'au fond, on peut être prophète en son pays. En tout cas dans ce royaume-ci. Mon ami, tu peux tout perdre mais je te considère comme un homme de confiance, je te remets donc les clés d'un royaume financier dont tu sauras tirer les profits qui viendront remplir ma cassette.
Conflit d'intérêt ou pas ? La commission idoine n'a émis aucun avis après avoir pensé démissionner dans son ensemble. Le conflit, en fait, se résumait seulement à contrarier ou non le roi. L'intérêt était donc de le ménager. Donc motus et bouche cousue.
Manque d'audace ou simplement serment d'allégeance renouvelé ? Peu importe. Parce que l'absence de courage a muselé les mieux placés pour réagir, voilà qu'un collectif a porté plainte devant la justice. On dit même que les syndicats des deux banques fusionnées vont faire de même et que peut-être des syndicats de salariés y songent.
En attendant le nouveau directeur est encore prophète en son pays et comme il faut au moins trois mois pour étudier de près le conflit d'intérêt, il peut toujours pavoiser et semer le trouble en un moment où le royaume aurait bien besoin qu'on prenne soin de lui. De là à ce qu'il fasse aussi fort qu'avec Natixis, nos deux banques risquent fort de prendre quelques baffes supplémentaires.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 13:13
... ne serait-ce que 100 000 euros par an, je ne rechigneraias à payer des impôts car alors j'estimerais appartenir à la caste des riches.
Les proposition fleurissent à droite (et pas qu'à l'UMP) pour mettre à bât le bouclier fiscal (à ha
uteur de revenus de 300 à 400 000 euros). C'est le bon moment puisque c'est aujourd'hui même qu'on remet à plat les révisions budgétaires de l'année en cours. Les tenants de cette abrogation temporaire vont faire des pieds et des mains pour obtenir de leurs homologues - qui suivent aveuglément les ordres du roi - qu'ils se laissent tenter par leur proposition (entre nous soit dit, c'est du simple bons sens) et revisitent les cadeaux accordés aux riches qui, selon eux, doivent participer à l'effort financier du royaume. Pour une fois, ce qui n'est vraiment pas dans la norme de droite, ces voix sont un baume au coeur des serfs qui comprennent que les actions visant à réintroduire les cadeaux fiscaux dans le budget du roi sont en sa faveur. Les serfs ne peuvent qu'applaudir à cette nouveauté toute fraîche. Mais ce n'est pas gagné car les réticences sont grandes sous prétexte de fuites de capitaux vers des paradis fiscaux bien plus avantageux pour les possédants. Et comme le roi est plus têtu que jamais, qu'il refuse de remettre en cause sa politique et sa ligne de conduite (il a besoin d'avoir des amis bien placés), il en faudra de la force de persuasion pour qu'un nombre suffisant d'élus osent contrer ledit bouclier.
Dites-moi, croyez-vous que le roi, pour vaincre cette fronde, irait jusqu'à demander au grand chambellan d'engager la responsabilité du gouvernement ?
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 10:00
Cette compagnie d'Assurance a empoché des aides de l'état américain et a fait scandale en versant des dividendes pour honorer ses contrats. Colère des élus et du peuple américain. On ne peut que comprendre les réactions de la presse qui ne décolère pas et dénonce quotidiennement cette prtique pour le moins honteuse en période noire.
Monsieur Obama est monté au créneau, il a promis de tout faire pour que cela ne se reproduise plus. Aujourd'hui, il est question de "liquider" AIG, mais de manière ordonnée. Qu'entend-on par là ? Ce n'est pas précisé. Mais dans la mesure où l'état détient presque 80% de cette compagnie, elle doit bien disposer de marges de manoeuvre suffisantes pour en arriver finalement à cette liquidation.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 09:40
Sa sainteté a décidément les neurones bouchés. Selon lui, aux dernières nouvelles, le préservatif ne préserve pas du sida. Donc les distribuer sur le continent le plus atteint par ce virus ne sert à rien.
Il faudrait peut-être que sa sainteté se prête à un check-up mental et qu'il suive quelques cours de médecine sociale, cela lui remettrait sa pendule à l'heure. Comment sa sainteté peut-elle envisager que seule l'abstinence soit le moyen matériellement  le plus efficace pour enrayer la pandémie ? Dans l'absolu, elle n'a pas tout à fait tort. Seulement dans la réalité, c'est une autre paire de manches. L'homme n'est qu'un homme et il n'a de sapiens que l'appellation qui le différencie de la bête.
Sa sainteté semble avoir oublié que Dieu a fait ainsi l'homme et que les besoins naturels inscrits génétiquement  en lui réclament satisfaction. Or le désir sexuel fait bien partie de ce que la nature a attribué à l'homme, d'où le besoin d'assouvissement dudit désir.
Je me demande pourquoi sa sainteté n'a pas encore exprimé la solution radicale (puisque le sida n'est pas enrayable selon lui avec la capotte) : châtrer chaque individu susceptible de propager le virus.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans Papauté
commenter cet article
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 09:40
Sa sainteté a décidément les neurones bouchés. Selon lui, aux dernières nouvelles, le préservatif ne préserve pas du sida. Donc les distribuer sur le continent le plus atteint par ce virus ne sert à rien.
Il faudrait peut-être que sa sainteté se prête à un check-up mental et qu'il suive quelques cours de médecine sociale, cela lui remettrait sa pendule à l'heure. Comment sa sainteté peut-elle envisager que seule l'abstinence soit le moyen matériellement  le plus efficace pour enrayer la pandémie ? Dans l'absolu, elle n'a pas tout à fait tort. Seulementdans la réalité, c'est une autre paire de manches. L'homme n'est qu'un homme et il n'a de sapiens que l'appellation qui le différencie de la bête.
Sa sainteté semble avoir oublié que Dieu a fait ainsi l'homme et que les besoins naturels inscrits génétiquement  en lui réclament satisfaction. Or le désir sexuel fait bien partie de ce que la nature a attribué à l'homme, d'où le besoin d'assouvissement dudit désir.
Je me demande pourquoi sa sainteté n'a pas encore exprimé la solution radicale (puisque le sida n'est pas enrayable selon lui avec la capotte) : châtrer chaque individu susceptible de propager le virus.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans Papauté
commenter cet article
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 09:25
Voix discordante dans l'assentiment aveugle généralisé, un élu souhaite que le paquet fiscal soit suspendu. Voeu pieu qui le reste vu la surdité royale. Pourtant l'élu, bien qu'assez solitaire (encore que quelques autres se font également entendre) a déposé son amendement puisque le projet de loi des finances (on doit effectivement le rectifier, crise oblige et récession grandissante également) est à l'ordre du jour du parlement.  Ce monsieur a toujours été, semble-t-il opposé au bouclier fiscal. Ce qu'il veut c'est qu'il y ait débat et que ceux qui pensent tout comme lui qu'on ne peut laisser ce bouclier en l'état, au moins pour un temps, fassent entendre leur voix. Selon lui, l'efficacité dudit bouclier n'a pas été démontrée contrairement à ce qui se dit (les capitaux son partis à l'étranger et ne sont pas revenus). De plus, soucieux en tant qu'élu de ses administrés, il déplore qu'on ne fasse rien pour les classes moyennes qui accusent de plus en plus le coût de la crise. Il argumente que la donne est bien différente de celle où ledit bouclier fiscal a été mis en place (personne ne lui donnera tort, n'est-ce-pas ?)
Bon, voilà au moins un représentant des serfs appartenant à la cour du roi qui est honnête et se soucie vraiment des serfs (heureusement que les députés sont élus dans des circonscriptions : cela leur apporte un éclairage intéressant grâce à la proximité de leurs administrés).
Cette demande de suspension de ce dispositif fiscal d'avant la crise tombe bien : demain, est-il besoin de le répéter encore, manifestations dans tout le royaume. Ca peut peser réellement sur le débat. D'autant que cela apporterait une certaine crédibilité au gouvernement.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 09:12
C'est dit : pour la première fois depuis une trentaine d'années, les serfs voient leur patrimoine s'infléchir. La cause ? leur endettement pour devenir propriétaire par exemple ou alors, leurs placements en bourse. La crise est passée par là et les placements à risque ont été tels que les serfs se sont appauvris. Voilà ce que c'est que de céder au chant des sirènes. les employés de banque ont à charge de proposer des produits aux clients quitte à ce qu'ils ne soient pas vraiment solvables. On ne propose pas un contrat unique, mais plusieurs contrats (avec les frais qui entament déjà les avoirs, les banques se sont enrichies facilement). Cette multiplication des produits induit immanquablement des pertes, surtout quand les placements proposés étaient en bourse.
Bon, on s'appauvrit. Et alors ? Tant que le roi peut remplir sa cassette, tout baigne.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 09:01
Des voix dissonnantes se font entendre dans les rangs de la majorité. Des vieux de la vieille qui ont de l'expérience et qui conservent un fond d'honnêteté demandent qu'on abroge la mesure-phare du début de mandat royal, à savoir le bouclier fiscal. Ils ne sont pas très nombreux, certes, mais ils peuvent peser lourd et obtenir un vote en négatif. Voilà qui ne plairait pas du tout au roi qui a tendance à faire des cadeaux à ceux qui font la richesse du royaume.
Il n'y a plus de véritable opposition, cependant une nouvelle opposition commence à se faire entendre, faiblement pour l'instant. Les protestations les plus diverses naissent dans la cour du roi. Lequel évidemment a la bouche pincée de réprobation. Quoi, oser le contrer et prétendre qu'il a tout faux ? Ca, il n'est pas prêt de l'accepter même s'il sait fort bien que les protestataires ont raison. Se dédire est un pas qu'il ne peut franchir puisqu'il a toujours raison. Oui, telle est sa position : raide dans ses chausses et poulaines royales. Non mais, qu'est-ce qu'ils croient ces vassaux qui osent élever la voix ? S'il pouvait les éliminer sans plus de procès, il le ferait séance tenante mais comme ce sont des élus du peuple, il est pris dans le piège de la république (saloperie de démocraite !!!)
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche