Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 08:31
Oui, je vais dénicher ici et là des informations, je n'ai aucun a priori, donc ma navigation oscille entre gauche, centre et droite. Oui, je n'exclus rien. Ce qui me permet d'avoir un panorama non seulement diversifié quant à la matière, mais également une vue très large de ce qu'il se passe et par là plus "objective". Il faut effectivement savoir aller plus loin, gratter plus en profondeur et surtout transmettre ce qui semble apporter de la connaissance et donc permettre de se forger des opinions sur des bases entrecroisées.

Je vous transmets donc ce lien qui me paraît intéressant. A vous d'en faire ce que vous voulez.

http://www.lefigaro.fr/le-talk/2009/03/24/01021-20090324ARTFIG00555-il-faudrait-que-les-patrons-aient-un-peu-de-decence-.php
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans Langage
commenter cet article
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 12:39
Une rumeur parcourt les couloirs du palais, franchit les grilles de la cour d'honneur et se murmure de plus en plus dans les assemblées : le ministre tant décrié perdrait son ministère. Tiens donc, l'un des chouchous du roi se verrait dépossédé sans plus de procès ? Etonnement. Il n'y a pas si longtemps, il criait haut et fort qu'il ne partirait surtout pas, qu'il assumerait cette charge jusqu'à l'aboutissement de sa réforme. Réforme jusqu'alors qui n'emporte guère d'adhésion mais qui fait l'unanimité contre elle. Il avait déjà reculé face à la violence montante de la jeunesse du royaume. Et là, il partirait ? Ce serait trop beau... Mais qui donc le remplacerait ? Certains noms bien connus émergent déjà des chapeaux  bien alignés sur le bureau royal et la tentation serait grande de choisir, comme par hasard, un ancien qui est toujours bien passé auprès de la population.

Pour l'instant, la rumeur reste à l'état de rumeur, même si certaines petites phrases prononcées par la victime de cet ostracisme laissent à entendre que... Méfions-nous des bruits de couloir car, s'ils ont toujours un fondement, ils sont rarement exacts : à mesure qu'on passe un coin de couloir, la rumeur prend de l'ampleur, se déforme pour enfin parvenir à l'extérieur totalement erronée. Surtout qu'il n'est rien dit au sujet de son bras droit (très maladroit)...
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 08:57
Au royaume, les primes de départ ont toujours cours, au-delà de l'Atlantique, apparemment, une certaine morale commence à s'installer. On apprend  en effet  que les dirigeants d'AIG renoncent à percevoir leurs bonus et autres primes (et pour cause...). Parfois il fait bon de se trouver du bon côté, non ? Eh oui, le monsieur propre de cette grande puissance tient parole et son discours ne se démarque pas de la volonté d'assainir la finance.
Tandis que là-bas, le grand nettoyage de printemps est entamé, chez nous, hélas, rien n'a changé. Oh bien sûr, on parle à longueur de journaux des stocks options de la société générale (qui ne mérite vraiment pas de majuscule) rendus par les dirigeants. Ils sont bien les seuls puisqu'on apprend à peine que le PDG de Valeo part en empochant quelques millions immérités (3,2 pour faire dans l'exactitude = deux ans de son salaire). Revoilà donc les parachutes dorés sur le devant de la scène.
Il ne s'agit pas de tirer à boulets rouges sur tout ce qui empoche des sommes folles, mais zut, la décence exige soit qu'on n'entende rien à ce propos, soit qu'on taxe à 100% ces pactoles pour les redistribuer aux plus demandants (ceux qui n'ont rien ou presque plus rien).
Il ne fait pas bon de comparer ce qui se fait ici ou là : la comparaison n'est jamais en faveur de ce côté de l'océan.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 15:58
Je viens de découvrir une vidéo que je tiens à partager. La qualité de l'image est celle d'un camescope et non d'une caméra professionnelle, mais la qualité est ailleurs. Alors rendez-vous jusqu'au Parquet de la Sorbonne !


http://www.telesorbonne.com/index.php?option=com_xevgfx&Itemid=99999999&func=detail&id=193
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans humour ou non
commenter cet article
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 14:00
Consacrer quelque 2 millions d'euros à de la publicité gouvernementale, n'est-ce pas superfétatoire en cette période de bouleversement social ? Pourquoi investir les journaux et croire qu'on distribue ainsi l'information ? Ne vaudrait-il pas mieux regarder en bas et constater que certains serfs mériteraient d'hériter d'une partie de ces euros ?
La manière dont on gère cette crise en bombardant la population de messages qui se veulent pédagogiques n'est pas franchement ce qu'on attendrait d'un gouvernement responsable. Bien au contraire. C'est dilapider inutilement les deniers publics, prélevés sur les contribuables. Ces deniers auraient dû être employés à relever le niveau de vie des plus faibles. Et ce ne sont pas les 150 ou 200 euros promis d'ici le mois de juin à quelques milliers de foyers qui vont me contredire. Même si le nombre de familles concernées par ce versement unique était plus grand, la somme ainsi distribuée n'atteindrait pas celle investie dans cette publicité qui ne convaincra personne.
Pourquoi tout ce gaspillage alors que les besoins sont immenses ? 
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 11:39
Décidément, l'église catholique a mis à sa tête un pape franchement réac. Comme si la catholocité avait besoin de défrayer la chronique. Plus le temps passe, plus le pape se permet des commentaires dont on se passerait bien, qu'on soit catho ou non. C'est quoi cette manie de décrier tout au nom de la sainte église ? Rétrograde, voilà ce qu'il est. Comment supporter qu'il refuse l'avortement dit thérapeuthique (qui menace le processus vital) ? On en revient au siècle dernier où l'on sauvait l'enfant au détriment de la mère alors que celle-ci avait déjà une tripotée de marmots à élever. A charge pour le père de trouver une nourrice puis une seconde mère pour sa progéniture. Le plus souvent il épousait la soeur, du coup, en cas de nouvelle naissance, les enfants des deux lits se retrouvaient à la fois frères et cousins. Comme absurdité, il n'y avait pas mieux. Sans compter que ces soeurs étaient bien dévouées, assujetties qu'elles étaient aux traditions, et qui en retour n'obtenaient pas forcément l'amour qu'on avait pour sa propre mère. Combien de femmes ainsi sacrifiées au nom de la vie ?
Quand à l'idée d'avortement thérateutique récusée par le pape (c'est un crime, selon lui) s'ajoutent l'excommunication et le rejet du préservatif qui propagerait le sida plus qu'il ne permettrait de l'éviter, on est en droit de se demander si le pape est tout à fait sain d'esprit et si sa place ne serait pas davantage dans un asile psychiatrique qu'à la tête de cette institution.
Au fait, à quoi ont pensé les cardinaux qui l'ont élu ? Avaient-ils conscience du recul que cette élection engendrerait ? Etait-ce une manière détournée de nier les avancées de la science au prétexte d'une morale éculée ? Les interrogations ne manquent pas qui ne trouveront sans doute pas de réponse avant bien longtemps. Sauf celle-ci : on ne peut plus s'étonner de la levée d'excommunication des évêques intégristes et négationnistes car c'était le premier pas pour un retour en arrière regrettable.

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans Papauté
commenter cet article
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 15:23
Jusqu'alors, les manifs se déroulaient sans aucun incident. Mais hier, en marge des cortèges, ou plutôt, après la dissolution des défilés, alors que chacun rentrait tranquillement chez soi, à Lyon, par exemple, des étudiants marchant tranquillement sur les trottoirs pour réintégrer les locaux de leur universités, arrêtés sagement aux feux tricolores ont vu fondre sur eux des CRS qui cognèrent sans ménagement dans le tas, ne privilégiant ni fille, ni garçon. Il y a eu également trois ou quatre interpellations pour outrage à officier de la force publique. incompréhensible cette manie de taxer d'outrage chaque fois que les forces de l'ordre dérapent.
Il me semble que lorsqu'on avance tranquillement en tournant le dos aux CRS pour se rendre quelque part il n'y ai aucune provocation. A moins que montrer son dos ne soit en soi une provoc... ! Cela paraît tout de même un peu gros. Un peu comme si c'était téléguidé... Il faut dire que ces pauvres gars qui font le pied de grue tandis que des gugusses paisibles réclament un peu d'écoute de la part du roi et de son gouvernement,  au bout de quelques heures trépignent et réclament à bouffer du lion : excités par la foule avançant au son des tambours et autres instruments plus ou moins improvisés, ils voient là un signe patent  qu'il faut taper (il faut bien se défouler à un moment ou un autre, non ?) . Surtout quand le nombre impressionnant des rassemblements (autorisés par les préfectures) semblent démontrer que le ras-le-bol atteint une certaine cote d'alerte. Comment justifier tous ces déplacements, ces heures fastidieuses si au passage on ne se livre pas à quelques rafles qu'il sera aisé de justifier comme autant d'atteintes soit à l'ordre public, soit comme étant des outrages à agents dans l'exercice de leurs fonctions.
Vu ce à quoi j'ai assisté, il est évident que l'ordre n'était guère troublé : les badauds regardaient ces défilés emplis de bonne humeur malgré les revendications, souriaient aux pitreries de quelques uns et encourageaient cette jeunesse tapageuse qui ose réclamer plus de justice sociale. J'ai même noté un certain nombre de retraités venus ,bardés de pancartes, rejoindre les manifestants par solidarité et également pour dire leur souffrance.
Mêmes incidents post-manifs à Paris. Avec interpellations, bien évidemment. Là encore, y a-t-il eu provocation, oui ou non ? Mon absence des lieux m'interdit de porter un jugement quel qu'il soit sur le fond, mais je peux témoigner qu'à Lyon, la provocation n'était pas dans les rangs des étudiants ou d'un quelconque manifestant du public ou du privé rassemblés pour délivrer un même message, celui de ses inquiétudes et de son ras-le-bol.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 08:06
Et vlan, une calotte à ajouter au panier ! Six députés ont contré le bouclier fiscal  (4 UMP et 2 Nouveau Centre) réclamant une participation de 5% pour la durée de la crise (qui ne s'arrêtera pas demain). Je dis bravo car enfin la conscience de quelques uns se réveille. Contrer l'autorité du roi réclame un certain courage. Oui, du courage car se faire remarquer en se démarquant de la ligne politico-financière du roi nécessite une prise de position très ferme avec ce que tout cela inclut de désapprobation de la part de la cour royale. Six votes qui ont rejoint le clan de l'opposition et ont suffi à bousculer la belle assurance de la majorité. Oui, ça se fissure de ce côté-là et c'est tant mieux.
Ils ont raison de s'opposer aux cadeaux consentis aux détenteurs des plus grands avoirs du royaume. C'était un peu facile d'argumenter que les fuites de capitaux étaient provoquées par une imposition trop lourde, qu'en divisant la note par deux, ces capitaux reviendraient dans le royaume et permettraient de soutenir une économie défaillante (et ça, c'était avant l'éclatement de la bulle boursière).
Ils ont raison de soulever le lièvre de la crise qui exige un traitement exceptionnel : le royaume a besoin de ces liquidités exceptionnelles car tout va mal et il est normal que les détenteurs de hauts revenus ne soient pas épargnés par les prélèvements qui assomment les serfs sans qu'ils puissent se rebiffer.
Juste mesure donc et juste retour des choses : le mépris affiché par le roi pour tout ce qui n'est pas à son niveau mérite bien une leçon.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 07:35
La rue est très silencieuse. Il est encore très tôt. Trop tôt pour que les files de voiture stagnent au feu rouge. Pas un bus ne circule, du moins sur les lignes qui empruntent ma rue. Pas de doute, la grève a déjà commencé. Pour aller et venir, il faudra bien se plier aux enquêtes sur la toile. Se rendre d'un point à un autre sans savoir quel transport est de sortie relève de l'inconscience.
La grève ne sera pas générale puisque la loi du service minimum existe désormais : pas question de gêner l'usager. Et pourtant, les usagers sont malgré tout embarqués dans une galère qui n'est pas forcément celle qu'ils auraient choisie. Tant qu'on est à l'intérieur des grandes villes, il est toujours possible de se rendre là où l'on veut aller. En revanche, quand on habite à la périphérie des mêmes grandes villes, la marche reste le plus sûr moyen de rejoindre son travail... à condition de se lever plus tôt que d'habitude. Ou de trouver un voisin pour le covoiturage. Sauf si l'on a décidé de prendre une journée de congé (ou de rejoindre le flot des grévistes).
Les éboueurs ne sont pas en grève : les bacs à ordure sont déjà vidés, les nettoyeuses lavent à grande eau les rues souillées par les déjections canines ou les sandwiches abandonnés à la gloutonnerie des pigeons.
Rien, pas un bruit, rien que le silence des rues désertées.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans phénomène de société
commenter cet article
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 14:16
Ca, c'est un proverbe qui le dit. Mais en réalité, qu'en est-il aujourd'hui ? Si on prend l'exemple de la fusion de Caisse d'Epargne et de Banque Populaire (dont on sait que la branche Natixis leur a fait perdre une bonne part de leurs moyens), si on prend en compte que le nouveau directeur (ou président ?) est le fondateur de Natixis, ancien secrétaire adjoint au palais et ami du roi, on pense qu'au fond, on peut être prophète en son pays. En tout cas dans ce royaume-ci. Mon ami, tu peux tout perdre mais je te considère comme un homme de confiance, je te remets donc les clés d'un royaume financier dont tu sauras tirer les profits qui viendront remplir ma cassette.
Conflit d'intérêt ou pas ? La commission idoine n'a émis aucun avis après avoir pensé démissionner dans son ensemble. Le conflit, en fait, se résumait seulement à contrarier ou non le roi. L'intérêt était donc de le ménager. Donc motus et bouche cousue.
Manque d'audace ou simplement serment d'allégeance renouvelé ? Peu importe. Parce que l'absence de courage a muselé les mieux placés pour réagir, voilà qu'un collectif a porté plainte devant la justice. On dit même que les syndicats des deux banques fusionnées vont faire de même et que peut-être des syndicats de salariés y songent.
En attendant le nouveau directeur est encore prophète en son pays et comme il faut au moins trois mois pour étudier de près le conflit d'intérêt, il peut toujours pavoiser et semer le trouble en un moment où le royaume aurait bien besoin qu'on prenne soin de lui. De là à ce qu'il fasse aussi fort qu'avec Natixis, nos deux banques risquent fort de prendre quelques baffes supplémentaires.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche