Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 19:30
La recherche est appliquée et en ce domaine elle n'a plus rien à démontrer quoi que puisse prétendre le roi et ses acolytes. Un nouveau fer à repasser est né, grâce à cette recherche si décriée. Y'en a qui parlent trop vite, dirait-on.
Quoi ? Un fer à repasser ? Cela n'a rien de neuf, ça existe depuis longtemps, et blablabla. Certes, mais celui-là est bien moins ordinaire que ses prédécesseurs. Grâce à la catalyse. Eh oui, rien que ça. Et c'est un labo de l'université Lyon 1, associé au CNRS, qui vient révolutionner le fer à repasser de grand-mère, toute une équipe ( 'une des plus importantes au monde)qui travaille sur la transformation des matériaux. On connaissait le pot catalytique, le four électrique. Désormais, il y une nouvelle application de cette recherche. Ca tombe bien puisqu'on dit en haut lieu que nos chercheurs sont mauvais...
Saviez-vous que le fer brûle les fibres et c'est ça qui se colle à la semelle ? Voilà pourquoi il faut entretenir cette semelle et ce n'est pas une mince affaire (j'allais dire à fer) pour celles qui s'y collent (non, pas les fibres, les femmes). Je n'entrerai pas dans le détail, mais c'est une découverte importante et les nanosciences (ou l'infiniment petit) ont participé à cette révolution. C'est ce qu'on appelle un magnifique exemple de recherche appliquée. Un brevet a été déposé et Calor vient de mettre sur le marché cet outil indispensable aux femmes d'intérieur (même quand elles travaillent puisqu'elles assument deux emplois, eh oui, messieurs !). En plus, il est i-nu-sa-ble. Magique, non ?
Merci la recherche !
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 13:53
Dame Lagarde est favorable à la suppression du deuxième tiers pour des imposés de la tranche la plus basse. C'est magnifique ! Quel grand coeur ! Quelle générosité ! Voilà au moins quelqu'un de la cour qui a tout compris. Elle abonde dans le sens du roi dont c'était l'une des propositions lancées sur le tapis de la contestation.
Selon Dame Lagarde, la deuxième tranche arrive très vite, en soulager quelques uns sera une bonne action à l'actif du gouvernement. Et puis, il paraît que c'est simplissime à mettre en place. On ne se privera donc pas de ce cadeau royal. Ce serait bête en effet de ne pas appliquer cette mesure de justice sociale prônée d'un ton benoît par le roi lui-même. Ce serait du plus mauvais effet que de rechigner à cette soustraction. Alors Dame Lagarde se plie à ce nouveau diktat de bonne grâce.
Pouvait-elle contredire le roi ?
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 13:46
Bercy a bien travaillé. Suivant les ordres sans appel du roi, parce qu'il faut trouver l'argent là où il est, les contribuables épargnés jusqu'à l'an dernier verront leurs revenus annuels désormais pompé par le fisc. Toutes les tranches ont été revues à la baisse. Cela s'appelle le déplafonnement. Le roi avait bien dit qu'il dénicherait les "niches fiscales". L'inconvénient, c'est qu'il s'était bien gardé de préciser sa pensée. Entre le paquet fiscal et les impôts sur le revenu, il fallait bien choisir. Les petits lits font les grandes rivières, une chanson bien connue de tous. Alors les "nicheurs fiscaux" ont été débusqués. C'est ça la modernisation de l'état, c'est ça les réformes : une chasse aux sorcières, et en l'occurrence, la chasse aux bas revenus qui, après tout, ne méritent pas la moindre considération. Ils vivent, donc ils peuvent payer. Et vlan, une taxe de plus sur le dos puisque l'état tient à l'intégrité de ses finances. Et avec la dette et la crise, pas question d'avoir des états d'âme : il faut remplir les caisses du royaume et tous les moyens sont bons pour y parvenir.
Oui, le roi a trouvé le truc pour s'emplir les poches. Alors, vous paierez en grognant, mais vous paierez.
Une question se pose tout de même : existe-t-il quelque part dans le royaume une catégorie d'individus tellement démunie qu'elle sera épargnée ?
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 09:46
Et ça remuera encore. Hier, manifestations multiples des universités auxquelles s'est jointe toute une population qu'on n'attendait pas (étudiants, lycéens, syndicats étudiants...). Le plus gros pavé dans la mare fangeuse du ministère, ce sont les chercheurs qui n'avaient pas battu le pavé depuis........... 40 ans.
Si la fine fleur de la recherche française descend de la rue, c'est bien qu'il y a un malaise immense. Ces gens-là sont plutôt tranquilles tant ils sont perdus dans leurs recherches. Ils n'ont pas de temps à perdre car la recherche exige du temps, de la minutie, de la réflexion, bref, du génie patient. C'est la recherche qui fait avancer la science. Sans la recherche, jamais les nouvelles technologies n'auraient pas vu le jour, les ménages ne disposeraient pas d'un frigo (et ce n'est qu'un exemple parmi tous les appareils ménagers qui s'imposent dans tous les foyers). Si  Newton n'avait pas mis à jour l'attraction terrestre, Galilée que la terre était ronde et que le soleil était une planète promise à l'extinction (taches noires sur sa surface), si Paré n'avait pas découpé des cadavres (anatomie), plus près de nous, si les ondes n'avaient pas été découvertes, si l'étude du laser n'avait pas été poussée à fond, si... et si..., la société actuelle ne jouirait pas d'un confort dit moderne, la santé des individus ne serait guère meilleure qu'au temps de Cromagnon.
Il a fallu des siècles de patience et de nombreux individus pour en arriver là où nous en sommes. Alors, avant de critiquer avec facilité ce qu'on ne connaît pas, avant de dénigrer ces chercheurs qui s'investissent dans leurs laboratoires, avant de démolir ce qui fait la richesse potentielle de notre pays, ramenons le débat à ce qu'il est réellement : notre société veut-elle ou non une recherche muselée, dans les fers des diktats royaux, sans réels moyens ou bénéficier des avancées que seule la liberté de recherche engendrera ?
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 08:52
Le roi a promis une aide du royaume au secteur automobile. Ce qui ne plaît pas à tout le monde. D'abord, Volvo qui a racheté Renault-truck refuse tout net cette aide car trop contraignante, la contrepartie étant de ne fermer aucune usine pendant les cinq années à venir. A quoi s'ajoute qu'aucun licenciement n'est autorisé. Autant dire une aide à des conditions draconiennes. L'Europe, quant à elle,  voit d'un très mauvail oeil cette tentative protectionniste qui dégage de bien mauvaises odeurs car synonyme de la désagrégation de la cohésion européenne. Où est donc le président des six derniers mois de 2008 ?  Aurait-il déjà oublié sa défense de la communauté face à la crise ? Naviguerait-il à vue ? Y a-t-il un véritable commandant à bord du navire français, un chef qui sait dans quelles eaux troubles il s'engage ? Il y a incompatibilité entre la proposition du roi et les normes européennes. A n'en pas douter, la communauté européenne va tancer le roi et le remettre à sa place. D'ici à ce qu'on se désengage de l'Europe, il n'y a qu'un pas que le roi risque de franchir allègrement. Il est incapable de voir plus loin que le bout de son nez parce qu'il n'a pas la carrure pour assumer les débordements suscités par la crise. En fait, il n'est vraiment pas à sa place. Et ce ne sont pas ses conseillers, des technocrates de bureau et des ignorants en matière de gestion, surtout sur le plan européen, qui lui permettront de s'en sortir avec honneur : ils ont baissé leur pantalon depuis trop longtemps pour oser, même à voix basse, murmurer qu'il faut rester dans le cadre européen.
Si le royaume se referme dans ses frontières, finie la monnaie unique, celle qui, selon le roi, a permis au royaume de ne pas souffrir de la crise.
Alors, votre majesté, pour une fois, cessez de penser que vous êtes le roi du monde et que vous savez mieux que tout le monde ce qu'il convient de faire. Apprenez la modestie et acceptez les remontrances de vos pairs, reculez d'un seul pas et vous permettrez aux serfs de ne pas être écorchés à vif.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 08:22
Il a réussi : le plan de relance de Monsieur Obama a été adopté par le Sénat. J'ai envie de crier Hourra ! Le président n'a pas ménagé sa peine pour obtenir cette victoire. Mais il reste encore beaucoup de travail à accomplir entre les deux organes (Sénat de Chambre des représentants) qui, pour l'instant, ne sont pas d'accord, notamment pour tout ce qui touche à la santé ou la modernisation des écoles. Quant aux chiffres avancés par les uns et les autres, il semble bien que les calculs divergent du simple au double. Le texte définitif du plan n'est donc point établi. Nul doute que les discussions seront difficiles pour parvenir au double accord nécessaire à la mise enroute dudit plan.
Le président ne posera pas son bâton de pélerin que lorsqu'enfin les deux chambres constitutionnelles auront voté le texte définitif.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans Obama
commenter cet article
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 18:09
Refus catégorique d'aider les patrons de la Guadeloupe pour augmenter les salaires. Le ministre repart en compagnie de deux médiateurs. Comme si c'était ce qu'attendaient les habitants de ce territoire ! La coupe est pleine, elle déborde dangereusement et finira par arroser jusqu'à l'hexagone. L'entêtement du roi et de son gouvernement seront responsables des émeutes qui sont prévisibles. Tout est bloqué, magasins, stations-services. Une catastrophe se prépare dont il faudra répondre devant le royaume.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 09:02
La ministre en charge de l'enseignement supérieur s'entête. Certes, elle a instauré une sorte de dialogue puisqu'elle a nommé une médiatrice. Cela ne satisfait pas les enseignants-chercheurs qui manifesteront aujourd'hui. Ils ont d'ailleurs déclaré une journée "Université morte". Leurs revendications ? le retrait pur et simple de la LRU, de la réforme de leur statut, le maintien des concours tels quels, la suppression des postes...
Malgré la menace suspendue au-dessus de son ministère, la ministre a déclaré que sa réforme serait opérationnelle à la rentrée de septembre 2009. Aucun doute, sa politique est représentative de la mentalité jusqu'au-boutiste instaurée de manière unilatérale par le roi lui-même. On peut s'interroger sur l'intérêt de ces réformes tous azimuts alors que la crise présente mériterait un investissement à fond la caisse. Pourquoi vouloir à tout prix, et contre tout le monde, gérer le paquet réformateur ? Manque de jugeotte ? Volonté de tout casser ? Désir fou de se prendre pour dieu lui-même ?
Ca donne l'impression du "empaqueté, c'est ficelé". Comme s'il n'y avait pas besoin de réfléchir et encore moins sérier les problèmes. A situation exceptionnelle (c'est la crise), traitement exceptionnel. Où se trouve donc le bon sens si cher à Pascal ?
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 22:16
...agit.
Monsieur Obama n'a qu'une parole, il fonce et pèse de tout son poids pour que ses promesses soient tenues. Il s'est engagé devant le peuple américain à tout changer, à revenir à une normalisation des moeurs politiques et financières. C'est un homme de parole malgré les doutes émis par certains. Alors souhaitons-lui de réussir là où d'autres hésitent et refusent de prendre en considération le malaise grandissant de la population.
A période de crise, hommes exceptionnels. Mais pas de partout, hélas !
L'un est un roitelet sans envergure, coincé dans une idéologie dépassée, l'autre a de la grandeur d'âme, croit à ce qu'il dit et fait tout pour que sa vision de sortie de crise ne demeure pas qu'un rêve : il veut véritablement rétablir une société solidaire. Il a affirmé que ce serait difficile et qu'il faudrait consentir à des sacrifices, que rien ne serait résolu demain. L'autre se contente d'arroser les industriels, sacrifiant le peuple à la sacro-sainte économie. En fait, l'un a des valeurs sûres, l'autre n'est guidé que par son souci de  l'image qu'il laissera à la postérité.
Tous les deux foncent, c'est vrai mais l'un est posé, l'autre n'est qu'un agité.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 19:47
Le 29 janvier, c'était une foule impressionnante qui défilait dans 195 villes de France. Un mouvement très suivi car le mécontentement est réel. La crise aggrave lourdement des situations déjà lourdes pour les familles. En cause le pouvoir d'achat qui faiblit encore plus grâce à la crise financière qui a saisi la planète de manière très brutale. Les syndicats avaient programmé cette manifestation (presque un soulèvement populaire) dès décembre 2008. Eh oui, nos syndicalistes ne mobilisent plus du jour au lendemain : ils font comme tout le monde, ils préparent soigneusement leurs effets. Reconnaissons que c'était plutôt réussi.
Forts de cette victoire éclatante, ils en repassent une couche et prévoient une autre mobilisation en mars, après les vacances d'hiver. Histoire de ne pas se lancer distancer et surtout pour faire pression sur le roi qu'ils rencontreront le 18 février prochain. C'est ausant ce jeu de balles instauré par le pouvoir et son opposition privilégiée, les syndicats. Chacun dans son camp adopte les méthodes de l'autre. Comme s'il n'était plus possible de se passer d'un programme bien huilé. Méthode étrange mais qui semble vouloir fonctionner et pour l'un et pour l'autre camp.
Petit oubli de nos syndicalistes : que font-ils de la grève des universités ? Ca bouge beaucoup, il y a des AG quotidiennes, des appels à descendre dans la rue, on se tient au courant, on se soutient, bref, c'est très animé. Et les étudiants ont rejoint leurs enseignants. Les heures risquent de flamber bien avant mars. Il faut savoir que pendant que les scolaires sont en vacances, c'est le second semestre qui débute pour les étudiants. Ce décalage n'est pas anodin. La vacance laissée par les syndicats pourrait bien renforcer le mouvement de la rebellion des enseignants. Ils sont très autonomes et surtout décidés. Alors, les syndicalistes en chef ne devraient-ils pas tenir compte de ce phénomène qui agite les bancs des amphis (ils sont pleins à craquer, l'auditoire occupe également les escaliers entre les travées) ?
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche