Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 11:37
Voui, voui, les sondages s'ébattent à plein régime et s'étalent dans tous les médias. Encore un qui ne parle que de la remontée de la popularité du roi et de son grand chambellan et qui les pommade et ronronne à leurs pieds. En veux-tu, en voilà, je t'en remets une couche, je ferai ton apologie de manière systématique, car tu es mon roi. Non, je ne serai jamais objectif car ma vie dépend  de ton bon vouloir. Je n'oserai jamais te contrarier ou émettre des doutes, ce serait malséant et j'en ferais les frais. Tel est le credo affiché par ces sondages qui, par ailleurs, sondent également au sujet des autres personnalités politiques de l'opposition et en remettent une sacrée couche car elles sont au plus bas dans l'opinion. La tartine est largement beurrée et les langues commentent bon train. On sent la jouissance de ces partisans, on devine leur partialité aux commentaires édifiants. Comme si ces adeptes du roi lui étaient tellement inféodés qu'ils ne peuvent faire différemment ou montrer un tant soit peu d'objectivité.
Le système est corrompu par ces sondages qui inondent les pages des journaux, bruissent sur les chaînes et laissent leur empreinte sur les esprits déjà mis à sac par la crise. Ca me fait l'effet d'un chien qui marque son territoire en levant la patte pour seulement trois gouttes. La manoeuvre me semble évidente : il faut marquer les esprits, donc laver les cerveaux. Les récalcitrants, parce qu'ils protestent mais ne bougent pas vraiment, se trouveront un jour pris dans un tourbillon si violent qu'ils ne s'en sortiront pas. Trop d'esprits faibles seront convaincus qu'ils ne peuvent rien à l'état de délabrement de leur situation et baisseront les bras. Entre ces deux catégories d'individus, existe-t-il encore quelques spécimens d'énergumènes assez clairvoyants pour réagir pendant qu'il en est encore temps ?
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 20:39
Le sac à malice est le bagage de tout homme politique qui se respecte. Ils rivalisent d'ingéniosité pour trouver l'idée qui arrachera un sourire au roi. Le petit dernier vient de pondre un super pataquès : prolonger la période d'activité en portant l'âge de la retraite à 67 ans. Pas mal du tout ! Parfaitement en accord avec la politique du tout réforme. Il est à parier qu'en son palais, le roi se réjouit de ce bon tour sorti tout droit de l'esprit tortueux de son valet préféré. Allons, ne rechignons pas à la tâche, attelons-nous à notre ouvrage puisque cela plaît au roi ; dégainons nos armes de bons serviteurs et trimons juqu'à ce que nous n'en puissions plus.
Il faut en passer par là puisque telle est la volonté désormais affichée de la cour et de son souverain. Eux-mêmes ne travaillent-ils pas d'arrache-pied sept jour sur sept pour que le royaume rebondisse et éclaire de sa gloire renaissante le monde entier ? Prenons exemple sur eux, dévoués corps et âme au royaume et à sa renommée. Imitons-les ces élus, sortis des urnes comme par magie et qui gouvernent bon an mal an les destinées du territoire et de son rayonnement ! Ils sont là, exemplaires, brillant des feux de leur travail acharné, des lois qu'ils renouvellent tous les quatre matins, de l'esprit éveillé dont ils ne se départissent jamais ! Soyons dès demain à leur image : travailleurs impénitents qui refusent de lâcher leur outil et préfèrent crouler sous le faix plutôt que de songer à un repos mérité. Le royaume doit se relever de ses décombres financiers, alors n'hésitons pas : reprenons notre outil et trimons, trimons, trimons ! Jusqu'à ce que mort s'ensuive.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 20:22
Ils peuvent se morfondre, mais c'était prévisible, le rassemblement d'aujourd'hui n'a pas recueilli les suffrages de la population. Un score piteux alors que le mécontentement grandit. Du côté du palais, ça doit rigoler en douce si ce n'est franchement. Quoi, ils menacent et n'obtiennent que quelques minces cohortes ? Leurs défilés mensuels sont désormais éculés. A ces chers syndicats de trouver maintenant la juste mesure à adopter. La seule de ces représentations officielles qui renâclait face à ces sorties trop rituelles, ronchonne dans son coin. A cause de l'unité entre syndicats, FO ne pouvait que suivre le mouvement. Dommage d'ailleurs que les gros représentants aient voulu cette unité face au gouvernement : ils se sont coupés l'herbe sous les pieds.
Ah, ce n'est plus rien qu'un mythe ces mouvements populaires ! La force des salariés rassemblés derrière leurs syndicats faisait que ces mêmes syndicats pouvaient peser sur les décisions du patronat et des gouvernements successifs. Aujourd'hui, le poids de ces mammouths fossilisés est moins qu'une plume au vent. Ils ne sont plus aguerris par les luttes des anciens, ils se sont assis trop vite sur les victoires passées, obtenues par des grèves dures, longues et coûteuses. Les promenades d'aujourd'hui n'ont plus rien à voir avec les bagarres du temps jadis, quand tout était à faire. Ce ne sont plus que des escarmouches de pacotille car derrière les étendards des fédérations qui plantent le décor en tête de cortège, il n'y a plus la volonté de combattre. Les salariés se retrouvent orphelins, confrontés à des organes moribonds, à un pouvoir puissant, sans plus d'appui qu'un pont sans parapet.
Tout est à refaire.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 17:13
Deux jours déjà que les élections européennes se sont déroulées. Les journaux continuent à répandre de l'encre et se perdent en commentaires répétés. Quel gâchis que tout ce papier cette encre, ces rotatives qui tournent à plein régime pour seulement éditer des radotages qui entretiennent la clientèle. Comme si les abrutis de serfs  (leur fond de commerce) réclamaient encore et encore qu'on leur rappelle ce qu'il vient de se passer. C'est sans doute pour le cas où ils n'auraient rien compris...
A croire que d'autres informations ne sont pas à développer, à croire qu'il faut toujours s'attarder avec complaisance sur des sujets qui n'intéressent que quelques individus, à croire que la vie s'est arrêtée à ce dimanche et que plus rien ne s'est passé depuis.
Evoquer cette élection, c'est préparer le terrain sur la restructuration du gouvernement puisque certains ministres vont filer à Bruxelles assumer leur rôle. Comme rien ne filtre et qu'on en est réduits à des suppositions, plutôt que de perdre du terrain en vente, on entretient le lecteur car, n'est-ce-pas, celui-ci ne s'intéresse qu'à ce qu'il se passe ou va se passer dans les hautes sphères.
Le destin des serfs n'est pas d'être systématiquement pris pour un corniaud, ni pour être manipulé à tout bout de champ. Heureusement pour lui, sa vie est ailleurs que dans une feuille de chou. Et ses préoccupations ne seront pas dématérialisées par la refonte du gouvernement, encore moins par les hypothèses plus ou moins farfelues émises par des scribouillards en mal de plume.
Silence ! Passons à autre chose !
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 09:38
Ci-dessous un lien vers un article du Nouvel Obs. Il se passe de commentaires. Cependant, je dirai tout de même que l'esprit partisan fausse systématiquement la donne. C'est donc tricher de manière patente que d'éviter de poser certaines questions à certaines personnes. En l'occurrence, de ne pas soumettre les serfs du royaume au même sondages que les serfs des autres états.


http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20090605.OBS9429/un_sondage_sur_sarkozy_et_leurope_accuse_de_partialite.html
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 09:28
Rien que sept titres dans un seul quotidien français pour évoquer la dernière catastrophe aérienne. Ne se passe-t-il donc rien d'autre qui soit tout aussi important qu'on titre à plus soif, faisant preuve d'une imagination fertile au niveau du titre pour que ça n'ait pas l'air répétitif ? Je ne nie pas que cette catastrophe soit terrible et que les familles endeuillées éprouvent un chagrin immense. Mais a quoi cela sert-il de ne parler que de ça ? Est-ce que cela va aider les familles qui pleurent la disparition d'un de leurs proches ?
Il y a comme une indécence dans ce voyeurisme (alors qu'on ne voit rien), comme une faute de goût, comme l'expression  d'un mépris des sentiments des autres. Tout ce rabâchage médiatique me fait penser à des charognards qui se précipitent sur des cadavres encore chauds pour les dépecer.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 11:29
... qu'on fait le jeu des autres. A quoi bon râler si l'on n'agit pas ? Je peux comprendre le ras-le-bol général, il est l'expression d'un dégoût provoqué par le mépris des autorités. Et comme les réformes viennent en rajouter une couche, que les lois sont imposées sans avoir été vraiment votées, que le cercle restreint est de plus en plus étroit, que les discours transpirent de manière mensongère, l'impuissance apparente du citoyen ordinaire semble saucissonner les esprits. Que l'on soit exaspérés de cette impuissance qu'on nous jette à la face au quotidien, c'est normal. Mais ce ne sont pas des raisons suffisantes pour bouder les isoloirs. Soyons donc de vrais démocrates qui savent passer sur leurs humeurs (du moins certaines) et pesons le plus possible, par nos votes, sur l'avenir qui se joue de manière resserrée !
Ne pas choisir, c'est accepter la bouche ouverte toutes les avanies, toutes les injures, toutes les injustices, toute la lourdeur d'un système à bout de souffle que l'on veut faire redémarrer malgré son échec évident.  Quel avenir veut-on pour nos enfants ? Celui que le système en faillitte propose ? Non, certainement pas !  L'avenir, ce n'est pas nous, mais bien les générations futures. Quel monde veut-on pour elles ? Un monde qui s'écroule sous la dette ? Un monde où la liberté est de plus en plus bafouée ? Un monde où le climat change tellement que la race humaine, animale et végétale est condamnée à l'extinction ?
Moi, je le refuse ce monde-là ! Pour mes enfants, les vôtres, ceux à venir après eux. J'aurais le sentiment d'être lâche si je laissais faire en m'abstenant.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 07:29
Comme nous sommes tous de purs sujets du royaume, nous sommes concernés intimement. A vous de décider si vous voulez savoir ou ignorer. A faire suivre si l'envie vous pousse de partager ces informations. A mettre dans la corbeille (éventuellement) si vous pensez que cela ne vous regarde pas et que c'est trop tard.


http://www.cetaitpiredemain.org/index.php
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 07:21
Article d'un juriste évoquant l'attribution par le ministère de l'immigration de lots (oui, voilà que les centres de rétention des étrangers deviennent des lieux qualifiés, lors de marchés, de lots. Ne cherchez pas à comprendre : c'est déjà du sectarisme de bas étage), répartis sur tout le territoire entre six prestataires différents dont deux au moins sont litigieux (presque une prise illégale d'intérêt, voire un délit d'initié : ces qualifications juridiques sont une appréciation très personnelle de la lecture que je vous indique ci-dessous).
On pourrait appeler cette opération par appel d'offre mise en place par le ministère, "Les dessous des Marchés Publics".


http://droit.lesdemocrates.fr/2009/05/17/l%E2%80%99aide-juridique-aux-etrangers-places-en-centre-de-retention-marche-public-ou-grand-bazar/
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 07:38
Les entreprises gèrent leurs affaires non pas avec un capital réel, mais jouent avec l'endettement. Vive donc la bourse puisque ces entreprises sont cotées. A force de tirer sur la corde, et avec une crise mondiale, tout s'écroule. Après EDF qui rachète ses concurrents et lance un emprunt auprès des particuliers, voilà Danone qui veut augmenter son capital pour résorber sa dette. Le groupe dont les actions s'écroulent lance une nouvelle souscription auprès de ses actionnaires à un taux préférentiel. Je serais actionnaire, je reculerais d'un pas et quitte à perdre de l'argent, je vendrais mon portefeuille. Pourquoi irais-je payer  encore pour les erreurs des autres ? Très logiquement, si j'étais actionnaire, je m'en prendrais à ma stupidité et à ma cupidité. Je ferais donc machine arrière, laissant les loups se déchirer entre eux. C'est, paraît-il, pas une chose à faire car cela fait s'écrouler tout le système. Certes. Mais à quoi bon conserver des actions appelées à dépérir de jour en jour ? Mieux vaut sauver ce qui peut l'être, non ?
Cette crise et cette récession sont la résultante de la bêtise humaine "du toujours plus". La politique boursière est immorale car elle joue sur l'appât du gain. Parce qu'il faut sauver le système, les états ont renfloué les banques, rouages essentiels de la finance. Cela peut se comprendre puisque la société humaine est constituée de rapports marchands. Mais quand une société en vient à tout déréguler, à coter tout et n'importe quoi (je pense aux équipes de foot par exemple), on ne peut que se dire qu'il faut tout changer de son fonctionnement. Hélas, ce n'est pas pour demain.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche