Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 20:32
Ségolène ne démord d'aucune de ses prétentions. Elle prêche la controverse, refusant d'avoir été éliminée par son ennemie, laquelle, selon elle, s'est un peu trop précipitée dès les résultats connus mais non encore avalisés par l'appareil central du parti.

L'unité n'est pas pour demain, Martine tend la main à sa rivale (I) , parle de rassemblement  et d'avenir. Qu'exiger d'autre sinon une participation de tous les membres du parti pour redevenir une opposition réelle ?

Conclusion, le feuilleton continue lol

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 12:12

Que nos deux candidates se rencontrent, fument le calumet de la paix et forment un parti de coalition ! Il n'y a plus que cela à faire, sinon l'opposition ne sera plus qu'un souvenir.


Après tout, le roi n'a-t-il pas montré la voie de la raison en ratissant large ? De quoi est composé son gouvernement ? Quelle en est la couleur ?  Black, blanc, beur (seulement pour reprendre une expression consacrée).


Le PS ne serait donc pas capable d'enterrer la hache de guerre ? Allons, ne plaisantez pas ! Il faut une opposition forte pour que vive la démocratie. Mesdames, mettez donc votre poing gauche dans votre poche, votre mouchoir par-dessus, serrez-vous la main droite, formez la seule alliance encore possible : vos divergences ne s'en trouveront que mieux puisque vous les mélangerez pour enfin sortir du tunnel où vous vous êtes fourvoyées. C'est du brassage des idées, des contradictions, des désaccords que naît l'union. Et c'est de l'union que pourra émerger un parti rénové et susceptible de contrer l'ultra-libéralisme. Donc, retrouvez les valeurs qui vous ont vu adhérer à ce parti, posez tout sur la table, triez et faites renaître de ses cendres encore fumantes un parti moribond.

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 21:38
Entre le paquet fiscal qui profite aux riches et le paquet électoral qui profitera aux ex ministres, le royame devient une véritable république bananière où chacun s'ingénie de se plier selon le bon vouloir du roi. Comme si ces beaux messieurs n'avaient pas assez de revenus, voilà qu'on les autorise à s'engraisser davantage sur le dos des serfs. C'est fait, ce paquet électoral a été adoubé à peine né de l'imagination du roi. Voilà un fait du prince qu'on n'est pas prêts d'oublier puisque c'est la fourmilière qui nourrira une fois de plus le roi, la reine, les dauphins et dauphines, les chambellans, trésoriers et courtisans tous poils.

La loi des paquets répond bien à la loi des séries. Drôle d'écho tout de même.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 07:57
Travailleurs retraités, reprenez du travail. Vous n'avez pas encore 70 ans, persévérez et passez-vous la tête dans le licou.  Il vous reste 5 ans pour remplir les caisses du royaume, vous êtes donc corvéables à merci : cent fois sur le métier remettez votre ouvrage pour le roi et sa cour.

Ne rechignez pas sur les prolongations, jouez le jeu, il en va de la santé financière d'un état auquel vous êtes rattachés par la naissance, par les années empilées vaille que vaille au boulot, par les impôts que vous avez réglé et tout ce qui fait le sel des grands trésoriers.

Serfs vous êtes, serfs vous restez jusqu'à votre dernier souffle. Peu importe que la jeunesse ne puisse s'insérer dans le monde du travail, vous avez désormais le droit de les empêcher de se caser.  Vous, au moins, vous avez déjà fait vos preuves et votre expérience dans votre domaine de compétence est utile au bon déroulement du profit. On a besoin de vous car les caisses royales sont vides (pas pour tout le monde puisque le roi dépense sans compter et même davantage qu'annoncé : son budget est exponentiel et explose un peu plus chaque jour. C'est vrai qu'il est en perpétuelle représentation à l'extérieur des frontières, qu'il papillonne auprès des autres grands de ce monde, que ses besoins en argenterie se multiplient à la vitesse de la lumière ; il faut bien qu'il démontre qu'il règne sans partage ici et là-bas).

Allez, zou, au boulot et que ça saute !
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 11:09
Le Cimetière de Colombey tremble : une tombe soulève sa pierre tombale, la terre s'éparpille aux alentours en mottes sourdes et pesantes, un corps immense émerge du trou.

Le gouvernement, sous la férule du grand ordonnateur républicain, a fait voter sans trop s'en vanter, le possible retour des ministres remerciés, au Sénat ou au Parlement, sans passer par la case électorale. Belle entourloupe et retour assuré à la 3ème république.

Pauvre Général qui avait fait le nécessaire pour éliminer la toute-puissance des partis et l'inféodation à ces mêmes partis !  On enterre donc bien la 5ème république tout en affirmant le contraire. Régression supplémentaire bien évidemment passée sous silence. Le peuple est si facilement bernable... Or, c'est lui qui en fera les frais puisque ce seront encore autant de retraites cumulées (et augmentées pour cause de prolongation de mandats) aux ministres sans portefeuille qui cumulent déjà une retraite de maire, de conseiller général, de député, de sénateur, et blablabla.

Pauvre France !

Cette fois-ci, c'est bien vrai, le Général est bel et bien enterré. Qu'ils cessent donc d'évoquer le gaullisme car lui aussi est bien mort !
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 09:25
On se leurre souvent, on espère trop souvent. Hélas, pauvres de nous, ceux qui tiennent le crachoir débitent fadaise sur fadaise, mentent à tout venant et se gargarisent du succès de leurs initiatives. Nul n'échappe au travers du soi satisfait. Il faut bien en effet se distribuer des compliments plutot que d'en attendre des autres. Là au moins, on est à l'aise avec soi-même.

Aujourd'hui, toutes les annonces claironnantes sont autant de rodomontades, preuves de l'impuissance des grands de ce monde (lesquels ne peuvent rien changer au système qu'ils ont mis - ou laissé mettre - en place pour le petit nombre) : alors le menu peuple, niché au creux de ses misérables chaumières, l'écuelle de plus en plus vide, se réchauffe à l'âtre du désespoir ou de la révolte. Il ne croit plus au miracle et sait désormais qu'il devra se contenter d'un ventre de plus en plus creux, qu'il ressentira les tiraillements de l'estomac mal contenté, qu'il essuira les plâtres et connaîtra soit le chômage, soit une retraite de misère.

Oui tout est bon pour ne plus croire à rien.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 17:33
90 ans plus tard, on en est toujours à commémorer la grande guerre. Et dans 10 ans, on remet ça ? D'accord, ce fut un cataclysme majeur, d'accord des familles ont été décimées par cette guerre sans nom (la mienne également du côté paternel).
Depuis cette guerre, d'autres ont eu lieu avec leurs carnages, leurs kyrielles de deuils et de tortures. Pourquoi ressasser sempiternellement les mêmes choses ? Pour ne pas oublier, pour sauvegarder la mémoire des faits à transmettre aux générations futures ? D'autres guerres se déroulent, qui s'éternisent. d'autres guerres auront lieu ici ou ailleurs. est-ce une raison pour rappeller sans cesse ces morts injustes et injustifiées ? Est-ce qu'on édifie des mémorials à la Guerre de Cent ans ? A l'arrêt des Maures par Charles Martel à Poitiers ? Est-ce qu'on célèbre la fin de la guerre en Algérie ? L'abandon du Vietnam à l'armée américaine ?

Il serait temps de tourner cette page, comme d'autres également. On ne vit pas dans le passé, mais dans le présent et ce, pour préparer l'avenir. A l'heure où la crise financière a pestiféré la planète, la guerre à mener n'est pas celle de 1914, mais plutôt celle qui se joue actuellement.

Question : ces cérémonies officielles, pour aussi bien menées qu'elles soient, combien coûtent-elles ?
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 12:54
J'ai la berlu..sconi. Le cavaliere vient de gaffer en qualifiant le nouvel élu de la Maison-Blanche de '"jeune, beau et bronzé". Selon lui, ce serait un compliment. Le terme de bronzé n'est-il pas un clin d'oeil à l'extrêmisme ? On peut se poser la question.
Sans conteste, Monsieur Obama est jeune, beau (ah, ce sourire ! de quoi faire fondre toutes les femmes !) et il a le teint mat. On dit qu'il est noir, mais en fait, on rectifie en précisant métis. Or, le mélange blanc/noir se traduit par le mot mulâtre (enfant né de l'union d'un homme noir et d'une femme blanche). D'accord c'est très moche, mais c'est ça aussi la langue française (et le mot est d'origine espagnole, eh oui !). Je me moque bien qu'il soit le résultat du mélange de deux races. J'attends l'homme et ses actes.
Je préfèrerais qu'on dise de lui qu'il est intelligent, qu'il a du coeur, qu'il prendra le taureau par les cornes et qu'il  saura le maîtriser malgré toutes les difficultés qu'il aura à affronter
La couleur de la peau est-elle essentielle à la conduite d'un état ? La couleur de la peau est-elle synonyme de supériorité ? Le cavaliere est bien de la caste des imbéciles qui n'accèdent au pouvoir que pour leur gloire personnelle et oublient de se montrer un tant soit peu intelligents . Mais à quoi ont donc pensé les électeurs italiens en le plébiscitant ?
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 20:35
Le parti de la majorité s'intéresse de très près à la méthode Obama. A preuve, les émissaires du roi expédiés en observateurs patentés là où le staff du candidat élu menait campagne. Y'a pas à dire, le principe est simple : préparer un autre quinquenat en adoptant les tics publicitaires utilisés par le nouvel arrivant. Quoi ? Cela vous étonne ? Allons, ne soyez pas naïfs ! Si vous croyez que le souverain renoncera à son trône républicain, vous vous trompez. Il est avide de pouvoir et se croit le meilleur en tout, gouverne et réforme sans tenir compte d'autre chose que de sa propre gloire. En voilà un qui vise à traverser l'histoire, à la vitesse d'un météore au ralenti tout en galopant de réforme en réforme et sans s'y arrêter vraiment..

Il serait bien inspiré d'être conscient qu'il n'est en rien comparable à ce petit nouveau dont la  personnalité est charismatique. Rine n'assure d'ailleurs que ce président différent accomplira son mandat avec succès.

 N'est-ce pas prétentieux de déjà poser des jalons alors qu'il n'est pas encore parvenu à mi-mandat et encore moins à des résultats probants ? En voilà un qui a su seulement monter contre lui la plus grosse frange de la population. A vouloir aller trop vite à tout coût, il braque tout le monde.

Alors chercher l'inspiration outre-atlantique pour rester au pouvoir ne semble vraiment pas franchement judicieux. Il devrait plutôt se regarder droit dans les yeux et voir le reflet qu'il propose au peuple : celui d'un homme somme toute assez commun, bouffi d'orgueil et qui ne comprend rien à rien. Pas facile de se voir tel qu'on est, surtout quand on refuse de se voir dans le regard des autres.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 10:06
Déremboursement des médicaments, augmentation du prix des alcools fort, préservation des retraites-chapeaux, des stocks-options et autres avantages liés à la fonction. Ainsi en sera-t-il. Il faut boucher le trou de la sécu. Mais pas question de toucher aux privilèges des grands patrons, ces fâcheux qui gouvernent de grandes entreprises et qui n'apprécieraient pas du tout de voir écornés leurs différents portefeuilles.

Pas de doute, on saucissonne de plus en plus les salariés, on les ponctionne à n'en plus finir. Ils n'existent qu'en tant que contribuables perpétuels. Pour le reste, ils n'ont pas d'existence propre, ils sont noyés dans la masse et ne peuvent que subir les outrages de la politique ultra-libérale.

Prenons par exemple les cures thermales (ces périodes post-estivales auxquelles s'adonnent des particuliers en mal d'être) : elles conservent leur taux de remboursement alors que bien souvent elles ne sont que des moyens de s'octroyer des congés supplémentaires. Si ça, c'est boucher le trou de la sécu....
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche