Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 10:31


Ca chute et ça chahute.


La crise grecque fragilise l'euro et donc tous les membres de l'union européenne. Hier, les bourses du vieux continent ont brutalement chuté et notre royaume plus que les autres. Affollement général : l'Europe s'est réunie, car la crise est de plus en plus grave. Si l'Euro perd toute crédibilité sur les marchés, c'en est fait de lui. Et, par voie de conséquence, c'en est fait de l'union sacrée de l'Europe.


Je disais il y a peu que l'aide à la Grèce venait trop tard à cause des tergiversations et de la mésentente des pays membres. Oui, il faut avoir conscience que l'aide à la Grèce a été trop longtemps reportée. Les spéculateurs ont joué sur ses déficits. Et la frilosité de ses petits copains européens. On applaudit à deux mains le résultat.


Aujourd'hui, la solidarité semble de mise, mais il faut avoir présent à l'esprit que cette aide n'est pas encore finalisée. Et ne pas oublier qu'avant tout, si l'Europe consent enfin à prendre le taureau par les cornes, c'est parce qu'elle est acculée par les marchés. Avoir le dos au mur, ce n'est pas plaisant, mais à qui la faute ? Qui n'a pas su - ou plutôt voulu - recadrer les banques quand ils leur ont consenti des prêts pour que l'économie ne s'écroule pas ?


La seule solution est bien évidemment la régulation des marchés mis sous tutelle des états. Mais le mieux, ce serait encore d'effacer toutes les dettes et interdire la spéculation. Ne rêvons pas : les dirigeants, dépendants des banques, ne se hasarderont jamais à jouer ce jeu-là.


Si ça, ce n'est pas la fin d'un système...

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu finance
commenter cet article

commentaires

Blanche de Marseille 12/05/2010 07:41



C'est tout à fait mon ressenti perso , la fin du système néo-capitaliste , cette pensée monstrueuse qui fait de l'argent le pivot de toute socièté qui n'a plus rien d'Humain  (
Hitler en a été le meilleur représentant puisque cheveux et dents des morts représentaient un capital )  Le problème c'est qu'avant de passer à un autre système il y aura probablement de
très grandes violences partout - et rien ne dit que ceux qui rêvent d'une vie écolo paisible et modérée verront se réaliser leurs rêve puisque le propre de l'Humanité est de pervertir
systématiquement tout ce qui peut être bon en soi ...aléa jacta est !   Bonne journée quand même cher Mousquetaire



Le Mousquetaire des Mots 12/05/2010 10:39



Bonjour Blanche,


Si on exclut l'argent, les technologies, si l'on revient à des "fondamentaux" (mot fort en vogue en ce moment), à savoir l'homme remis à sa juste place, la
société serait meilleure, cela ne fait pas de doute. Faut-il en passer par la violence ? J'espère bien que non (ne serait-ce que pour des raisons de principe). Il faudrait peut-être que ceux qui
se disent "philosophes" développent une pensée qui ne soit pas dictée par l'intérêt particulier, mais par l'intérêt public. Pour l'instant, je n'en connais aucun qui soit capable de ce revirement
(ils ont un ego surdimensionné, sont dans tous les médias, rivalisent de "pensées" intéressantes...). Il nous faudrait des Diogène, des Platon... Las, nous ne sommes pas grecs, mais simplement
des franchouillards prétentieux, imbus d'eux-mêmes, qui ne savent plus faire la part des choses et qui ne se songent que comme des héritiers des siècles précédents, mais sans leurs obligations
morales.


Depuis cet article et surtout depuis la décision d'un fonds commun à l'Europe, les bourses ont remonté la pente à toute vitesse. Jusqu'à la prochaine chute.
La crise n'est pas finie et ne le sera pas, tant que les états n'oseront pas prendre la seule décision qui consiste à embrigader les systèmes financiers actuels. C'est bien joli de les menacer de
représailles : elles ne sont jamais mises à exécution. Donc ce petit jeu du qui perd gagne peut continuer longtemps. A mon avis, les spéculateurs sont avant tout des joueurs de l'extrême : ça
doit être jouissif de se faire peur.


Bonne journée Blanche, le soleil n'est pas vraiment présent, il pleuvra peut-être, mais c'est tout de même le printemps.


Amicalement                Fred



sans importance 11/05/2010 23:43



On prend les mêmes et on recommence... Les grands gagnants sont évidemment les banques (on ne change pas une équipe qui gagne !) avec l'accord tacite des peuples amorphes et atones, lobotomisés
par la télé, les jeux et l'usage intensif du téléphone portable. Et quand nous essayons de leur ouvrir les yeux, ils sont prêts à nous arracher les notres car nous bousculons l'ordre des choses
et leur frileuse tranquillité... J'en viendrai presque à souhaiter un cataclysme qui éradiquerait cette plaie de La Terre qu'est l'homme, afin de laisser le soin à une autre race animale ou
végétale d'en faire un monde meilleur...


@micalement



Le Mousquetaire des Mots 12/05/2010 10:28



Bonjour,


Il me semble que tu as déjà tenu ce propos. Je reconnais que le manque de réaction des premiers intéressés par tout cela est ahurissant. Cependant, ce n'est
pas, à mes yeux, une raison pour que les amorphes soient rayés de la carte. Certes, ils sont abrutis, mais à qui la faute ? Quand tu n'as jamais rien eu, qu'on t'a brimé toute ta vie et que tu ne
crois pas que ton sort puisse s'améliorer, tu es sans aucune défense et tu subis malgré toi  passivement les coups du sort. Donc, c'est normal de ne pas réagir. Que peux-tu à tout ce qui
t'entoures ? Rien. Je ne pense pas que ce soit l'homme qu'il faille éradiquer, mais plutôt le système. Tu ne peux changer la nature de l'homme mais tu peux changer de système. Parce que le
système est une création humaine. Tout simplement.


Je sais que cela devient de plus en plus difficile de vivre sereinement car tout va trop vite et que tout ce à quoi on croit est en train d'être défait comme
un puzzle devenu encombrant. Est-ce une raison suffisante pour souhaiter la fin de l'humanité ? Je ne le pense pas.


Bonne journée                    Fred



sixtine 11/05/2010 15:55



Bonjour, Fred,


Interdire la spéculation ? Vous n'y pensez pas, cher ami ! Allons, autant vouloir supprimer la poule aux oeufs d'or !


La décadence de notre civilisation est en plein essor et rien ne l'arrêtera ( ça me rappelle une formule dite par un de nos célèbres personnages ... )


On est dans un gigantesque engrenage et l'enchaînement du système si bien rôdé qu'il est quasiment impossible de s'en échapper ...


Enfin, c'est ainsi que je conçois notre situation présente et celle à venir. J'espère me tromper ...


Bonne fin de journée !



Le Mousquetaire des Mots 11/05/2010 20:44



Bonsoir Sixtine,


Décadence, un mot lours de sens enfin prononcé au bon moment. Ca en rappelle d'autres, les grecs, les romains, l'empire byzantin, les phéniciens, les
égyptiens... Autant de civilisations qui ont dominé une partie du monde et qui ont brutalement disparu, laissant des vestiges dont on décortique l'historique et la fabrication. Décadence en
effet, à travers un système à bout de souffle mais qui refuse obstinément de périr définitivement. L'entêtement humain est cocasse : il ne défend plus que des causes perdues. Et quand on en est
là, c'est bien parce que tout est fichu.


Rassure-toi, ça finira bien un jour. Peut-être ne serons-nous plus là pour le voir, mais c'est certain, la chute de l'argent-roi est programmée. Sera-ce pour
un retour à la terre et une vie moins clinquante ? Je ne jouerai pas au devin. En attendant, il nous faut supporter encore quelque temps l'affollement de notre société irresponsable qui dénie
toute fin.


Bonne soirée Sixtine, demain est un autre jour. Amicalement             Fred



Dominik 10/05/2010 21:23



Fin d'un système ? Ne rêvons pas trop ! J'en connais qui feront tout pour sauver leurs miches !



Le Mousquetaire des Mots 10/05/2010 23:02



Bonsoir Dominik,


Evidemment qu'ils feront tout pour que tout reste en l'état, mais j'aime bien rêver. De toute façon, tôt ou tard il faudra revoir tout l'édifice du libéralisme et le plus tôt serait le mieux.
Pour 99% de la population, s'entend.


A bientôt             Fred



Lucien Aymard 10/05/2010 20:44



Bonsoir Fred,


Nous voici de retour, le couteau entre les dents, prêts à en découdre avec toute la sarkozye pour réveiller le peuple endormi sur les lauriers de son guide supprême.


Tiens ! On revient dans le circuit et comme de coutume nos articles et nos points de vue se rejoignent sur le même terrain.


Amitiés


Béa et Lucien



Le Mousquetaire des Mots 10/05/2010 23:00



Bonsoir Lucien, bonsoir Béa,


Je ne saurais tarder à jeter un oeil sur tes articles, non parce que nous semblons ressentir la même chose, mais parce que j'aime à te lire. Ton style est très personnel, enlevé, c'est toujours
agréable d'avancer dans le développement de tes propos.


Je vous espère tous les deux en pleine forme, mais n'abusez pas trop du "couteau", surtout si voule placez "entre les dents", ça peut être dangereux..


Pensées amicales à vous deux             Fred



Blanche de Marseille 10/05/2010 10:57



Cette nuit a été prise la décision importante d'un fonds de garantie européen destiné à empêcher le désastre absolu - j'ai tendance à penser que ça va peut-être sauver les meubles dans un
premier temps , mais que si une surveillance active de toutes les attributions faites à des pays en grand danger ( comme la Grèce ) ne se met pas en place en parallèle , la chute qui s'en suivra
sera définitive ...avec des révolutions très violentes - car , accepter une certaine pauvreté ne fera de mal à personne certes , mais il y a un fossé entre pauvreté et misère ! la première garde
toute sa dignité à l'Homme , la seconde est une mort sociale hideuse ! et pour éviter ça ...tu sais ce qui peut se passer ! j'avoue attendre la suite avec une inquiètude qui demeure , vu que tous
les gouvernements européens en ont croqué et que la pieuvre se porte très bien ! Inch'Allah ! Amicalement à toi cher Fred



Le Mousquetaire des Mots 10/05/2010 19:08



Bonsoir Blanche,


Ton pessimisme répond au mien. Oui, on peut tout redouter car ce "miracle" n'en est pas un : il faudra bien rembourser les emprunts. C'eut été raisonnable de le faire avant, avant qu'il ne soit
trop tard. Pour éviter toute spéculation. Les états se réveillent bien tard. Sais-tu ce que X Bertrand a dit hier ? Que c'était une décision politique, qu'il ne fallait plus ce type de décision
aux mains des technocrates. Marrant, non ? Les technocrates ne sont pas des politiques peut-être et les politiques ne sont-ils pas eux-mêmes des technocrates ? Oui, je préfère en rire tellement
c'est ras le gazon, grossier.


Restons vigilants plus que jamais, même si ça ne servira à rien. Au moins ne tomberons-nous pas de haut quand tout foutra le camp.


Amicalement à toi            Fred



Tibicine 10/05/2010 09:08



Bonjour Fred...Il est clair que pour la Grèce ; ce n'est pas un acte de générosité mais un intérêt à ne pas voir ses marchés (l'allemagne) s'envoler au profit de la Chine ou de l'Inde...Comme
toujours, c'est le peuple qui va devoir vivre mal à cause de dirigeants qui vivent au-dessus de leurs moyens et qui ont la folie des grandeurs...Je comprends la colère de ce peuple qui paient le
lourd tribu de l'europe ; comme nous. De quoi soulever une révolte et couper des têtes ! Mais comme tu le soulignes dans une réponse à un commentaire, on se demande où est passé le courage ; un
mot visiblement qui n'existe plus que dans le dictionnaire comme tant d'autres ! J'ai effectué une mission dans une entreprise où le personnel se plaignait sans cesse de la pression, des
objectifs impossibles à atteindre...Les objectifs ; on le sait, c'est du pipeau ; ils sont définis par l'entreprise pour donner un but au salariés mais ne constituent pas juridiquement une faute
grave si un employé ne les atteind pas..Je dis donc à cette personne qu'elle n'a pas à avoir peur, et qu'elle peut même contester et rassembler autour d'elle ceux qui s'en plaignent...Mais là, la
peur prend le dessus : elle me dit qu'après c'est la mise au placard assuré...C'est fou comme les gens ont la trouille, et acceptent de souffrir pour travailler ; laissant l'entrepris augmenter
les objectifs sans embaucher du personnel...J'en suis venue à ne plus plaindre, ni avoir d'empathie pour ces gens-là ; car pour moi, ils sont responsables de leur propre misère et de leur
destin...


Bien à toi, Tibi



Le Mousquetaire des Mots 10/05/2010 19:04



Bonjour Tibi,


Ca fait plaisir d'avoir ta visite. Et ton commentaire complète bien mon propos. Si l'égoïsme n'était pas devenu la norme relationnelle, on n'en serait pas là. Et si les dirigeants avaient une
véritable vision politique, ils n'auraient pas seriné que l'on était garantis par l'euro, que la crise c'était fini alors qu'elle commençait à peine. Depuis le début, j'ai senti que c'était grave
et qu'on en pâtiraitt plus que nécessaire. Non seulement ils manquent de courage et d'idées, mais en plus ils ont un comportement irresponsable. Chaque fois que ça tangue, ils promettent de
réguler les marchés, mais comme ils ont besoin d'eux, ils ne feront rien qui pourrait leur couper les vivres.


Faudra-t-il boire la coupe jusqu'à la lie pour que le peuple se réveille enfin ? Je le crains, il est comme anesthésié, est devenu totalement atone, inerte, semble se complaire dans la misère qui
s'insinue subrepticement. Apparemment il ne souffre pas encore assez, mais quand il faudra cracher au bassinet, il sera moins fier et poussera une gueulante - qui ne sera pas davantage que ses
récriminations, les politiques rusant toujours pour trouver la bonne explication.


Le monde devient vraiment désespérant et le système se saborde tout seul.


Bonne soirée à toi Tibi, malgré le pessimisme ambiant. Amicalement              Fred



Blanche de Marseille 09/05/2010 10:04



Je résume une phrase célébre  " Le Mal n'a besoin que du silence pour prospèrer ! "  perso , ce qui me hérisse c'est bien la couardise de ceux qui prétextent qu'ayant été élu
démocratiquement , il faut laisser le temps à sa majesté ! nous voyons le résultat et je finis par croire que je suis moins trouillarde que beaucoup d'Hommes au passage ! je m'en passerais bien à
m'égoziller depuis avant 2007 ! aveuglement et lâcheté je ne vois que ça ! Grrr....grrrr....     Bon Dimanche quand même cher Mousquetaire



Le Mousquetaire des Mots 09/05/2010 11:51



Bonjour Blanche,


Une bien belle phrase que je ferai volontiers mienne. J'abonde dans ton sens : les hommes se taisent plus volontiers que les femmes. Mais les femmes ont la
langue bien pendue, c'est connu. De vraies pipelettes, des pies qui jacassent... Autant d'expressions pour dénoncer la liberté de paroles féminine. Est-ce du courage ou tout simplement de
l'inconscience à laquelle se mêle de l'insolence ? Une question à laquelle je ne répondrai pas, laissant à chacun le soin de se déterminer.


Le mutisme généralisé, qu'il soit masculin ou féminin, n'est pas une bonne chose. Toujours plier l'échine, n'est-ce pas le propre de ce que les tyrans
exigent de leurs sujets ? Et les tyrans n'existent que dans la mesure où leurs soutiens veulent bien être assujettis. Parce qu'ils font la fortune de ceux qui rejoignent leurs rangs. Comme ils
ont le pouvoir de faire et défaire les fortunes, leurs séides adoptent un profil bas : ils n'ont pas compris qu'un tyran peut être détrôné et que son sort est essentiellement entre leurs
mains.


Pour en revenir au sujet de la chute des cours sur les places boursières, voilà encore une chose que je pressentais dès le début de la crise. C'était tout
simplement logique puisque la méthode employée (soutenir les banques) était éculée : il n'y avait aucune prise de participation des états dans lesdites banques. Or c'était le seul critère à
retenir pour que la crise ne se renouvelle pas ou ne s'aggrave. J'aurais préféré ne pas entendre répéter que l'euro ne risquait rien, que le pays était garanti à cause de l'Europe et de sa
politique. Pas de doute, il s'agissait là de la méthode Coué qui consiste à se faire croire que ce qu'on dit est vrai. Apparemment, je n'avais pas tort de douter et je plains ceux qui sont tombés
dans le pièges des fallacieuses promesses quant à la solidité financière de notre pays.


Bon, on ne refera pas le monde d'hier, tentons donc de résister pour que tout ne s'écroule pas et réfléchissons à ce qui peut être fait pour ne pas en
arriver là où en est la Grèce.


Bon dimanche chère Blanche. Amicalement              Fred



râleuse ex02468 09/05/2010 01:12



on va bien finir par être obligé de se réveiller , sinon c'est la misère noire qui nous tuera!!!!!! la grèce, qu'elle aubaine pour le nain, il en profite pour nous exploité avec de l'avance en
faisant peur aux gens , et ces derniers se referment sur eux mêmes par peur !!! et hop le tour est joué :' aux armes citoyens !!'



Le Mousquetaire des Mots 09/05/2010 08:50



Bonjour Râleuse,


C'est dimanche et le temps est à la pluie. On dirait que les éléments sont en concordance avec nos humeurs... Oui, l'aubaine est trop belle pour la laisser
s'échapper. La peur, effectivement, c'est un sacré moteur pour immobiliser tout le monde : peur du lendemain, peur de se retrouver à la rue, au chômage, seul... On nous abrutit rien qu'avec de
mauvaises nouvelles. On nous rend responsables du trou de la sécu alors qu'il semblerait bien que ledit trou n'existe pas. On n'a plus de tissu industriel alors qu'on a permis la délocalisation
et là encore on est responsables parce que le coût de la main d'oeuvre est trop cher... Bref, si on recense tout ce qu'il s'est passé avant cette mandature, alors que nous subissons le joug des
décisions prises, nous sommes encore responsables. Serions-nous donc des demeurés mentaux, des gosses irréfléchis qu'il faut impressionner à coups de trique ? En les menaçant de sévices pour
qu'ils se tiennent tranquilles ?


Nous votons, mais nous n'avons pas droit à la parole et quand on la prend, on ne nous écoute pas. Drôle de méthode qui consiste à avoir seulement l'air de et
de n'en faire qu'à sa tête.  Où est la démocratie dans tout ça ?


C'est marant car fort contradictoire : chez nous on n'a de cesse de critiquer les fonctionnaires mais on attend toujours d'eux qu'ils prennent sur leur dos
la charge de la contestation. Au nom de la sécurité de l'emploi. Quand on voit qu'un fonctionnaire sur deux ne sera pas remplacé, où est désormais cette fameuse sécurité de l'emploi qu'on leur
reproche mais qu'on est bien contents de prendre comme prétexte pour attendre tout d'eux, pour qu'ils assument la contestation au nom de tous ? Autre contradiction notoire : ceux qui devraient soutenir ces mêmes fonctionnaires (leurs employeurs) sont les premiers à les décrier (tous fainéants, sinécure, trop de vacances
et blablabla). Comment retrouver ses petits dans tout ce micmac ? Et si chaque individu
se prenait en charge au lieu de ne toujours que critiquer le voisin, ne serait-ce pas mieux ? Et si le vrai courage consistait à ne jamais se la fermer et à oser contester quand il le faut, ne
serait-ce pas sage ?  La règle est "diviser pour mieux régner" et ça marche depuis la nuit des temps. Peut-on éternellement accepter cette division ? Est-ce ainsi qu'on sauvera sa peau (ou, si tu préfères, qu'on sauvera les acquis) ? On dit également "l'union fait la
force", mais où est-elle cette union puisque l'autre attend toujours que l'un se remue ?


Si je résume l'enemble de ces questions, ça donne qu'on est tous des couards. Il n'y a pas de quoi être fiers.


Bon dimanche malgré le temps morose et ces propos pessimistes. Amicalement           
Fred



Pat59 08/05/2010 19:58



Aurais-tu oublié une ch'tite bricole ? On nous prépare à des temps d'austérités et à la ponte de quelques réformes "nécessaires et vitales" pour nous piller encore d'un peu de social sous le
couvert de la nécessité de se serrer la ceinture, dommage que ce ne soit que celle des pauvres qui doit se serrer, bientôt en guise de ceinture je pourrais prendre les lacets des chaussures du
gamin, lui de toute façon il finira par aller pieds nus.


La Grèce ? Le nouveau pretexte bienvenu. Ce qui n'enlève pas que chez eux aussi ce sont les pauvres qui vont payer les inepties, corruptions et spéculation bancaire des nantis qui en plus se sont
gavés avec les impôts des citoyens.


Amitiés d'un Nordiste en colère.


Pat



Le Mousquetaire des Mots 08/05/2010 21:37



Eh oui, Pat, ça nous pend au nez. C'est d'une évidence à s'éclater les yeux en plus de la rate. Mais combien de lambdas ont conscience que nous allons vraisemblablement nous retrouver dans les
mêmes guêtres que les Grecs ? La population est si amorphe (sans doute abrutie par les séries télé...) qu'il ne faut pas compter sur elle dans les jours à venir. Je parle souvent de tronches
lessivées, mais zut, quand on assiste à ce qu'il se passe depuis trois ans et qu'on n'a pas de réaction, on est en droit de se demander si le QI moyen n'est pas de 125 en-dessous de zéro. On
dirait que la majorité du peuple est anesthésié... Pas étonnant que les réformes passent les unes après les autes sans aucune difficulté.


C'est la fin de la semaine, le temps est instable, mais on a du temps libre (en principe), alors usons de ce temps de la meilleure manière.


Amitiés de l'Est presqu'au Sud                    Fred



Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche