Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 23:38

Malgré un changement de ministres et des propositions qui prendraient en compte certaines réalités, le raïs est de plus en plus isolé. Il n'a plus désormais le soutien de l'armée qui prend le parti du peuple. Un sacré retour de bâton pour avoir conduit ce pays de manière dictatoriale et d'être resté trop longtemps au pouvoir. Une sacrée victoire pour les égyptiens qui, même privés de moyens de communication, ont su se mobiliser et entamer un bras de fer sans coordination. Deux semaines que cela a éclaté et toujours le même refus de voir encore aux rênes des hommes connus depuis longtemps et dont ils ne veulent plus. Et pourtant, ils ont payé un lourd tribu : quelque 150 morts au cours des affrontements, des pillards libérés, semble-t-il, par les forces de l'ordre, des policiers qui auraient participé aux saccages des magasins, des nuits à vivre dans la peur et des équipes de surveillance pour qu'il n'arrive rien aux familles... Rien ne les a découragés. A croire même que plus on voulait les enfermer et voir la troupe s'en prendre à eux a renforcé leurs convictions et leur détermination.

A l'heure actuelle, les états européens et américain demandent à leurs ressortissants de quitter l'Egypte, les risques de dérapage sont grands tant tout est chamboulé et instable. Diplomatiquement, on reste prudent, exhortant le chef d'état égyptien à entreprendre des réformes et respecter les droits  et les libertés fondamentaux. Chez nous, on fait cela sur la pointe des pieds. Et pour cause. Quel est le devenir d'un pays en pleine révolution, pays devenu la pierre angulaire de toute une stratégie politique au Moyen-Orient, clé de voûte de l'équilibre de la région ? Un changement aussi abrupt ne présage rien de bon car il faudra revoir toute la politique menée depuis des décennies. Bien des interrogations se posent, et notamment l'instauration d'un nouveau régime. Si l'armée, gênée dorénavant par HM, ne cherche plus qu'à l'évincer, ne risque-t-on pas un putsch militaire ? Et une dictature qui ne serait pas autre chose qu'un autre malheur que subirait ce peuple qui aspire à la démocratie ?

A force que les états aient fait ami-ami avec tous les dictateurs, l'opinion des révolutionnaires ne pourra pas être favorable aux "ingérents" étrangers notamment sur le plan des échanges commerciaux, de l'implantation d'entreprises occidentales et autres abus d'une politique complice d'état à état. Une situation très complexe qu'il faudra traiter avec beaucoup de doigté.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans International
commenter cet article

commentaires

Blanche de Marseille 08/02/2011 11:11



A la lecture du com de Jean-georges je me dis que MAM puisqu'il s'agit d'elle , nous a fait suffisamment honte il serait mieux qu'elle DEGAGE !!! et pas qu'elle !  



Le Mousquetaire des Mots 11/02/2011 13:38



Eh oui Blanche, ils devraient se retirer puisqu'ils usent tous des mêmes ficelles relationnelles. Mais ils font coalition car ils ne peuvent faire autrement.
ALors qu'il faudrait être exemplaires... N'avait-on pas claironné que la république serait exemplaire ? Mais je me trompe peut-être...



Jean GeorgesBonsoirs les amis 08/02/2011 00:03



Bonsoir Fred,


Quelque soit la tournure que prennent ou que prendront les événéménts dans les prochains jours notre diplomatie ( et surtout notre brillante ministre des affaires étrangères) ne peut et ne doit
ouvertement pas entrer dans le jeux des spéculations et miser sur l'un ou l'autre des régimes qui vont éclore de cette formidable révolution dont ont été capables les peuple de ces pays. Ces
dictatures  du Magreb sont des états souverains et notre ingérance serait  de mauvaise augure pour nos relations futures. Les ressortissants de nos pays occidentaux  pourraient en
subir les conséquences, notre commerce international déjà mal en point y laisserait surement des plumes et notre diplomatie y perdrait le peu d'envergure qu'il lui reste.


Qu'on les laisse régler leur problèmes dans leurs pays respectifs, c'est leur révolution , pas la nôtre, d'autant que pour l'Egypte surtout, le peuple ne va pas y gagner grand chose, les
évenements d'aujourd'hui laissent à penser que cela va finir en eau de boudin. JG.


 



Le Mousquetaire des Mots 11/02/2011 13:37



La révolution n'est pas terminée. les avancées restent des avancées et ne débouchent sur rien de concret : HM veut rester jusqu'au bout tout en déléguant les
affaires au vice-président. mais la rue ne veut pas de ça. Donc, rien de bon ne se profile à l'horizon. Ces pauvres gens savent ce qu'ils veulent et tiendront jusqu'à ce qu'ils obtiennent le
retrait définitif de leur dictateur. Tout reste à faire, c'est terrible car ils sont confrontés à un autisme pur et dur. Et va savoir ce que tout cela cache...



Blanche de Marseille 07/02/2011 13:43



Hihihi....tu te fais tacler par Jules  ( que je ne connais pas ) et ce qu'il te dit n'est pas faux - Le PS mitterandien a trahi , très sournoisement c'est vrai et ils sont prêts à
recommencer ! Mais une question pour Jules : Du travail ??? mais OU  ?... quel boulot ?...payé combien ?... Jeune sortant de la Fac ...mention brillante ....ah oui ?...AU CHOMDU  !!!
Gouvernement de M....!!!!



Le Mousquetaire des Mots 11/02/2011 13:31



Voui, je me fais tâcler. Peu importe, au fond, que j'aie des détracteurs. Je lui ai répondu, mais je ne sais pas s'il reviendra lire ma réponse. Je ne fais
qu'émettre des évidences et pourtant, certains ne semblent pas avoir la culture suffisante pour piger à fond la caisse ce qu'il en est exactement. Dommage pour eux ! Si chacun réfléchissait à la
signification profonde de la politique, entre autres choses, le monde s'en porterait mieux.



Philippe 06/02/2011 20:01



Je suis surtout consterné par le gouvernement francais !



Le Mousquetaire des Mots 11/02/2011 13:28



Eh oui ! Totalement déplorable. Et comme ils s'offrent tous des vacances chez les potentats en place, ils trempent tous dans la même soupe. Et se soutiennent quoi qu'il arrive. Déplorable. Et
même abject.



jules 06/02/2011 16:46



Le mousquetaire des mots, pourquoi pas le mousquetaire socialiste, cela conviendrait mieux je pense. Je ne suis pas pour défendre le grand capital mais je ne suis pas utopique.


C'est ton commentaire chez "florentin" qui m'a interpellé. Celui concernant le meurtre de Leatitia où l'actuel président est ta principale cible. Tu le désignes comme premier magistrat
mais dans quel rôle avec une magistrature et un barreau se voulant de plus en plus indépendants alors qu'ils sont au service de la société ? Le maire n'est-il pas le premier magistrat de la
commune avec la qualité d'OPJ même s'il n'en a pas les fonctions ? Que font les maires concernant l'ordre public ? La gauche a tout démantelé d'abord sournoisement sous l'union de la gauche
des années 70 puis ouvertement dès 1981. Je sais de quoi je parle pour avoir oeuvré au coeur du système.


Tu veux placer tout le monde sous abri mais en prenant de l'argent à celui qui en possède encore pour donner à celui qui n'en a plus assez. La méthode socialiste donc qui consiste à créer plus de
pauvres. C'est le travail qu'il faut mettre en avant et revenir à une éducation digne de ce nom...



Le Mousquetaire des Mots 09/02/2011 19:09



Bonsoir Jules,


Le premier serviteur de l'état, le garant de la constitution, le magistrat suprême est bien le chef d'état. C'est l'évidence même. En tout cas chez nous. Je
pense que tu connais la réponse de l'arrosé à l'arroseur : les propos du chef de l'état a mis en ébullition les magistrats. Et pas qu'eux. Que tu le veuilles ou non, il n'a pas à être juge et
partie. Il a parlé non en président, mais en avocat. Or, il est président. Cela s'appelle un dérapage. A éviter donc. Qu'il s'émeuve, soit et je ne le condamnerai pas pour cela, mais qu'il
récupère un drame affreux pour dénoncer un soi-disant laxisme de la justice dû uniquement au manque de moyens, ce n'est pas franchement folichon. S'il veut davantage d'efficacité en matière de
justice, qu'il en prenne les moyens.



ledif trocas 05/02/2011 18:13



Attention aux emballements, camarades !
il faut bien observer comment le plat nous est servi…
Souvenons-nous de l’Iran de la fin du Shah et de ce qui s’ensuivit ;
de l’Irak (grand allié de l’occident contre l’Iran), de ce cher Saddam qui devait nous atomiser, de sa chute ignoble et de ce qui s’ensuivit ;
de l’Afghanistan et des bons talibans que les occidentaux encourageaient dans leur combat contre les Russes ; etc…
Proche ou moyen, l’Orient est pour les occidentaux un plat de lentilles certes appétissant mais bourré de cailloux.
Et puis encore une fois : sommes-nous vaniteux et arrogants au point de vouloir imposer au monde entier notre modèle de gouvernance prétendument démocratique – mais en réalité
ploutocratique-?



Le Mousquetaire des Mots 09/02/2011 19:03



Ah la sagesse... ! Peu en sont dotés. Et surtout pas ceux qui gouvernent trop longtemps. On devrait voter une loi universelle interdisant de cumuler
plusieurs mandats quelle que soit la latitude où la tentation est grande d'atteindre un âge canonique sans avoir compris que la retraite est plus digne que la fuite.



Florentin 05/02/2011 14:53



Cette fois le peuple ne s'est pas levé en criant "Du pain !", mais "Liberté !". Pour le pain, le raïs aurait cédé et trouvé des solutions immédiates. Pour la liberté, ce n'était pas la même
musique, car s'il l'accordait il mettait son régime par terre. Il a fait de la résistance face à la révolution populaire, mais aujourd'hui, samedi, on dit qu'il ne sait comment faire pour quitter
la scène du pouvoir. Mais, tu as raison de le souligner : ce serait dommage qu'on vole sa victoire au peuple : que l'armée ou les Frères musulmans prennent la relève. Ce pourrait être pire encore
!



Le Mousquetaire des Mots 09/02/2011 19:01



Liberté, un mot splendide et qui devrait être sacré. Un mot qui a perdu beaucoup de son sens premier chez nous, mais qui revient dans la bouche d'autres que
nous. La liberté, c'est de la dignité avant tout et ça se respecte. Mais c'est vrai que beaucoup l'usurpent et la retirent aux autres. Que veux-tu, c'est ça la politique
dictatoriale.



Blanche de Marseille 02/02/2011 14:00



Chère boussole perso , je reprends le com de Pangloss  ( que je salue ) à mon compte - je ne saurais mieux dire que ce qui est exprimé - je te remercie beaucoup de ta présence chez
moi , c'est réconfortant la visite et la parole d'un Ami -  J'ai pensé à toi pour parler de ce qui vient encore de me faire bondir : Hortefeux veut faire passer une Loi  " criminalisant
les SDF "  Comment est-il possible d'avoir une pensée aussi sordide ??? J'espère oui que tu auras le temps de me réserver quelques visites , sans pour autant être privilégiée ça va de soi
  Alain-Julien , un Dessineux de talent et généreux en plus - même idéal politique - m'a mise à l'honneur chez lui -
té ...ça me ferait plaisir que tu passes chez lui - un pote fidèle et sûr , comme Félix le matou du Web - il est dans mes favoris , le premier dans la liste - je t'embrasse tu permets
?



Le Mousquetaire des Mots 09/02/2011 18:57



Bonsoir Blanche,


Une loi qui criminaliserait les SDF ? Quelle absurdité ! Comme si être SDF était un choix qui ne serait pas induit par une société de pignoufles et qui
croque tout ce qu'elle peut. Si les ploutocrates devenaient à leur tour des SDF, cela aurait le mérite de leur enlever la peau de saus qu'ils ont devant les yeux.



Pangloss 02/02/2011 08:38



On peut s'étonner de la "modération" dont fait preuve l'Occident devant la situation égyptienne. Modération qu'on cache sous le masque de la non-ingérence pour demander "plus de démocratie".
"Plus" est un mot totalement inadapté car pour qu'il y ait "plus", il faudrait qu'il y ait "un peu". Soyons réalistes: un pouvoir qui, croyant mater une contestation sociale pacifique, réprime
brutalement (150 morts!) n'est ni de près, ni de loin démocratique. S'il y avait 150 morts dans un pays européen, on considèrerait que la
situation est gravissime. Dans un pays arabe, cela est perçu comme anecdotique: "Soyons sérieux, ce ne sont que des arabes!", pourrait-on entendre
si nos gouvernants osaient livrer le fond de leur pensée. De même qu'ils ont jugé acceptable que dans ces pays, la seule forme de gouvernement soit une dictature. N'y aurait-il pas là du racisme?
Cela amène à réfléchir sur la manière dont, en Occident, on dialogue avec les immigrés en tolérant de certains d'entre eux ce qu'on n'accepterait pas de la part de "Français de souche".



Le Mousquetaire des Mots 09/02/2011 18:54



Tu poses beaucoup de questions intéressantes. Laisse-moi le temps d'y réfléchir.



Jean-François Vionnet 01/02/2011 19:25



Et j'espère que Khadafi, Bouteflika et M6, et Amaninejadh, et quelques autres vont suivre.


Nous ne pouvons rien faire, et nos gouvernants sont complètement désarmés.



Le Mousquetaire des Mots 09/02/2011 18:53



Il revient aux peuples de faire leur révolution. Effectivement, nous ne pouvons rien pour eux sinon penser à eux et croire que ça ne finira pas
mal.



Pamphile 01/02/2011 15:47



Il y a la médiation de El Baradeï (je ne sais pas écrire son nom !) Ce peut être une possibilité de transition. Toute période révolutionnaire reste imprévisible.


150 morts. Cela mérite le respect pour ces Egyptiens révoltés.



Le Mousquetaire des Mots 09/02/2011 18:52



Il y a aussi les frères musulmans qui participent mais ne se présenteront pas aux prochaines élections. Tout est possible et le pire également. La police a
tiré à balles réelles aujourd'hui. Bilan : 3 morts et une centaine de blessés. Le pire est eput-être à venir, mais j'espère qu'il n'en sera rien.



Lumieres Contemporaines 01/02/2011 15:00



Bonjour Fred,


Comme pour la Tunisie, attendons un peu. Il ne faut jamais faire de pronostic en avance car le meilleur comme le pire peut arriver à partir de maintenant. Dans le futur, nous verrons si tout ceci
valait bien la peine. Pour le moment il faut que les intéressés soient prudents.



Le Mousquetaire des Mots 09/02/2011 18:50



Bonsoir Alex,


L'Egypte n'est pas la Tunisie : le peuple s'accroche à ses convictions et il y a des dérapages. Pas plus tard qu'aujourd'hui, il y a eu 3 morts par tir à
balles réelles. Ca eput déraper dangereusement, mais je ne pense pas que l'armée ait envie que ça devienne un bain de sang. Reste à prier (si on est croyant), à espérer et croire à une issue qui
ne se résolve pas par un bain de sang.



Pat59 01/02/2011 07:17



Il va obligatoirement se passer quelque chose, il reste à savoir quoi, HM est un poil plus coriace que Ben Ali l'a été dans ce bras de fer final.


L'armée dit se ranger du coté manifestants et ne pas tirer... j'attends de voir, je gage que devant l'ampleur de la révolte et malgré leur présence, ils ont compris que s'ils tiraient sur la
foule ce ne serait pas suffisant pour arrêter le mouvement et conduirait à la guerre civile. Reste à tenir à l'oeil ceux qui en cas de chute du régime vont devoir rendre des comptes... ceux-là
risquent d'être les plus dangereux car c'est leur peau qu'ils vont jouer en cas de victoire de la révolution... et les voisins dictateurs ? Réaction ? Ils doivent avoir la crainte de la contagion
si deux révolutions coups sur coups réussissent.


On peut noter la mollesse des réactions internationales pardis, le seul pays arabe qui a reconnu l'état d'Israël et qui sert de tampon entre la Lybie du frapadingue de Kadhafi et eux. Et
l'agitation du spectre de l'intégrisme islamiste brandi comme un étendard ne va pas arranger les histoires.


C'est l'après HM qu'il faudra suivre, voir s'ils ne vont pas échanger un dictateur pourri pour des autres plus dangereux encore.


Amicalement Pat



Le Mousquetaire des Mots 09/02/2011 18:48



Bonsoir Pat,


Pour moi, ce qu'il s'est passé (oui, je sais, j'ai du retard dans les com) est le premier signe qui peut tout faire dégénérer. Et si l'armée intervient... on
est en droit de s'attendre au pire. Ce qui est certain, c'est que la police est la responsable et qu'elle va entrer dans l'oeil du cyclone militaire : je ne pense pas que les soldats aient envie
de frapper sur qui que ce soit. D''autant que les hommes de pouvoir sont des militaires.


C'est affreux à dire, mais c'était quasi inévitable qu'il y ait des morts. Trop d'enjeux nous échappent et pas seulement diplomatiques. A l'intérieur, il y a
également des enjeux qui ne doivent pas être tristes. On peut s'attendre à tout : les manifestants ne cèderont pas et cette bavure ne fera que renforcer leur volonté du
changement.



Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche