Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 20:48

Lorsqu'un certain humoriste tenant des propos racistes a été mis plus ou moins en examen, il y a eu des enquêtes. Le cher homme crie famine et pourtant, il a su tromper tout son monde. Non seulement il avait chez lui plus de 500 000 euros en liquide, mais qui plus est, il a lancé une souscription sur internet pour payer les amendes qui l'affligent. Le fisc, décidément, est sans pitié pour ce pauvre homme qui gagne sa vie comme il peut, avec ses petits talents et ses expressions douteuses. D'aucune le plaignent, crient à l'atteinte à la liberté d'expression, mais quand on est capable de tricher comme cela semble être le cas, c'est facile de crier au scandale et de susurrer très fort qu'on lui en veut. Ouais, pourquoi pas ? Mais tout de même, se livrer à des plaisanteries ou des galéjades racistes relève bien de la justice. D'ailleurs les condamnations ne sont pas faites pour les chiens et quand un juge se saisit d'une plainte, non seulement il l'étudie sur le fond et la forme, mais il prononce des condamnations. En fait, dès qu'on se fait remarquer, on est susceptible d'être redevable, en tant que citoyen, face à la justice. Et quand l'argent est détourné, il ne faut pas s'étonner d'avoir à rendre des comptes. Cette affaire, jamais qu'une de plus, montre que la notoriété ne signifie pas qu'on est innocent malgré de grandes déclamations. C'est à croire que plus on crie fort, plus on est justiciable. En fait, on dirait bien que les cris d'orfraie poussés haut et clair sont autant d'indices d'une culpabilité réelle. Dommage ! Quelle galère pour lui et son entourage ! Mais avaient-ils besoin de se faire remarquer ? La réalité rattrape les imbéciles qui se croient finauds, leurs ruses et leurs masques finissant toujours par être démontés. Donc, rien ne vaut l'anonymat. Là au moins, même si on est connu de son quartier, ça ne dépasse pas le coin de la rue. Tranquillité assurée.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article

commentaires

Florentin 01/02/2014 14:02

Je suis de ton avis. Pour vivre heureux, vions cachés. Ce benêt aurait mieux fait de faire dans la prudence verbale. Il jouait avecle feu. Et effectivement, il s'est brûlé. Je ne le plains pas. Je ce comprends pas comment on peut avoir de la sympathie pour un pareil personnage.. il pue la haine.

Le Mousquetaire des Mots 01/02/2014 15:29

Tu as trouvé l'expression juste : il pue la haine, il en transpire même abondamment. Il s'est fait prendre le doigt dans la confiture et il en est tout déconfit. Mal lui en a pris et comme il fait son beurre sur la bêtise crasse, je ne peux pas le plaindre. Après tout, il a fait ses choix.

segolin183 30/01/2014 14:15

Surtout avec l'oiseau bleu " twitter " et les portables ou chacun se croit journaliste!
Pour ma part je prefère m'occuper des gens que j'aime ou que je peux aimer en leur apportant du réconfort ou de la tendresse!
J'suis peut-être d'une autre époque
Respects d'un jeudi moutonneux
Marc(tagnan)

Le Mousquetaire des Mots 30/01/2014 20:54

C'est toi qui a raison : autant ne se préoccuper que de ceux que l'on connaît et que l'on aime. le reste, les rumeurs du monde sont inintéressantes et comme on ne peut modifier à loisir les paysage environnant, autant ne pas s'en soucier et se contenter de ceux qu'on apprécie. Ce n'est pas être d'une époque c'est tout simplement être soi dans sa singularité.

sixtine-39 30/01/2014 06:51

La célébrité apporte de nombreux avantages ...Mais elle expose aussi à bien des dangers, notamment celui de ne pas pouvoir toujours tout cacher de sa vie privée ...

Le Mousquetaire des Mots 30/01/2014 20:53

C'est bien pourquoi j'aime l'anonymat qui permet de n'être pas vu et encore moins être connu et reconnu. Il me suffit de mon quartier où je ne peux faire un pas sans que ne jaillisse des commentaires.

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche