Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 19:36
Le projet de loi de finances de l'année 2010 sera examiné dans quelques jours. On ne peut pas dire que nos parlementaires chôment : ils fourmillent d'idées pour "optimiser la dépense publique". C'est fou ce que j'aime le jargon politicien...

Pour résorber la dette publique (à laquelle l'état participe largement, mais ça, il ne faut surtout pas le dire), une cinquantaine de propositions ont émergé des réflexions de nos parlementaires, parmi lesquelles dès 2011 l'impôt sur le revenu qui sera prélevé à la source. Tiens donc ! L'état pourra se gaver plus facilement puisqu'il disposera de ces ressources plus facilement. Sont à plaindre ceux qui auront perdu leur travail et qui devront quand même éponger ladite dette avec des moyens nettement plus restreints, ou ceux qui, nouvellement à la retraite et disposant de seulement un minimum, auront à régler leur "dette" sur leurs salaires de 2010...
Bref, les bien nourris qui "se dévouent" à la cause publique visent toutes ces "niches" dont sa majesté a décidé qu'il fallait leur faire la chasse. Ils nous ont déjà pondu l'augmentation du forfait hospitalier, les déremboursements, la taxe carbone,... et autres ingéniosités qui satisfont grandement le roi qui, lui, ne freine surtout pas ses dépenses quand il ne les augmente pas...
Certes parmi ces propositions, il en est une qui pourrait nous combler d'aise : celle qui est de taxer forfaitairement voitures et logements de fontion. Ca fait sourire : c'est l'état qui est propriétaire de ce parc automobile et de cet immobilier. Alors le taxer, quelle galéjade ! Comme si il allait baisser son train de vie...

Je pourrais en citer d'autres, mais je m'arrêterai à celle-ci car elle est vraiment grosse : l'incitation financière à l'assiduité dans la fonction publique. Cela s'appelle, toujours dans ce jargon ridicule, "mettre en place une prime positive d'assiduité à chaque agent de la FP, n'ayant pas bénéficié d'un seul arrêt de travail, afin de l'intéresser à sa propre assiduité". En clair, pour réduire les dépenses de l'état, nos parlementaires n'hésitent pas à dénoncer l'absentéisme des fonctionnaires qui, chacun le sait fort bien, sont de gros fainéants, n'en foutent pas une et se font "porter pâle" à la moindre occasion. Autrement dit qu'ils bénéficieraient de certificats médicaux de complaisance. Ben voyons ! Merci pour le corps médical qu'on traite de complaisant et merci pour ces fonctionnaires qui sont mal payés, pas reconnus, sans carrière et qui triment sous la férule de chefaillons infects.

Si ça, ce n'est pas le reflet d'une vision dégradante de la fonction publique, si ce n'est pas enfoncer le clou dans le corps des fonctionnaires déjà pas mal amoché en son temps par le dégraisseur du mammouth, dites-moi donc ce que c'est ! Au fait, avez-vous noté que non seulement on surtaxe les mal-portants mais qu'on veut gratifier les bien-portants. Si cette proposition passe,  on verra les mêmes mesures appliquées au privé.

Dans la famille du grand n'importe quoi, j'appelle le roi, la reine, le dauphin, la dauphine, le grand chambellan, le grand argentier et le cireur de bottes.


Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 19:39
Qui que l'on soit, on est le fils de quelqu'un. L'inconvénient majeur, c'est d'être le fils de... Et être le fils de... provoque des remous. Vous voyez de qui je veux parler ? Non , Vous m'étonnez beaucoup. Car enfin, être le fils du roi, c'est plutôt la galère. Et quelle galère... !!!

J'avais déjà évoqué ce phénomène qui fait couler bien de l'encre - peut-être même un peu trop - ce qui n'est pas sans conséquence pour le fils de. Dans mon article Nouvelle Dynastie link, j'évoquais déjà il y a un an environ, peu de temps après la création de mon blog (le 29 août 2008, très exactement), la possibilité d'une passation de pouvoir.
Aujourd'hui, je me dis que j'avais vu juste. S'il ne s'agit pas, à proprement parler, de passage du flambeau, cela y ressemble beaucoup. Car enfin, à quoi ça rime cette étrange nomination à la tête d'un organisme en vue, sinon à positionner un pion supplémentaire ? Comme s'il s'agissait de tout verrouiller...
Ce fils de... n'est encore qu'un enfant, étudiant, élu par la magie paternelle (on ne me fera pas changer d'avis), peu encore au fait des choses de ce monde (le monde politique) et dont la prétention ne semble pas avoir de limites (c'est facile quand on est le fils de son papa et que celui-ci gouverne). Si ce n'est pas du népotisme de la plus belle eau, c'est que je ne comprends plus rien à rien. Or, j'appréhende tout - oui, c'est de l'orgueil, mais tant pis - car l'expérience compte pour beaucoup dans la compréhension de ce monde de plus en plus cloisonné, réservé à cette "élite" du bien-pensant, du conforme à la pensée autoritaire, de la marionnette dont on tire impunément les ficelles et qu'on impose sans vergogne.

Cette affaire fera encore couler une encre épaisse et bien noire, elle laissera des traces indélébiles et provoquera des remous bien plus puissants que tout ce qui a pu se dire, se faire auparavant. Je pourrais plaindre ce jeune freluquet un peu trop sûr de lui, mais je ne le ferais pas : j'en connais qui a su s'éloigner de ce type de pratique, refusant de n'être que le fils de... On a l'orgueil qu'on peut...
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 11:11

... Les sujets nettement plus sérieux (encore que, une recette-maison, excellente au demeurant, a bien droit de cité sur ce blog, non ?).
Voilà un certain temps que je ne suis guère sur mon site et que je ne publie que quelques rares articles dont la teneur est bien différente de mon dernier exercice.  J'hésite encore à vaquer sur le web, parce que ça prend du temps et que je n'en dispose guère, parce que c'est un peu trop répétitif, que je me demande si ça vaut le coup et que je devrais peut-être revenir définitivement à mes premières amours.
Mon coeur balance, c'est vrai et la valse-hésitation à laquelle je me livre depuis quelques mois devra un jour s'arrêter. Pour l'instant, je n'ai pas encore le tournis, donc je peux continuer.

Je vous offre un plateau bien garni des nouvelles du royaume que tout le monde connaît , qui ont  été dépiautées abondamment à travers la blogosphère.
Les polémiques sont les plus faciles et chacun y va de son mot. L'exemple-type est la bombe Polanski qui a soulevé un torrent de commentaires. Voici le mien : ce n'est pas parce qu'on est un personnage en vue qu'on est au-dessus des lois. Autre polémique tout aussi inutile : l'émotion suscitée par le ministre de la Culture. Lequel, à cause de son homosexualité, se voit taxé de pédophilie. Décidément, les gens ont bien du temps à perdre à répandre des bruits dans le seul but de nuire.
Le procès Clearstream n'échappe surtout pas à l'intérêt de tous. Pour le moins qu'on puisse en dire, c'est que toute cette affaire n'est pas très "claire".
Le PS n'en finit pas de tenter de se rénover. Il y a de la cacophonie dans l'air et les remontées en sont bien nauséabondes. Les sires quadragénaires voudraient bien leur part du gâteau et avancent carrément à découvert. Pas bien sûr que cela ne les desservira pas : ils ont les dents trop longues et oublient de les rogner.
On ressort la castration chimique. C'est toujours pareil : dès qu'il y a viol, assassinat par un ex-détenu emprisonné pour les mêmes méfaits, on s'empresse de crier à tue-tête qu'on va leur faire avaler des pilules. Leur libido sera peut-être castrée, mais pas le reste. Soyons donc un peu sérieux !
La grippe est toujours aussi invasive mais rien ne démontre que la pandémie prédite à grand renfort de clairons publicitaires sera ce qu'on en dit.  Pour l'instant, ce serait même plutôt le contraire.
Et pendant qu'on nous abrutit de cours d'hygiène, les lois passent en douce. Merci qui ?


Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 13:17
On passe facilement d'un sujet à l'autre après s'être appesanti lourdement sur des sujets qui ne valent rien. On matraque pendant une semaine, puis on s'empresse de passer à autre chose. Le lecteur n'a plus le temps de réfléchir à des sujets sérieux, il ne fait que subir le pouvoir médiatique. Dramatique. Et pendant qu'on l'assomme avec des futilités mondaines (est-elle enceinte ou pas ? son cancer est-il vraiment guéri ? et blablabla), l'état-major gouvernemental s'empresse de concocter de nouvelles lois qu'on sert en dessert à la masse qui n'en peut mais.
Et des projets de lois, il y en a plein les cartons des ministères. Certains sont connus et soulèvent des contestations qu'on ignore en haut lieu, d'autres avancent en catimini et exploseront à la figure une fois qu'on ne pourra plus rien faire. ON n'augmente pas les impôts mais on crée de nouvelles taxes, on plie dit-on aux lois européennes et on dérégule les services publics, bref, on s'emmêle les pinceaux et on est en pleine déconfiture. Qui n'a pas entendu l'appel des résistants de la dernière guerre mondiale ? Il date de 2004. Et sur mon blog, il est en ligne au 13 juin dernier.
Pas bien certain que le lien fonctionne...

A entendre et à écouter

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 21:00
...Quasi toute l'actualité de ce jour. Bof ! Rien de bien extraordinaire. C'est désespérant de constater qu'on ne parle que de banalités. Un exemple révélateur :  la cuite d'un certain ministre qui ne saurait que lever le coude. Et alors ? S'il entend se pinter, cela le regarde et ça ne fait pas avancer le schmilblick. Quoi, me direz-vous ? Un ministre alcolo, c'est déplorable. Certes, mais il n'en est pas moins homme. Et s'il est en délicatesse eu égard à la bouteille, il doit bien avoir quelques raisons qui ne nous regardent pas.
On a fait tout un fromage à propos d'un autre ministre qui aurait tenu des propos racistes. Ben quoi, s'il aime l'humour graveleux, c'est également son droit. Sauf que lorsqu'on a une charge officielle, il faut savoir éviter les écarts de langage. Ca la fout mal, je le reconnais, de se laisser aller à un humour déplorable car souvent cela cache quelque chose de peu avouable.
Bref, je constate une fois de plus que, lorsqu'il n'y a rien à raconter, on se répand volontiers sur les travers des personnalités en vue. Le plus triste dans ces histoires sordides, qui s'étalent à longueur de pages, c'est que, pendant qu'on distille du fiel, qu'on concocte des scandales faciles, on ne parle pas du reste. Et c'est ce reste qui est important. Comme si on voulait nous obliger à oublier que tandis qu'on s'arrête, en voyeurs que nous sommes tous, sur des détails sans importance, le plus grave est passé aux oubliettes.
Cessons de nous focaliser sur des détails qui ne méritent pas qu'on s'y arrête, ne fut-ce qu'une seconde, et regardons à la loupe tout ce qui est tu.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 21:00
Eh oui, je reviens. Je romps enfin le silence dans lequel je suis depuis quelques jours, faute de temps. C'est la fin de semaine, j'ai donc du temps à consacrer à ce qu'il se passe. Je vais donc délirer une nouvelle fois. Et pour ce faire, je vais évoquer rapidement quelques événements. Quelques nouvelles en vrac, comme j'ai pris l'habitude de vous asperger.

D'abord, la taxe carbone : le roi a clos le bec de son grand chambellan qui s'était un peu trop avancé. Ben quoi, il n'y avait pas lèse-majesté, mais il s'était un peu trop mis en avant. Alors, il s'est fait réprimander à la face de tout le royaume. Le roi a repris les rênes en main. On sait désormais à quelle sauce on sera taxé. C'est nettement plus important qu'on ne l'aurait imaginé. Mais figurez-vous qu'on fait toujours figure de mauvais élève face à l'Europe. On est en-deça de ce qui se fait ailleurs. Et depuis plus longtemps qu'on ne l'imaginait. Chez nous, on est frileux. C'est carrément un tic national : on ne va tout de même pas froisser notre orgueil national.
Donc, nous voilà avec une nouvelle taxe qui ne favorise pas la masse salariale même si on lui reverse une partie de ce qu'elle règlera. Encore une pirouette pour ne pas froisser l'électorat : il y a des élections l'an prochain, vous ne l'ignorez pas. Donc, sa majesté a opté pour une taxe remboursable. Idiot, mais vrai. Le non sens a remplacé depuis longtemps le bon sens. On paye et on nous rend une partie de ce nouvel impôt. Si ce n'est pas absurde, c'est que je n'ai rien compris.

Une copine qui refusait de voter, notamment aux élections européennes de juin dernier, revient sur sa décision : elle s'engage à voter l'an prochain. Que voulez-vous : elle a pris conscience que son absence autour des urnes pouvait avoir des effets dévastateurs sur sa région (PACA). Alors, si vous êtes comme elle dans ce coin du sud du royaume, prenez rendez-vous avec les urnes pour éviter que le roi ne fasse un nouveau massacre électoral ! Remuez-vous, que diable, il en va de la démocratie et de la diversité !

Plus loin de nous, un homme entend instaurer une couverture sociale pour les plus démunis. Oui, vous avez compris : il s'agit de l'Amérique. C'est un exemple à suivre puisque chez nous on est en train de démolir ce que l'après-guerre avait construit. De l'autre côté de l'Atlantique, on a l'intention que chaque individu puisse se soigner et rester digne alors qu'ici, on dérembourse de plus en plus et on instaure une société à deux vitesses, voire davantage.

Vous êtes de quel côté ? Vous votez pour qui, pour quoi ? Entendez-vous rester indifférent  et subir ? Ou avez-vous la volonté de préserver l'avenir ?


Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 09:24


La crise aidant, on voit fleurir des annonces pour le moins curieuses. Comme celle que je vous indique sur le blog de Philippe

Le salaire minimum n'est même pas respecté. Je me demande si un bac +5 (niveau Master) tombera dans le piège tendu par Warner Bros, NBC... Car enfin, quand on s'est tapé le luxe de cinq années d'études, ce n'est pas pour accepter un boulot à 750 euros. Fut-ce un premier poste.

Certains diront, qu'après tout, il ne faut pas faire la fine bouche et que c'est bon à prendre, que, lorsque l'on veut vraiment travailler, on prend tout et n'importe quoi. Bon, je veux bien l'admettre, mais tout de même il faudrait peut-être pousser un peu plus loin la réflexion. Pourquoi  dans ces conditions, inciter quelque 80% de la jeunesse à obtenir le bac et intégrer le supérieur si c'est pour la rabaisser à un salaire indécent ?
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 10:01

Hier, échange d'amabilités via mes articles. Je ne comprends pas comment on a pu en arriver là. Un blog, c'est un lieu d'échanges, on se frotte les uns aux autres sur le plan des idées et les différences de point de vue sont toutes respectables. Après tout, on a bien le droit de penser différemment des autres, fut-ce à tort. Le tort de penser autrement réside dans le fait qu'il y a un esprit commun dans l'échange. Ce n'est pas pour autant qu'il faut fermer sa porte à ceux dont la pensée ne coïncide pas avec l'ensemble du débat.

Ce n'est pas le règne de la pensée unique, tout de même ! Vive donc l'ouverture et l'élargissement à ceux qui pensent par eux-mêmes même s'ils ne partagent pas l'opinion que l'on défend.

Et laissons aux forums les coups bas, les insultes mesquines, les attaques imbéciles.

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 21:11
Et cher. Voilà que la maison EDF entend augmenter l'énergie électrique de 20% en trois ans. Que voulez-vous ? La fée électricité a investi à l'étrangre car il faut qu'elle soit la première partout. En rachetant tout ou partie de fées étrangères, elle a salement écorné son portefeuille (pourtant bien garni...). Comme ses subsides semblaient fondre comme neige au soleil, elle a lancé un emprunt auprès des particuliers et combien de nigauds sont tombés dans le piège ? Vraisemblablement assez si j'ai bien compris ce qui a été dit.  Mais certainement pas autant qu'elle l'espérait puisqu'elle entend, cette fée si magique, augmenter les redevances des consommateurs. Eh oui, monsieur tout le monde continue à rapporter gros, surtout quand on veut à tout prix empocher des sommes rondelettes. Une sacrée tactique en trompe l'oeil que cet emprunt après ces investissements. L'entreprise doit absolument être concurrentielle et redorer son actionnariat. Qui mieux que toi, moi, nous, est à même de remplir leurs coffres de dividendes royaux ?
Dindon de la farce, voilà ce que nous sommes. Ecoeurant tant sur le principe que sur la forme. Quant au fond, n'en parlons même pas : nous ne sommes que des vaches à traire jusqu'à ce que le lait soit épuisé.
On nous prend vraiment pour des cons et ça commence bien à faire.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
4 juillet 2009 6 04 /07 /juillet /2009 20:03
Eh oui, le travail dominical refait surface après une période de silence. Quand je vous dis qu'il est têtu ainsi que ses acolytes !
Le nouveau ministre a donc décrété que c'était du bon sens que ce travail-là. Mais ça ne remet pas en question le repos dominical... Je m'interroge.

Et d'ajouter, le brave homme, que c'est pour répondre à la demande d'une partie de la population. Laquelle ? Celle des affolés des grandes surfaces ? Celle des achats compulsifs, de ceux qui se précipitent avant l'heure d'ouverture pour être les premiers à courir entre les rayons ? Celle des soldes prête à se battre comme des chiffonniers pour une saleté au rabais ?

Mais non, vous n'avez rien compris. il s'agit des touristes, vous savez ces individus qui débarquent des cars, armés d'objectifs photographiques et qui appuient comme des fous pour faire sortir le petit oiseau, ces individus qui lèvent le nez à la moindre attraction, qui regardent tout en passant très vite, qui voient tout mais ne s'arrêtent jamais longtemps pour aller voir ailleurs quelque chose d'autre auquel ils ne prêteront pas davantage d'attention.
Et les touristes, ça rapporte gros, c'est même la principale activité du royaume. Heureusement parce que, avec les délocalisations, il n'y a plus d'industries, plus de filatures, plus de mines, plus rien du tout. Or le royaume a besoin de pépettes pour tourner et garder son rang. Donc laissons-nous envahir par la faune touristique et ouvrons nos magasins
tous plus emplis les uns que les autres de cochonneries moches appelées souvenirs. Appellons-les de nos voeux afin qu'ils nous distribuent leur manne financière, donc travaillons le dimanche et reposons-nous le reste de la semaine. Un seul jour travaillé, le pied, non ?
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche