Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 21:39

Une bien mauvaise nouvelle mais qui n'a rien de bien surprenant. A force de répliques à répétition, le sol du Japon présente quelques failles quant aux centrales dont cette île est truffée. On s'est voulu rassurant pendant tout un mois, malgré le danger de la pollution. Les précautions oratoires étaient de mise car si la masse populaire perd les pédales, plus rien n'est tenable.

L'heure n'est plus aux tergiversations : on décrète enfin que le niveau du danger a été revu à la hausse. Au même niveau que Tchernobyl. Comme si on ne s'était pas douté que l'heure était gravissime et que ce n'était pas le seul Japon qui se trouvait dans la mélasse. Donc, cette nouvelle qui est alarmante ne répand pas la panique. D'ailleurs, les relevés réguliers donnaient déjà le ton puisque l'on trouvait des produits hautement nucléarisés jusque dans nos salades ou notre lait. Sans doute sommes-nous fatalistes et acceptons-nous sans hausser le ton ce qui devrait sonner le glas pour toute une population. Pas seulement sur le plan sanitaire, mais également sur le plan environnemental et économique. Comment ce pays se relèvera-t-il de cette catastrophe ? Pourra-t-il se remettre un jour ? Rien n'est moins certain.

Je sais, certains diront qu'ils ne sont pas les seuls à morfler puisque les échappées d'eau contaminée souillent la mer, le césium est emporté par les vents, loin de leurs côtes. Le plus jamais ça n'est pas pour demain. Parce qu'Hiroshima, Nagazaki, Tchernobyl n'ont pas servi de leçon à l'homme qui croit pouvoir tout dominer. Nous sommes bien tous dans le même bain.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 21:37

Les résultats sont tombés. Implacables. Tout le monde s'y attendait, plutôt plus que moins. Malgré tout, cela reste un choc : le FN est bien le troisième parti, il galope derrière le parti de la majorité et la distance à franchir pour le rattraper puis le dépasser est très mince.

La période est instable. Rien de plus facile que de caracoler sur les peurs insidieuses. A ceci près que celui qui voulait siphonner les voix de ce parti a obtenu l'effet inverse : ses électeurs s'éloignent et rejoignent ce parti. Un retournement prévisible puisque la tactique de ces deux entités est identique. Sa majesté croyait la jouer fine. Ce n'était que balourdise. Elle a chaussé de gros sabots qui ne ressemblent guère à ceux de son camp.

Notons que les centristes, pourtant ralliés, mais des modérés qui n'aiment pas les extrêmes, veulent faire bloc derrière le parti d'opposition et appellent leurs électeurs à faire le bon choix. Tandis que le parti du roi, divisé entre les pro et les anti, a des opinions tranchées selon leurs préférences. Leur attitude serait dérisoire et prêterait à rire si, à terme, les conséquences de leur inconséquence ne risquait pas de saccager davantage une démocratie déjà bien mal en point.

Tous ne sont pas du même acabit et ceux-là, même si l'opposition n'est pas dans leurs coutume, disent clairement leurs préférences.

Sa majesté voulait un paysage politique bipartite, pour mieux enfoncer son adversaire. Il y a mieux comme réussite : la partie se joue désormais à trois. Elle peut toujours refuser de faire pencher la balance dans le bon sens, chacun glissera dans l'urne le bulletin de son choix.

A dimanche prochain pour la suite d'un feuilleton de plus en plus navrant.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 11:55

 

Malgré la reconnaissance de la décision du conseil, il semble bien qu'il y ait eu des dérapages. Pardon, des pilonnages à l'arme lourde. Un avion a été descendu tout près de Benghazi. Ca canarde du côté de Misrata.

Et que dit le guide ? Que ce sont les bras armés de Ben Laden qui assaillent les insurgés. Sans doute pour lui faire porter le chapeau. Ben voyons ! il prend vraiment les occidentaux (et pas qu'eux) pour de foutus abrutis et de parfaits incompétents en compréhension des situations et des événements. C'est tellement facile d'avoir l'air de plier face à la menace. Il fallait bien s'attendre à un coup tordu. Il était même inévitable

En tout cas, jeudi il se disait que tout était prêt pour agir et voilà que rien ne l'est. Nouvelle réunion au sommet - et cette fois à Paris - pour décider de la conduite à tenir. Les insurgés ont donc tout le temps pour être descendus. Pourraient pas se magner le popotin les bravaches qui pensent gérer cette crise ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 17:01

 

Les philosophes ont droit de cité comme tous les autres citoyens, mais doivent-ils se mêler de politique ? La question se pose puisque le philosophe à la mode est un grand ami de sa majesté et fait depuis quelques jours office de penseur des questions brûlantes de l'actualité. Et comme c'est largement mouvementé depuis plus d'un mois, il y a matière à réflexion.

La question qui se pose aujourd'hui est la suivante : un philosophe, si brillant soit-il, est-il habilité à conseiller un souverain en pleine panade ? Que dis-je, en perdition. Qu'il soit son ami, ma foi, on a les amis que l'on se choisit. Cela regarde chacun, cependant, si l'ami se croit fin diplomate, pose de manière assurée, a des avis tranchés, peut-être faudrait-il qu'il ne considère pas seulement son point de vue personnel, mais englobe dans sa réflexion l'ensemble de la communauté à laquelle il appartient et donc prenne en considération les avis des uns et des autres, notamment des professionnels de la politique que sont les diplomates qui, eux, sont sur le terrain et sont mieux à même de déterminer ce qu'il convient ou ne convient pas de faire et dire. En peu de mots, le philosophe, ami des puissants, doit être fin, avoir toujours l'esprit en éveil et ne pas tenir compte que de ce qu'il pense.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 23:53

On n'en parle presque plus parce que trop pris par la possibilité d'une catastrophe nucléaire. Et pourtant, la Lybie n'a pas disparu de la planète. A force que le monde tergiverse, les troupes du dictateur reprennent peu à peu les conquêtes des insurgés qui se replient sur Benghazi. Si aucune décision n'est prise, ce ne seront plus des combats qui se dérouleront sous nos yeux, mais un génocide.
 

 

Dormons la conscience tranquille, nous sommes au pays des droits de l'homme.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 09:10

 

Et vous ? Vous avez les abeilles ? Donc vous savez qu'une surmortalité inquiète les apiculteurs. Vous savez également que ce sont elles qui pollinisent la flore. Si les abeilles disparaissent de notre paysage, la désertification est inéluctable et avec elle l'extinction de l'humanité.

 

http://www.avaaz.org/fr/france_save_the_bees/?copy

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 10:46

Fantastique ! Les clients du fournisseur historique subissent une double peine.


http://www.pcinpact.com/affichage/60939-orange-tva-television-taux-augmentation/92701.htm


Je n'en reviens pas : le client en question n'ayant qu'internet se voit infliger une TVA à 19,6 et une TVA à 5,5.

Bizarrement, quand on n'a que l'accès (fort réduit) au réseau, comment peut-on bénéficier d'une double TVA. Dans ma candeur incurable, j'additionne les deux pourcentages pour arriver à un total de 25,1%. C'est pas beau ça ?

 

Au fait, la double TVA ne concernait-elle pas seulement ce qu'on appelle communément le triple play (internet, télévision, télévision) ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 20:53

Suivi une émission sur Public Sénat (prise en cours malheureusement). Malgré le ratage d'une partie de cette émission à laquelle participait une député, un avocat et deux autres personnes dont je n'ai pas réussi à identifier le pourquoi de leur présence autour de la table, j'ai prêté une oreille intéressée aux échanges entre les invités et le meneur du débat. Il était question de l'arme nucléaire pour laquelle la France semble avoir un penchant avéré. Il s'agissait des essais à l'air libre, d'abord dans le désert en Algérie. Essais auxquels participaient des militaires bien évidemment. Ces soldats étaient envoyés se faire ioniser pour tester l'inocuité des particules. Puis, ils passaient devant un détecteur qui les envoyait sous la douche tant que l'appareil crépitait, autrement dit tant que les radiations ne cessaient pas. Quant aux gens du cru, ils subissaient ces tirs sans bien savoir pourquoi, par la suite, on leur demandait d'intégrer une file d'attente afin de passer un examen médical en entrant dans un caisson. Images d'archives troublantes.

Malgré les accords de non prolifération nucléaire, la France a poursuivi ses essais nucléaires de plein air en Polynésie. Sans plus de souci des populations qui recevaient des radiations et en souffraient.

On sait aujourd'hui que se livrer à des tirs nucléaires n'est pas chose innocente. Les associations se battent pour qu'une loi d'indemnisation des victimes soit promulguée. La député semblait dire, de même que l'avocat, que la loi était détournée et que personne ne serait indemnisée. Il est question d'une liste de maladies provoquées aux essais nucléaires (cancers). Apparemment, c'est clair comme de l'eau de roche et en même temps d'un compliqué...

Quand j'entends ce type de débat, je me demande ce que je fais dans un pays qui se dit de droit et qui ne tient compte de pas grand chose. Ces soldats ont servi leur pays et  sont revenus porteurs de maladies consécutives aux radiations. Si véritablement la loi en cours se réduit seulement à une liste-type et à la tentation de n'indemniser personne, n'est-ce pas là la marque d'un mépris indécent ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 20:20

Depuis un certain temps, on débat de la notation dans les écoles. Il y a les pour et il y a les contre. Ils me font doucement rigoler. Ils ne posent pas le problème en soi, ils se contentent de discuter dans le vide car ils campent sur leurs positions. Et ça m'agace prodigieusement. Car enfin, il suffirait peut-être de regarder à la loupe les directives ministérielles pour comprendre que, autrefois, avec seulement le certificat d'études, un élève s'en tirait plus qu'honorablement. Si on n'avait pas inventé d'autres méthodes que le syllabisme, c'est-à-dire, la méthode globale ou semi-globale,  nous n'aurions pas aujourd'hui des étudiants qui ne savent pas écrire correctement dans leur langue.  Quoi, vous n'êtes pas d'accord ? Et pourtant, vous-mêmes n'êtes pas issus de ces générations qui ont appris le BA B A de la lecture ?  Réfléchissez un peu. Il  y a une cinquantaine d'années et même nettement moins, toute une classe d'âge n'allait pas au-delà d'un certain niveau. Mais cette classe d'âge, lorsqu'elle cessait d'user ses fonds de culotte sur les bancs de l'école, s'en sortait fort bien. Elle lisait, écrivait et comptait mieux que tous ces traîne-savatte qui s'échinent à obtenir des diplômes ronflants.

Alors, messieurs, soyez un peu sérieux, vous appartenez chacun à une tranche d'âge différente. vous avez votre propre perception du problème, vous parlez de traumatisme et autres fadaises. Pourtant, si nos enfants aujourd'hui ignorent tout de leur langue et parlent un langage abscons, émaillent leurs copies de fautes d'orthographe et donnent à penser qu'ils ne connaissent pas les bases grammaticales, à qui la faute ? Pas aux instituteurs qui se sont échinés à leur inculquer leur savoir, mais bien à ces ministres qui ne résistent pas longtemps dans leur ministère et y vont chacun de leur réforme. Car quoi, il faut bien laisser une empreinte de son passage à l'Education nationale, n'est-ce-pas ? 

Cessons de nous raconter des balivernes et revenons-en aux fondamentaux (un mot que j'abhorre mais qui est très mode, surtout en politique). Sachons exiger de nos enseignants qu'ils en reviennent aux bonnes vieilles méthodes. Et peu importe si nos chères têtes blondes sont "traumatisées" par les mauvaises notes à leur dictée ou leur devoir de maths. Quand on en reviendra à une véritable conscience de l'importance de notre langue maternelle et qu'on cessera d'émailler notre langage de mots anglais incompris par le plus grand nombre, nos enfants n'éprouveront plus de difficultés à appréhender la richesse de leur langue d'origine et sauront la manier avec la même maestria que leurs grands-parents. Cessons de sacrifier des générations sur l'autel de la réforme scolaire : elles méritent mieux.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 17:11

 

Je ne sais pas ce qu'en pensera l'Europe, ou le Vatican, ou l'Onu, mais s'ils apprennent l'existence du fichier MENS (traduisez Minorités Ethniques Non Sédentarisés), les rodomontades ne suffiront pas à apaiser leur ire contre notre cher pays.

Ce fichier qui, très clairement, concerne les itinérants que sont les Roms, n'a pas été déclaré ni à la CNIL, ni à La Halde. Des associations se chargent de les informer apprend-on, et donc de porter plainte contre un tel fichier.

Est-on au bout de nos découvertes ou bien nous faudra-t-il encore ravaler notre salive, nous abreuver de la lie de ce fond de tonneau abandonné dans un coin d'une cave sordide ? Quand saura-t-on qu'enfin cette démocratie dont nous nous réclamons n'est plus foulée aux pieds parce qu'elle dérange l'hégémonie d'une certaine pensée ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche