Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 23:53

On n'en parle presque plus parce que trop pris par la possibilité d'une catastrophe nucléaire. Et pourtant, la Lybie n'a pas disparu de la planète. A force que le monde tergiverse, les troupes du dictateur reprennent peu à peu les conquêtes des insurgés qui se replient sur Benghazi. Si aucune décision n'est prise, ce ne seront plus des combats qui se dérouleront sous nos yeux, mais un génocide.
 

 

Dormons la conscience tranquille, nous sommes au pays des droits de l'homme.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 09:10

 

Et vous ? Vous avez les abeilles ? Donc vous savez qu'une surmortalité inquiète les apiculteurs. Vous savez également que ce sont elles qui pollinisent la flore. Si les abeilles disparaissent de notre paysage, la désertification est inéluctable et avec elle l'extinction de l'humanité.

 

http://www.avaaz.org/fr/france_save_the_bees/?copy

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 10:46

Fantastique ! Les clients du fournisseur historique subissent une double peine.


http://www.pcinpact.com/affichage/60939-orange-tva-television-taux-augmentation/92701.htm


Je n'en reviens pas : le client en question n'ayant qu'internet se voit infliger une TVA à 19,6 et une TVA à 5,5.

Bizarrement, quand on n'a que l'accès (fort réduit) au réseau, comment peut-on bénéficier d'une double TVA. Dans ma candeur incurable, j'additionne les deux pourcentages pour arriver à un total de 25,1%. C'est pas beau ça ?

 

Au fait, la double TVA ne concernait-elle pas seulement ce qu'on appelle communément le triple play (internet, télévision, télévision) ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 20:53

Suivi une émission sur Public Sénat (prise en cours malheureusement). Malgré le ratage d'une partie de cette émission à laquelle participait une député, un avocat et deux autres personnes dont je n'ai pas réussi à identifier le pourquoi de leur présence autour de la table, j'ai prêté une oreille intéressée aux échanges entre les invités et le meneur du débat. Il était question de l'arme nucléaire pour laquelle la France semble avoir un penchant avéré. Il s'agissait des essais à l'air libre, d'abord dans le désert en Algérie. Essais auxquels participaient des militaires bien évidemment. Ces soldats étaient envoyés se faire ioniser pour tester l'inocuité des particules. Puis, ils passaient devant un détecteur qui les envoyait sous la douche tant que l'appareil crépitait, autrement dit tant que les radiations ne cessaient pas. Quant aux gens du cru, ils subissaient ces tirs sans bien savoir pourquoi, par la suite, on leur demandait d'intégrer une file d'attente afin de passer un examen médical en entrant dans un caisson. Images d'archives troublantes.

Malgré les accords de non prolifération nucléaire, la France a poursuivi ses essais nucléaires de plein air en Polynésie. Sans plus de souci des populations qui recevaient des radiations et en souffraient.

On sait aujourd'hui que se livrer à des tirs nucléaires n'est pas chose innocente. Les associations se battent pour qu'une loi d'indemnisation des victimes soit promulguée. La député semblait dire, de même que l'avocat, que la loi était détournée et que personne ne serait indemnisée. Il est question d'une liste de maladies provoquées aux essais nucléaires (cancers). Apparemment, c'est clair comme de l'eau de roche et en même temps d'un compliqué...

Quand j'entends ce type de débat, je me demande ce que je fais dans un pays qui se dit de droit et qui ne tient compte de pas grand chose. Ces soldats ont servi leur pays et  sont revenus porteurs de maladies consécutives aux radiations. Si véritablement la loi en cours se réduit seulement à une liste-type et à la tentation de n'indemniser personne, n'est-ce pas là la marque d'un mépris indécent ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 20:20

Depuis un certain temps, on débat de la notation dans les écoles. Il y a les pour et il y a les contre. Ils me font doucement rigoler. Ils ne posent pas le problème en soi, ils se contentent de discuter dans le vide car ils campent sur leurs positions. Et ça m'agace prodigieusement. Car enfin, il suffirait peut-être de regarder à la loupe les directives ministérielles pour comprendre que, autrefois, avec seulement le certificat d'études, un élève s'en tirait plus qu'honorablement. Si on n'avait pas inventé d'autres méthodes que le syllabisme, c'est-à-dire, la méthode globale ou semi-globale,  nous n'aurions pas aujourd'hui des étudiants qui ne savent pas écrire correctement dans leur langue.  Quoi, vous n'êtes pas d'accord ? Et pourtant, vous-mêmes n'êtes pas issus de ces générations qui ont appris le BA B A de la lecture ?  Réfléchissez un peu. Il  y a une cinquantaine d'années et même nettement moins, toute une classe d'âge n'allait pas au-delà d'un certain niveau. Mais cette classe d'âge, lorsqu'elle cessait d'user ses fonds de culotte sur les bancs de l'école, s'en sortait fort bien. Elle lisait, écrivait et comptait mieux que tous ces traîne-savatte qui s'échinent à obtenir des diplômes ronflants.

Alors, messieurs, soyez un peu sérieux, vous appartenez chacun à une tranche d'âge différente. vous avez votre propre perception du problème, vous parlez de traumatisme et autres fadaises. Pourtant, si nos enfants aujourd'hui ignorent tout de leur langue et parlent un langage abscons, émaillent leurs copies de fautes d'orthographe et donnent à penser qu'ils ne connaissent pas les bases grammaticales, à qui la faute ? Pas aux instituteurs qui se sont échinés à leur inculquer leur savoir, mais bien à ces ministres qui ne résistent pas longtemps dans leur ministère et y vont chacun de leur réforme. Car quoi, il faut bien laisser une empreinte de son passage à l'Education nationale, n'est-ce-pas ? 

Cessons de nous raconter des balivernes et revenons-en aux fondamentaux (un mot que j'abhorre mais qui est très mode, surtout en politique). Sachons exiger de nos enseignants qu'ils en reviennent aux bonnes vieilles méthodes. Et peu importe si nos chères têtes blondes sont "traumatisées" par les mauvaises notes à leur dictée ou leur devoir de maths. Quand on en reviendra à une véritable conscience de l'importance de notre langue maternelle et qu'on cessera d'émailler notre langage de mots anglais incompris par le plus grand nombre, nos enfants n'éprouveront plus de difficultés à appréhender la richesse de leur langue d'origine et sauront la manier avec la même maestria que leurs grands-parents. Cessons de sacrifier des générations sur l'autel de la réforme scolaire : elles méritent mieux.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 17:11

 

Je ne sais pas ce qu'en pensera l'Europe, ou le Vatican, ou l'Onu, mais s'ils apprennent l'existence du fichier MENS (traduisez Minorités Ethniques Non Sédentarisés), les rodomontades ne suffiront pas à apaiser leur ire contre notre cher pays.

Ce fichier qui, très clairement, concerne les itinérants que sont les Roms, n'a pas été déclaré ni à la CNIL, ni à La Halde. Des associations se chargent de les informer apprend-on, et donc de porter plainte contre un tel fichier.

Est-on au bout de nos découvertes ou bien nous faudra-t-il encore ravaler notre salive, nous abreuver de la lie de ce fond de tonneau abandonné dans un coin d'une cave sordide ? Quand saura-t-on qu'enfin cette démocratie dont nous nous réclamons n'est plus foulée aux pieds parce qu'elle dérange l'hégémonie d'une certaine pensée ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 19:45

Je ne suis pas concierge, mais je tiens tout de même à évoquer une affaire qui défraye la chronique. Oui, vous avez compris, je parle de l'affaire B/W. Nouveau rebondissement avec la requête en provenance du procureur général qui demande la nomination d'un juge d'instruction. Seulement voilà, le proc de Nanterre tient à conserver ce dossier. Alors que tout le monde sait qu'il est proche du pouvoir et qu'en refusant de répondre par l'affirmative à la demande de celui qui est placé au-dessus de lui, il entrave la bonne marche de l'élucidation des liens qui unissent les deux en cause. Je ne voudrais pas être mauvaise langue, mais franchement n'est-ce pas là la preuve qu'il y a des pressions exercées en sous main afin que cette affaire qui ne cesse de s'étendre et de révéler les dessous de certains financements particuliers ne soit pas étalée sur la place publique ?

 

Où est l'indépendance de la justice si un procureur s'oppose à la logique inéluctable de la démarche judiciaire courante ? On ne fera jamais croire aux lambdas que ces freins ne cachent pas quelque chose de très louche, voire de carrément crapuleux. Non, il ne s'agit pas d'une fixation morbide pour démolir quelqu'un, mais bien d'une norme que l'on bafoue. Au nom de quoi un procureur général ne serait-il pas en droit de vouloir suivre la procédure classique afin de disposer de l'intégralité d'un dossier alors qu'il s'agit d'une affaire qui peut avoir des retentissements certains sur le devenir d'un pouvoir affaibli par les affaires et qui n'entend pas prêter le flanc à la critique ?

 

Tandis qu'on tente de protéger un système apparemment douteux, les parlementaires continuent de légiférer. Les salariés verraient leur retraite recalculée sans état d'âme de leur part et certains beaux messieurs seraient absouts de leurs turpitudes ? Est-ce encore supportable ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article
5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 11:36

 

Il y a deux jours, Le figaro publiait un sondage qui disait que la cote de sa majesté était remontée de 4 points. Aujourd'hui, je lis ailleurs qu'un autre sondage annonce qu'il dégringole dans les sondages. Que croire ?

On dirait bien du poker menteur...

 

Ils devraient cesser une bonne fois pour toutes d'établir des sondages à tout propos. C'est comme si on prenait la température de son gosse chaque matin pour savoir s'il doit aller à l'école...

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 19:39

 

Voilà ce que le ministre de l'identité nationale et de l'immigration vient de dire pour répondre à ses détracteurs européens. Une sacrée phrase qui en dit long sur la morgue de nos gouvernants. Comme si nous étions exceptionnels, et surtout pas de fieffés conservateurs.

 

Chez nous, hélas, on a toujours raison même quand on a tort.  Et peut-être même surtout quand on a tort. La communauté européenne regarde d'un sale oeil la politique d'expulsions des Roms (pudiquement, on dit  retours volontaires) et n'oublie pas de faire savoir sa réprobation face à ce qu'elle considère comme une mesure raciste pur jus, rappelant des heures sinistres pour tout le monde. La mémoire de cette époque est encore fraîche car elle ne remonte pas à un siècle. Ce ne sont pas les historiens qui montent au créneau, mais les politiques, stupéfaits de l'audace française.

 

C'est tout de même étrange que personne n'établisse pas encore le parallèle entre la guerre Palestine-Israël et cette radicalisation politicienne. Ne s'agit-il pas là, au fond, de la même chasse aux sorcières ? Des deux côtés, on parle de droit, on invoque la sécurité. De chaque côté on entretient la légende que c'est l'autre qui pose problème. Alors que les problèmes deviennent des conflits durables faute d'entente et de compromis. Cherchez l'erreur : la mise au pilori d'une population se justifie au nom de la sécurité. Comme si ces autres étaient tous responsables de toutes les misères, de toutes les exactions, de tous les problèmes de la société.

Cette politique de bas étage est révélatrice du manque d'imagination et du conformisme d'une droite à bout de souffle, qui s'épuise en manipulations malsaines alors qu'elle cherche à retenir l'attention et surtout les voix des électeurs. Il faudrait qu'elle songe à se reprendre et reconsidère ses récentes prises de position qui ne peuvent que lui valoir non seulement des reproches justifiés mais également un échec cuisant dans les années à venir. 

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 22:06

 

Le tout sécuritaire et surtout la déchéance de la nationalité agite tout le monde. Voilà ce que c'est que de brandir un chiffon rouge. Les limites viennent d'être dépassées. Certes, ce n'est sans doute que démagogique et le prétexte permet d'étouffer certaines vérités ennuyeuses. Mais est-ce bien malin ? Non. Voilà un état de droit, père fondateur de la "Déclaration des Droits de l'Homme" qui se dédit et joue la provocation, afin de rassembler autour de sa candidature les quelques dépourvus de réflexion extrémistes qui seraient tentés de rallier les partis d'extrême-droite. Bien malin qui aurait soupçonnné cette dérive qui n'a rien de sémantique et qui se révèle désastreuse pour l'avenir. Car enfin quoi, une nation digne de ce nom peut-elle cultiver les clivages sans éclabousser quelque peu ses ressortissants ? Tous coupables ? Certainement pas. Mais surfer sur la vague de l'insécurité, ça paye. Cette démagogie outrée mériterait d'être condamnée. Et pas qu'un peu. Certains n'hésitent pas d'ailleurs à le faire, et jusque dans les rangs de la majorité. Des éditoriaux jouent de titres aguicheurs et alertent l'opinion, du moins celle qui veut comprendre et savoir où l'état met les pieds. Pourtant, il est des voix qui ne s'élèvent pas contre cette indignité de pensée. La France est en vacances et ceux qui ne peuvent pas s'éloigner de leur domicile, faute de moyens, se terrent dans un mutisme effrayant. Pourtant, ils sont concernés tout autant que le reste de la population. Mais qu'attendent-ils pour protester ? Que les dérives soient tellement pérennes qu'on ne puisse revenir en arrière ? Il n'y a pas de mystère qu'on ne puisse élucider : en prétendant instaurer une déchéance de la nationalité, on n'a fait qu'exacerber la haine de l'autre, et l'autre, c'est l'étranger. On a touché là où ça fait mal et comme de nombreuses agressions, et exactions sont le fait de minorités, en les montrant du doigt, non seulement on a stigmatisé lesdites minorités, mais surtout on a réveillé ces vieux démons où le droit à la différence est nié. Halte, danger ! Réunir tout un pays autour d'une idée aussi mesquine ne peut qu'engendrer davantage de violence. Cela s'appelle du populisme, ni plus, ni moins. C'est restituer à l'esprit de clocher, au chauvinisme droit de cité. A quand les dénonciations, les crânes rasés, les purges ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche