Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 15:58
Un parfait inconnu vient de me faire découvrir cette vidéo où Fernandel explique ce qu'est un emprunt d'état. Hilarant ! Et ô combien d'actualité. Si vous ne la connaissez pas encore, allez-y, jetez-vous à l'eau et prenez un bon bain de fraîcheur (en ces temps un peu lourds, cela ne peut que vous faire du bien).


http://www.wat.tv/video/fernandel-explique-emprunt-1l
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans fourre-tout
commenter cet article
14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 07:24
Oui, bien ordinaire ce 14 juillet, jour censé représenter la République. Une fête nationale en ordre dispersé puisque certains font péter leurs fusées le 13 au soir et d'autres le 14 au soir. Le traditionnel bal des pompiers, c'est pareil, soit le 13, soit le 14.

Hier, chaleur infernale, au point de presque étouffer et surtout rêver d'un bain glacé n'importe où, n'importe comment. Ce matin, temps chargé de pluie, lumière des jours d'humidité. Pas de quoi se dire qu'on va se rendre au défilé ou aller danser sous les lampions. Les rues sont relativement silencieuses : normal, l'exode a débuté hier, voitures cul à cul, enfants excités et trempés de sueur, monsieur qui tapote son volant pendant que madame se ronge les ongles. Les autoroutes débordent à craquer, les vacanciers s'insinuent dans les files d'attente aux péages, rongeant leur frein et se voyant déjà sous les pins ou sur une terrasse.

Le ciel est d'un gris lourd, prometteur d'une rincée monstrueuse. Cela ne fera aucun mal car l'atmosphère des jours précédents annonçaient des orages. Je ne déteste rien tant que le macadam qui renvoie la chaleur accablante et fait transpirer. Je rêve de grosses gouttes qui s'écrasent dans un grand splash, de me promener tête nue sous la pluie : mon cerveau en ébullition ne supporte plus gère des températures élevées. Pour réfléchir, il me faut le calme et la fraîcheur, que je me sente à l'aise dans mes baskets.

Les jours fériés, quels qu'ils soient, sont des moments qui rompent avec le traintrain ordinaire. Alors l'ordinaire d'un 14 juillet, c'est bien.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans fourre-tout
commenter cet article
13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 13:51
Vraisemblablement non !

PUCE, comme son nom ne l'indique pas, c'est le Périmètre d'Usage de Consommation Exceptionnel. Avouez qu'il fallait trouver ce sigle quelque peu particulier. Et ça concerne le travail dominical, bien sûr. Comme vous le savez, il est bien question, non pas de remettre en question le jour du seigneur (du moins pour les catholiques), mais d'entériner par la loi des usages déjà bien ancrés dans certains commerces. Résoudre l'escalavage commercial en le légalisant, ma foi, il fallait y penser.

On ne reviendra pas sur les zones concernées (uniquement touristiques et dans des villes de plus de 1 millions d'habitants. Les parisiens n'y coupent pas, ni les lillois, ni les marseillais et les aixois. Mais grande exception, les lyonnais qui  - je cite - n'ont  "pas d'usage de consommation le samedi et le dimanche" (tiens donc !). C'est vrai que dans la ville gastronomique par excellence du royaume, on ne se sustente pas en fin de semaine, ladrerie oblige : on part  à la campagne cultiver son potager et son verger pour le reste de la semaine (y'a pas de petites économies).

Donc les PUCEs sont ciblées*, mais elles doivent bien démanger quelques uns qui ne refuseraient certainement pas d'ouvrir leur boutique le dimanche, histoire de remplir un peu plus le bas de laine (percé, naturellement, et ravaudé, surtout dans le lyonnais).

Pour faire bref, tous les prétextes sont bons pour faire passer une réforme dont personne ne veut. Alors, vous pensez bien, ces PUCEs sont tout d'un coup bien pratiques.


* Je sais, ce n'est pas féminin, mais j'aime bien chatouiller le mauvais genre
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans Législation
commenter cet article
13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 13:43
Une baisse ENORME. Une catastrophe nucléaire dans le budget de Philips : à périodes comparées, la chute donne le vertige car elle atteint 94%. Aïe, ça fait mal, très mal. Mais relativisons : la croissance n'est jamais tout à fait exponentielle et la crise est venue apporter le bémol au rythme infernal soutenu d'année en année. Et c'est tant mieux. Dans l'absolu, seulement dans l'absolu.
Philips avait annoncé la suppression de 3000 emplois fin 2008. S'en sont rajoutés 6000 autres en début d'année. Avec la conjoncture, vous comprenez ? Car enfin, quand il s'agit de bénéfices , on ne recule devant aucun sacrifice : il fallait parvenir à 400 millions d'économies annuels dès ce second semestre. Eh bien, c'est loupé de loupé.

9000 supressions d'emplois. Il va y en avoir encore combien puisqu'ils ne peuvent tenir leurs promesses d'économiser ?
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 10:23
Les affaires vont tellement bien que les usiniers du milieu automobile et apparenté se voient peu à peu licenciés.

1 + 1 = 2. Les ouvriers concernés par une fermeture savent également compter. Et si 1 + 1 = 2 pour les entrepreneurs, les salariés remerciés sans ménagement ont su additionner les bénéfices ainsi que les prix des matériels. Du coup ils réclament que leur soit versée la somme (assez coquette, certes, mais insuffisante pour vivre peinard jusqu'à la fin de ses jours) de 30000 euros chacun.

Ils ont donné jusqu'au 31 juillet prochain aux patrons pour se décider (le délai imparti est donc large). En cas de non satisfaction de cette revendication légitime (2 millions de pièces usinées + 2 millions pour une machine toute neuve = 4 millions) - et ils sont 366 à réclamer ces 30000 euros parce qu'ils se retrouvent sur le carreau -  ces ouvriers spécialisés feront sauter la baraque (y'a du gaz entreposé dans les locaux). Eh beh, ils n'y vont pas de main morte, ceux-là !
Une sacrée innovation, non ? Il y a peu, on séquestrait les cadres dynamiques de l'entreprise, désormais on fait tout sauter.

Un pas de plus semble vouloir être franchi dans la riposte des laissés pour solde de tout compte.

PS : La maison-mère dégagerait quelque 100 millions de bénéfices.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
12 juillet 2009 7 12 /07 /juillet /2009 12:12
Je viens de découvrir grâce à un blog (http://marredengraisserlessupermarches.over-blog.com/) cet article de Rue89. Si ça ne soulève pas le coeur tant on y découvre des pratiques douteuses quant à l'attribution de logements sociaux (et pas seulement cela), c'est qu'on est devenu d'une indifférence-crasse et qu'on n'attend plus rien en matière de moralité (J'espère que ce n'est pas le cas). Osons sortir de nos tanières et de regarder un peu plus loin que notre sphère directe : on trouve de tout ailleurs et ce n'est vraiment pas reluisant.

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans phénomène de société
commenter cet article
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 22:14
Réunion informelle des élus dans les appartements du roi. Invités à un déjeuner type buffet par sa majesté, les représentants des serfs n'avaient qu'une pensée : avaler leur déjeuner et être débarrassés au plus vite de cette corvée. Ils avaient donc la bouche pleine tandis que le monarque pérorait comme à son habitude. Et tout d'un coup, il y a eu cette phrase échappée de la bouche royale "Au pire ou au mieux, vous en avez encore pour 7 ans et demi avec moi".
Glups ! Plus d'un a dû avaler de travers la bouchée qu'il venait d'enfourner.
Déjà qu'ils supportent comme ils peuvent les invitations au p'tit déj, qu'ils apprécient de moins en moins d'être traités comme des esclaves à la botte du roi, déjà qu'ils regrettent (pour les plus vieux) les temps anciens, déjà qu'ils supportent en rongeant leur frein les satisfecit que le souverain se distribue avec générosité, l'idée de le supporter plus d'un quinquennat a dû leur rester en travers de la gorge (il n'y a pas eu besoin d'appeler le Samu : aucun n'a eu l'indélicatesse de s'étouffer).
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans fourre-tout
commenter cet article
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 21:48
Les mots ont-ils vraiment un sens ? On peut en douter quand on entend la cour assurer que l'emprunt voulu par le roi a une dimension pédagogique : celle de sensibiliser les serfs aux questions de l'avenir (qui est à construire sur des décombres un peu trop fumants).
Les discussions sont âpres jusque dans les rangs du parti royal. D'aucuns voudraient que ledit emprunt soit obligatoire auprès des classes aisées, mais le grand chambellan a rejeté cette idée (pour une fois une bonne idée) car ce serait, selon lui, contraire à l'engagement de ne pas augmenter les impôts.
Donc ça discutaille sec et il ne semble pas qu'ils sachent encore accorder leurs violons. Eh oui, il y a de la cacophonie dans l'air.
Tandis que ces beaux messieurs parlementent et tentent de trouver la meilleure manière de lancer cet emprunt, LA mesure-phare annoncée par le roi lui-même lors du congrès de Versailles, les serfs, eux, rejettent cette idée (traduisez : la confiance ne règne pas dans le royaume).
Du côté du palais, on atermoie. Car enfin, si cet emprunt imaginé par le roi en personne est lancé en même temps que les régionales, cela induirait automatiquement des comportements contestataires parmi l'opposition qui ne négligerait certainement pas de titiller le roi et sa cour à propos de leur gestion hasardeuse. Trop risqué donc : il s'agit de ne pas prêter le flanc à la critique dans un moment aussi crucial.
Conclusion qui s'impose : les idées jaillissent dans des cerveaux enfiévrés, mais quelque part dans un recoin un peu sombre, l'imagination débridée est rattrapée par les réalités.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 21:35
Le royaume maltraite ses prisonniers. L'un d'eux vient de voir son appel près la cour européenne des droits de l'homme sanctionné par la condamnation au motif de "traitement inhumain et dégradant. Et toc ! Transféré d'établissement en établissement  pénitentiaire, placé en isolement pendant prolongé, étant l'objet de fouilles corporelles totales régulières, voilà que le prévenu incarcéré est soutenu par cette cour à laquelle tout condamné peut faire appel.
Le royaume est sommé de verser au plaignant, au titre du dommage moral, la somme de 12000 euros. Une sacrée amende. Mais ne doutez pas que le royaume fera appel de cette décision (les caisses sont vides et la dette est déjà énorme).
Et puis quoi, si vous croyez que le royaume va accepter de s'en laisser compter par la cour...
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 21:21
HADOPI n'est pas Ha Dépit ! Et pourtant...
Passée la fessée administrée par le conseil constitutionnel, la voilà qui repointe son nez et est adoptée tant par le parlement que par le sénat. Cachez-vous bien, rentrez la tête dans les épaules, évitez de traverser la rue à visage découvert, l'hadopi est là aux aguets, prête à vous tomber sur le râble. Le roi n'en démord pas : il la veut cette loi, il l'aura, na ! Caprice royal ? Oh que oui ! Le souverain ne peut admettre qu'il se trompe car en tant que monarque, il a, par essence, toujours raison.
Selon Eolas, la loi, le 11 juin dernier, était en Coma Dépassé. Effectivement, mais si elle l'a été, elle en  est sortie.  Sa léthargie aura été de courte durée. Encore un tour de passe-passe concocté par l'esprit maladif d'un suzerain en mal de surveiller ses sujets. La Justice est dorénavant guidée par la main d'une dame patronnesse qui s'y connaît en matière de fermeté. Ca oui, on peut lui faire confiance, elle a de l'expérience, elle a traversé plusieurs époques, gouvernements et ministères. Sa capacité d'adaptation est fort grande et comme elle cède comme beaucoup d'autres aux chants des sirènes royales, elle s'est activée dès la première heure. Les pirates n'ont qu'à bien se tenir : elle veille et veillera au grain. Et la mouture, même revisitée et apparemment débarrassée de son inconstitutionnalité, est plus dure encore que la première.
Pas de doute, quand le roi s'entête, tout le monde obéit au doigt et à l'oeil.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans Législation
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche