Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 19:45

On a beau avoir matraqué qu'il fallait se faire vacciner, j'ai cru comprendre que peu de gens étaient intéressés, tant parmi le personnel hospitalier que parmi la population ordinaire. A mon avis, ils en ont trop fait. A trop rabâcher que la pandémie serait monstrueuse, qu'il fallait savoir ne pas cracher à la figure des gens, avoir de l'hygiène, la population a ressenti de la lassitude. Une lassitude que le gouvernement n'a pas voulu prendre en compte. Sans doute parce qu'il lui fallait à tout prix soit faire peur au peuple, soit écouler les vaccins.
Et quels vaccins !

Aujourd'hui, alors qu'on a ouvert je ne sais combien de centres de vaccination un peu partout sur le territoire de notre doux pays, les files d'attente n'impressionnent personne. Evidemment, puisque ça ne se bouscule pas au portillon. La réticence est générale et chacun se positionne dans l'attente des premiers résultats dudit vaccin. Et là, paf, une sacrée claque pour lui : il engendre des troubles. On parle de quelque 91 cas (et ça, c'était hier). Cela a l'air de n'être rien et pourtant, c'est beaucoup même si le poucentage est faible.

Ceux qui sont entrés en résistance à force de réticences se frottent les mains. Ces cas sont là pour leur démontrer qu'ils ont eu raison de ne pas se mêler de cette affaire, de ne pas se laisser imposer un vaccin fabriqué dans la précipitation, pas testé et inoculé un peu en aveugle. Etait-ce donc si urgent de procéder à la piqûre censée protéger de cette terrible maladie ? Le fléau avait envahi chaque foyer à force de répétition, de pubs ineptes, de conseils, de rappels du danger. A tel point que la lassitude a servi de déclencheur de refus. Et ils se croyaient pédagos... !
Faut-il en rire ? Peut-être !
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 11:13
L'année 2009 s'essouffle : moins de deux mois pour parvenir à 2010. Et pourtant, cette année 2009 aura été le théâtre de grèves itératives dans les transports lyonnais. Le second souffle de ces grèves à répétition qui mettaient les usagers dans le pétrin semble clos. Du moins pour la Direction du Sytral.
Depuis septembre, le demi-tarif étudiant est en oeuvre : moins de 24,30 euros au lieu de 32,40 l'année précédente. Les étudiants peuvent soupirer d'aise : leur statut est enfin reconnu.
A cause des perturbations engendrées par la grogne des traminots, des conducteurs de bus et métro, le Sytral a octroyé 30% de réduction aux abonnés en novembre. Une mesure à laquelle les usagers ont applaudi car c'étaient eux qui devaient marcher chaque jour de grève pour se rendre au boulot.

Tout le monde s'est réjoui trop vite : les abonnements augmentent dès le 1er janvier 2010 (en moyenne de 2,3%). Finie l'augmentation au 1er avril, poisson fort peu goûté par les usagers. On en vient à l'année civile, ce qui paraît davantage logique que cette date désormais rangée aux oubliettes.
Les étudiants ont vraiment bon dos : la diminution de leur abonnement aurait coûté 2,7 millions de recettes en moins au Sytral. Un manque à gagner qu'il faut bien résorber. Argument facile et qui risque de déplaire fortement aux abonnés ordinaires, les plus nombreux puisqu'en 2009 ils ont rapporté 20% de plus.

Le Sytral oublie de préciser que ces 30% en moins du mois de novembre entrent en ligne de compte. Ce fut un geste commercial, certes, mais bon, taxer ainsi deux mois plus tard les usagers est innommable. D'autant que le Sytral avance l'argument que les abonnés sont remboursés de moitié par leur employeur. Pour ceux qui le font car ce n'est pas tout le monde qui accomplit cette démarche.
 Cette nouvelle manne sur le dos des usagers permettra, paraît-il, d'améliorer les infrastructures. Je ris : les abonnés, dès septembre 2010, pourront recharger leur abonnement à partir de leur domicile, grâce à un lecteur relié à leur ordinateur. C'est étrange : le prix dudit lecteur n'est pas donné. Je ne peux croire en effet qu'il sera gracieusement offert...

Pourquoi avoir choisi  ce moyen plutôt que d'augmenter la part patronale ? Question de pratiques coutumières : ça remplace aisément la gabelle des temps anciens. Le pigeon est en effet toujours plumé.

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 22:16

J'ai lu récemment qu'un nouveau projet de loi était à l'étude. On a tellement pris l'habitude de voir des lois naître en enfilade qu'on n'y prête plus guère attention. Mais celle-là se noue en catimini quelque part dans les couloirs des palais, derrière des rideaux bien tirés et dans des chuchotis entre ministres.
Souvenez-vous de l'idée fumeuse lancée cette année qu'on devrait peut-être revoir l'âge de la retraite... Ca vous dit quelque chose ? L'hypothèse de travailler jusqu'à 70 ans n'est pas restée longtemps tapie dans l'ombre des volets clos et des cabinets ministériels. Elle ressort ces jours-ci et pratiquement ficelée. En gros, on n'annonce pas carrément qu'il faudra travailler plus longtemps pour gagner une misérable retraite de vieux con qui s'est fait entuber par la crise. Dès 2010, les entreprises devront demander à leurs salariés sur le point d'atteindre 65 ans s'ils ne voudraient pas rester un peu plus. Et dès 2011, cela deviendrait la norme.

Fini le temps où l'on pouvait jouir d'un repos bien mérité après une vie de labeur tout en conservant encore une forme qui permettait de profiter de la vie. C'est le grand retour au 19ème siècle où l'on mourait à la tâche, pas assez vieux cependant pour attraper cet âge canonique et l'emmener danser. La vie se rallonge nous sussure-t-on continûment, la période de travail doit donc également se rallonger. Et puis avec cette sécu qui rembourse nos soins, pourquoi ne pas persister un peu plus longtemps, attelé à son ouvrage, fier d'être productif (n'oublions pas que les seniors doivent réintégrer le boulot, parce qu'ils ont de l'expérience...). Sauf que se tuer à la tâche n'est le rêve de personne, qu'il n'y a déjà pas assez de travail pour tout le monde et que ceux qui pointent au chômdu aimeraient avoir leur place dans ce monde-là et que les jeunes aimeraient bien que les vieux décanillent pour enfin tenter l'aventure du boulot.

Finalement le fameux "Travailler Plus Pour Gagner Plus" est un slogan dont le sens est : Travailler Plus Longtemps Pour Gagner Un Salaire Plus Longtemps. Mais ça, on s'était bien gardé de le signifier...

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans phénomène de société
commenter cet article
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 09:43


Merci à Renard qui sait renvoyer les informations qu'elle déniche. Je vous transmets ce lien intéressant : ce reportage n'est pas français, mais suisse.

http://hern.over-blog.com/article-32510381-6.html#c

Et puis un lien tout bête sur le site d'Arnaud, on lui doit bien ça.

http://hern.over-blog.com/




Repost 0
Published by Fred de Roux - dans Enquêtes
commenter cet article
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 21:01

Je ne dirai jamais assez qu'il faut être prudent quand on fait circuler une information. J'en veux pour preuve un article et une vidéo récents parus sur un blog ami.  Ces deux éléments auxquels, dans un premier temps, je n'ai pas fait attention, lorsque je les ai relu et vu m'ont fait tiquer. Et salement tiquer.

L'article retransmet un mail recu où sa majesté est mise en cause quant à son accession au pouvoir. Nombre d'élements sont douteux et mériteraient des vérifications.  La vidéo est faite pour susciter, chez ceux qui l'écoutent, la panique. Mais pas seulement cela. Ces deux "événements" transmis par le net sont vraiment sujets à caution. Car quoiqu'en pensent ceux qui les ont véhiculés, il ne s'agit que de désinformation. Et derrière cette désinformation organisée se cache le spectre de vieux démons que j'aurais cru expurgés depuis longtemps.

J'ai bien du mal à accepter que des gens de bonne foi prêtent une oreille attentive à des tentatives de déstabilisation. Pourtant, nous sommes tous avertis de l'existence des "hoax", ces messages qui ne sont que des pièges tendus aux naïfs. Tomber dans la chausse-trappe glissée sans en avoir l'air est aisé. En sortir, bien moins évident. Et c'est bien là le danger que ce type de "communication" représente.

Je vous transmets à mon tour la vidéo en question :  
http://www.dailymotion.com/video/xb148d_appel-durgence-a-tous-les-medias_news
ainsi que celle-ci qui rappelle étrangèrement la précédente :  
http://www.dailymotion.com/video/xaxd46_etat-durgence-h1n1-declaration-de-g_news?from=rss


En clair, ces vidéos, ou cet article (le blogueur se reconnaîtra tout seul), sont autant d'appels à l'anti-sémitisme primaire (1ère vidéo) ou servent à affoler les populations (2ème vidéo). Avant de vous aventurer sur cette pente plus que savonneuse, j'espère que vous réfléchirez : certains faits sont de sinistre mémoire.  On ne peut ignorer que le réseau autorise n'importe qui à exploiter des filons foireux, voire dangereux.

La grippe dite H1N1 a bon dos : les états en font tellement trop, les anti-tout, en profitent pour évoquer un génocide, un complot international, la mise en place d'un Nouvel Ordre Mondial avec la complicité de l'OMS (comme par hasard). Le "Flumist" évoqué dans la seconde vidéo ne vous rappelle pas un autre mot très proche ? Fumiste. Certains aiment à délirer...

La seule chose à savoir, parce qu'elle est vraie, est que ce vaccin comporte des adjuvants nocifs.




Repost 0
Published by Fred de Roux - dans Langage
commenter cet article
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 04:47
Une de mes connaissances avait pour théorie que les gros mots résidaient davantage dans le ton employé que dans les mots eux-mêmes. Il en va de même des commentaires émis par quelqu'un à propos d'un autre. Un exemple récent est là pour démontrer que la vulgarité s'exprime souvent là où l'on ne s'y attend pas. Surtout quand la personne qui parle semble le faire comme si cela allait de soi.
La vulgarité de pensée est malheureusement devenue chose courante, voire la seule manière de faire. Surtout quand les propos sont synonymes de pensée unique.
Il y a  violence avérée à penser et à dire que "lorsqu'on n'est pas d'accord on s'en va". C'est un peu fort de café. Et insupportable. Car enfin, chaque individu a le droit de penser par lui-même. Ce n'est pas un manque de respect que de dire ce que l'on pense à l'inverse des autres, de ne pas partager l'opinion commune.
Apparemment ce droit à sa propre pensée est dénié.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 09:26

Le 28 octobre, BNP Parisbas a remboursé son prêt consenti par l'état après l'explosion officielle de la crise. 5 milliards 100 millions (en deux tranches de 2,55 milliards).
L'Europe prévoit un déficit à hautuer de 8,3% pour cette année et de 8,2% l'an prochain pour l'état français, puis de 7,7% en 2011. Cocorico !

Pendant que les banques continuent à s'enrichir, le contribuable va devoir revoir à la baisse ses revenus et à la hausse les taxes et autres impôts.
Le malus automobile va s'accélérer (normal puisque ça roule).
La taxe carbone va s'étager de 0 pour un véhicule acquis en 2010 et 2011 car émissions inférieures à 152g de CO2 par kilomètre. Je vous passe le détail des émissions pour arriver au plafond : des émissions supérieures à 250g deCO2 par kilmomètre se traduiront par une taxe de 2600 euros.
L'assurance-vie, produit chéri du peuple dit-on, verra sa taxation alourdie. Le principe de cette assurance est qu'elle était perçue par les héritiers sans taxation sur les intérêts. Cet avantage est désormais supprimé : 12,1% desdits intérêts seront prélevés pour être versés à la Sécu.

Les impôts sur le revenu bénéficient d'un nouveau barème :
Anciennes tranches                                         Nouvelles tranches             Taux d'imposition
jusqu'à 5852                                                                  0                                         0
de 5852 à 11673                                                 de 5876 à 11720                         5,5%          
de 11673 à 25926                                               de 11721 à 26030                       14%
de 25926 à 69505                                               de 26031 à 69783                        30%
plus de 69505                                                     plus de 69783                              40%

La majoration est calculée sur le taux d'inflation (hors prix du tabac - qui augmente de 6%) soit 0,4%.

Et pendant ce temps-là, le bouclier fiscal survit à toutes les tentatives de suppression.

Bien évidemment d'autres taxes sont dans les cartons et ne tarderont pas à alourdir la facture pour le contribuable. Merci qui ?

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article
2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 22:35

Ouh là là ! Ca ronchonne sec dans les rangs de la majorité. Voilà que le père de "La France d'en bas", mène la fronde. Du jamais vu. Pas franchement consensuel quand il s'agit de pépètes ! A juste titre !
Serait-ce à dire que les rangs se fissurent ? Il y a de l'eau dans le gaz. De plus en plus. Et ma foi, c'est rassurant que ces gens-là qui naviguent dans des sphères où l'on ne peut mettre les pieds, s'en prennent aux directives dictées par sa majesté elle-même. Serait-ce un sursaut d'honnêteté intellectuelle ?

Pas vraiment en fait. Le sieur de l'expression - devenue précepte et le taxant quelque peu de snobisme mal placé - est régionaliste (comme bon nombre de ses confrères en députation). En tant que tel, il n'est pas de son goût de voir ficelée une loi supprimant la taxe professionnelle. Je ne suis pas grand clerc en la matière, mais je peux tout de même comprendre sa révolte. Car après tout, sans cette taxe que le roi veut supprimer afin de se mettre dans la poche les entreprises pour les futures élections, les régions auront bien du mal à boucler leur budget déjà restreint alors qu'on empile sur leurs épaules des obligations de plus en plus onéreuses.

Bon, je sais, je réduis le propos et je me moque. Mais quoi, pourquoi ne rirais-je pas des maladresses de sa majesté qui entend mener rondement toutes les réformes sans tenir compte de quelque avis que ce soit et qui malmène ses fidèles alliés sans comprendre qu'à trop secouer le cocotier, on se ligue contre lui et qu'on se liguera plus encore. Apparemment, ses collaborateurs en communication ne sont pas plus clairvoyants que lui. Ils le mènent à sa perte car ils lui font accumuler maladresse sur maladresse (et le mot est faible...). il serait sage qu'il change de conseillers, mais je me garderai bien de le lui souffler. Après tout, il gouverne comme il veut et s'il se trompe parce que ses communicateurs professionnels ne savent pas déceler la faille dans les discours ou les réformes, il ne peut s'en prendre qu'à lui-même. C'est un grand garçon après tout (plus de cinquante ans, un âge canonique), il est donc capable (du moins peut-on le penser) de savoir peser le pour et le contre.

On n'a pas fini de parler de la fronde.


Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 12:20
Voilà deux fois que je reçois de mon assurance un questionnaire pour "évaluer à prix neuf" ce qui est déjà usé. Histoire qu'en cas de sinistre on me rembourse à sa juste valeur (mon oeil) ce que j'aurais perdu.
Et il faut voir le questionnaire : je dois habiter un château. J'ai épluché le dépliant rubrique par rubrique. Pour mon assureur j'ai une cuisine et une arrière-cuisine (), un salon salle-à-manger, des chambres adultes, des chambres d'enfants, un bureau, une salle de bains (tiens, c'est bizarre, il n'en compte qu'une. pour un château, c'est bien peu), un cellier, une buanderie, une cave (tiens donc, avec tout ce que je possède...), un garage, un sous-sol (c'est donc pas la même chose que des caves ?), des dépendances (ah, quand même...), d'autres pièces (sans précision). Bref, j'habite vraiment un château ou au moins un castel.
Ce qui est ahurisant, c'est le descriptif de chaque pièce : il faut compter les verres, les assiettes (vu ce que je casse...), les couverts, les nappes, les serviettes, le petit électro-ménager (appareils à raclette, à crêpes, à fondue, cafetière, bouilloire, mixeur, robot, batteur = si on a un robot, je crois que ça fait tout, non ?) la batterie de cuisine : casseroles, poêles, fait-tout, autocuiseur, le gros électro-ménager (frigo, congel, lave-vaisselle, four, micro-ondes, cuisinière, hotte et encore autre chose dont il ne précise pas la fonction ou l'usage).
Bref, ça, ça ne concerne que la cuisine (et l'arrière-cuisine bien sûr).
Pour le reste, il faut donner la liste du mobilier, les équipements audio-visuels, les téléphones (fixes et portables, répondeurs, fax), les objets de déco (tableaux, lithos, miroirs, tapis, tentures, rideaux, luminaires, lustres, appliques, lampes), aquarium, bibelots et tout le reste (pas davantage précisé que pour la cuisine et l'arrière-cuisine).
Si j'ai bien compris ce descriptif (très détaillé), tout le monde a une télé dans chaque pièce, un ordinateur dans chaque chambre, des consoles de jeux, des bibelots, de la déco (ce ne serait donc pas la même chose ?) et bien évidemment des tableaux (des croûtes ou des peintures côtées en Bourse ?).
Bref, c'est une enquête très poussée (il réclame également la liste des vêtements (même les slips  et les chaussettes troués ?).
S'ajoute une rubrique pour des biens qui seraient ailleurs (garde-meuble par exemple) et pour les coffres (pour bijoux je présume...)
Et tout ça pour quoi ? Pour obtenir la valeur du patrimoine afin que mon assureur connaisse toute ma "fortune" et recalcule le montant de ma cotisation annuelle. Naturellement.

Enquête évidemment assortie d'une lettre m'intimant l'ordre de répondre au plus tôt puisque je ne l'ai pas fait précédemment, avec menace de voir, en cas de sinistre,  le remboursement diminué par la soustraction d'une somme au prorata du sinistre (exemple : 10 000 x 300, divisés par 400 = 7500) à laquelle il faut encore soustraire la franchise (135 euros, d'où 7365). Y's'torche pas du coude celui-là.  Non seulement c'est du harcèlement, mais en plus il menace. Alors que c'est une atteinte à la vie privée.  Et en plus, il se réfère au droit des assurances. Bon, je sens que je vais poser quelques questions à qui de droit.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans Enquêtes
commenter cet article
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 23:56
Vous connaissez peut-être cette vidéo, mais à tout hasard, parce que je ne voudrais pas que vous ratiez ce monument linguistique, voici le lien trouvé qui, lorsqu'on écoute la bande, donne envie de rire tout en pleurant.

http://www.youtube.com/watch?v=cGvHOHGwlRE&feature=player_embedded
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans humour ou non
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche