Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 14:25

On ignore beaucoup de choses mais chaque jour nous apprenons quelques vérités fort déplaisantes. En voici une qui donne à réfléchir et qui donne à penser qu'on n'a pas choisi la bonne voie.

La nouvelle n'est pas vraiment fraîche, mais elle a le mérite d'éclairer sur tout un pan des retraites juteuses de quelques uns. Ce qui permet de saisir l'intérêt qu'il y a à être fonctionaire européen.

http://www.lepoint.fr/actualites-economie/2009-05-19/revelations-les-retraites-en-or-des-hauts-fonctionnaires-europeens/916/0/344867

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 12:42

Le roi aurait-il vraiment envie de faire une pause ? Voilà qu'il annonce un arrêt des réformes pour l'an prochain. Un arrêt de 6 mois...
Qu'est-ce qui lui prend ? Coup de fatigue ? Pause nécessaire avant de repartir du bon pied ? Elan freiné par la grogne qui monte, qui monte... ?

Encore un coup de ses conseillers en communication !  Décidément, ils n'ont encore rien compris. La pause, il faudrait la faire maintenant. A quoi bon attendre le second semestre de l'an prochain pour arrêter de labourer dans les acquis sociaux ? Comment se fait-il qu'ils ne lui aient pas proposé de reporter le chantier des retraites ? C'eût été pourtant le plus judicieux conseil qu'ils auraient pu lui donner. Ce dossier, c'est de la dynamite, voire du TNT, la goutte qui risque de tout faire exploser.

Il met en berne sa volonté du tout réforme pour mieux préparer sa campagne en vue des présidentielles de 2012. Six mois, c'est à la fois long et court. Ils ne sont rien en comparaison des longs mois passés à destructurer l'architecture sociale. Aurait-il encore quelque illusion quant à son avenir politique ? Croit-il, malgré les évidences, qu'il peut encore remporter quelque victoire qui lui permettrait d'assassiner le peu qui reste ? C'est beau l'illusion !


Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 14:38


Qui se plaindrait des actions menées par UFC Que Choisir ? Personne, vraisemblablement. Et ce n'est que justice;

Voilà bien une association qui mérite notre respect et notre soutien sans faille car elle défend pied à pied les consommateurs que nous sommes et n'hésite pas à porter leurs dossiers devant les organes susceptibles de remettre de l'ordre dans les pratiques éhontées de certains organismes qui vont à l'encontre des lois.

Encore un article trouvé sur PCinpact qu'il faut savourer à coups de langue délicats.

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans Législation
commenter cet article
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 14:30

Oui, oui, l'Europe entend faire entendre sa voix. En cause, le manque de transparence de l'ACTA, contraire à la législation européenne.

Youpie ! Enfin une réponse aux silences imposés par les grands de ce monde autour du projet de la protection des droits d'auteur.

Je vous conseille vivement l'article de PCInpact qui rend compte de l'action des euro-députés. Apparemment, ces élus ne manquent pas de couilles et osent mettre les pieds dan le plat de ces grands qui décident de tout sans aucune consultation.

Finalement, ils sont bien à leur place.

Je vous laisse le plaisir de découvrir la totalité de cet article, et pour ce faire, je me tais.

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans International
commenter cet article
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 10:15

Une autre manière de faire de la pub, celle de proposer de partager les articles sur Fessebouc ou Touiteur. Là encore, c'est invasif. Surtout quand on ne prétend pas exploiter ces réseaux sociaux dont on dit qu'ils sont pervertis et récupérés pour en savoir toujours plus sur X ou Y.

Si les p'tits jeunes aiment à se répandre sur la toile sans avoir conscience qu'ils peuvent en subir les conséquences plus tard, ma foi, cela les regarde. Mais quand on a atteint la maturité, nous prendre pour des idiots sans cervelle, c'est quand même un peu fort.

Autant j'apprécie de disposer d'un espace sur une plateforme, autant je ne goûte pas cette plaisanterie anglo-américaine qui consiste à vider son sac, parler de sa vie, mettre des photos en ligne, discourir sur Truc ou Muche, sans aucune précaution. Que l'on tente de me forcer la main chaque fois que j'expédie un article me déçoit beaucoup. Je n'appartiens pas et n'appartiendrai jamais à la race de ceux qui ne savent pas résister à toutes les tentations.

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 10:02

Depuis quelques jours, chaque fois que je me connecte à la plateforme, et avant même que j'aie ouvert mon site, de la pub s'affiche. Ce qui m'oblige à fermer la fenêtre avant d'en avoir terminé avec mon identifiant et mon mot de passe.

Dois-je l'avouer ? Cela m'irrite au plus haut point. Car enfin, pourquoi m'imposer de la pub alors que jusqu'à maintenant je la refuse ? C'est d'un invasif... Et c'est une atteinte à ma liberté de pensée. Avoir à supporter ce type d'imposition que je récuse me donne envie de tout plaquer. Pourtant, mon désir profond est bien de continuer.

Je peux comprendre que la plateforme a besoin de ces "objets" curieux pour survivre. Cependant, pourquoi vouloir à tout coup mêler les réfractaires de mon espèce à ce jeu du donnant donnant ? La pub fait vivre ceux qui la mettent en place ainsi que leurs relais. Mais déontologiquement n'est-ce pas là une faute de goût ? Si l'on finit par n'avoir plus de choix possible, ne faut-il pas envisager de déguerpir ? Je pose la question avec tout le sérieux nécessaire : être systématiquement la proie de cette "ombre marchande" n'est pas un bien mais une provocation, voire une coercition. C'est user d'un droit sur la pensée de celui qui la subit. C'est donc bien une atteinte à la liberté individuelle.

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans phénomène de société
commenter cet article
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 11:59

Ce siècle qui n'en est qu'au dixième de son existence semble réveiller les démons de la terre. La nature se rebellerait-elle contre son colonisateur ?

Tsunamis, tempêtes, tremblements de terre, typhons, cyclones, inondations, glissements de terrain..., tout se conjugue pour rappeler à l'homme qu'il n'est qu'un hôte indésirable. Et pourtant, notre bonne vieille terre est parfaitement vivable, elle possède tout ce dont nous avons besoin. Alors pourquoi ces fâcheries successives depuis que le troisième millénaire a entamé sa course ?
Si ce n'étaient que bouderies espacées, on ne se poserait pas de question. Mais voilà que tout arrive de plus en plus vite. On est à peine remis d'une catastrophe qu'une autre lui succède sans qu'on ait pu reprendre notre souffle. Les appels à l'aide retentissent quotidiennement à nos oreilles, au point que cela en devient assourdissant. Où donner de la tête ? Et du porte-monnaie ?

Solidaires ? Le sommes-nous ? En apparence en tout cas. Peut-être parce que nous pensons sans le dire que cela pourrait bien nous arriver. Alors notre générosité est dictée par notre égoïsme. Car enfin, nous qui avons domestiqué la nature, nous lui sommes redevables solidairement puisque nous avons maîtrisé ses cours d'eau, dégarni ses fôrets, creusé son sous-sol, extirpé de ses entrailles les éléments énergétiques dont nos société ont besoin. Sans penser que toute vie s'épuise, même la vie fossile. Le climat se réchaufferait pour cause d'industrialisation intensive, par rejets dans l'atmosphère de gaz empoisonnés.

L'homme a  domestiqué (ou rendue esclave ?) cette nature qui nous procure tout. La tentation est grande de ne pas tenir compte des effets à long terme de cet asservissement. Après moi le déluge, semblons-nous répondre à chaque cataclysme. C'est faire bien peu de cas de ce que la nature a su nous procurer. Pas étonnant donc qu'elle se fâche et lâche sur nous ses fureurs.


Repost 0
Published by Fred de Roux - dans Mauvaise humeur
commenter cet article
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 22:19

Contrairement aux idées reçues, la crise a eu du bon. Elle a évité bien des malheurs supplémentaires.

Si chez nous on s'en sort mieux qu'ailleurs, ce n'est pas à cause des efforts entrepris pour le sauvetage des banques et du secteur automobile. Rien à voir avec ces "bons du trésor" offerts par sa majesté. Non, cette générosité (qui n'était qu'apparente) à l'égard des financiers de haut vol était fortement intéressée : si les banques avaient perdu tous leurs avoirs, c'en était fini et bien fini.
On a râlé parce que notre pouvoir d'achat était plus qu'en berne et qu'il n'était pas question de le renforcer par une petite augmentation. On a été furieux car on a eu le sentiment d'être pris pour des bugnes. Mais malgré notre ressentiment, puisque nous l'avons prise en pleine figure, soyons reconnaissants envers cette crise sans précédent : elle nous a évité le pire.
Oui, je dis merci à la crise parce que la maison à 15 euros par jour a disparu définitivement du chapitre ouvert par la ministre en charge du logement. Oui, merci à la crise d'avoir éclaté avant qu'il ne soit trop tard.
Souvenez-vous ! La crise a été provoquée par ces subprimes dont on nous a rebattu les oreilles jusqu'à l'overdose. Ces "surprimes" étaient à destination de ménages insolvables. La crise a débarqué dans l'univers doré des financiers à cause d'elles.
Le roi était fortement inspiré par le mirage américain. Et il nous concoctait les mêmes méthodes : tous propriétaires, surtout quand on n'avait pas un kopeck. Nos banquiers misaient cyniquement, comme leurs homologues d'outre-atlantique, sur ces ménages sans ressources. La crise est venue à point nommé.

Entendez-vous encore parler de cette maison ? Moi non !


Repost 0
Published by Fred de Roux - dans phénomène de société
commenter cet article
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 07:46


La célèbre formule de Julius Caesar revient sur le devant la scène. Peut-être avez-vous entendu parler de l'ACTA ! Peut-être pas ! Allez donc vérifier ce qu'il en est à l'excellente adresse ci-dessous. C'est très édifiant.


http://technofil.over-blog.com/article-acta-le-gouvernement-evoque-le-traite-secret-mais-reste-flou-sur-son-contenu-45105439.html#

Quoi, j'ai fait une erreur sur cette phrase ? Je vous ai bien eus : elle est volontaire. C'était pour mettre l'accent sur le sujet brûlant qu'est l'ACTA.. Alea Jacta Est comme aurait dit Jules...




Repost 0
Published by Fred de Roux - dans International
commenter cet article
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 23:15

Qui se rappelle que le 11 décembre 2008, le Conseil Constitutionnel a rendu son verdict quant au projet de loi de financement 2009 pour la sécu ?

Nos sages, saisis par l'opposition, avaient indiqué clairement que le départ volontaire à la retraite à 70 ans n'était pas contraire au principe d'égalité, pas davantage qu'au droit au repos et à la protection de la santé inscrit dans le préambule de la Constitution de 1946.
Et voilà ! Adjugé  vendu.

Pour l'heure, l'âge légal reste donc bien 65 ans, mais la possibilité de travailler plus pour gagner plus, plus longtemps (5 années supplémentaires, pas moins), puisqu'elle est actée comme n'étant pas anti-constitutionnelle, devient le  possible couperet qui tombera sur les épaules des salariés lorsqu'il atteindront 64 ans. Aujourd'hui, à 65 ans, même si l'on veut travailler plus longtemps, on est mis d'office à la retraite. Avec cette faille non anti-constitutionnelle, si l'employeur  - qui sera tenu de poser la même question par courrier cinq années de suite - omet cette procédure, le salarié ne pourra être mis d'office dans le clan des retraités. Tout employeur pour mettre son salarié à la retraite d'office à 65 ans devra le licencier pour une tout autre raison que son âge. Du coup, il devra lui verser des indemnités supérieures à celles d'un départ volontaire. Petit plus : si le salarié estime qu'à cause de son âge, on le met au placard afin qu'il décanille plus vite de son poste, un dossier de contentieux est inévitable. Les tribunaux risquent d'être encore plus encombrés qu'ils ne le sont maintenant.

Le long chemin qui mène au repos mérité après une longue, trop longue, carrière est donc bien rallongé. Les pourparlers sur l'avenir des retraites entre l'état et les partenaires sociaux promettent d'être chauds. Ce qui est certain, c'est que le temps de discussion imparti est bien trop court : réponse  et décision à la rentrée parlementaire de septembre. C'est ce qu'on appelle "ne pas forcer les choses".

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche