Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 14:25

Pour ceux qui n'aiment pas les concombres, je leur conseille de sauter allègrement la première partie et de se rendre directement au message lancé par un certain Mikis Theodorakis, vous savez, ce compositeur grec connu dans le monde entier. Mais pas seulement cela puisqu'il est aussi penseur et homme politique. Là, c'est l'homme engagé qui, une fois de plus, enfourche son dada (qui l'a porté toute sa vie). Né en 1925, il n'est plus tout jeune. Mais il a bien toute sa tête et n'a rien perdu de la pensée qui a conduit son activité politique.

 

http://mopopopo.canalblog.com/archives/2011/06/15/21368940.html#comments

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Liberté
commenter cet article
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 15:41

Blanche m'a demandé d'aller sur son site. Ce que je viens de faire. A mon tour de vous faire redécouvrir un Iran insoupçonné. Une jeunesse, comme toutes les autres jeunesses, éprise de liberté et rêvant d'autre chose que de répression. Un black-out total sur des événements terribles. Révolte, milices, tirs, arrestations, tortures, loi du plus fort (du moment, seulement du moment), tout y est. Comment peut-on oublier que, un peu plus loin de nos frontières, se joue des drames ? Comment pouvons-nous ne pas nous émouvoir devant cette jeune fille qui meurt sous nos yeux ( c'était en 2009) et déjà nous avons remisé le plus loin possible cette image violente qui nous a sauté à la figure. Deux ans, c'est bien peu dans une vie et pourtant, c'est suffisant pour que nous ne sachions plus reconnaître où et comment tout se joue, les violences qui sévissent sur le globe sans que cela nous émeuve plus longtemps que l'instant où les drames nous assaillent sans crier gare. Alors faisons l'effort de nous souvenir de Neda, venue troubler nos petites vies par la violence de sa mort. Elle mérite mieux que cet oubli, ce repli sur soi et ses petits soucis. Ceux qui ont été abattus ne méritent pas non plus d'être enterrés une seconde fois parce que nous préférons zapper ce qui nous dérange.

http://apiskreen.myskreen.com/programme/4235671-chroniques-d-un-iran-interdit/play-11445157-arte?apiSkreen=4e3b7d72458f915822a2d52f29e0a143629f42cc

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Liberté
commenter cet article
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 11:30

Il y a un peu plus d'une semaine, je ne recevais plus aucune alerte en provenance d'OB. Aucun message en provenance de Noreply concernant les réponses aux commentaires déposés sur les blogs que je fréquente  ou les avis de commentaires à propos d'un article que j'avais récemment mis en ligne.

J'ai d'abord cru qu'il s'agissait d'une nouvelle méthode mise en place par OB. Eh bien, non ! C'est tout simplement Google, via Gmail, qui s'amuse à jeter à la corbeille ces alertes. J'explique : il m'arrive de jeter ce que je ne veux pas conserver.

Hier au soir, à force de lire et relire les messages des autres sur le forum, j'ai fini par me poser la bonne question. Et si c'était tout passé en SPAMs ?

Autant vous dire que j'ai manié avec circonspection ma messagerie, ne sachant pas trop où je mettais les pieds. Seul le hasard m'a fait trouver la méthode de récupération et donc retrouver ce qui manquait à l'appel (ou à la pelle ?). J'ai trié évidemment ce que je considérais comme des encombrants, ai confirmé qu'il s'agissait de spams, puis remis dans la boîte de réception tous ces NOREPLYs en provenance d'OB.

Gmail ne semble pas la seule messagerie affectée par ce phénomène généré par le moteur de recherche. Sur le forum d'OB, j'ai lu un certain nombre de messages des usagers se plaignant de la même "panne". Apparemment, les clients d'Orange ont été également victimes de ce méfait.

J'ai signalé ma découverte d'hier à OB en espérant que les clients d'Orange auront, comme moi, retrouvé ce qui leur était destiné.

Au fait, saviez-vous que Google incriminait la Chine qui aurait décrypté et donc piraté des centaines de messageries ou sites ? Vrai ou faux, peu importe. Ce qui compte c'est que les choses reprennent un cours normal : je me vois mal passer mon temps à repêcher ce que Google considère comme des détritus.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans fourre-tout
commenter cet article
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 07:42

Et si tout cela était savamment orchestré ?

 

C'est bien étrange cette acculumation de faits qui touche de plus en plus de personnalités politiques. Cette soi-disant parole libérée induirait donc que désormais il vaut mieux faire éclater des scandales remontant loin dans le temps plutôt que garder le silence ? Que de maintenir le couvercle sur des épisodes salaces touchant au microcosme politique ? Avez-vous remarqué que l'alternance gauche/droite pour l'instant est respectée ? Le prochain scandale concernera-t-il la droite ?  

 Au fond, le clivage se réduirait-il à un combat singulier ? Une fois toi, une fois moi ? Cette médiatisation brutale a-t-elle révélé que la politique n'est que la recherche de l'émoi des citoyens ?  Un moyen comme un autre de semer la zizanie ? Insinuer par touches successives le doute dans les esprits pour l'emporter ? Un duel sur le pré, comme au temps d'autrefois ? Mais l'épée se serait transformée en combats de faits divers ? En mots lourds de sens et surtout de sous-entendus ? Tous complices ? Une fois de plus ? Afin de garder la mainmise sur l'électorat ?

 

Que d'interrogations ! Que de soupçons ! Déjà que Monsieur Toutlemonde ne sait plus à quel saint se vouer, si jamais il ne sait plus regarder la politique autrement que comme un immense cloaque où le crapuleux, le crapoteux, le vulgaire s'opposent à la morale,  il n'aura plus aucun repère. Il n'aura alors plus que deux issues : se détourner massivement des urnes ou confier son destin aux extrêmes. 2012, l'année de l'anéantissement selon le calendrier maya. Peut-être est-cela cette fin d'un monde en perdition.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Polémique
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 18:13

Encore une histoire et cette fois-ci, bien que sans preuves, mais suite à des conversations avec les plus hautes instances du pays (aux dires du rapporte-paquet) encore moins ragoûtante que les précédentes puisqu'il s'agit de pédophilie. Accusations qui n'ont rien de symbolique puisque c'est un ancien ministre qui évoque ce fait. Il va même jusqu'à dire que tout le monde devine de qui il s'agit. Ca sent de plus en plus l'égoût.

Encore un gros poisson dans un bocal déjà bien encombré. Pas de doute : le grand déballage a désormais pignon sur rue. Il faut dire que les émissions en vogue portent toutes sur les débordements sexuels. C'est l'Amérique ou je ne m'y connais pas. Le puritanisme semble s'ancrer dans notre société. Pourtant, en bons franchouillards que nous sommes, le crapoteux ne nous effraie pas. On en rit même, les propos entre mecs sont souvent plus qu'osés, moins crus devant des nanas. On abandonnerait donc notre penchant pour le grivois en faveur d'un esprit collet monté ? On dirait bien que oui. Quelle misère ! Quels goujats, quels opportunistes ces moralisateurs qu'on n'entendait pas auparavant... ! Le grand déballage ne fait que commencer. Après les affaires de conflits d'intérêts et autres turpitudes connues, voilà un bon filon à exploiter.

 

Dans le fond, il faudrait songer à remercier DSK puisque, grâce à lui, la morale remonte au créneau en plus d'avoir "libéré" la parole.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans phénomène de société
commenter cet article
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 22:47

Pour une fois, j'ai regardé (mais pas dans sa totalité) une émission-débat. Sujet au goût du jour ? L'inculpé qui fait encore la une tant sa notoriété est grande. Evidemment il y a sujet à débattre, l'une de nos spécalités en vogue depuis quelque temps et qui peut faire polémique.

La question centrale semblait être : l'affaire aura-t-elle des conséquences pour le parti d'opposition aux présidentielles ? Marrant comme chacun tourne essentiellement autour du pot. Autour de la table, un député de l'opposition, une féministe, un ancien ministre, un journaliste, une chercheuse du CNRS et un philosophe.*

Les avis divergeaient tout en se rassemblant : les mots selon comme ils sont agencés semblent vouloir dire quelque chose mais affirment le contraire. Un jeu un peu trouble qui consiste à ne pas répondre tout en ayant l'air de répondre. En fait, le jeu du chat et de la souris.

Ca se marchait un peu sur les pieds, ça coupait la parole et le meneur du jeu a dû à plusieurs reprises insister pour qu'il soit répondu à ses questions. Grosso modo, toujours la même foire d'empoigne quand on rassemble des gens qui n'ont quasi rien en commun, ou alors dont les intérêts divergent tellement qu'il est impossible qu'ils n'esquivent pas la réponse ou ne tentent pas d'assassiner l'autre à coups de petites piques sous un air aimable.

Malgré tous les aspects négatifs de ce type d'émission, c'était intéressant. Surtout parce que les personnalités étaient telles qu'il était inévitable qu'il se produise des frictions. Il en a tout de même émergé quelques points positifs : la morale a été évoquée, le rôle des médias, la transparence également. Bref, rien que ces trois points méritaient qu'on soit attentif.

Il y a eu une tentative de définition de la frontière entre vie privée et vie publique, un rappel de la fragilité humaine et surtout une question qui est tombée quelque peu en brioche alors qu'elle aurait mérité à elle seule tout un débat non pas survolé mais approfondi : les politiques doivent-ils être irréprochables ? Pour moi, le terme est assez inexact car il s'agit bien plus d'exemplarité.

En conclusion, il faudrait pouvoir écouter sans friture et réécouter afin de tout bien saisir dans la nuance. Malheureusement, tout passe très vite et comme il se dit depuis des lustres : "les mots s'envolent, les écrits restent".

 

* Détail croustillant, la parité homme-femme a été évoquée. Et il n'y avait que deux femmes.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Langage
commenter cet article
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 21:03

Exigée ou volontaire, elle est bien là. Le secrétaire d'état soupçonné de harcèlement auprès d'employées, ce dimanche n'occupe plus son poste. Décidément l'air du temps est au sulfureux. Alors qu'on croyait que l'affaire récente qui avait explosé à la figure du monde était la seule qui pouvait nuire à la politique, en voici une nouvelle mais qui n'a pas débordé les frontières de l'hexagone. C'est bien dans nos murs et avec notre justice que cela se passe. L'honneur est sauf, ouf ! Enfin, quand je dis l'honneur, c'est un mot inconvenant puisque notre classe politique est éclaboussée salement. Cela nous perturbe-t-il ? Pour la première, certainement. Pour la seconde, ma foi, comme il n'occupait que la place 27 dans le gouvernement, c'est assez mineur. Et ne me dites pas que je médis : ce n'est pas moi qui ai dévoilé que ce poste n'était pas d'une importance capitale pour le pays. C'est le commentaire entendu sur les ondes que je ne fais que rapporter.

J'avais écrit un brouillon que je n'ai pas mis en ligne, tellement je jugeais que tout cela ne relevait guère l'estime que l'on pouvait avoir de la politique. Ce que je vois, c'est tout simplement un grand déballage, comme une sorte de nettoyage de printemps. Qui aurait soupçonné que ces "grands hommes" se laissaient aller à des coquineries sexuelles ? L'aspect crapoteux peut faire sourire, sauf qu'en l'état, c'est d'un délabré consternant. Se croient-ils donc tout permis parce qu'ils occupent une position forte ? Et s'il n'y avait que cela... Plus le temps des présidentielles se raccourcit, plus tout choit en déliquescence. On tombe sur des cigares, des voyages indus, des supposées (mais pas démontrées) rétrocommissions, des abus de pouvoir salariaux, des conflits d'intérêts, de prise illégale d'intérêts, bref, toute une kyrielle d'affaires assez mesquines car truffées de fric. Rien que du bien propre. C'est d'un lassant...

Les extrêmes peuvent se réjouir : la morale semble désormais de leur côté. Ils ne manqueront pas d'en profiter.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 12:44

Ras le bol de la complaisance outrée dans laquelle les médias ont plongé. On nous rebat les oreilles avec cette affaire dont on sait bien peu de choses. Que cela bouleverse l'hexagone, pourquoi pas ? Que la donne politique soit bouleversée, certes ! Mais est-ce suffisant pour ramener sa fraise à tout bout de champ ? Il y a une indécence insupportable à étaler toujours les mêmes commentaires, les mêmes images, les mêmes supputations. Est-ce là faire oeuvre de jugeotte, de professionnalisme ? A part tenir en haleine les plus mauvais instincts, dont un voyeurisme exacerbé, ce ne sont plus des reportages, mais de vulgaires propos serinés à longueur d'ondes, d'antennes, de pages. L'atmosphère est devenue lourde, malsaine.

 

Qu'on nous laisse donc tranquilles et qu'on laisse l'affaire se dérouler sans tomber dans un marécage merdique où la seule chose qui émerge est le sordide. A force de répéter que ceci, que cela, la tête tourne. C'est à se demander si la vulgarité ne l'emporte pas sur le sérieux. Plus aucune part de vérité, alors que les titres se font sensationnels, ne semble de mise. Les relais médiatiques pataugent dans un psychodrame dont se délectent auditeurs ou lecteurs. Comme si cette passion soudaine était partie intégrante de la réalité de chacun. Or, il s'agit d'une affaire individuelle où les coups endurés par la victime de ces assauts médiatiques font plus de mal que de bien. Entretenir le mélodrame en couches superposées selon la sensibilité de celui qui dégoise devant un micro ne donnera jamais une idée représentative de ce qu'il s'est passé.

 

Je sais pourquoi  on s'entête à monter des reportages ou des émissions, à écrire des hypothèses : ça rapporte gros.  Aucune pitié pour les mis en cause. Il faut de l'information à tout prix. Quitte à dire n'importe quoi : il faut tenir en éveil auditeurs et lecteurs. Les journaux ne se sont jamais aussi bien vendus, preuve que le public se repaît de ce drame. Où est le respect dû aux protagonistes ? On n'est ni sur une scène de théâtre, ni au cinéma. Et ce ne sont pas les théories échafaudées à la hâte qui éclaireront le public. Qu'ils la ferment !

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Mauvaise humeur
commenter cet article
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 21:37

Soulagement pour lui, la seconde audience aura permis à ses avocats de l'emporter contre le procureur. Libre donc. Mais quelle liberté ! Assigné à résidence, il ne pourra quitter l'appartement, portera un bracelet électronique et sera sans cesse sous surveillance. En sursis de procès en quelque sorte. Et comme c'est un procès à charge, il faudra des enquêtes multiples pour que ses défenseurs obtiennent assez d'éléments pour faire pencher la balance en sa faveur.

Un sursis car cela permettra des tractations afin d'éviter le procès. Eh oui, il n'est pas forcé que le procès ait lieu, justement parce qu'il est toujours possible de s'entendre avec celui auquel on a causé du tort. Si cela était avéré, il aurait à verser une somme plus que rondelette à celle qu'on appelle sa "victime". Drôle de système que celui-là. Valable pour ceux qui disposent de beaucoup de liquidités, mais si l'individu est insolvable... c'est la case prison en direct. Au fond, chacun paye selon ses moyens...

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Liberté
commenter cet article
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 08:11

Hier, je n'ai pu répondre à vos commentaires car OB ne voulait rien savoir en matière d'apparition à l'écran. Idem pour les blogs que je visite régulièrement : impossible de poster quoi que ce soit.

Je lis toujours attentivement ce que vous m'écrivez. Et il y a toujours matière à discussion puisque les avis sont tous personnels et donc différents.

Je ne prends pas position pour ce monsieur, je m'élève seulement contre la méthode américaine. Quand je parle du retentissement que cela peut avoir, je n'ai pas présent à l'esprit que le respect, Mais surtout les conséquences pour nous et pas seulement pour nous. Au cas où vous ne le sachiez pas, l'euro est chahuté sur les marchés, la crédibilité de l'Europe est remise en cause, la Grèce soutenue par l'Europe (et le FMI) peut se retrouver grojean comme devant, ainsi que les autres pays dans le collimateur des marchés. Nous risquons tous de perdre quelque chose et bien plus qu'on ne peut l'admettre. Les européens sont liés par l'euro, si celui-ci chute, nous prendrons notre brouette pour faire notre marché. Nous sommes dans une période d'une grande instabilité et les prédicateurs de fin du monde n'envisagent même pas la possibilité que notre monde peut souffrir d'autre chose que d'un anéantissement irréversible.

Autre point que je tiens à soulever. Quand je parle de méthode américaine, je ne peux m'empêcher d'avoir présent à l'esprit que notre justice est bien différente. Ce plaider coupable si en vogue pourrait bien débarquer chez nous. D'ailleurs vous aussi avez entendu tout comme moi le roi évoquer cette possibilité. Si la présomption d'innocence n'est un jour plus de mise, nous serons traînés dans la boue, menottes aux poignets, notre procès sera filmé et retransmis. A l'heure planétaire, rien n'est impossible et voilà des années que notre société s'américanise. Je n'aime pas du tout cela. Je maintiens que tout le monde a le droit d'avoir sa propre culture. Une justice sur le modèle américain ne peut me satisfaire, même si la nôtre est imparfaite. A tout prendre, la présomption d'innocence vaut mieux que ce plaider coupable qui fait appel à ce qu'il y a de plus vil chez l'homme car il dénonce publiquement, à charge donc, et fait que les individus sont spoliés d'une défense réelle.

Nous ne sommes pas exempts de ce voyeurisme et savons casser du sucre sur le dos, jugés avant de l'être parce que nous avons tous en nous une part obscure qui nous rassure quant à ce que nous sommes, tandis que les autres, donnés en pâture à la vindicte publique par les relais médiatiques en font des coupables. Ce qui revient à dire que le présumé innocent est tout de suite présumé coupable, ce qui satisfait nos instincts revanchards (surtout s'il s'agit de gens riches). On pourait dire que le plaider coupable américain correspond à nos mentalités. mais il n'en est rien. Et cette affaire en est bien la preuve. Ce n'est pas être timorés que de reculer devant ce déballage malsain. Donc nous ne sommes pas si mauvais qu'on pourrait le penser. Ce n'est pas la position sociale du pré-jugé (et non du préjugé) qui nous arrête, mais bien la posture de l'homme vilipendé et détruit par tous ces yeux braqués sur son malheur. Au fond, nous ne sommes pas des voyeurs. C'est plutôt rassurant.

Alors que voulons-nous vraiment ? Nous transformer en brutes sans limite qui font péter les armes à feu parce que c'est licite, ou préférons-nous rester ces bons vieux français, avec des principes, des idées qui ne sont que les nôtres, avec ce quant-à-soi si particulier qui fait notre richesse et notre différence ?

Pour terminer, je ressens de la compassion pour cet homme qui ne m'est rien et pour lequel je néprouve aucune sympathie. Il croupit en prison jusqu'à vendredi au seul fait d'une déclaration de tentative de viol. Or, certains éléments sont douteux. C'est certes un homme à femmes, plus ou moins libidineux, dont on raconte qu'il ne serait pas très net. Cependant, les changements de braquet de la police laissent à penser que cette affaire a des ramifications étranges et qu'il se pourrait bien qu'il y ait quelques magouilles en sous-main. Alors, tentons de voir cela avec une certaine distance et sachons garder notre sang-froid. Ne jetons pas la pierre sur cet homme qui, peut-être, est innocent de ce qui lui est reproché. Ne pratiquons pas ce lynchage typique d'une Amérique puritaine et conservatrice.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche