Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 16:11

Bon, eh ben, c'est pas gagné. V'là t-y pas qu'on peut tout relier avec les réseaux sociaux. Mouais... Mais c'est que ces réseaux ne m'intéressent pas. et ce n'est pas demain que je vais plonger dans la grande marmite où tout le monde fourre les pieds sans penser que c'est tout sauf confidentiel et que ça peut porter préjudice. Bon, c'est vrai, je vous l'accorde, les grandes oreilles s'agitent outre-atlantique et même l'UE serait espionnée... Alors pourquoi ne pas faire comme tout le monde et se fessebouquer, se touiter et tous ces machins où les gosses se précipitent pour parler d'eux sans aucune précaution? Ce n'est pas parce que les cousins reluquent tout ce qu'on fait que je vais tomber dans cet excès qui, pour moi, est réservé à des cervelles un peu creuses. Autant un blog me semble quelque chose d'intéressant et permet de partager des idées, autant s'exposer au su et vu "d'amis" parfaitement inconnus me semble incongru et fort inutile. Sans doute faut-il que jeunesse se passe... moi, ça va plutôt bien de ce côté-là : je ne suis plus de la première fraîcheur.

Bon, je vais peut-être passer à quelque chose de plus sérieux que ces bavardages dignes des dames patronnesses ou des commères protégées par les rideaux de leur cuisine.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 16:04

Les nouveautés sont nombreuses et pour certaines, bien fâcheuses :

- je ne retrouve pas tous les liens établis avec d'autres blogs

- la phrase du bandeau a disparu (bon d'accord, elle était caduque, mais quand même, ça atteint mon libre-arbitre.

- Comment vais-je désormais mettre de la couleur ?

- La réponse aux commentaires n'est pas évidente. et j'exècre cette manie d'avoir un mot qui n'en est pas un à recopier pour valider l'article.

Je crois que je ne suis pas au bout de mes découvertes... ou de mes déceptions...

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 15:58

Depuis hier au soir, impossible de me connecter. Apparemment la connexion serait trop lente. Voilà la xième fois que je tente de venir sur mes humeurs. Et enfin, ça vient. Donc, ça progresse. Cependant, je reste critique quant à la nouvelle forme de mon blog. Personnellement, je ne vois pas l'intérêt (du moins présentement) de ces changements. Ce n'est pas davantage ergonomique que précédemment. C'est vrai, je n'en suis qu'à mes premiers pas et je dois encore tout découvrir et expérimenter. Espérons que ce transfert se transforme en succès, sinon, je ne me ferais plus voir : j'ai horreur de m'investir pour rien.

Bon, je vais continuer mes pérégrinations pas à pas, histoire de ne pas tout lâcher précipitamment

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
29 juin 2013 6 29 /06 /juin /2013 19:30

Eligible que je suis à la nouvelle interface d'Overblog. Voilà, c'est fait. Et non réversible. Vais-je m'adapter facilement ou vais-je rencontrer de telles différences et difficultés que je vais abandonner un peu plus ? je n'en sais rien encore.

En tout cas, cette nouvelle méthode de publication, pour l'instant, ne me séduit pas du tout : j'ai perdu tout ce qui faisait le charme de la première version, plus complète, me semble-t-il que celle-ci. Où est passé la possibilité de marger à droite ? Moi qui ai horreur des drapeaux effilochés, je sens que je vais souffrir. Une raison supplémentaire de ne peut-être plus revenir. Mais peut-être ai-je tort... ! Peut-être qu'il me faudra un temps d'adaptation pour trouver mes marques, mes repères...

Bon, j'arrête pour ce soir. Ça me fatigue de réfléchir plus avant.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 10:07

On ne peut plus arrêter la machine. Et ce, depuis l'affaire Cahuzac. Entre les 403 millions de BT, les mises en examens de hauts fonctionnaires, on ne sait plus qui croire ou apprécier. Voilà que le sport n'est désormais plus épargné. Tout ceci me fait-il de la peine ? Eh bien non ! J'éprouve seulement un écoeurement grandissant face au pourrissement des mentalités.

Nous ne sommes qu'au tout début d'un grand déballage et les héros actuels semblent avoir pris le virus de la fuite des capitaux. Pourquoi se gêneraient-ils puisque les "grands" de ce monde (par leur portefeuille) ne valent pas plus cher qu'eux. Si ceux qui ont des moyens financiers élevés cessaient de fuir la mère-patrie pour réfugier leurs biens à l'abri dans des banques étrangères (et ça date d'avant l'histoire des 75 %), la dette serait nettement moins abyssale. Le patriotisme n'est apparemment par leur tasse de thé et la morale ne les étouffe pas. Leur attitude ne vaut pas mieux que celle des dirigeants qui ont plongé le pays dans la tourmente et ces derniers n'en sont pas moins responsables de leur impéritie et leur vue à court nez..

Comment peuvent-ils se regarder dans une glace sans sourciller ? L'argent excuserait-il tout ? Permettrait tout ? Ces faux-culs de première qui jouissent de notoriété et font du beurre sur le dos des petits contribuables n'ont pas une once de morale. Ah, ils peuvent parader et patronner des associations charitables, cela leur rapporte avant que de leur coûter. Et qu'est-ce qu'un spot publicitaire sur l'enfance handicapée, malheureuse, autiste ou autre trouble physique ou psychologique sinon quelques heures de leur temps ?

C'est désormais tous les jours que les scandales éclatent. Comment, dans cette bousculade d'hypocrites, prendre possession intellectuellement de ces faits et méfaits plus sordides les uns que les autres ? Plus le temps passe, plus les filières sont remontées. Reste à savoir si l'on déterminera avec une réelle exactitude le rôle de chacun et jusqu'où les tenants du pouvoir seront impliqués.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Enquêtes
commenter cet article
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 11:01

C'est du grand n'importe quoi ! On savait déjà que la haute finance avait pignon sur rue et que les salariés n'étaient que des machines sans âme. Cependant, on gardait encore quelques illusions. Et patatras, on tombe le cul par terre.

Nouveau coup dur pour les Grecs : la télé publique a été rayée de la carte parce que trop onéreuse (c'est toujours une question de gros sous). Et sans crier gare. Pourquoi prendre des gants avec ces mécréants qui pompaient le fric des contribuables (celui des moins argentés évidemment, puisque les autes échappent encore à l'impôt) ? Le gouvernement a carrément envoyé la police pour couper le jus (et le sifflet). Plus radical, tu ne trouves pas ! Un clic et pffftt, plus rien ! Ecran noir, plus de signal ! Le silence pesant après un ronron régulier ! 2600 personnes au chômage du jour au lendemain. Pas de doute, c'est radical.  Pourquoi ce choix ? Les prétentions de la troïka sont telles qu'il fallait zapper les fonctionnaires, car un bon pays bien européen se doit de n'avoir pas de fonctionnaires. Ah, être des bons élèves... Et l'école buissonnière... ?

Imaginez un peu si demain le gouvernement faisait de même et rayait de la carte la moitié de ses fonctionnaires... Bien sûr, les convaincus que ce sont tous des fainéants, diraient "bien fait !", les autres prendraient un air contrit en se disant in petto que plus rien n'est respecté et que même si les fonctionnaires ne sont pas indéboulonnables, c'est à désespérer.

Il faut certainement dégraisser le mammouth comme disait un certain C.A., mais de là à planter comme ça, d'un claquement de doigt, une foule nombreuse au prétexte qu'il faut suivre les directives de Bruxelles... C'est un peu fort de café. Insupportable tyrannie de la dette, des crédits accordés, des décisions imposées, interprétées et mises en application brutalement.

C'est fou tout de même le manque de réflexion : comment l'économie peut-elle être relancée quand on licencie à tour de bras ? Et que fait-on du respect de l'autre ? La concertation, ça n'existe donc pas ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu
commenter cet article
4 juin 2013 2 04 /06 /juin /2013 07:17

Voilà, c'est décidé : la réforme sociale des allocations familiales portera sur le quotient familial. Apparemment, la fronde suscitée par le MPT a fait reculer le gouvernement. Il a opté pour une solution de facilité, ce qui n'empêchera en rien de léser les familles les plus modestes puisque ce fameux quotient est passé de 2000  à 1500 euros.

Non, là, il y a un manque de courage patent. Déjà Lionel Jospin avait baissé pavillon face aux familles aisées (1997) qui s'étaient élevées contre cette réforme, les privant de revenus non négligeables. A croire que tout est dû. Ma conviction est que les familles ayant des revenus au-delà de 5000 euros mensuels n'ont nul besoin qu'on renforce leur pouvoir d'achat. Et qu'on ne vienne pas me raconter que c'est cela l'égalité, car, en réalité, elle provoque une plus grande inégalité (en cause, le dicton populaire "on ne prête qu'aux riches", proverbe une fois encore confirmé par un recul pour cause d'absence de courage politique), creusant un peu plus le fossé qui séparent deux positions sociales. Ce n'est pas demain en effet que l'échelle des salaires se réduira, puisque celle des revenus tout compris demeure.

De plus, il y a fort à parier que cette baisse du QF ne suffira pas à rétablir les comptes de la branche Famille. Ce qui provoquera une seconde réforme et celle-là portera évidemment sur l'attribution égalitaire des prestations familiales. Reculer pour mieux sauter ? 

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 12:47

Le Conseil Constitutionnel a abondé dans le sens de la loi Mariage Pour Tous. Une victoire attendue, mais étaant que le CC joue parfois des tours assez pendables à l'actuelle majorité, on était en droit à s'attendre à un nouveau coup de Jarnac. Les déçus ne sont pas ceux qu'on pense, mais ceux qui ont protesté et protesteront encore contre cette nouvelle loi. Pas tous heureusement. Les politiques rentrent, pour la plupart, sagement dans le rang et acceptent de se plier à la décision légale de ce mariage. Mais hélas quelques hurluberlus sont entrés en résistance et continuent à vouloir persévérer dans leur combat stérile. Pas besoin de les nommer, on sait de qui il s'agit. Ces agités de la pensée conservatrice défileront à nouveau, juste histoire de montrer qu'ils ne sont pas d'accord et que leurs références bien plus anciennes sont les meilleures et par là les seules valables et qu'un jour viendra où le processus sera inversé par leurs soins. On n'en pas changé de civilisation, contrairement à ce qu'ils prétendent, on a entériné un fait, comme tant d'autres pays avant le nôtre. C'est à se demander si ces gens-là ont autre chose qu'un pois chiche dans le cerveau ou à la place du cerveau. Leur entêtement n'empêchera en rien que des mariages aient lieu. En revanche, je crains que cet entêtement n'engendre des comportements odieux et que l'homophobie déjà relativement forte ne devienne une réaction systématique de gugusses violents grâce à ce mouvement pour lequel la norme est l'hétérosexualité et qui prétend défendre des valeurs séculaires, donc qu'on ne peut dépasser.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 08:10

Enfin ! La récession est officielle. Il était temps de le dire : voilà un bon moment qu'on le sait mais rien n'était officiel. J'entends dire avec une régularité de métronome que FH a menti pendant sa campagne parce qu'il n'a pas parlé de la crise. Ma foi, si cela fait plaisir à ceux qui m'assomment avec cette sentence, qu'ils continuent donc à prêcher selon leurs convictions. Le plus rigolo, c'est que tout le monde avait conscience que l'affaire ne s'arrangeait pas. Mais il aura fallu une enquête pour que soit dit haut et fort que le pouvoir d'achat avait baissé de 0,9 en 2012. Du jamais vu, de mémoire d'homme, depuis 30 ans. Tiens donc ! Si le pouvoir d'ahcat n'a pas baissé pendant ces trente années, c'est tout simplement parce qu'on inclut, dans ce pouvoir-là, des objets modernes qui n'ont rien à voir avec la bouffe, seul élément vital de la consommation. L'euro a entraîné une inflation des prix et donc réduit le pouvoir d'achat, même quand les augmentations de salaire faisaient partie du quotidien. La flambée des prix alimentaires, qu'on le veuille ou non, a bien écorné la puissance du porte-monnaie. A force que les prix augmentent, on a fini par considérer que rien n'était vraiment cher. L'oubli du franc a facilité l'acceptation de voir le kilo de pommes ou le pain atteindre des prix exhorbitants. C'est vrai que, comparé à un ordinateur, ces prix-là sont raisonnables. Sauf qu'on ne mange pas de ce pain-là, mais bien plutôt des aliments, ces objets n'étant pas franchement comestibles. Certes, les ordinateurs ne sont plus aussi onéreux qu'autrefois, tout comme les réfrigérateurs, les machines à laver...  Ce sont des utilitaires bien pratiques, mais on ne les déguste pas à la sauce moutarde, ce me semble.

Pour en revenir à la récession, je chausse des talons pour frapper le sol en cadence tout en m'armant de castagnettes. Pourquoi ? Tout simplement parce que j'estime que la probité intellectuelle (et là, je mets tout le monde dans le même sac) n'est pas le plat national de référence. Bien au contraire. Je me souviens notamment de la "croissance molle" pour qualifier l'atonie économique. Alors qu'on était déjà en récession, malgré tous les contredits des politiques. Pourquoi affoler les populations quand il s'agit de contenir la grogne ? Aujourd'hui, ce n'est plus de mise. Et pour cause : les chiffres parlent d'eux-mêmes. Pour une fois, ils ne sont pas tronqués. Il était temps car les temps à venir vont être difficiles et qu'il faudra quand même remplir la marmite. Les français ne dépensent plus ? Normal, ils ont seulement besoin de nourrir leurs enfants, le reste n'est donc pas indispensable. L'épargne ? Elle est indispensable si l'on veut survivre. Et l'on voudrait aujourd'hui qu'on puise dans des économies étriquées pour que la consommation reparte ? Et l'on voudrait qu'on investisse davantage ? Mais avec quoi ? Le peu qu'on a ?

Prochaine étape ? Sortie de crise ? Ou plongée dans le marasme ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu finance
commenter cet article
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 18:21

Je n'ai jamais caché que le foot n'emportait pas, en tant que sport, mon adhésion. Trop de fric, Trop de morgue. Trop d'inconséquence. Et voilà qu'une fois de plus, la violence d'après match a encore eu lieu. Tout le monde en parle. Ce n'est pas mon sujet favori. Pourtant, je vais mêler mon grain de sel à cette affaire du Trocadéro. Rien d'étonnant pour moi qu'une frange de population violente se déchaîne pour montrer qu'elle existe. Les fouteurs de bordel sont légion et jouissent de leur méfaits. Cela n'a rien à voir avec le sport. Et si le sport n'était pas aujourd'hui professionnel, il ne fait aucun doute que ces dégénérés provocateurs n'auraient pas pignon sur rue. Ils aiment à faire parler d'eux, adorent cogner et saccager. Des délinquants qui profitent d'un moment de réjouissance pour matraquer et foutre la zizanie. Il n'y a pas de quoi pavoiser.

Le plus insupportable pour moi, ce sont ces gorges chaudes de la droite qui réclame virulemment la démission du ministre de l'intérieur. Ben voyons ! Comme s'il était responsable de la connerie humaine. Pour avoir vu les vidéos tournées sur les lieux de cette affaire, il est clair que si un agent de sécurité du club n'avait pas balancé une barrière sur ceux qui tentaient sans doute de créer le foutoir, la mayonnaise n'aurait pas pris. Le premier responsable, c'est bien lui, n'en déplaise aux amoureux d'un sport qui, je le répète, me sort par les trous de pif.

Aujourd'hui, les commentaires vont bon train et les gens de droite, ces élus du peuple, en rajoutent une couche épaisse et décrètent la création d 'une commission d'enquête. Mais bordel, quand cesseront-ils de s'emparer du moindre fait divers pour asseoir leur autorité et leur gloire ? N'ont-ils donc rien d'autre à faire que de vilipender le gouvernement actuel et proclamer à chaque occasion son amateurisme et son incompétence ? Ils ont beau jeu de crier haro sur le baudet, c'est d'un facile. Quand on sait qu'ils n'ont pas été au summum de leurs capacités pour régler ce type de problème, ça donne envie de leur mettre le pied au cul. Au lieu de dénigrer systématiquement ce que le fait le gouvernement actuel, ils feraient mieux, ces beaux messieurs qui ont la cervelle creuse, de lancer des idées pour moderniser la vie politique et surtout remettre dans l'esprit des citoyens que la démocratie est une valeur sûre et qu'elle a besoin de tous pour fonctionner. Mais c'est trop espérer d'une droite figée pour qu'elle sache accepter le défi et qu'elle fasse des propositions qui ne soient pas toutes négatives.

Ras le bol de la bêtise des tronches lessivées qui flirtent avec l'extrême droite et de ces parlementaires qui, au lieu d'être constructifs, se contentent de passer par les armes des déclarations mesquines et lessiver un gouvernement qui, alors qu'on connaîtt une crise majeure, fait ce qu'il peut dans des circonstances plus que difficiles. Et qu'on ne vienne pas me dire qu'ils n'avaient pas la carrure pour être ministres ou président : c'est le propre des débutants que de patauger un peu dans la semoule. Quand enfin ces gens-là comprendront qu'on apprend davantage de nos erreurs que de nos réussites, ils pourront peut-être revenir au pouvoir. Mais c'est être naïf que de penser qu'ils auront l'intelligence de se remettre en question.

Quant au foot que je n'apprécie pas, s'il doit systématiquement dégénérer en batailles rangées, qu'on l'extirpe de notre société car elle est déjà bien assez malade pour vouloir s'offrir le luxe de guerrillas urbaines.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans phénomène de société
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche