Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 12:57

Nouvel acquis sur la plate-forme : c'est plus simple que je ne le pensais. J'aurais pu me contenter d'insérer le lien, mais bon, je crois que c'est mieux de vous livrer directement la vidéo.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Cousins d'Amérique
commenter cet article
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 23:07

Assez ! C'est d'un indécent, d'un insupportable... !

Certains qui se prétendent journalistes ne sont que des fouille-merde qui tablent sur la bêtise humaine pour augmenter leurs chiffre d'affaire. Déjà que le coup de la prostate m'avait tapé sur le système, alors autant dire tout de suite que je n'apprécie pas du tout le dernier coup médiatique graveleux d'un certain journal qui n'est que potins vulgaires. Oui, je parle bien de ce torchon de six lettres à consonance anglaise. Peu importe que ce soit vrai ou faux, c'est une sale habitude d'écrivailleurs en recherche de sensationnel. Cela peut faire sourire certains, mais moi pas. Ont-ils pensé aux conséquences ? Je pense particulièrement à cette compagne pour laquelle ils n'ont aucune considération puisqu'ils ont omis de réfléchir plus loin que le bout de leur nez. Franchement, c'est honteux. C'est carrément de l'irrespect, voire du mépris. C'est un comportement de goujats, de gens sans scrupules et sans éducation. On se gausse facilement des paparazzi, on les vilipende, mais que font-ils d'autre ces soi disant journalistes qui distillent du poison ? Et dire qu'il y a des couillons qui se précipitent pour acheter ces torchons.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 18:40

Voilà, l'exercice est passé. Alors discutons-en. La reconnaissance de la lourdeur de plus en plus prégnante des impôts exclut que ceux-ci vont baisser prochainement. Le mot 'économies' a été prononcé mais sans dire quelles seraient les orientations que ce mot sous-entendait.

Bon je n'éplucherai pas plus avant cette prestation. En revanche, je vais y aller de mes commentaires. Sans doute les impôts reculeront pour les bas salaires, mais quand ? Aucune date n'a été avancée. Faudra-t-il attendre la fin du quinquennat pour qu'on recommence à respirer ? La TVA évolutive a fait son apparition. Mais pas dans le sens du porte-monnaie des plus démunis. Il va sans dire que l'on augmente facilement la TVA mais que celle-ci rechigne à baisser. Sans compter que Sécu, Mutuelles, CSG, CRDS, CASA, taxes sur les taxes viennent écornifler toujours davantage l'échancrure déjà étroite de la bourse du commun.

Les économies ? Aucune piste. Alors je peux au moins en proposer une qui va dans le bon sens. Que les affairistes étatiques se déplacent moins et les finances publiques ne s'en porteront que mieux. Le Président a fait clairement entendre qu'il ne se rendrait pas aux jeux d'hiver à Sotchi. Fort bien. J'espère que le ripolinage de façade (sous-couche d'un vernis démocratique) placardé par son homologue russe ne le fera pas changer d'avis. A moins qu'il ne règle lui-même les frais de ce déplacement (gardes du corps pour lui et son cortège diplomatique, nuitées dans un 5 étoiles, repas dans d'excellents restaurants - sauf s'il est invité par le Gégé, autre gloire nationale résidant près de la ville où se dérouleront les jeux - les maquilleuses, les secrétaires, les porteurs de valises, et toute la smala avec laquelle un chef d'état n'oublie jamais de se déplacer...) Ca coûte bonbon tout ça, et pourtant on n'en parle jamais. Je lui conseillerai jusqu'à éviter tout déplacement inutile car, après tout, il peut justifier ses non déplacements en arguant que le pays est en crise durable et que les dettes accumulées doivent être remboursées. Je peux également proposer de réduire la facture en diminuant les salaires ministériels et affidés, les limousines avec chauffeur, les réceptions et galas au nom de la diplomatie. Et tiens, puisque nous sommes en 2014, voilà cent ans que la première guerre mondiale était déclarée. Nul doute qu'on va nous seriner la larme à l'oeil qu'il faut, au nom de tous les poilus sacrifiés, organiser le centenaire de cette période guerrière. Ca aussi ça fend le coeur des finances. Alors, point de festivités inutiles et dispendieuses. Réduire la voilure en faisant un défilé du 14 juillet a minima serait également une bonne idée. Quant aux raouts dans les jardins de l'Elysée, on peut très bien s'en passer.

C'est sûr, je peux développer davantage, mais zut, je ne perçois aucun salaire pour inspirer les penseurs en manque de génie.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu finances
commenter cet article
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 11:13

 

Bonjour à tous ceux qui atterrissent chez moi par hasard et ceux qui y viennent par plaisir ou fidélité !

Ce mois n'avait que deux jours et pourtant, ça faisait déjà beaucoup. Promenades ici et là pour butiner les nouvelles des uns et des autres, errances nostalgiques chez d'anciens camarades blogueurs qui hésitent désormais à récriminer ou qui ont tout simplement abandonné, laissant là leur blog dépérir sans plus s'en soucier. Cavalcades dans les méandres des souvenirs plus ou moins récents, soupirs et regrets se mêlant au plaisir de la lecture. Où est-il le temps où tout ce petit monde tempêtait ? Mhum, pfft !

 

Alors parce que ce temps est révolu, parce que cette nouvelle année vient remplacer sa prédécesseur, j'opte pour l'optimisme échevelé, même si ce qui s'annonce n'est pas des plus joyeux. Je ne réciterai pas la litanie des augmentations, des restrictions et autres babioles qui nous empoisonnent l'existence. Non, non ! (J'ai fait le coup à quelqu'un qui n'a que modérément apprécié mon humour).

Je vous dis simplement : Bonne Année 2014 (Et qu'il en soit ainsi)

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 12:30

Si j'en crois l'article que je viens de lire, il y aurait anguille sous roche du côté des assurances-vie. Oui, ce n'est pas nouveau, mais là, c'est carrément dingue. On pourrait penser que les petits épargnants seraient épargnés par la grosse Bertha qu'on met en place pour ce produit phare. Eh bien non ! Dans les tuyaux à l'étude, il serait question de créer un fichier des détenteurs dont le montant de l'assurance atteindrait 7500 euros. Et moi qui croyais béatement que seuls les gros porte-feuilles (au moins 100 000 euros) seraient visés... J'en suis baba, abasourdi, plaqué au sol. Tout ça pour remettre en route une machine vachement déglinguée qui s'appelle l'économie. Le plan de sauvetage (impossibe quoiqu'en pensent ces illustres penseurs à la noix (de Grenoble ? Ou de Cajou ?) se saucissonne ainsi : on oblige les épargnants à prendre des risques. En soi, cela semble une bonne idée : pourquoi faire dormir de l'argent alors qu'on manque de liquidités pour faire tourner l'industrie (qui n'en finit pas d'agoniser, hélas !) ? Mouais ! Cela peut sembler logique, normal, mais je ne suis pas d'accord. Pourquoi le sieur X prendrait-il des risques alors que son petit matelas reste dérisoire et ne lui permettra que de vivoter chichement quand il sera à la retraite ? Pourquoi Madame Y, veuve charmante, ayant hérité à la mort de son époux d'une assurance-vie qui lui permet de vivre à peu près décemment, cèderait-elle son petit avoir pour mettre de l'huile dans les rouages de la machine économique ? Il s'agit pour eux d'une épargne de précaution. D'ailleurs, on peut penser que leur magot les autorise à vivre mieux et qu'ils le dépensent avec parcimonie car ils refusent d'être à la charge de leurs enfants. Ca ne compte pas ça ? S'ils sont malades, comment feront-ils pour se soigner ?

7500 euros, ça représente à tout casser 50 000 francs. Une goutte d'eau perdue au milieu d'un océan. Certes, mais selon le principe immuable des petits ruisseaux qui font les grandes rivières, le penseur de cette astuce-recensement se dit qu'après tout, le sieur X et la dame Y doivent participer à l'effort de guerre. Peu lui chaut de considérer que ces deux-là ont une part de vie réduite et qu'il faut bien qu'ils puissent la vivre autrement qu'en tirant le diable par la queue. Allez, zou ! Tous la main à la poche ! On a dénoncé largement les usines à gaz de la seconde guerre mondiale. A juste titre. On y revient insidieusement en instaurant ce fichier auquel aucun détenteur ne pourra échapper. Au fond, si on met les vieux au rencart, autant les passer tout de suite au four, non ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 20:55

Décidément, ils ont le génie de la trouvaille. Alors que l'économie est au ralenti, que les gens ne consomment plus vraiment parce qu'ils sont angoissés par l'avenir, voilà que nos grands esprits politiques décident de créer une nouvelle taxe. Laquelle, me direz-vous ? C'est vrai qu'avec tous les nouveaux impôts directs ou indirects, on ne sait plus très bien quel en est le nombre ni comment ils s'appellent.

Il y a deux jours, je tombe par hasard sur un article évoquant les mutuelles professionnelles qui devront faire rentrer quelques millions dans les caisses de Bercy. Quand on dit mutuelle pro, il s'agit de celle à laquelle adhèrent les employés d'une entreprise plus ou moins financée par le patron. Eh bien, les salariés devront déclarer la participation de leur patron à leur couverture de santé dans leurs revenus. Augmentation garantie de leurs impôts.

Du grand n'importe quoi ! L'état, il y a peu, déplorait l'absence de complémentaire pour certains salariés. Voilà qui va inciter certains d'entre eux à renoncer à cette complémentaire puisqu'elle leur coûtera bien plus que ce n'était le cas auparavant.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu finance
commenter cet article
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 15:39

Une longue agonie après des années de lutte, de prison, de changement radical de son pays. Un homme hors norme, comme on aimerait en rencontrer plus souvent, qui essaime un message différent, qui sait ce qu'il veut et qui, à force de courage, d'abnégation, d'ouverture d'esprit, a su imposer une vision tout autre que celle qui avait étouffé son pays pendant des décennies.

D'autres avant lui on su mener un combat pour que les peuples soient reconnus non comme des sous hommes, mais comme n'importe lequel d'entre nous, quelle que soit la couleur, l'origine, le milieu, la manière de penser et d'être.

Il ne peut que manquer dans notre paysage. Comme nous manquent des Gandhi, les abbés Pierre, et d'autres, dont le cœur généreux a su faire triompher leur cause. Malgré leurs défauts très humains qui contrebalançaient leur humanité et leur intégrité morale, malgré l'échec de l'entreprise. Quel homme de bonne volonté achève son oeuvre ? Aucun ! Sans doute pour que d'autres suivent la voie tracée.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 19:16

Le ras-le-bol est si perceptible que le gouvernement se précipite pour annoncer qu'il va entreprendre une consultation afin de revisiter la fiscalité. Bien, très bien ! Mais est-ce le moment ? Cette annonce à grand renfort de médiatisation est-elle judicieuse ? Est-ce bien le moment ? Y a-t-il un projet dans les cartons qu'on peut dégainer ?

Des questions, encore des questions. Alors que nous sommes le pays le plus taxé (au moins pour ce qui est des salariés, parce que les grandes entreprises...), on nous dit régulièrement qu'il n'y aura pas d'impôt nouveau, qu'on fait une pause... Bref, on nous mène en bateau. Tout ça parce que la reprise n'est pas là, qu'il faut réduire les déficits, combler le trou de la dette. Les plus fins experts en matière d'économie chantent la même messe : baisse des charges sur les entreprises, baisse du coût salarial, baisse des dépenses. Avec l'augmentation de la TVA au 1er janvier, ce n'est pas demain que la baisse des prélèvements obligatoires sera à l'ordre du jour.

Du coup, le moral est en baisse et même en berne. On ne voit rien venir qui puisse faire rêver ou tout simplement sourire du coin des lèvres. Il ne reste que le désespoir. Mais l'égoïsme étant un sport national, chacun ne voit midi qu'à sa porte : les catégories professionnelles descendent dans la rue, en ordre dispersé, chacune de leur côté, les syndicats sont absents, même les élus murmurent puis grognent et exigent un changement réel. Hélas, les promesses doivent être tenues et notre pays s'est engagé à rééquilibrer le budget. On a de plus en plus la conviction d'aller dans le mur. C'est vrai au moins en partie. Mais on refuse de considérer les obstacles engendrés par la crise de 2008 qui a permis de faire s'écrouler un monde ultra-libéral, sans cependant considérer que la disparition de son pendant naturel (le communisme) entraînait inéluctablement sa déchéance. La remise en question n'a pas eu lieu et aujourd'hui on pratique le placébo en espérant qu'il fera son effet, le temps de trouver le remède approprié.

Les temps sont durs, on en a marre, mais pour l'instant nous ne sommes pas la Grèce. Pour l'instant, malgré les tentations récemment dévoilées de taxer les économies (on a tellement rogné sur tout  afin de vivre non pas aux crochets de nos enfants, mais dignement en assurant par nous-mêmes le petit supplément qui viendra compléter une retraite de misère), nous ne sommes pas encore la Grèce, mais Chypre est en Europe et comme cet état, nous pouvons connaître la même mesure, la main basse faite sur le pécule péniblement amassé en vue des vieux jours. Il y a eu recul, mais pas sur tout.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu finance
commenter cet article
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 23:29

Allons bon, voilà que les options brouillon, publication ont changé. Mais que font-ils donc ces développeurs si d'un jour à l'autre la version varie tellement qu'on n'y retrouve plus ses petits ? Ça devient franchement pénible. Et ce n'est pas la peine de protester via le contact car ils nous renvoient systématiquement au manuel. Et parlons donc du manuel : les rubriques explicatives existent bien, mais pour lire, il faut, comme pour les articles commander l'intégralité via trois petits points. Ergonomiquement, je ne vois pas l'utilité de ce fractionnement puisque de toute façon, la mémoire requise existe bel et bien, et que pour bien comprendre ce qui se raconte, il faut la totalité pour en imprimer la quintessence (dans tous les sens du terme). C'est épuisant ces nouvelles modes, c'est brimant pour l'utilisateur de base, la familiarité des manipulations n'est plus à portée de clavier. Beurk ! J'ai eu l'idée d'aller voir d'autres plates-formes, contraignant le lambda obscur à e poser des questions, à souvent renoncer à persister. Et c'est vrai que ces obstacles perpétuels sont plus qu'agaçants, ils me démoralisent. Et moi qui croyais que j'allais enfin reprendre avec régularité... Je me pose la question, une fois de plus, de savoir si je continue ou si je cesse toute activité.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 23:21

J'ai pondu un article hier et l'ai enregistré en brouillon. Mais où est-il donc passé ? J'ai beau chercher, je ne le déniche nulle part. Aïe, aïe, aïe ! Quelle galère ! Avant de publier, j'aime bien revisiter ce que j'ai écrit. Si je ne peux plus me fier à la rubrique brouillon, qu'est-ce que je deviens ? Quelle plaie ! Décidément, cette nouvelle version d'O.B. n'est pas aussi fiable que la précédente. Quelqu'un a-t-il une idée de ce qu'il convient de faire pour éviter cet écueil supplémentaire ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche