Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 00:40

Un puits sans fond, des dépenses incontrôlées, tel est le bilan après des années à parader et cocoricoter sans se soucier de quoi que ce soit. Un sacré bilan que les élections ont encore aggravé. Il y a actuellement une foule de prétextes pour des mises en examen par la Justice. Et ça y va tous azimuts. Excessif ? Au regard des dernières nouvelles distribuées par des journaux, il semble bien que non. Car, même si je ne les porte guère dans mon cœur, ils ne pondent pas d'article sans avoir consulté (comment ? Ça, c'est une autre histoire) des rapports, eu en mains des documents et des rapports sérieux. Et, se basant sur leurs lectures, ils orchestrent avec brio la mise en page de ces "travers" si communs aux élus qui se moquent comme d'une guigne de respecter la loi et qui, tels des bravaches sans conscience, se concoctent des salaires ou des frais annexes en enfreignant la morale. Que leur importe en effet que de plus en plus des concitoyens crèvent de misère, ils se remplissent sans état d'âme des poches déjà bien remplies. Point étonnant que le feuilleton actuel les défrise : la manne dont ils profitaient grâce à leurs accointances et leurs complicités. Pas facile de changer d'habitudes. Par ricochet, le "Tous pourris" refleurit mieux que jamais. Et la débâcle de ces goujats ne fait que renforcer le sentiment que le politique est une âme damnée. Point étonnant donc, une fois de plus, de constater que les élites sont condamnées à la déconsidération de leurs électeurs. Ils l'ont bien cherché, et, c'est malheureux à dire, le dégoût qu'ils inspirent est mérité. Comment croire encore possible l'honneteté politique ? Désabusés, écoeurés, les citoyens n'ont plus qu'une envie, que ce vacarme cesse pour laisser place à autre chose. Quand donc viendra le jour où un Monsieur Propre prendra en mains les rênes du pays ? Vraisemblablement jamais, mais malgré nous, nous aspirons à davantage de rectitude de la part des hommes d'Etat.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 16:01

Entre le foot qui s'éternise, les affaires qui défraient la chronique, les votes au parlement retoqués par le Sénat ou le Conseil Constitutionnel, les manchettes des journaux culbutent dans la facilité. Et il en est même un qui évoque la nouvelle paire de lunettes du président. Que ne faut-il pas dénicher pour pondre un papier... Quel monde triste et sans envergure où les uns et les autres bavassent à propos de tout et de rien. Et voilà que je m'en mêle. Mais je ne m'emmêle pas les pinceaux. Oui, j'ai encore l'esprit clair. Et même si j'ai peu de lecteurs parce que les sujets que je couche sur le papier évitentne retiennent pas leur attention, je ne vois pas de raison suffisante pour ne pas me jeter dans la mêlée. Mon grain de sel est sans importance, en tout cas, pas plus mauvais que celui des journaleux ayant pignon sur rue.

C'est vrai que notre monde manque bougrement de poésie et que le rêve est devenu cauchemar. Pourtant, c'est l'été, les vacances sont là ou presque, les bacheliers attendent leurs résultats pour s'inscrire dans le supérieur, les étudiants, examens réussis ou ratés, ont trouvé un job pour financer leurs études, les travailleurs songent déjà au repos bien mérité qu'ils vont pouvoir prendre et même si la plupart d'entre eux ne traversera pas le globe, ils seront enfin en famille et pourront croiser les doigts de pied en éventail. Oui, ils pourront souffler. Enfin ! Pour quelques jours ou quelques semaines. Sans doute laisseront-ils derrière eux les tracas du quotidien, les nouvelles défraîchies, ils oublieront ces affaires bien peu ragoûtantes qu'on nous sert au quotidien. Ils remiseront tout cela dans un coin bien obscur et se disant qu'à leur retour, la vie ne sera pas meilleure qu'hier, que les tartufferies politiques persisteront malgré les enquêtes judiciaires. Et plus ils sauront quels malandrins sont en poste, moins ils croiront à un avenir plus doux. Mais pour l'heure, ils ne songent plus qu'à ce départ imminent qui sera comme un baume sur leurs souffrances. A chaque jour suffit sa peine.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 12:50

Hardi les footeux ! Sus au Mondial !

En matière de tricherie, tous les pays s'en donnent à cœur joie. Les joueurs se fendent de blessures inexistantes, ainsi gagnent-ils quelques précieuses secondes. L'article évoquant ces pratiques, tient à préciser que l'équipe de France ne se trouve pas en haut du classement, puis déclare que plus il y a de la triche, moins l'équipe en cause gagne.

S''il ne sert à rien de courir pour arriver à temps, ce n'est pas davantage utile de tricher puisqu'on se fait éliminer... Au fond, il y a peut-être une leçon de morale à tirer de ces conclusions...

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 11:58

Ah le Canard, quelle source de confidences averties ! Que nous apprend-il ? Tout simplement que nos chères banques, plus onéreuses que jamais, défient la logique et assomment leurs clients avec des taux prohibitifs. Tandis que la BCE leur octroie des liquidités à des taux jamais vus précédemment, elles exercent une pression fort avantageuse pour elles, et elles seules. Pauvres clients qui n'en peuvent mais ! Mais qui, malgré l'usure pratiquée, se voient contraints d'emprunter. Et de payer le prix fort.

Non, décidément, les banques ne sont pas des mécènes (elles ne l'ont jamais été) et ressemblent de plus en plus à Shylock.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 07:36

L'ex 1er ministre de sa Majesté est tout feu, tout flamme. Prétendant au trône parmi les prétendants putatifs, il nous pond un programme de rigueur intense. Pour redresser l'économie du pays et lui faire retrouver la compétitivité qu'il dit. Quelques exemples !

Suppression de la durée légale du travail. Ce sera à chaque entrepreneur d'en fixer la quantité. Finies les 35h et la durée devra être dans la limite européenne, à savoir 48h maximum. Une fois le seuil instauré, l'entrepreneur pourra envisager les heures supplémentaires.

Évidemment il n'oublie pas les fonctionnaires dont il prétend qu'ils seront à 39 h et non plus à 35 h hebdomadaires. Sauf que, parmi les fonctionnaires qui ont un temps de travail de 37 h 30 (et non de 35 h), il y a foule de contractuels et que ces derniers sont, eux, à 35 h.Cette différence de temps de travail s'explique par la différence de statut : un contractuel n'obtient qu'un contrat de 3 ans, non renouvelable. Donc précarité assurée. Bien évidemment, il maintient le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux, voire sans doute d'un fonctionnaire sur trois. Et il envisage de privatiser des services administratifs. Bref, en clair, il prône l'extinction du fonctionnariat (sauf pour les services régaliens).

Toujours au niveau du code du travail, il préconise de réorganiser le licenciement économique (La Cour de cassation a rendu un arrêt (septembre 2008) qui permet aux entreprises d'ordonner des licenciements économiques sans avoir à invoquer des difficultés financières immédiates. Dans cet arrêt, la cour estime que "la sauvegarde de la compétitivité de l'entreprise", qui est l'un des critères justifiant les plans sociaux, pourra prendre en compte des risques futurs. Le licenciement économique peut être nécessaire selon la cour "pour prévenir des difficultés économiques à venir, liées à des évolutions technologiques et leurs conséquences pour l'emploi, sans être subordonnées à l'existence de difficultés économiques à la date du licenciement". Il s'agit d'un revirement de jurisprudence au profit des entreprises et aux dépens des salariés puisque jusque-là la justice considérait le licenciement économique comme le dernier recours d'une entreprise en difficulté. L'affaire jugée concernait un plan de réorganisation intervenu, en novembre 2001, dans la société Pages Jaunes, éditrice d'annuaires téléphoniques et filiale de France Télécom.

Plafonnement des indemnités de chômage et versements dégressifs ; dégrèvement des cotisations patronales ... appliqué à toutes les rémunérations ; 65 ans pour la retraite.

Encore plus évidemment, il supprime l'ISF, allège les prélèvements sur les entreprises, tout en modulant par une TVA relevée de 3 points, réduction de la dépense publique de 20 milliards pendant 3 années consécutives, puis réduction plus modeste les années suivantes.

 

Si ça, ce n'est pas un traitement de cheval ultra-libéral (qu'il appliquera dès le premier trimestre de sa présidence)... Bizarrement, il a été en fonction pendant 5 ans et ce doux remède qu'il veut appliquer dès son investiture, il ne l'a surtout pas pratiqué. Aurait-il changé ?

 

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu finances
commenter cet article
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 05:18

Ce n'est que du théâtre, mais c'est très parlant (Extrait de la pièce Le Diable Rouge de Antoine Rault, écrivain et dramaturge français). C'est d'un cynisme... qui ne déplairait pas à Machiavel.

Colbert : Pour trouver de l'argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus. J'aimerais que Monsieur le Surintendant m'explique comment on s'y prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu'au cou...

Mazarin : Quand on est un simple mortel, bien sûr, et qu'on est couvert de dettes, on va en prison. Mais l’État..., lui, c'est différent. On ne peut pas jeter l’État en prison. Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les états font ça.

Colbert : Ah oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l'argent. Et comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables ?

Mazarin : On en crée d'autres.

Colbert : Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu'ils ne le sont déjà.

Mazarin : Oui, c'est impossible.

Colbert : Alors, les riches ?

Mazarin : Les riches non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres.

Colbert : Alors, comment fait-on ?

Mazarin : Colbert, tu raisonnes comme un fromage (comme un pot de chambre sous le derrière d'un malade) ! Il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches... Des français qui travaillent, rêvant d'être riches et redoutent d'être pauvres. C'est ceux-là que nous devons taxer encore plus, toujours plus ! Ceux-là, plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser... C'est un réservoir inépuisable.

Ca vous dit d'être qualifiés de "réservoir inépuisable" ? Moi non ! Cependant, rendons hommage à cet auteur qui a su rendre crédible une conversation tout droit sortie de son imagination.

 

 

 

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans langage
commenter cet article
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 11:00

Notre terre est depuis toujours secouée par des guerres. Certaines se déroulent dans l'indifférence générale, d'autres sont tuées dans l’œuf, d'autres encore sont à notre porte. L'Ukraine a donné des sueurs froides au continent, la Syrie est un charnier immense, la Palestine est le théâtre d'une guerre larvée, l'Irak est un échec probant. Tout ça pour dire que le monde est secoué par des spasmes guerriers récurrents. Certes, l'Europe ne s'affronte plus directement à ces guerres, mais à l'international, les répercussions sont très grandes. Malgré tout, ça ne bouge pas d'un millimètre. Pourtant, est-ce moral de laisser des peuples se déchirer, des potentats décréter des génocides, des religieux prétendre régenter le monde ? Ah elle est belle la diplomatie... ! Impuissante à résoudre ces conflits. Les propos virils de certains chefs d'état ne changent rien à la donne. D'ailleurs, ce ne sont que menaces larvées, vite étouffées par manque de consensus.

Cependant, voilà que l'ennemi juré des États-Unis, l'Iran, propose une alliance éventuelle avec ceux qu'il voue aux gémonies. Sauf que la région est secouée par ces conflits qui vont s'amplifiant, parce que la religion s'en mêle. Et comme de ce côté-là il y a deux obédiences, c'est encore plus compliqué. Terrain miné donc. Et qu'il faudrait faire en sorte d'éradiquer cette montée des intégrismes. Si même ceux qui s'exècrent font alliance, c'est dire les enjeux pour l'avenir bien au-delà de la région concernée.

 

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu
commenter cet article
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 10:35

Ah elle est belle la mentalité française ! Un môme est dans le coma parce qu'on lui est tombé dessus et qu'on a tapé et tapé sans honte. Ce n'est pas parce qu'il est soupçonné d'avoir commis un (ou des) cambriolage(s) que cette attitude n'est pas répréhensible. Et d'un, parce qu'il y a la présomption d'innocence et qu'on n'accuse pas sans preuve, 2) parce que la loi du Talion ne s'exerce pas chez nous et que le courage des cogneurs a consisté à arriver cagoulés, preuve s'il en est, qu'ils n'ignoraient pas agir en toute illégalité, 3) parce qu'il s'agit d'un gamin et que, quel que soit l'âge, on ne frappe pas un enfant. Fût-il Rom. Car c'est bien de cela qu'il s'agit : rom = voleur, donc rom signifie proie évidente. Et même s'il n'était pas question d'un enfant, mais d'un adulte, la vengeance appliquée par la haine la plus odieuse qui consiste à frapper, non pour donner une correction, mais pour tuer est honteuse. Le courage est inexistant dans cette affaire puisque ces vengeurs masqués savaient pertinemment qu'ils ne risquaient rien. Déplorable, détestable, répugnant. Et qu'on ne vienne pas me dire que c'était le juste retour des choses : personne n'a le droit de se faire justicier.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu
commenter cet article
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 10:22

L'horreur absolue se perpètre au grand jour. Une jeune femme enceinte, âgée de 25 ans, lapidée pour avoir épousé l'homme qu'elle aimait. La famille, se considérant comme déshonorée (les femmes n'existent pas vraiment dans ce pays, sont éternellement mineures et assujetties aux volontés familiales), a procédé à sa lapidation en public (c'est courant là-bas), en présence de la police qui n'a pas bougé le petit doigt, juste devant le palais de justice. Ce meurtre est double, non seulement elle a été assassinée à coup de pierres, mais de surcroît, la vie qu'elle portait a été retirée sans regrets sous les jets vengeurs de ses assassins. Cette pratique ancestrale est interprétée au pied de la lettre, je devrais au pied de la pierre. Et nul n'y trouve à redire. Ah, le poids des traditions ! Pas la peine d'être au 21ème siècle puisque ces mœurs font loi malgré les avancées planétaires. L'obscurantisme est chose courante, hélas. Certes, l'émotion provoquée par ce double meurtre est remontée jusqu'au pouvoir central. Mais dans la mesure où jamais les suspects (toujours connus) ne seront appréhendés, reconnus coupables et mis au cachot, à quoi sert l'indignation du chef suprême et les ordres qu'il a donnés ?

Et dire que cette affaire est courante puisque 1000 lapidations ont été exécutées en un an. Phénomène social, à base religieuse, qui ne reconnaît aucune existence légale à la femme. Ecoeurant !

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans femmes
commenter cet article
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 07:45

Un big-bang dont on se serait bien passé. Oui, je parle de l'affaire qui prend le dessus sur la défaite des partis traditionnels face à la montée des extrêmes. Pain bénit pour certains, énième calotte pour les autres. Le pas joli-joli de cette affaire vient confirmer ce que les résultats des élections européennes avaient dénoncé : le ras-le-bol populaire qui pousse une certaine frange de la population à virer ceux dont elle souffre depuis trop longtemps et qu'elle ne supporte plus du tout. Peut-on lui en vouloir d'espérer un changement ? Non ! Il faut se mettre à sa place, elle subit depuis trop longtemps la pression exercée sur elle, les décisions prises qui vont à l'encontre de ce qu'elle attend. A force de la pousser au désespoir, elle renonce à être raisonnable, à considérer le pour et le contre, se réfugie dans ce qu'elle croit être une possibilité d'un meilleur vivre. Oui, cette nouvelle affaire sordide rend encore plus clair le raisonnement suivi par cette population qui n'en peut plus, elle abonde dans son sens puisque les mensonges s'empilent les uns et les autres. Les politiques sont des véreux (le tous pourris) qui magouillent et s'octroient le droit de fouler aux pieds la loi. Ceux qui devraient montrer l'exemple sont ceux qui sont exemplaires dans l'indélicatesse. Le problème de l'argent-roi est que la prévarication est devenue chose banale et la frouille également.  Il est facile au peuple de tirer la seule conclusion qui s'impose comme une évidence : point n'est besoin de chercher bien loin puisque tous sont aussi corrompus. Alors qu'il marne tous les jours, qu'il compte sous après sou, qu'il n'en peut plus de désespoir, il ne peut que constater que les élites se moquent de lui. Alors il s'insurge et le fait savoir, trop écoeuré par toutes ces affaires qui n'épargnent personne. Point étonnant qu'il s'abstienne en masse, qu'il se décharge sur l'Europe de tous ses maux : tout le mal vient d'elle et d'elle seule.

Une fois de plus, une affaire de fausses factures semble entériner les choix arbitraires récents. Comment ne pas être conforté dans le besoin de changement quand on assiste à ces déballages successifs tous plus sulfureux les uns que les autres.  Décidément, tout le monde confond raisonnement et réaction à chaud (même si, apparemment, la réflexion n'est venue qu'à la longue d'une désespérance trop longtemps vécue).

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche