Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 09:56

Décidément, l'absence de concorde dans le parti induit des comportements étranges. Voilà, asséné avant même toute discussion, le 49-3 qui surgit tel un diable de sa boîte. La raison ? Le gouvernement veut prouver qu'il est ferme et  ne veut céder en rien sur une loi car il faut aller vite. C'est cela réformer : imposer par la force s'il le faut. Les contestataires n'ont qu'à aller se rhabiller. Passez votre chemin, il n'y a rien à voir. Ouste, du balais les grincheux !

La réforme Macron semble exciter des controverses et exciter la fermeté. Est-elle bonne ? Comment le savoir ? La seule constatation que je peux faire, la voici : le libéralisme a de beaux jours devant lui. L'étrange, c'est de penser ceci : la gauche a tendance à foncer tête baissée dans une politique dont, en principe, elle est très éloignée. Dur de comprendre le comment du pourquoi. Evolution logique ? Cristallisation nécessaire ? Contrainte ou pas ? A moins qu'il ne s'agisse tout simplement de réalisme face à un monde en plein bouleversement.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu finances
commenter cet article
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 23:32

L'Europe permet la création de groupes parlementaires par affinité. Il y en a un de plus désormais : celui de MLP qui s'est alliée aux groupuscules d'extrême-droite. Elle a cependant exclu Aube dorée, trop à l'extrême et un autre parti jugé lui aussi trop extrémiste.

Il lui en fallu du temps. Par deux fois, elle s'est fait ratatiner par le parti britannique (UKIP) qui l'a coiffée au poteau. Ce parti la juge trop anti-raciste. mais comme il a exclu l'une de ses membres, celle-ci a rejoint les rangs de MLP. Groupe composite, fait de bric et de broc (il faut 27 membres minimum pour se regrouper et réunir sept nationalités pour être reconnu par le Parlement). Ce rassemblement hétéroclite promet d'agiter l'hémicycle. On ne peut qu'imaginer qu'ils se feront une joie d'agir en trublions.

Rien ne dit que cette formation fraîchement créée tiendra la route et saura conserver ses membres. Rien en effet ne permet d'affirmer que cette union de circonstance tiendra tout au long de la mandature : les alliances ont ceci de particulier qu'elles peuvent éclater comme des bulles de savon.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 07:37

Prélèvement à la source. On ne parle plus que de cela. Pour ou contre ? Tout dépend de comment c'est appliqué. Au-delà de nos frontières, ce prélèvement est déjà en place et fonctionne, semble-t-il, fort bien. Ce moyen de recouvrement de l'impôt ne se fait que les salaires. Or, que prétend-on faire chez nous ? Tout simplement déléguer aux patrons la mise en place dudit prélèvement (chez nous, on ne fait jamais simple parce qu'on fait toujours dans le compliqué). Eh oui, déléguer aux employeurs le soin de déterminer le montant de l'impôt sur le salaire, mais pas seulement. Un couple fait une déclaration commune, et s'il a des placements, ça permet à l'employeur de savoir quels sont les avoirs détenu par son employé.

Du grand n'importe quoi ! La vie privée est PRIVEE et ne regarde en rien l'employeur.

Bref, faut-il se réjouir de cette idée qui recouvre bien des pièges dont personne ne parle ? Comme par exemple, la déclaration de fin d'année. En effet, le prélèvement à la source n'exclut pas la justification de l'impôt. Il est envisagé de coupler la CSG à l'impôt sur le revenu. D'où on peut craindre une aumgentation puisqu'elle deviendrait progressive. Quant aux économies pour l'état, elles sont inexistantes. Alors à quoi bon instaurer ce prélèvement à la source ? Hors le fait qu'on vivrait avec les revenus réels, toutes ponctions étant préalables à la peception du salaire, ce changement de braquet se révèle inutile. D'autant qu'il n'y aurait aucune économie quant aux personnels existants (ils auront encore du boulot puisqu'il faudra qu'ils vérifient que les employeurs ont bien fait leur travail de pré-percepteurs). En outre, le prélèvemet mensuel existe déjà et fonctionne très bien : cet étalement est un système qui permet de ne pas à se voir confronté à un dernier tiers astronomique.

En résumé, voilà une réforme mal ficelée et qui promet bien des grincements de dents si elle est appliquée. Et appliquée à la française évidemment.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Impôts
commenter cet article
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 23:38

L'affaire rebondit. Le fondateur n'entend pas être mis à l'écart. Il est même entré en résistance. Et voit le rallier ces anciens qui ont vécu à ses côtés la fondation de son parti. D'ailleurs, il fait plus que songer à recréer un parti qui soit la copie conforme du précédent et dont Sa fille a la volonté de se l'approprier sans qu'il ait plus un mot à dire, du moins s'agit-il des derniers développements de cette histoire de famille. C'est un sujet tellement "brûlant" qu'on y consacre non seulement des articles mais également des enquêtes. Si j'ai bien compris, l'ascension de la fille ne va pas sans correction de la trajectoire paternelle : elle viderait sans ménagement ces fidèles trop à l'image du paternel et qui font tache sur la nouvelle façade. On parle même de "purge". Tout cela a quelque chose de pathétique et sent son artifice. Quel qu'en soit le côté. Ripoliner n'est pas une mince affaire, mais on dirait bien que les bruits qui s'ensuivent de ces changements brutaux ne font pas que du bien à ce rassemblement d'un genre éloigné (au moins en apparence) du courant initial. Il se sussurre même que les sondages récents marqueraient un début de descente aux enfers.

Le feuilleton continue donc et la saga prend un aspect assez inattendu. Suite au prochain épisode : le père porte plainte contre la fille. Et comme il détient tout... à moins de le déclarer insane... Cette histoire a comme des relents de série américaine, non ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actufam
commenter cet article
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 17:20

Ca fait quoi ? 4 jours que j'ai semé mes graines de haricot ? Hier, orage assez violent (l'atmosphère avait été irrespirable pendant la journée et la pression était telle que j'ai évité de montrer mon nez avant le soir), pluie sous forme de cataracte. J'avais arosé mes plantations. Si j'avais su... Ce matin : parce qu'encore détrempées, j'ai évité l'arrosoir.

Je viens de regarder et que vois-je ? Apparemment les haricots germent déjà. Quelle surprise ! Pas plus tard qu'hier, une spécialiste du jardinage me disait qu'il fallait compter deux bonnes semaines avant que ça pousse. D'où mon étonnement. Certes, ce ne sont que des bourgeons qui fendent le terreau et se fraient un passage à l'air libre. Mais cela augure des résultats intéressants. La cueillette n'est pas pour demain, c'est vrai. Bon, il faut que ,j'aie le triomphe modeste : tout peut crever du jour au lendemain. Mais quel bonheur ces pousses qui se déplient... !

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans du côté du jardin
commenter cet article
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 16:05

La Grèce ne sera pas mise en défaut de paiement : elle a trouvé une astuce pour ne pas commencer les remboursements, exhumant une clause utilisée une seule fois depuis la création du FMI.

Donc pas de déchéance pour le peuple grec. Et c'est tant mieux. Comment aurait-on pu mettre ce pays, berceau de notre civilisation, dans une impasse budgétaire telle qu'elle serait alors sortie de la zone Euro ? Sortie qui aurait, de toute évidence, provoqué un désequilibre européen. Ce n'était pas envisageable. Alors qui a fait en sorte que les grecs sortent de l'impasse ? Certes, le nouveau dirigeant s'est battu tous ces mois derniers pour que le joug soit allégé et que son pays puisse sortir la tête de l'eau. Mais comment aurait-il pu, à lui tout seul, déniché une clause que même le FMI semblait ne pas connaître ?

L'Europe qui rechignait à céder aux appels du pieds de Tsipras ? Les EtatsUnis ? Ou bien un quelconque quidam s'est-il penché sur les statuts du FMI ? On ne saura jamais. Peu importe au fond, puisque la Grèce vient d'éviter la catastrophe d'un dépôt de bilan., la mise au ban de l'Europe et des marchés financiers.

Je me réjouis sincèrement de cette bonne nouvelle car, même si je n'écris plus guère d'articles sur la Grèce, elle reste très présente dans mon esprit et mes préoccupations. Je souhaite qu'elle sache passer ce cap difficile  et rejoindre les rangs des pays honorant leur dette. Encore que je juge plus qu'absurde de saigner des pays (Irlande, Espagne, Portugal) carrément à blanc pour satisfaire à des échéances qui plongent les peuples dans l'appauvrissement de leurs revenus. Chômage, retraites et salaires minorés, plus ou presque plus de service de santé, système scolaire démantelé... Et toutes les plaies que les exigeances européennes imposent aux membres de l'union.

Disons merci à une clause salvatrice qui permetra aux Grecs de redresser la tête.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 12:53

Les dessous partisans ont ceci de réjouissant que, l'union faisant la force, les membres d'une même coalition n'ont de cesse de se taper dessus. Par derrière évidemment. C'est tellement facile de faire risette en face à face... Ca l'est encore davantage quand les dos sont tournés. Et là, il s'en dit des choses. Un vrai régal. Pourquoi parler de cela alors qu'il est des sujets plus brûlants ? Tout simplement parce les critiques émises par tel ou tel commentateur sont rapportées par les médias qui en font leurs choux gras. Peu importe qu'ils soient de gauche, du centre ou de droite, c'est systématique : les uns et les autres ne savent pas faire autre chose que dénigrer. Et là, pas besoin de sondages : ils se taillent tous des croupières à faire pâlir les détracteurs adverses. Les mots "doux" sont aigres, mesquins, méchants, ont cette saveur particulière de réjouir auditeurs ou lecteurs. Il ne s'agit pas de démolir l'adversaire, mais de saper ces membres qu'on affecte à un poste alors qu'on aimerait bien les voir aux cents mille diables. Brebis galeuses ? Partout ! Et il faut bien les supporter car, moins néfastes qu'à l'extérieur du troupeau. Au fond, cela fait quelque peu penser à ces hordes menées par un dominant qui, un jour, verra son autorité contestée par un aspirant au pouvoir. (Le monde animal reflète admirablement le comportement humain). Les petites vannes, les clichés virulents, les torpilles assassines sont autant de moyens "subtils" pour dézinguer. Ca ne manque pas de sel quand on est simple spectateur. Et les sondages viennent conforter la vision que l'on a de tout ce petit monde clos. Le plus drôle, ce sont les propos rapportés, qu'il s'agisse de réunions en petits comités, de conseils ministériels : tout se dit, tout se sait. La cuisine est épicée et les cuistots ne se gênent pas pour jouer les gâte-sauces, distillant leur fiel en endossant le costume de rapporteurs dans toute oreille complaisante. Tout n'est que secret de Polichinelle. Au bout du compte, on sait tout et surtout ce qu'il faudrait éviter que l'on sache. Drôle de jeu où nous ne sommes que spectateurs.

Quand on parle de politique-spectacle, nous avons là, sans conteste, un divertissement à la hauteur des ambitions affichées (ou non) de ces rapporte-paquets.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Est-ce de l'actu ?
commenter cet article
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 09:22

Les tomates sont en formation. Elles sont à peine détectables tant elles sont minuscules. Elles sont de la même couleur que les fleurs (d'un jaune lumineux), ce qui rend plus dificile leur découverte. Il faut vraiment s'approcher tout près. Pas besoin de loupe, à condition de se pencher sur chaque fleur et d'en examiner l'évolution. La rhubarbe prend de plus en plus de place, les feuilles se déploient et m'empêchent de m'approcher de mes autres plantations. Je ne sais pas si c'est une bonne idée que d'en avoir planté. On dit de la rhubarbe qu'elle est pire que du chiendent... Et c'est bien vrai qu'elle croît rapidement et déborde sur le reste. Peut-être devrais-je déplacer le pot pour soigner plus facilement mes tomates.

Si j'avais un jardin, nul doute que je cultiverais davantage. D'ailleurs, j'ai semé des haricots hier. Et j'attends fébrilement de voir émerger leurs pousses. Quand les enfants étaient petits et qu'ils étaient curieux de tout, nous leur avions permis de faire pousser une graine de haricot et une autre de courge dans du coton. L'étonnant, c'est qu'ils veillaient à l'arrosage sans qu'on le leur rappelle. Aujourd'hui, ils se moquent bien de ce que je plante et se contenteront de déguster la production balconnière, comme l'an dernier. Même si pendant mes absences répétées, ils ont consenti à surveiller mon micro-jardin et se sont régalés de la plupart des tomates. Bien meilleures, m'ont-ils assuré, que celles du marché. Mis à part l'eau et le tabac mariné anti-pucerons, il n'y avait aucun engrais.

Le groseiller continue de rosir tranquillement. Certains sont d'un rouge vil mais je crains que ce rougissement trop précoce ne les rende immangeables.

Menthe, verveine, basilic, blettes, persil se portent bien. Je n'ai plus de place pour d'aures innovations potagères et je le regrette : le jardinage me fascine.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Jardin suspendu
commenter cet article
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 09:01

Ce matin, à l'ouverture, grosse découvete : deux de mes liens atterissent directement sur mon blog. Etonnement de ma part évidemment. Très surprenant. Et carrément incompréhensible. Certes, récemment, mon PC a été infesté par des malwares (petits esprits coquins et destructeurs). En outre, dans la liste figuraient deux attaques par le cheval de Troie. Ceci expliquerait-il cela ? Depuis cette attaque en règle, mon ordi a été reformaté, je ne devrais donc pas rencontrer d'autres problèmes. Ceci dit, ledit PC renâcle à se laisser tripoter. Lorsque je saisis quelque chose, il freine des quatre fers, se met en surbrillance, égare le curseur, revient, repart. En bref, il est temps pour moi d'en acquérir un autre car celui-ci est de plus en plus problématique. J'ignore si les virus peuvent s'infiltrer dans le bios.
Et le voilà qui, justement, s'amuse à d'autres égarements visuels et tressaute tant et plus. Sont apparus des symboles de programmation précédant et suivant les mots que j'aligne. Il y a une hypothèse qui serait qu'OB est en train de traficoter son logiciel et que ces manipulations induisent des bizarreries. En info, tout est possible. Et surtout, on ne maîtrise rien et, côté explications, il n'y en a aucune. En fait, tout cela c'est de l'apprentissage-sorcier. Je me tâte et même me tatouille pour quérir une formation aux arcanes inextricables de cette particularité qui, avec internet, s'est beaucoup développée.

Je ne parviens pas à écrire une ligne entière sans qu'un incident ne vienne troubler ma vision, perturber l'ordonnancement de mes idées et leur application en phrases.

Autre hypothèse (et là, carrément farfelue) : et si quelqu'un, depuis l'instauration du patriot act à la française, s'amusait à m'espionner ? Non, je déconne. Mes activités bloguesques ne sont pas subversives (surout quand je parle de mes plants de tomates) et même si j'émets des critiques, je ne vois pas en quoi je représenterais un danger. D'ailleurs, j'émets de moins en moins souvent de controverses.

Bon, je crois que je vais aller espionner mes fleurs pour le cas où des fruits émergeraient (j'ai environ une trentaine de fleurs : va falloir que je m'arme d'une loupe).

 

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 07:55

De plus en plus de fleurs font leur apparition. Un régal pour les yeux que ce jaune lumineux, porteur de fruits à venir ! Je ne les compte plus : il y en a déjà trop. Certaines fleurs sont encore nichées dans leur enveloppe verte, mais leur déploiement ne saurait tarder. Certes, il faudra encore un peu de patience pour que mes arbustes se déchaînent et fournissent des éléments de réjouissance gustative.

Je suis cette évolution de très près, ôtant les gourmands qui prendraient trop d'ampleur et gâteraient la sève en brandillons inutiles. J'élague avec précaution les feuilles superflues afin d'apporter toute la lumière nécessaire à la floraison. Les tuteurs ne supportent pas encore de tomates, mais ça ne saurait tarder. Je m'émerveille par anticipation de ces naissances futures. Les premières tomates n'écloront pas en quantité suffisante pour en faire un plat, mais l'espoir de goûter à la saveur de ces fruits rouges me fait déjà saliver. L'été est presque là, le soleil est de la partie, la  chaleur n'a pas encore envahi les murs intérieurs, Il fait doux ce matin. Je profite du calme matinal pour admirer mes plantations et les bichonner, savourer le presque silence de la rue. Dans une ou deux heures, la tiédeur sera devenue chaleur et l'après-midi promet déjà d'être un peu trop fort en température.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans jardinage
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche