Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 12:25

L'ami Florentin m'a fait remarquer que je passais plus de temps sur les blogs des autres que sur le mien. C'est vrai. Non que je n'aie rien à dire, mais comme on ne peut être de partout, autant consacrer son temps libre à rendre visite aux blogopotes qui évoquent certains sujets et le font bien. Lire les autres est extraordinaire car cela permet de confronter ses idées à celles des autres. Et puis développer ses arguments, aller plus loin dans le discours, creuser sa pensée pour en extraire quelque chose de plus vrai, c'est tout un boulot. En outre, c'est dans la diversité qu'on s'enrichit. Alors oui, je navigue d'un blog à l'autre, laisse ou non trace de mon passage. Lorsque je lis celui-ci ou celui-là, je n'ai plus rien à dire puisque tout est déjà dit. Si je laisse une touche, c'est parce que l'article m'inspire une réflexion qui va, parfois, au-delà de ce qui est dit. Et le propre d'un blog c'est bien de proposer une réflexion : un sujet n'est jamais tout à fait clos.

J'ai consulté la rubrique "brouillon". Certains articles y sont enterrés car restés à l'état d'ébauche. Certains seraient encore d'actualité, mais, avec le temps, on change, alors je laisse en l'état.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 12:19

De quoi se mêle-t-il ? Le voilà qui va pérorer au CFCM. Bon, d'accord, c'est lui qui a créé cette instance. Mais ce n'est pas une raison, maintenant qu'il n'est plus aux commandes, qu'il fasse le déplacement, prenne la posture et y aille de son discours. Il a vieilli, oui, mais n'a encore rien compris de la déculottée. Moussu le Président aime qu'on parle de lui, qu'on l'entretienne, qu'on étale sa binette partout. Tant qu'il fait parler de lui, il existe. Ah, exister, détenir le pouvoir, croire qu'on est irremplaçable...On ne peut être et avoir été. Quand comprendra-t-il un jour la leçon ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Agacement
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 12:13

Au pied du Kremlin. Comme par hasard, un opposant. Comme quoi il ne fait pas bon de n'être pas d'accord. Qui songerait à douter de la clarté de cet événement ? Personne. Et, effectivement, tout le monde est convaincu que le commanditaire de cet assassinat est le big chief. Sans prétendre trop médire, il a la gueule de l'emploi. Regard oblique, sourire crispé, rien de bien engageant. On se fie généralement à la bonne mine, c'est dire qu'en l'état l'aspect du bonhomme inspire tout, sauf la confiance. Et comment se fier à un ancien du KGB ? A l'entendre, il n'est responsable ni de cet assassinat, ni de l'invasion de l'Ukraine. On lui ferait un faux procès. Mais il ne peut convaincre le reste du monde qu'il n'est pas l'instigateur de quoi que ce soit. Les sanctions sont inéfficaces car il sait convaincre le peuple du bien-fondé de sa politique et il profite de cette "popularité" pour insinuer que l'occident veut le déstabiliser, le discréditer. Certains affirment qu'il fait peur. Mais quand on écoute les plus concernés, on doute quelque peu de cette affirmation. La fierté d'un peuple peut le conduire très loin. et quand on n'a pas d'organe de presse indépendant, force est de penser que la propagande étatique fait ce qu'elle veut, comme elle veut, quand elle veut.

Il y a dans l'histoire des époques où les dirigeants font peser une chappe de plomb sur les peuples, tout en se débarrassant de leurs contradicteurs, généralement des gens "éduqués", des intellectuels. Il suffit de se rappeler qu'il y a soixante-dix ans, un dictateur mégalo a provoqué un génocide de masse. Depuis, d'autres l'ont imité, dans des proportions moindres, mais l'acte était le même. Et quand on songe à l'état récemment auto-proclamé, il y a de quoi frissonner. Le parallèle saute aux yeux : sans vouloir jouer la phytie de Delphes, on ne peut que présumer que la guerre menée par cet état ne sera pas sans conséquences. Le but est bien d'anéantir toute une civilisation en envoyant à la mort même des enfants. A quoi songent donc les parents qui laissent leur progéniture aller à la boucherie ? L'Homme n'a jamais été raisonnable et ne semble pas prêt à le devenir. .

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu
commenter cet article
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 13:58

J'ai des articles à pondre moi. Et ce n'est pas l'apparition de cet encart déplaisant même si relativement fugace qui va me clore le bec. Du moins pour l'instant. Certes, il faudrait que je songe à trouver une plate-forme qui me séduise, Mais pour l'heure, ce n'est pas le cas. Faute de quoi, OB reste un pis-aller dont je connais quasi tous les rouages (même si je ne m'attendais pas à ce coup de Jarnac). Ma flemme est grandissante, d'ailleurs, je réponds de moins en moins aux commentaires déposés (toujours par les mêmes, fidèles d'entre les fidèles), préférant naviguer ici et là et butiner sur des blogs amis.

Que disent les infos récentes ? Apparemment, les parties civiles dans l'affaire du Carlton auraient le bec dans l'eau. De toute façon, l'aspect répugnant d'une affaire privée dont se délectent les médias pour faire de l'audience auprès des tronches lessivées me fait fuir.

B.T. vient de recevoir une claque retentissante. Son indemnité de plusieurs millions vient d'être invalidée.

Moralité de ces deux affaires : rien ne vaut l'anonymat. N'être point riche et surtout pas sur le devant de la scène est plus que confortable (hormis le regard des voisins et c'est déjà bien suffisant).

Et pendant que ces faits divers et avariés se déroulent au su et vu de tous, ailleurs sur la planète, rien ne va vraiment. Guerre ici, attentats par là, meurtres de masse, misère grandissante, etc. Le monde n'est vraiment pas beau.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans je ponds en vrac
commenter cet article
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 13:49

C'est quoi ça ? Depuis peu, quand j'ouvre mon blog, je vois un message d'OB qui me signale que c'est grâce aux encarts publicitaires que la gratuité est possible. Et de défiler des pages dont j'ignore tout. Oh, ça ne dure pas très longtemps, mais je trouve cela chiant. Ainsi donc, ils ont trouvé le moyen de contourner Adblock ? Eh merde !

La création et la consultation des blogs sont libres et gratuites pour vous. Cela est rendu possible grace aux annonceurs qui choisissent d’acheter de l’espace publicitaire sur OverBlog, et financent ainsi les serveurs, la bande passante et les 30 emplois qui permettent à OverBlog d’exister.

Re-merde. Si cela ne s'appelle pas forcer la main...

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans je râle
commenter cet article
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 12:45

Une entreprise est en redressement judiciaire. Elle ne peut conserver son activité. Un administrateur judiciaire est en charge de la liquidation. Qu'en est-il pour les salariés ? Normalement, il existe une assurance de garantie salariale (A.G.S.). S'ils ont cotisé pendant toute la durée de leur contrat, ils seront indemnisés. La procédure est simple : l'administrateur  judiciaire, devenu liquidateur, recueille tous les éléments les concernant et assure la transmission de leur dossier à l'A.G.S. Les délais sont courts. Sauf problème. Le liquidateur judiciaire étant débordée, il sous-traite les dossiers via S.C.T.S (Service Salarial des Mandataires Judiciaires). Et c'est là que cela pose problème : si certains perçoivent leurs indemnités en temps voulu, pour d'autres ce n'est pas le cas. Chacun se rejetant la balle, il se dit que le dossier n'étant pas complet ou incorrectement rempli, le règlement ne peut être effectué. Or, le plus souvent, dépendre de plus d'un organisme (sous-traitance) fait que certains documents sont égarés. Mais comme personne ne veut reconnaître qu'il y a une faille d'un côté ou de l'autre, ceux qui sont concernés en sont réduits à patienter. Ce cas de figure existe, hélas. mais alors qu'advient-il de ces "laissés pour compte" ? Personne ne s'inquiète de ce que ces pauvres chômeurs, à court d'argent, subissent des frais inhérents au découvert qui découle directement d'une erreur professionnelle dont ils ne sont pas responsables.

Il n'y a pas de doute à avoir : l'administration (publique ou privée) est toute à revoir. Lenteur et lourdeur coexistent avec incurie, incompétence et insouciance. Et on parle de simplification...

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 15:09

La préoccupation primaire de la France est le marasme économique. Fini le temps où le plein emploi était prometteur d'avancées sociales. Aujourd'hui, il y a quelques 10 % de nos concitoyens qui sont sans emploi. A qui la faute ? A la crise ? Peut-être qu'au début de ladite crise, c'était vrai. Mais d'autres facteurs viennent contredire cette hypothèse. Les travailleurs font ou plutôt ont fait la richesse de notre pays. Or, au lieu de profiter à ceux qui s'emploient à enrichir la patrie, la spéculation est devenu un sport auquel un tout petit nombre se livre sans vergogne. Les dividendes versés aux actionnaires dépassent l'entendement des lambdas que nous sommes. Selon Michel Rocard, seul le partage du travail permettrait de s'en sortir. Il préconise donc la semaine de 4 jours, ce qui permettrait d'embaucher plus d'un million de sans-emploi. Et il n'a pas tort. Dès qu'il a été question de la semaine de 35 heures, je me suis dit qu'une entreprise de 10 salariés qui passerait à cette semaine-là aurait ainsi la possibilité d'embaucher un salarié de plus. Cris d’orfraie de toutes parts (et ça continue aujourd'hui), impensable. Et pourtant, la semaine de 35h est devenue la norme. Quelque 400 entreprises (PME), innovantes, ont fait mieux : elles ont créé la semaine de 32h. Soit 4 jours. Dommage pour moi, je n'ai pas eu cette opportunité. En tout cas, ce débat qui n'en finit plus d'être mis sur la table, devrait aboutir (c'est une simple question de bon sens), pour peu que la volonté politique soit ferme. J'ai la conviction que réduire le temps de travail permettrait à bon nombre de nos concitoyens de ne plus vivre en précarité, mais pas seulement, puisqu'ils participeraient à la productivité, consommeraient, et retrouveraient une vie sociale et leur dignité. Quand j'étais en Terminale, j'ai entendu dire que nous allions vers une société de loisirs et que plus le temps passerait, moins on travaillerait. Heu, ce n'est toujours pas le cas. Oh déception !

On nous assène que les français sont ceux qui, en Europe, travaillent le moins. Apparemment, c'est un gros mensonge. Ci-dessous le taux le plus élevé de temps de travail revient à notre pays. :

"... La durée moyenne de travail s’établit autour de 36,5-37 heures en France contre 33 heures en Allemagne, 32 en Grande-Bretagne et en dessous de 31 heures aux Etats-Unis à la fin 2012. Or ces 36,5-37 heures françaises sont corollaires avec nos 5 millions de chômeurs, toutes catégories de demandeurs d’emploi confondues !"...Travailler beaucoup plus mais tous ensemble, collectivement et moins individuellement, voilà la solution. je suis prêt à en discuter avec tous ceux qui acceptent les chiffres de ce raisonnement" (Michel Rocard). /http://www.lenouveleconomiste.fr/michel-rocard-travailler-plus-collectivement-mais-moins-individuellement-voila-la-solution-17657/

Comment inciter les gouvernants à revoir leur copie et leur faire admettre que le partage du travail est l'élément-clé d'une société en devenir ? Ecrire aux ministres en poste pour leur signifier que nous voulons l'égalité de traitement et que, par conséquent, nous exigeons la semaine de 32 heures ?  Faire une pétition et la faire tourner partout et tout le temps nécessaire jusqu'à atteindre plus du million de signatures ?  Pouvons-nous influer sur le cours des choses d'une manière ou d'une autre ?  Si vous avez des idées...

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Partage
commenter cet article
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 13:52

Un deuxième tour en demi-teinte. A force que le gouvernement empile les échecs en matière de chômage, les déçus n'hésitent plus à voter massivement pour le F.N. En demi-teinte parce qu'obtenir à une élection partielle (48,5 %, pour le F.N., le reste - 51,5 % -  au PS) des suffrages exprimés n'est pas anodin. C'est révélateur de la très grande défiance que les électeurs ressentent vis-à-vis des partis classiques. Il faut dire que leur politique est identique alors qu'on attend tout autre chose qu'un consensus libéral. Quand le peuple n'est plus en accord avec ses dirigeants, cela signifie la panique. Très mauvais pour la démocratie.

Devenir député d'une circonscription avec seulement 800 bulletins d'écart, du jamais vu. A qui la faute ? On peut montrer du doigt l'absence de vision de l'UMP et surtout ses dissensions internes. Sans pour autant dédouaner le PS. Certes, l'UMP a été sanctionnée lors du premier tour, mais le faible résultat du candidat PS est là pour démontrer que la majorité actuelle ne donne pas satisfaction. A preuve l'abstention (environ 60 %).

Il n'y a toujours que 2 députés frontistes au parlement. Mais pour combien de temps ? Rappelons-nous comment Hitler est arrivé au pouvoir. De petit, son parti est finalement devenu majoritaire. Et l'on sait quelles en furent les conséquences. Ce type d'élection qui assied sa base sur les difficultés des uns et des autres (quand il ne s'agit pas de rancoeur) amène, inéluctablement, au pouvoir les partis extrêmes. Est-ce cela que nous voulons ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Actu
commenter cet article
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 12:28

La roue tourne. Le temps file. Les humeurs sont de mise.

1) Le tout nouveau président de l'UMP a maille à partir avec ses collaborateurs. Après réunion collégiale, sa motion est devenue dérisoire : les cadres les plus radicaux y sont allés chacun de leurs idées. Résultat : les tenants du NI NI l'ont emporté. Bravo pour ce résultat contraint. Certains ont tout de suite proclamé leur propre position. Ça fait tache sur le pouvoir (réel ?) dudit chef de parti. Et pourtant, il semblait avoir mis de l'eau dans son vin. En vain.

2) La BCE, égale à elle-même, entend couper les vivres aux banques grecques. Apparemment, elle n'est pas d'accord pour négocier la dette. A quel jeu joue-t-elle ?

3) Le gouvernement poursuit la traque aux potentiels faiseurs de djihadistes. Enquêtes, arrestations, mises en examen. Toute la panoplie et les moyens du ministère de l'Intérieur et de la Justice, police à l'appui sont mis en branle.

4)Les pronostiqueurs habituels commencent à se poser des questions après avoir mis en avant la possible élection du FN à la Présidentielle de 2017. Ces pères catastrophe comprennent un peu tard qu'ils ont mis un peu beaucoup d'huile sur le feu.

5) Le général hiver semble s'acharner sur le thermomètre. Il ne fait pas chaud du tout... En ces temps de froidure, on ne voit pas comment on va s'en sortir : le chômage effectue inexorablement une grimpette continue. Et pourtant, ce n'est pas faute d'idées et de tentatives pour inverser une courbe qui descend de plus en plus.

6) A part cela, tout baigne.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Nouvelles en Vrac
commenter cet article
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 08:44

 

Connaissez-vous le "Petit Traité d'Intolérance" ? Fort bien écrit ce traité. En bon français. Tout y passe. A la moulinette. Extrait : "Ça commence par la cédille et le circonflexe, et puis on vire le trait d'union, la majuscule, l'accent grave, aigu, etc. (...) On nous offre le futile pour nous confisquer l'essentiel".

Voilà des propos qui me parlent. En achetant ce bouquin, je ne m'attendais pas à y découvrir une telle charge contre les fabricants de portables, encore moins une prise de position quant à la défense de notre langue. Ceci n'est qu'un exemple de la déstructuration programmée du français, ce ciment qui nous permet de vivre ensemble. La langue maternelle est le socle commun de tous les peuples, et déjà qu'on peut ne pas se comprendre, si l'on continue à la massacrer, quel devenir pour ce vivre ensemble ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans de la langue française
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche