Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 09:42

Mikis de son prénom. Vous connaissez ? Voici un lien que m'a procuré Blanche. Je vous en conseille la lecture, même si ces propos datent un peu. Ils restent actuels.

http://bellescitations.canalblog.com/archives/2012/06/18/21584632.html

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Paroles
commenter cet article
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 07:37

Hier, j'ai écouté Thomas Piketty. Fort instructif. N'ayant pas étudié l'économie, je pars de mon simple bon sens pour émettre une opinion qui, à mes yeux, est valable. En écoutant cet économiste, non seulement je comprends bien mieux de quoi il ressort, mais aussi il me conforte dans mes idées.

L'intérêt de l'entendre, surtout dans un temps très bref, est qu'il explique clairement et sans schéma intellectuel abscons. Ainsi j'ai appris hier qu'historiquement, la France, l'Allemagne avaient vu leur dette d'abord étalée dans le temps, puis purement et simplement abandonnée. Certes, nos pays sortaient de la seconde guerre mondiale. Cependant, ils avaient des créanciers. Mais au nom de la reprise économique, l'effacement de la dette permettait leur redémarrage économique, et par voie de conséquence, celui des autres pays. C'est encore plus vrai aujourd'hui.

Selon Piketty, la dette de la Grèce aurait dû être gommée il y a six mois. Et ce sont donc six mois de retard. Alors que la reprise économique était entamée, l'entêtement de l'Europe (France et Allemagne en tête, ces ingrates) inverse le problème. Ce retour de manivelle enfonce ce pays de plus en plus loin dans la débâcle.

En outre, en période de récession, augmenter les impôts est à l'opposé de la politique économique à mener. La politique d'austérité a transformé la crise financière privée venue des Etats-Unis en une crise de la dette publique.

Qu'attendent donc ces pays, alors que la crise grecque enfonce l'Europe toute entière dans le marasme, pour se décider une bonne fois pour toutes ? La catastrophe ultime ? Pour que toute l'Europe se voit damer le pion par les États-Unis, la Chine, l'Inde ?

Si les États-Unis ont sorti la tête du trou, c'est parce qu'ils ont utilisé la planche à billets. Zéro inflation est nuisible alors qu'un peu d'inflation (selon Piketty) permet en quelque sorte de spéculer... sur l'avenir.

En bref, si on ne libère pas la Grèce du fardeau qu'on lui impose par absence de réflexion intelligente, non seulement elle s'enfoncera de plus en plus, mais surtout, inexorablement, entraînera dans son sillage ses partenaire européens. Avouez tout de même que c'est un peu fort de café et que nous sommes (et pas qu'en France) dirigés par des branquignolles.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu finances
commenter cet article
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 10:20

Attention, le Medef propose un sacré tour de vis sur les complémentaires des retraités. Oui, il durcit le ton. Si vous voulez davantage de détails décourageants, voici le lien qui vous éclairera mieux que je ne saurais le faire

.leparisien.fr/economie/retraites/complementaires-le-traitement-de-choc-du-medef-pour-les-retraites-21-06-2015-4879867.php

Ce qui ne m'empêche pas de commenter. Je ressens comme une irritation grandissante face à ces propositions car, tout homme arrivant à la fin de son parcours professionnel voit ses revenus diminuer. Déjà que la portion est relativement congrue, abaisser la valeur du point pour verser la complémentaire, signifie tout bonnement que, déjà qu'elles ne sont pas formidables en soi, en minorer la valeur (qu'on achète cher et qu'on voit rétrécir à la sortie) aura pour conséquence directe la baisse du pouvoir d'achat des retraités. Or que font-ils ces retraités ? Ils viennent en aide aux membres de leur famille car les salaires ne sont pas mirobolants, surtout aujourd'hui (n'est-ce point le même Medef qui voudrait réduire le Smic et augmenter la durée hebdomadaire du temps de travail ?). Des jeunes qui s'installent démarrent de zéro. Pour louer un appartement, il leur faut être cautionné. Par qui ? Ca ne tombe pas du ciel, ce me semble. Ce sont donc les membres de la famille qui viennent épauler leur progéniture, grands-parents compris. Certes on peut entamer sa vie de travailleur avec seulement deux assiettes, mais quand on sait qu'il faut attendre un mois avant d'être payé, le fric manque, même pour deux assiettes. Et je ne parle pas des fins de mois, une fois réglés le loyer (souvent exorbitant), le gaz, l'électricité, la bouffe.., bref tout ce qui fait le quotidien. L'inflation est, paraît-il basse, ma foi, s'ils le disent. Mais quand on tient des comptes, on s'aperçoit que tout augmente, sauf... ce qui permet de dépenser. Et comme le disent de plus en plus de jeunes salariés : " On paye pour une retraite qu'on ne percevra pas ". Pessimistes ? On le serait à moins. A cela s'ajoute le spectre du chômage. Autant dire que les perspectives ne sont pas réjouissantes pour les jeunes qui débutent avec de sacrés handicaps leur vie profesionnelle.

 

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Retraite
commenter cet article
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 09:56

Décidément, l'absence de concorde dans le parti induit des comportements étranges. Voilà, asséné avant même toute discussion, le 49-3 qui surgit tel un diable de sa boîte. La raison ? Le gouvernement veut prouver qu'il est ferme et  ne veut céder en rien sur une loi car il faut aller vite. C'est cela réformer : imposer par la force s'il le faut. Les contestataires n'ont qu'à aller se rhabiller. Passez votre chemin, il n'y a rien à voir. Ouste, du balais les grincheux !

La réforme Macron semble exciter des controverses et exciter la fermeté. Est-elle bonne ? Comment le savoir ? La seule constatation que je peux faire, la voici : le libéralisme a de beaux jours devant lui. L'étrange, c'est de penser ceci : la gauche a tendance à foncer tête baissée dans une politique dont, en principe, elle est très éloignée. Dur de comprendre le comment du pourquoi. Evolution logique ? Cristallisation nécessaire ? Contrainte ou pas ? A moins qu'il ne s'agisse tout simplement de réalisme face à un monde en plein bouleversement.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu finances
commenter cet article
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 23:32

L'Europe permet la création de groupes parlementaires par affinité. Il y en a un de plus désormais : celui de MLP qui s'est alliée aux groupuscules d'extrême-droite. Elle a cependant exclu Aube dorée, trop à l'extrême et un autre parti jugé lui aussi trop extrémiste.

Il lui en fallu du temps. Par deux fois, elle s'est fait ratatiner par le parti britannique (UKIP) qui l'a coiffée au poteau. Ce parti la juge trop anti-raciste. mais comme il a exclu l'une de ses membres, celle-ci a rejoint les rangs de MLP. Groupe composite, fait de bric et de broc (il faut 27 membres minimum pour se regrouper et réunir sept nationalités pour être reconnu par le Parlement). Ce rassemblement hétéroclite promet d'agiter l'hémicycle. On ne peut qu'imaginer qu'ils se feront une joie d'agir en trublions.

Rien ne dit que cette formation fraîchement créée tiendra la route et saura conserver ses membres. Rien en effet ne permet d'affirmer que cette union de circonstance tiendra tout au long de la mandature : les alliances ont ceci de particulier qu'elles peuvent éclater comme des bulles de savon.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 07:37

Prélèvement à la source. On ne parle plus que de cela. Pour ou contre ? Tout dépend de comment c'est appliqué. Au-delà de nos frontières, ce prélèvement est déjà en place et fonctionne, semble-t-il, fort bien. Ce moyen de recouvrement de l'impôt ne se fait que les salaires. Or, que prétend-on faire chez nous ? Tout simplement déléguer aux patrons la mise en place dudit prélèvement (chez nous, on ne fait jamais simple parce qu'on fait toujours dans le compliqué). Eh oui, déléguer aux employeurs le soin de déterminer le montant de l'impôt sur le salaire, mais pas seulement. Un couple fait une déclaration commune, et s'il a des placements, ça permet à l'employeur de savoir quels sont les avoirs détenu par son employé.

Du grand n'importe quoi ! La vie privée est PRIVEE et ne regarde en rien l'employeur.

Bref, faut-il se réjouir de cette idée qui recouvre bien des pièges dont personne ne parle ? Comme par exemple, la déclaration de fin d'année. En effet, le prélèvement à la source n'exclut pas la justification de l'impôt. Il est envisagé de coupler la CSG à l'impôt sur le revenu. D'où on peut craindre une aumgentation puisqu'elle deviendrait progressive. Quant aux économies pour l'état, elles sont inexistantes. Alors à quoi bon instaurer ce prélèvement à la source ? Hors le fait qu'on vivrait avec les revenus réels, toutes ponctions étant préalables à la peception du salaire, ce changement de braquet se révèle inutile. D'autant qu'il n'y aurait aucune économie quant aux personnels existants (ils auront encore du boulot puisqu'il faudra qu'ils vérifient que les employeurs ont bien fait leur travail de pré-percepteurs). En outre, le prélèvemet mensuel existe déjà et fonctionne très bien : cet étalement est un système qui permet de ne pas à se voir confronté à un dernier tiers astronomique.

En résumé, voilà une réforme mal ficelée et qui promet bien des grincements de dents si elle est appliquée. Et appliquée à la française évidemment.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Impôts
commenter cet article
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 23:38

L'affaire rebondit. Le fondateur n'entend pas être mis à l'écart. Il est même entré en résistance. Et voit le rallier ces anciens qui ont vécu à ses côtés la fondation de son parti. D'ailleurs, il fait plus que songer à recréer un parti qui soit la copie conforme du précédent et dont Sa fille a la volonté de se l'approprier sans qu'il ait plus un mot à dire, du moins s'agit-il des derniers développements de cette histoire de famille. C'est un sujet tellement "brûlant" qu'on y consacre non seulement des articles mais également des enquêtes. Si j'ai bien compris, l'ascension de la fille ne va pas sans correction de la trajectoire paternelle : elle viderait sans ménagement ces fidèles trop à l'image du paternel et qui font tache sur la nouvelle façade. On parle même de "purge". Tout cela a quelque chose de pathétique et sent son artifice. Quel qu'en soit le côté. Ripoliner n'est pas une mince affaire, mais on dirait bien que les bruits qui s'ensuivent de ces changements brutaux ne font pas que du bien à ce rassemblement d'un genre éloigné (au moins en apparence) du courant initial. Il se sussurre même que les sondages récents marqueraient un début de descente aux enfers.

Le feuilleton continue donc et la saga prend un aspect assez inattendu. Suite au prochain épisode : le père porte plainte contre la fille. Et comme il détient tout... à moins de le déclarer insane... Cette histoire a comme des relents de série américaine, non ?

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actufam
commenter cet article
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 17:20

Ca fait quoi ? 4 jours que j'ai semé mes graines de haricot ? Hier, orage assez violent (l'atmosphère avait été irrespirable pendant la journée et la pression était telle que j'ai évité de montrer mon nez avant le soir), pluie sous forme de cataracte. J'avais arosé mes plantations. Si j'avais su... Ce matin : parce qu'encore détrempées, j'ai évité l'arrosoir.

Je viens de regarder et que vois-je ? Apparemment les haricots germent déjà. Quelle surprise ! Pas plus tard qu'hier, une spécialiste du jardinage me disait qu'il fallait compter deux bonnes semaines avant que ça pousse. D'où mon étonnement. Certes, ce ne sont que des bourgeons qui fendent le terreau et se fraient un passage à l'air libre. Mais cela augure des résultats intéressants. La cueillette n'est pas pour demain, c'est vrai. Bon, il faut que ,j'aie le triomphe modeste : tout peut crever du jour au lendemain. Mais quel bonheur ces pousses qui se déplient... !

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans du côté du jardin
commenter cet article
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 16:05

La Grèce ne sera pas mise en défaut de paiement : elle a trouvé une astuce pour ne pas commencer les remboursements, exhumant une clause utilisée une seule fois depuis la création du FMI.

Donc pas de déchéance pour le peuple grec. Et c'est tant mieux. Comment aurait-on pu mettre ce pays, berceau de notre civilisation, dans une impasse budgétaire telle qu'elle serait alors sortie de la zone Euro ? Sortie qui aurait, de toute évidence, provoqué un désequilibre européen. Ce n'était pas envisageable. Alors qui a fait en sorte que les grecs sortent de l'impasse ? Certes, le nouveau dirigeant s'est battu tous ces mois derniers pour que le joug soit allégé et que son pays puisse sortir la tête de l'eau. Mais comment aurait-il pu, à lui tout seul, déniché une clause que même le FMI semblait ne pas connaître ?

L'Europe qui rechignait à céder aux appels du pieds de Tsipras ? Les EtatsUnis ? Ou bien un quelconque quidam s'est-il penché sur les statuts du FMI ? On ne saura jamais. Peu importe au fond, puisque la Grèce vient d'éviter la catastrophe d'un dépôt de bilan., la mise au ban de l'Europe et des marchés financiers.

Je me réjouis sincèrement de cette bonne nouvelle car, même si je n'écris plus guère d'articles sur la Grèce, elle reste très présente dans mon esprit et mes préoccupations. Je souhaite qu'elle sache passer ce cap difficile  et rejoindre les rangs des pays honorant leur dette. Encore que je juge plus qu'absurde de saigner des pays (Irlande, Espagne, Portugal) carrément à blanc pour satisfaire à des échéances qui plongent les peuples dans l'appauvrissement de leurs revenus. Chômage, retraites et salaires minorés, plus ou presque plus de service de santé, système scolaire démantelé... Et toutes les plaies que les exigeances européennes imposent aux membres de l'union.

Disons merci à une clause salvatrice qui permetra aux Grecs de redresser la tête.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 12:53

Les dessous partisans ont ceci de réjouissant que, l'union faisant la force, les membres d'une même coalition n'ont de cesse de se taper dessus. Par derrière évidemment. C'est tellement facile de faire risette en face à face... Ca l'est encore davantage quand les dos sont tournés. Et là, il s'en dit des choses. Un vrai régal. Pourquoi parler de cela alors qu'il est des sujets plus brûlants ? Tout simplement parce les critiques émises par tel ou tel commentateur sont rapportées par les médias qui en font leurs choux gras. Peu importe qu'ils soient de gauche, du centre ou de droite, c'est systématique : les uns et les autres ne savent pas faire autre chose que dénigrer. Et là, pas besoin de sondages : ils se taillent tous des croupières à faire pâlir les détracteurs adverses. Les mots "doux" sont aigres, mesquins, méchants, ont cette saveur particulière de réjouir auditeurs ou lecteurs. Il ne s'agit pas de démolir l'adversaire, mais de saper ces membres qu'on affecte à un poste alors qu'on aimerait bien les voir aux cents mille diables. Brebis galeuses ? Partout ! Et il faut bien les supporter car, moins néfastes qu'à l'extérieur du troupeau. Au fond, cela fait quelque peu penser à ces hordes menées par un dominant qui, un jour, verra son autorité contestée par un aspirant au pouvoir. (Le monde animal reflète admirablement le comportement humain). Les petites vannes, les clichés virulents, les torpilles assassines sont autant de moyens "subtils" pour dézinguer. Ca ne manque pas de sel quand on est simple spectateur. Et les sondages viennent conforter la vision que l'on a de tout ce petit monde clos. Le plus drôle, ce sont les propos rapportés, qu'il s'agisse de réunions en petits comités, de conseils ministériels : tout se dit, tout se sait. La cuisine est épicée et les cuistots ne se gênent pas pour jouer les gâte-sauces, distillant leur fiel en endossant le costume de rapporteurs dans toute oreille complaisante. Tout n'est que secret de Polichinelle. Au bout du compte, on sait tout et surtout ce qu'il faudrait éviter que l'on sache. Drôle de jeu où nous ne sommes que spectateurs.

Quand on parle de politique-spectacle, nous avons là, sans conteste, un divertissement à la hauteur des ambitions affichées (ou non) de ces rapporte-paquets.

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Est-ce de l'actu ?
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche