Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 11:52
Les moribonds se portent bien : le PS n'en finit plus sa guerre de tranchées. La guerre des chefs perdure malgré le congrès, vaste canular monté par les caciques pour faire croire à la démocratie. Le grand chambellan espère voir émerger un parti d'opposition fort et structuré, histoire que la démocratie, justement, s'exerce de plein droit. Eh oui, la majorité n'est tenable qu'à condition que les partis d'opposition contrebalancent son poids écrasant. C'est ça le dialogue bien entretenu dans une république.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 10:21

Le fils du roi se déclare favorable à la participation élective des ressortissants étrangers. Excellente idée vite réprimée par le grand chambellan.  Quoi, profiter de sa position pour oser un tel propos ? Quel scandale !

On a beau être le fils de, pas question de mettre les pieds dans le plat et prétendre bouleverser la donne car c’est en totale contradiction avec les droits du sol. Pourtant ces étrangers règlent la dîme royale. Il serait donc logique de les introduire dans le saint des saints portant nom d’isoloir. Comment justifier qu’ils soient pressurés sans leur accorder quelques avantages ? Leur proposer de participer plus activement à la vie des fiefs n’a rien d’incongru quand on parle d’intégration.

Apparemment les courtisans tiennent tellement à leurs privilèges qu’ils freinent des quatre fers face à tout esprit d’ouverture. Ils ne savent que trop bien que ces étrangers les bouteraient hors du royaume et les supplanteraient au palais.

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 13:11
La cote du roi remonte affirme les sondages. La raison ? Son attitude face à la crise financière, les reproches faits aux banques. Incroyable. Voilà sa majesté qui s'est jetée dans la mêlée, poings en avant. On oublie très vite qu'il a su profiter du système et qu'il en est le garant. C'est un peu facile de l'encenser parce qu'il ose apparemment critiquer l'ultra-libéralisme. Ses sujets semblent convaincus que ses coups de semonce  face au monde fera sortir bientôt de la crise.
Hum ! Ce n'est pas parce qu'on se rend intéressant qu'on obtient des résultats. Il échappe au peuple que cette crise engendrée sur fond d'actionnariat est plus grave qu'on ne le reconnaît. Fut-ce le roi lui-même qui l'affirme ! Serait-il doté d'une baguette magique qui inverserait la vapeur ? Serait-il donc devin pour prédire l'embellie de l'économie ?

Pour l'instant, sa popularité accomplit une grimpette mais gare à la rechute : il ne parviendra pas à transformer l'essai parce qu'il n'en a pas le pouvoir, quand bien même il a des coups de gueule à propos de tout  Il est viscéralement m'as-tu-vu et ne songe qu'à sa gloire.... et commet des faux-pas
Repost 0
Published by Fred de Roux
commenter cet article
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 17:33
90 ans plus tard, on en est toujours à commémorer la grande guerre. Et dans 10 ans, on remet ça ? D'accord, ce fut un cataclysme majeur, d'accord des familles ont été décimées par cette guerre sans nom (la mienne également du côté paternel).
Depuis cette guerre, d'autres ont eu lieu avec leurs carnages, leurs kyrielles de deuils et de tortures. Pourquoi ressasser sempiternellement les mêmes choses ? Pour ne pas oublier, pour sauvegarder la mémoire des faits à transmettre aux générations futures ? D'autres guerres se déroulent, qui s'éternisent. d'autres guerres auront lieu ici ou ailleurs. est-ce une raison pour rappeller sans cesse ces morts injustes et injustifiées ? Est-ce qu'on édifie des mémorials à la Guerre de Cent ans ? A l'arrêt des Maures par Charles Martel à Poitiers ? Est-ce qu'on célèbre la fin de la guerre en Algérie ? L'abandon du Vietnam à l'armée américaine ?

Il serait temps de tourner cette page, comme d'autres également. On ne vit pas dans le passé, mais dans le présent et ce, pour préparer l'avenir. A l'heure où la crise financière a pestiféré la planète, la guerre à mener n'est pas celle de 1914, mais plutôt celle qui se joue actuellement.

Question : ces cérémonies officielles, pour aussi bien menées qu'elles soient, combien coûtent-elles ?
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 15:49
Après tout pourquoi pas ? Ne pas être là tandis que les autres y sont, ne pas se prendre la tête quand les autres n'en peuvent déjà plus et rêvent d'autre chose. Surtout, surtout ne pas faire une montagne d'une micro-taupinière. Apprendre à jouir de l'instant qui passe sans projeter quoi que ce soit.

Etre en congé, c'est la liberté de choisir ce que l'on veut, comme on veut. Glander par exemple reste un art crucial la majeure partie du temps puisqu'on est rivé à son boulot. On redécouvre, hors boulot, les plaisirs enfantins des niches, des petits mensonges, des oublis qui n'en sont pas parce qu'ils arrangent. Alors qu'au bureau, il faut sans cesse composer avec les voisins, ne pas froisser la susceptibilité des autres, accomplir sa masse de travail pour ne pas courroucer le patron.

Le parallèle de ce temps libre mis en regard avec la pression du boulot n'a pas fini de faire couler de l'encre. D'ailleurs, autant en profiter tant qu'on peut bénéficier de vacances, car rien ne dit aujourd'hui que demain le maître-mot ne sera pas  "Turbin, turbin et encore turbin", tout au long de la semaine, samedis et dimanches compris.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans fourre-tout
commenter cet article
8 novembre 2008 6 08 /11 /novembre /2008 11:05
J'ai écouté attentivement la première intervention du nouvel élu. Apparemment, ses convictions ne ressemblent pas à des voeux pieux. Je l'ai trouvé là où je l'attendais. Reste que ce ne sera pas de la tarte et qu'il lui faudra imposer ses points de vue face aux réticences qu'il rencontrera immanquablement.

Une brève conférence de presse : environ 20 petites minutes. Son visage accuse déjà la fatigue de la  trop longue campagne, mais pas seulement. La charge qu'il s'apprête à assumer (et qu'il assume déjà, soit dit en passant) ne lui laisse pas de repos. Il a été clair : il y a urgence à mettre en place un plan qui permette aux américains de ne pas sombrer dans le marasme économique.

Il a répété qu'il n'entrerait en fonction que le 20 janvier et que d'ici là, le gouvernement actuel devait s'investir sans attendre dans la relance du pays. Un homme loyal qui ne s'immisce pas dans le rôle qui n'est pas encore le sien mais qui s'autorise à des remarques justifiées. On le sent, il a un projet qu'il mettra en pratique dès qu'il aura franchi le seuil de la Maison-Blanche. Alors, on croise les doigts pour qu'il ait toute la licence pour contrer cette crise.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 12:54
J'ai la berlu..sconi. Le cavaliere vient de gaffer en qualifiant le nouvel élu de la Maison-Blanche de '"jeune, beau et bronzé". Selon lui, ce serait un compliment. Le terme de bronzé n'est-il pas un clin d'oeil à l'extrêmisme ? On peut se poser la question.
Sans conteste, Monsieur Obama est jeune, beau (ah, ce sourire ! de quoi faire fondre toutes les femmes !) et il a le teint mat. On dit qu'il est noir, mais en fait, on rectifie en précisant métis. Or, le mélange blanc/noir se traduit par le mot mulâtre (enfant né de l'union d'un homme noir et d'une femme blanche). D'accord c'est très moche, mais c'est ça aussi la langue française (et le mot est d'origine espagnole, eh oui !). Je me moque bien qu'il soit le résultat du mélange de deux races. J'attends l'homme et ses actes.
Je préfèrerais qu'on dise de lui qu'il est intelligent, qu'il a du coeur, qu'il prendra le taureau par les cornes et qu'il  saura le maîtriser malgré toutes les difficultés qu'il aura à affronter
La couleur de la peau est-elle essentielle à la conduite d'un état ? La couleur de la peau est-elle synonyme de supériorité ? Le cavaliere est bien de la caste des imbéciles qui n'accèdent au pouvoir que pour leur gloire personnelle et oublient de se montrer un tant soit peu intelligents . Mais à quoi ont donc pensé les électeurs italiens en le plébiscitant ?
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 08:41
29 octobre : le roi est débouté.
Sa demande d'appel de la décision judiciaire a été entendue : nouveau passage devant la cour le 13 novembre. Facile à calculer : il aura fallu moins d'un mois pôur que cette requête soit agréée. Comme quoi, être le roi simplifie bien les choses et raccourcit l'attente. Je vous l'avais bien dit qu'il obtiendrait des délais rapides.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans humour ou non
commenter cet article
6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 11:59
J'ai longtemps hésité à mettre en ligne cette version du notre père, non que je sois catho à fond la caisse mais parce que tout en étant critique je suis respectueuse des autres. Alors choquer quelques croyants méritait quelque réflexion. Somme toute, c'est un pastiche comme un autre, alors pourquoi ne pas l'étaler au grand jour ? Des connaissances l'ont eu sous les yeux et n'ont pas été vraiment choqués, elles ont plutôt souri.






Notre roi qui êtes au palais,
que votre nom soit honni,
que votre abdication advienne,
Que votre volonté soit  rejetée sur notre continent et sur les autres
Donnez-nous d'une main ce que vous nous reprenez de l'autre
Pardonnez-nous nos insoumissions
Comme nous ne vous pardonnons rien du tout
Dépensez pour nous mais délivrez-nous de votre présence !

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans humour ou non
commenter cet article
6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 10:58
L'embellie boursière aura été de courte durée : après un rebond provoqué par l'élection de mardi, c'est derechef la morosité sur les marchés boursiers. Eh oui, la question est pour eux désormais : à quelle sauce allons-nous être dégustés ?

Grave question s'il en est. Pas besoin d'avoir des actions ou d'agioter pour saisir que le moment est crucial. Cette élection que tout le monde attendait laisse aujourd'hui dans l'expectative. Tant que la future équipe présidentielle ne sera pas connue, la bourse brandira son yoyo préféré. Oui, une valse-hésitation qui montre combien le marché est volatil et conjoncturel.
A noter que ce système pendable n'a rien de réjouissant et que cette récession risque fort d'être la plus forte. Qui parie qu'il faudra plus de deux ans pour redresser le navire ? La réunion de novembre ne saura à elle seule résoudre la problématique financière. Ces beaux messieurs auront beau faire du prêchi-prêcha auprès des banquiers, tenter de moraliser et mettre des garde-fous, l'espace financier restera fragile, déséquilibré. Ils ont tout laissé aller à vau l'eau, refusant la prise de conscience pour ne pas fâcher les boursicoteurs de tous poils. Les premiers responsables sont bien les états qui ont préféré laisser la bride sur le cou, histoire de ne pas se mettre à dos ceux qui font la pluie et le beau temps en politique. La note de frais va être salée pour tout le monde.
Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu finance
commenter cet article

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche