Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 07:14

 

Et hop un sondage supplémentaire...

 

Mais celui-là a ceci de particulier qu'il parle de nous (les lambdas en grand nombre qui sont la souche indiscutable du royaume). Pour une fois que cela arrive, autant s'y intéresser d'un peu près, non ?

 

Selon ce sondage, une grande majorité (et même une majorité écrasante) des lambdas ne feraient plus confiance aux politiques (tous partis confondus). Ah quand même ! Quand j'écris majorité écrasante, c'est bien entendu afin de mettre tout le poids contenu dans ce constat. 76,3%, voilà, c'est dit. Ce qui se traduit par un tout petit quart de gens qui éprouvent encore de l'admiration pour les élus de tous bords. Car pour éprouver de la confiance, s'il n'y a pas admiration, ça compte pour du beurre.

 

Il faut éplucher les questions une à une pour saisir toute la substantifique moëlle du sens inclus dans les questions et les réponses (pour une fois qu'un sondage va droit au but...)

La toute première est vraiment gratinée : à 86,2% les politiques songent davantage à leur carrière qu'aux préoccupations des administrés. Non, pas possible... !

La deuxième est salée : à 67% les politiques seraient coupés de la vraie vie, c'est-à-dire, de la nôtre. Tiens donc... ! Ils ne le découvrent que maintenant alors que les lambdas le claironnent sur tous les tons depuis des décennies...

Les autres sont tout aussi intéressantes, mais je ne les développerai pas. Je ne me préoccupe plus que de la dernière qui concerne la connaissance de ces beaux messieurs quant à nos préoccupations (est-il besoin de les énumérer ? Chômage, crise, logement, retraite, santé...). Là, c'est un tout petit peu moins d'un quart des politiques qui sauraient à quoi s'en tenir (à mon avis, il s'agit des élus locaux, enfin, ceux qui oeuvrent dans des bleds éloignés des grandes métropoles et qui sont soit des paysans ou des gens d'humble extraction, comme vous et moi en quelque sorte).

 

Bon c'est pas tout ça, mais va falloir faire en sorte que cette crise de conscience s'ancre dans la réalité de nos représentants et qu'ils trouvent le moyen pour que ça change, car en fait, ils sont tellement loin de nos quotidiens qu'on désespère les voir condescendre à considérer nos misères petites ou grandes.

 

J'ai tiré ces chiffres d'un sondage paru sur 20 minutes le 6 avril. Pour ceux que ça intéresse...

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans Enquêtes
commenter cet article

commentaires

La Bernache 13/04/2010 09:09



Et que penser de ceux qui , sous prétexte de légitimité du vote qui mit l'Ersazt sur le trône , refusent de le critiquer - pire , en arrivent à une opposition imbécile , parlant d'un
communisme qui remonte à Brejnev et coupe la parole carrément ?!  Déception de voir que décidément le pitoyable aura réussi à diviser des personnes qui pourtant s'estimaient réciproquement !
mais évoquer un Le Pen , soit-disant le seul à agir en fonction de ses paroles , ce n'est pas pour autant que je tomberai dans ce piège - Très déçue ...quelque fois le web est révélateur à la
longue ...pas de colère certes mais c'est triste ...Qui vivra verra la suite ...la France va en sortir complètement morcelée , ruinée moralement et physiquement ! Beau travail de sape du mini !
Je ne baisserai jamais les bras et tant pis pour qui me coupe la parole ! Amicalement à toi  ( qui n'est pas dans l'affaire ) 



Le Mousquetaire des mots 14/04/2010 10:04



Eh bien Blanche, tu sembles plus que effrayée par cette succession d'événements qui n'en sont point. Je te préfère en colère, cela te ressemble davantage.


En ce moment tout le monde semble atteint de découragement. Comme s'il y avait une fatalité à laquelle on ne peut rien. Je ne crois pas au "fatum", ce serait trop facile. Tout ce qui est
entrepris est fait dans cet esprit : démobiliser ceux qui s'opposent, résistent et disent ce qu'ils pensent. Bien sûr, on n'a pas droit à la parole puisque tout est organisé pour tout laminer,
mais si on tente de clore le bec à ceux qui osent protester c'est bien que, tant qu'il y aura une voix pour s'élever contre la démolition pièrre à pierre de l'édifice, la tâche n'en sera que plus
contestée et donc plus difficile à mettr en place. Faut-il donc que tout le monde soit muselé ? Est-ce acceptable ?


Et la liberté dans tout cela ?


Bonne journée Blanche.    Fred



Olive 12/04/2010 21:48



Salut Fred,


Et bien il était temps que les français se réveillent et constatent que les politiques se foutent de nous.



Le Mousquetaire des Mots 12/04/2010 23:32



Bonsoir Olive,


Ils se réveillent, dis-tu ? Pour répondre à un sondage. Mais à part cela, que font-ils ? Ils sanctionnent par une abstention massive., ne manifestent plus (ou si peu) et se contentent de regarder
leur pays en train de se déliter. Je les préfèrerais plus "actifs". Mais au moins ont-ils manifesté leur réprobation de la politique. Sera-ce suffisant pour que les élus réagissent ? Il en est au
moins quelques uns qui maintiennent le cap envers et contre tout. A croire que la réprobation de leur action politiique ne leur suffit pas.


Conclusion : il faudra que ça aille plus loin. Et je me dis tout de suite : pourvu qu'on n'aille pas dans le mur.


Bonne nuit Olive et fais-toi plus présent, tu ers trop silencieux depuis quelque temps.


Amicalement Fred



La Bernache 11/04/2010 09:25



La Pologne en pleurs ! La Pologne qui prie même la nuit ! La Pologne qui s'incline...déplore...déplore...déplore...  Je te fais grâce  des pensées qui me sont venues à ce sujet
, parce que si on peut s'attrister justement de la perte d'un équipage , innocent , comment ne pas extrapoler si tu vois ce que je veux dire ...



Le Mousquetaire des Mots 11/04/2010 10:01



Bonjour Blanche,


Je vois tout à fait... Mais, dans cette éventualité, crois-tu que les pleureuses sauront donner le change



segolin 11/04/2010 09:18



Bonjour Mr le mousquetaire des mots ,le D'artagnan du verbe ,le portos des mots ,l'atos des syllabes ,l'Aramis des non
sens.......100% des parodies sur mon blog peuvent être chantées!


Amitiés de rapières mouchetées,Don Marco segolin


 



Le Mousquetaire des Mots 11/04/2010 10:00



Salve Don Marco di Segolino,


Créateur de formules qui font "mouche" , admire l'astuce employée en parfaite harmonie avec tes rapières...


Bon, me voici définitivement en quadruple exemplaire, Si l'on m'attaque sur un flanc, je pourrai appeler à la rescousse mes trois compères. Car enfin, les
mots formant le verbe, d'Artagnan est mon clône parfait.


Merci pour le fou-rire engendré par tes trouvailles. De grand matin, cela met en forme pour la journée.


Je te salue, ô compagnon, balayant la poussière devant tes vocables acérés.


Et je signe          Le Quatuor au fil du rasoir linguistique


 



Philippe 11/04/2010 08:27



Bonne journée



Fred de Roux 11/04/2010 08:45



Bonjour Philippe,


Bonne journée à to également et merci pour les articles que tu mets en ligne.


Fred



Hécate 10/04/2010 22:16



Triste époque ...


               Bonsoir Fred


                                    
Hécate



Fred de Roux 10/04/2010 22:36



Bonsoir Hécate,


Triste en effet. Mais à qui la faute ? Elle ne relève pas de la responsabilité des lambdas mais des politiques qui, une fois élus, après avoir fait semblant de prendre en compte les soucis de
leurs administrés, après les avoir cajolés pour obtenir leurs voix, se rendent dans la capitale et ne considèrent rien de leurs engagements. Pire, ils pérorent entre eux et pondent des lois sans
queue ni tête pour ceux qui les ont portés jusque dans l'hémiclycle.


Cela n'a donc rien de bien stupéfiant que cette désertion en masse les lambdas rendent la monnaie de leur pièce à ceux qui les ont bercés d'illusions et qui ne les représentent pas comme ils
l'avaient espéré. Ils se sentent bernés trompés, floués et s'il y a une chose que monsieur tout le monde déteste c'est bien de s'être fait avoir.


Bonne soirée malgré ces propos pessimistes.              Fred



Pascale 10/04/2010 09:46



Qu'il lève le bouclier fiscal ! On en a marre de payer alors que les riches s'empiffrent sans vergogne !



Fred de Roux 10/04/2010 12:47



Mais voyons Pascale, tu sais bien qu'il ne le veut pas ! Il tape même du pied dès qu'un des membres de son parti le lui conseille... Il veut à tout prix
faire passer ses réformes et, selon les dires d'une vieille connaissance, il en sera récompensé dans l'après 2012 par un poste confortable avec rentes viagères intéressantes pour avoir tout
laminé. Toujours selon cette vieille connaissance, il ne se représentera pas, justement à cause de ce qu'il papera jusqu'à la fin de sa vie. Invérifiable, bien sûr, mais théorie quand
même.



La Bernache 10/04/2010 09:38



En lisant le com de geo et ta réponse cher Mousquetaire , je dois préciser en ce qui me concerne l'origine de ma rage contre ce Gouvernement - si l'on ne peut lui reprocher en effet les
vagues dévastatrices provoquées par les margoulins de la haute finance , il est tout à fait pertinent de lui jeter à la figure le mépris et la colère des citoyens qui en rien n'auront été
protégès , mais bien pire : il a choisi le camp de la brutalité !!! et là...elle va se retourner contre lui sans doute - il sera difficile d'éviter une véritable Révolution avec tout ce que cela
comporte de terrible - Ce Gouvernement complètement aveugle est le pire que j'ai jamais vu en tant d'années d'une longue Vie ! Il a fait du grand patronat et des financiers le guide de sa
politique ...la boussole est devenue folle        Amicalement à toi



Fred de Roux 10/04/2010 12:43



Bonjour Blanche,


Côté boussole, apparemment elle est désorientée : on navigue à vue (c'est l'impression que cela donne), on change d'avis comme de chemise, on dit tout et son
contraire, on légifère pour rien, on réprime de plus en plus pour rapatrier tout aussitôt expédié, on promet ceci et cela et comme une girouette on oublie aussi vite que dit pour passer à autre
chose. Effectivement tous les ingrédients sont réunis pour une explosion. Mais chose étrange, tout reste en place, le peuple, complètement anesthésié par la crise et l'abrutissement qu'il subit,
reste totalement amorphe. Et quand il proteste et manifeste, la surdité des dirigeants est telle que les réformes les pires sont adoptées sans état d'âme. Alors, tu sais, une révolution, cen'est
pas encore tout à fait pour demain. Pour l'instant, la bouilloire glougloute, laisse échapper de la vapeur, mais son couvercle reste bien en place. Sans doute faut-il qu'il n'y ait plus une
goutte d'eau pour qu'elle éclate...


Ton Mousquetaire des Mots



Tibicine 10/04/2010 00:49



re...Il est clair que les politiques sont des hommes et des femmes appartenant à l'élite ; c'est aussi le cas des médias ; guillaume durant ne sait même pas combien coûte un litre de lait ou un
kilo de pommes...Tous ces gens vivent dans un monde qui n'est pas le notre ; j'ai croisé François Olivier GIESBERT sortir du Fouquet's et rentrer dans une voiture avec chauffeur...ça va plutôt
bien pour ces dames et ces messieurs...Alors tu parles, comment peuvent-ils avoir une idée concrète de ce que nous vivons...Quant aux sondages, je m'en méfier comme de la peste ; il y a tant
d'orientation dans les questions posées....@ bientôt, Tibi



Fred de Roux 10/04/2010 08:05



Là encore il est clair qu'à force de s'exposer sous les regards des médias, les répercussions ne peuvent qu'être désastreuses. Quant aux sondages, ils sont
commandés par ces mêmes personnages, en ce sens ils ne sont pas innocents et risquent fort d'être détournés de leur but initial qui est de donner la "température" conjoncturelle.


Pour ce qui est de celui-ci, exceptionnellement, les questions étaient d'une clarté lumineuse, il n'y avait pas à s'y tromper. Et les résultats correspondent
à une réalité révélatrice du malaise que la politique et les politiques ont provoqué. Ce dégoût pour la Res Publica n'existe que parce que ceux qui font la pluie et le beau temps de notre
quotidien sont à mille lieues de nos préoccupations. Un grand sentiment d'abandon est la résultante des excès un peu trop visibles de ces élites. A force de répéter le coup du Fouquet's (rien que
le nom anglicisé par l'apostrophe dénonce le snobisme de ces classes haut perchées), il est tout à fait normal que les classes populaires (99,9% de la population) s'éloignent de l'objet de tous
les soins de ces "dominants" (d'autres parleraient d'apparatchicks), à savoir la chose publique.


On ne peut pas éternellement ignorer (et donc mépriser) le plus grand nombre, à savoir ceux qui nous portent au pouvoir.


Bonne fin de semaine en compagnie des tiens. Amicalement           Fred (le Mousquetaire des Mots selon
Segolin)



geo 09/04/2010 19:25



bonsoir Fred...


je souris à une contradiction..


75% de gens ne font plus confiance aux politiques...


mais une bonne partie de ces 75% va voter...


curieux non


je prends pour exemple la personne qui vote pour un homme sachant qu'il a trahi et qu'il est pourri....


Alors le jour où les contradictions disparaitront Fred,


ce jour la, la politique aura une autre valeur...un nouveau visage,


les contradictions développent le mensonge, le mensonge la suspicion....


la suspicion entraine des erreurs de jugement et l'on va de toute façon à l'échec...


Une erreur de jugement à mon avis ,


est d'accuser le gouvernement de laxisme pour l'emploi....


que faut il faire pour que certains esprits obtus comprennent


que l'état ne peu rien si ce n'est que nationaliser


(système communiste)


ou de fabriquer des tonnes de fonctionnaires....


L'état n'est pas maitre de l'emploi.....


et puis en sommes..


l'état est il réellement maitre de quelque chose...


le laxisme notoire de la gauche et ses turpitudes ,


erreur de stratégies de la droite


un long sommeil sous Chirac...


qui n'était ni a, ni a....mais ce qui est sur absent...


mais bon...


je suis comme Pascale, revoir d'abord la fonction politique....et ses émoluments


pour conclure....


qui y a t'il de plus versatile que quelqu'un qui ne comprend pas!!!


ou ne veut pas comprendre...


amicalement



Fred de Roux 09/04/2010 19:43



Bonjour Géo,


Au vu de l'abstention, ce ne sont pas 75% de votants qui n'ont plus confiance puisque les chiffres ont montré clairement que de droite comme de gauche, les
électeurs ont tourné le dos aux urnes.


J'ai bien conscience que l'état ne peut pas tout et surtout en temps de crise. Ce que je lui reprocherai, c'est la réformite dont il est atteint et son
entêtement à ne pas vouloir revenir sur ses positions. Etant donné que l'état est à la solde des banques (il est endetté jusqu'au cou), il peut toujours s'égosiller et clamer qu'il faut que les
emplois ne soient pas délocalisés, il coule de source que ça ne sert à rien. S'il avait seulement l'idée de temporiser dans certains domaines et savait se montrer ferme dans d'autres, ça ne
résoudrait peut-être pas tout le chômage, mais cela l'endiguerait au moins en partie. Pour cela il faut une volonté politique qui n'assomme pas le petit contribuable et favorise le gros
poisson.


Avec la crise, la majeure partie des économistes le disent, il fallait prendre une participation dans les banques, autre forme de nationalisation. Cette
mesure, la plus sage, requiert du courage et ne me dis pas le contraire, c'est un courage qu'on n'a pas vu éclore. On s'est contenté de faire de grandes phrases. On a parlé dans le vide. Rien
d'étonnant alors que les promesses non tenues aient désengagé les électeurs.


Revoir l'échelle des valeurs de la fonction politique, on en parle depuis des décennies et personne ne fait rien. Et pourtant, c'est bien là où se situe le
problème. Cumul des mandats, cumul des retraites... autant d'injustices à mettre à plat. Donc, nous sommes d'accord.


Bonne soirée Géo et à très bientôt. Amicalement           Fred surnommé "Le Mousquetaire des
Mots"



Cheval de droit 09/04/2010 16:36



Les commentaires présents couvrent bien le spectre de défiance, de rupture et de scepticisme du peuple vis à vis des Gouvernants.


Bien sûr nous ne sommes pas une dictature (pas encore ??) ni une république bananière (enfin pas complètement) .. je force un peu le trait mais il est vrai que la situation est plus dramatique
dans bien 70% des autres pays.
Cela ne me satisfait pas pour autant, loin s'en faut.


Nous pourrions continuer à préserver la noble société que nous constituons (malgré ce que nous en pensons, elle demeure meilleure que beaucoup d'autres) mais voilà nos gouvernants se sont
endormis, axés principalement sur leurs objectifs personnels comme bon nombre d'individus d'ailleurs. Au moins sur cet aspect ils sont proches de toutes les catégories sociales.


Pouvons-nous espérer mieux sans se faire qualifier d'idéaliste ?


Tu le sais bien Fred je mise beaucoup sur le droit et la Justice pour réguler nos différends, une justice au sens philosophique et non répressive, of course. Mais le processus est nécessairement
long, l'Homme ayant toujours préféré la précipitation et l'individualisme.
Des réminiscences de l'instinct de survie primaire inadapté dans une société organisée ... Etre le plus fort consistant aujourd'hui à être le plus riche et / ou à être un individu à fort pouvoir.


Garder espoir peut être une chimère mais elle ne le sera pas si nous restons mobilisés pour améliorer le bien être de tous. Savoir que nous sommes plus de 75% à être "déçu" c'est autant d'homme
et de femme pour tendre vers un modèle plus viable pour tous.


Merci donc pour cette info évidente mais nécessaire à rappeller régulièrement. Le plus dur des combats est de défendre ses convictions tous les jours.



Fred de Roux 09/04/2010 19:06



Bonsoir Yosh,


Ton long commentaire me rappelle tes articles, pensé, structuré. C'est agréable de te lire. Je constate que tu as une foi inébranlable en l'homme et en la justice. Sans doute es-tu quelqu'un de
très jeune car les petits vieux sont davantage blasés et loin des rêves d'une société meilleure pour ses composantes (toi, moi, les autres).


Sans doute trop de déceptions accumulées avec les années nous éloigne de l'utopie. Et peut-être nous contentons-nous de scruter cette société malade d'elle-même et égoïste-échevelée. La pratique
du tout pour moi et rien pour les autres (c'est ça être riche et puissant) a mis à mal tant de choses. Comment croire encore en un autre possible que celui qui se dessine sous nos yeux,
prometteur de davantage de maux que de plaisirs ?


Tu sais, on peut être déçu sans pour autant abandonner tout espoir, je le reconnais. Mais un espoir est illusoire si on n'en prend pas les moyens. Et ce moyen aujourd'hui se résume à un seul mot
: révolution. Avoue tout de même que c'est effrayant.


Peut-être saurons-nous éviter ce passage dangereux, mais le changement ne se fera pas sans blessures.


Bonne soirée et à bientôt             Fred



Spartacus 09/04/2010 10:36



Salut à toi Fred ! Je te trouve très optimiste quand tu dis qu'il va falloir que cette crise de consicence s'ancre dans la réalité de nos représentants.


C'est comme la crise financière, la crise environnementale, bref, comme toutes les crises. Chacun connaît les remèdes, mais tout le monde attend que l'autre fasse le premier pas dans la bonne
direction parce que merde ! y a pas de raison que moi je fasse des sacrifices pendant que l'autre se goberge...


Or donc, je n'augure pas de changement de comportement dans les années à venir. Les paris sont ouverts !



Fred de Roux 09/04/2010 19:29



Bonjour Spoartacus,


Je ne suis pas optimiste, je n'émets qu'un conseil qui me semble (au moins pour ce qui est de moi) judicieux. Bon, c'est vrai qu'on attend toujours que l'autre fasse le premier pas, mais cela
n'empêche en rien de prodiguer quelques idées de bon ton quand tout va mal. Comme toi, je ne me fais guère d'illusions. Les mauvais plis sont ceux qu'on efface le plus difficilement et souvent
ils restent marqués. Alors il y a peu de chances que les élus prennent conscience qu'ils ont tout faux et qu'à force de tirer sur la corde, de pratiquer la langue de bois, de se foutre de la
gueule des citoyens, leur sort est plus que bancal et que l'avenir peut leur jouer des tours qu'ils n'apprécieront pas.


Au fait, je ne parie jamais, question de principe. Mais on en reparlera...


Bonne fin de journée



La Bernache 09/04/2010 07:51



Je n'ai pas été questionnée mais je fais partie de ces gens qui n'ont plus AUCUNE CONFIANCE dans les PolitiCHIENS !  Tous des mafiosi ! pour les Régionales j'ai voté pour UN Homme
valable , sans ignorer qu'il est quand même dans un Parti qui a été capable de nous trahir ( le PS )  Je suis très politisée depuis mon adolescence , très consciente toujours et l'avenir
n'est pas plus sûr que le passé !  Amicalement à toi cher Mousquetaire des mots , j'ai adoré cette expression qui te va si bien  



Fred de Roux 09/04/2010 19:16



Bonjour Blanche,


Les sondeurs n'ont pas pris contact avec moi et ils ont bien fait : je ne réponds plus à un coup de fil intéressé. Je me dis que je n'avais pas besoin de ce sondage pour deviner que l'abstention
correspondait à un désaveu de la classe politique et à un ras-le-bol de plus en plus répandu. Il faut dire que nos politiques font tout pour se faire détester et faire s'éloigner les électeurs.
Ils nous prennent la tête avrec des réformes dont on sait qu'elles ne sont pas nécessaires, qu'elles sont faites pour brider davantage la population et privilégier quelques uns. Comment
pourrait-il en aller autrement que cette désertion lors des élections ? Ca ronchonne de partout et jusque dans les rangs de la majorité qui n'apprécie pas d'être elle-même asservie et pilotée et
contenue dans un carcan étroit. Ils disent : tous derrière, mais pensent le contraire. Ils sentent bien que tout part en brioche et qu'il faut un sursaut de leur part pour que la déperdition de
l'électorat traditionnel cesse. Et pendant que ces élus-là mijotent dans leur coin sans encore trop^élever la voix, le grand chambellan trace la même feuille de route, en droite ligne de la
pensée unique du penseur en place.  Désespérant n'est-ce-pas ?


Comme toi j'apprécie l'expression inventée par Segolin. Je l'ai tout de suite adoptée et désormais je signerai mes articles de ce nom. Pensées amicales comme
jamais         Le Mousquetaire des Mots.



râleuse ex02468 08/04/2010 23:38



et il fallait un sondage pour dire ce que l'on sait depuis longtemps ?????? encore du fric a quelques uns ne pas oublier que la mâdâme laurence parisot , est actionnaire chez ifop !!!!!!



Fred de Roux 09/04/2010 00:28



Bonsoir Râleuse,


Mais enfin voyons, il faut bien que ces gens-là gagnent leur vie. Si on ne leur commande plus de sondages,ils mettent la clé sous le paillasson et pointent
au Pôle Emploi...


D'accord avec toi, on se serait bien passé de ce sondage inutile puisque nous sommes déjà plus de 70% à être au courant. Des fois qu'on aurait besoin d'être
encore davantage convaincus...



Jean Georges 08/04/2010 23:22



Bonsoir Fred,


Tout de même un sondage bien carré. Il est extraordinaire et c'est heureux, qu'il y ai tant de gens censés. Oui! mais quelle est la solution? y en t-il une? Ne plus voter, ne plus elire de
representants du peuple. Comment pourrait-on revenir au temps de Robespierre, quelle révolution faut-il faire? c'était autre chose quand les élus de la première Constituante s'agonisaient dans
l'hemicycle. Non!je ne vois pas ce qu'il soit possible, je ne connais pas pas d'homme ou de femme qui pour une indemnité  décente soit moins de 5000 euros mensuel. veuille avec une loi être
contraint durant une session d'être présent cinq jours par semaine au parlement et y défendre les idées de ses électeurs et la politique pour laquelle il a été élu.Cette loi devrait
obliger nos députés à être présents durant les sessions  parlementaires toute absence non justifiée sanctionnée pécuniairement et l'élu remplacé par son remplaçant si plus de cinq absences
dans l'année. Cette première initiative calmerait un peu les ardeurs des candidats et redonnerait progressivement l'envie au peuple de revenir dans les bureaux de vote pour y
élire ses représentants. JG.                       


 



Fred de Roux 08/04/2010 23:41



Bonsoir Jean-Georges,


Autrement dit il faut employer les mêmes méthods que celles qui nous sont appliquées, à savoir la répression (nous sommes dans un régime de plus en plus
répressif, non ?). Il avait été question de mettre en place une prime au rendement (je plaisante) : les élus qui seraient un peu trop absents verraient leurs émoluments diminués. Comme rien n'a
changé depuis cette menace (en l'air), les bonnes habitudes n'ont pas varié d'un iota (je regarde la chaîne parlementaire et je peux t'assurer que les rangs ne sont pas très serrés dans
l'hémicycle). Ils font tellement acte de présence qu'il se sont fait remonter les bretelles par le CSA (la télé avait transmis des images fausses), Enfin, c'est une façon de parler puisque c'est la chaîne incriminée qui avait essuyé les reproches (ce qui revient un peu au même).


Bon, quand est-ce qu'on change tout ça ?



Lucien Aymard 08/04/2010 22:50



Bonsoir Fred,


C'est curieux qu'il faille des décennies pour se rendre compte de l'évolution négative que nous dénonçons et avant nous des générations depuis 1936.


Sans parler des sondages, en 2006, j'écrivais déjà dans mon livre que seuls les élus locaux des petits villages étaient dignes de confiance parce que près de leurs administrés et des vicissitudes
qui sont les leurs. Les autres sont de beaux parleurs dont l'unique raison d'être est leur égo.


Amitiés catalanes


Béa et Lucien



Fred de Roux 08/04/2010 23:32



Bonsoir Lucien,


Rien ne vaut la proximité pour comprendre où se situent les vrais problèmes. Quand on navigue dans les hautes sphères, on est totalement déconnecté. Une
petite replongée sur le terrain ne ferait pas de mal à tous ces beaux messieurs qui prétendent nous diriger, cela leur remettrait les idées d'aplomb.


Amitiés du Mousquetaire des Mots (la dernière plaisanterie de Ségolin à mon endroit). Je n'oublie pas Béa, cela va sans
dire.               Fred



Pascale 08/04/2010 21:37



Ben oué. Voilà pourquoi je prône le non cumul des mandats et la réduction significative des indemnités pour les contraindre à conserver un pied dans la vie active... la vie normale, quoi ! La
nôtre...



Fred de Roux 08/04/2010 23:29



Bonsoir Pascale,


Voilà du bon sens que j'aiemrais voir  appliqué mais je risque fort de sucrer les pissenlits par la racine avant que cela advienne (à mon grand regret).




Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche