Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 08:38

Allons-nous vers un réchauffement climatique ou une période glaciaire ? La question se pose. De toute évidence. Aujourd'hui, la neige recouvre tout d'un blanc immaculé. Les températures sont à zéro. Il fait froid. Mieux vaut se couvrir, user des petites laines de nos aïeux, de bottes fourrées et de bonnets. Voire ressortir les bonnes vieilles pelisses en peaux de bêtes.

 

Il neige depuis hier ; Lyon et ses environs n'échappent pas à cette couverture glissante. Plus rien ne circule hors le métro (il est enterré). Drôlement agréable pour tous ceux qui doivent se rendre à leur travail et sont bloqués chez eux, faute de transports. Trains régionaux, trams, bus, tout est resté dans les dépôts. Il en va ainsi dès que le moindre flocon fait son apparition. Et là, ce n'est pas un flocon, mais des myriades tourbillonnantes qui voilent le paysage. La visibilité est obscurcie, étrange phénomène quand on sait que la neige est blanche. Pourtant, pas de doute, le regard ne se perd pas dans l'immensité des rues qui s'enchaînent. Tout est soudain raccourci, un peu comme si le temps (non, pas celui de la météo)  et l'espace avaient perdu de leur profondeur et empêchaient les yeux de fouiller jusqu'à l'horizon le plus proche.

Les chutes d'une neige importante étaient annoncées et pourtant, on dirait bien que le salage ne parvient pas à rendre praticables les routes, rues, boulevards, avenues... Le temps s'arrête donc brutalement. Pas un bruit, pas un chat dans les rues. Le silence à perte de vue. Tout est d'un calme inhabituel. Pour un peu, on se croirait dans une campagne éloignée des rumeurs citadines. Ca, c'est plutôt bien. Surtout si l'on n'a pas à se déplacer. Sauf qu'il faudra bien sortir à un moment ou un autre, ne serait-ce que pour remplir les placards ou le réfrigérateur. Le temps s'arrête, oui, mais pas la vie. Il faudra bien se sustenter, ce besoin impératif pour que le vivant continue d'exister. Alors affronter ces bourrasques qui brûlent la peau et les yeux, mouillent les vêtements et refroidissent les entrailles, chacun sera tenu d'assurer un minimum dans une ville au ralenti.

 

Où est ce réchauffement climatique dont on nous rebat les oreilles ? Pardon, il s'agit plutôt des émissions de gaz à effets de serre. Les climato-sceptiques doivent se réjouir puisqu'ils évoquent davantage une période de glaciation et doutent fortement que ce réchauffement puisse inonder les terres proches des rivages maritimes. Pour l'instant on est plutôt submergés par un cocon blanc qui ne cesse de s'entasser millimètre après millimètre. Et ça tombe dru. Vraiment dru. Dame Grenouille en son bocal ne met plus le nez hors de l'eau. Demain sans doute osera-t-elle se hisser lentement, patte après patte, sur l'échelle de secours qui l'autorise à quitter son domicile...


Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu
commenter cet article

commentaires

Philippe 03/06/2011 18:05



Pas du tout ! La preuve : il a neigé enormément et fait très froid cet hiver, cependant nous vivons l'une des périodes les plus sèches et les plus chaudes de l'histoire ...


Il n'y a pas que la France sur Terre !!!



Le Mousquetaire des Mots 05/06/2011 06:54



Bonjour Philippe,


Hier, il a plu des trombes d'eau, les gouttières débordaient, incapables d'absorber ce déversement nerveux. On manque de pluie et
on a des orages. Pas dit que cela serve à rafraîcher la terre. Il fait trop chaud alors qu'il a fait trop froid cet hiver. C'est l'été depuis le début du printemps. Et cet été, ce sera l'automne
?


Bon, je te l'accorde, on sait auourd'hui que le temps varie et nous avons connu par le passé des épisodes semblables. Et alors ?
Cela ne signifie pas pour autant que rien ne change et que de région tempérée on ne passera pas à une région désertique. Tout est possible. Les phénomènes naturels semblent faire converger les
hypothèses les plus alarmistes. Les connaissances actuelles quant à ce qu'est la terre ne sont plus celles qu'on en avait autrefois. On étudie tout, on scrute et on décortique à travers le regard
de la science. Il est avéré que la planète a varié plusieurs fois à travers les millénaires (carottes dans la croûte terrestre). pourquoi n'y aurait-il pas, suspendu au-dessus de nos têtes, la
possibilité d'un réchauffement ou d'un refroidissement brutal ? Toutes les phypothèses sont envisageables, non ?



Philippe 02/06/2011 12:01



Ne pas confondre climat et meteo ... Ce printemps nous le prouve une fois encore !



Le Mousquetaire des Mots 02/06/2011 12:03



Mais l'un va-t-il sans l'autre et vice-versa ?



La Bernache 08/12/2010 07:41



Sais-tu ce que je pense quand je vois la neige qui tombe en abondance ( ailleurs que chez moi ) ...la Terre est Vivante ! et nous pouvons vivre parce qu'il y a justement ce froid , cette
eau dont nous avons tant besoin - sans doute suis-je traumatisée par les canicules de l'été   Bonne journée
à toi cher Fred



Le Mousquetaire des Mots 08/12/2010 16:44



Bonjour Blanche,


Oui, la terre est vivante. Si seulement l'homme en était plus proche, elle ne serait pas inquiétée par le réchauffement climatique. La neige ? Un peu froide
pour moi, même si je ne suis pas du sud. Je préfère l'air marin ou les odeurs de la campagne. D'accord, j'admets que lorsque tout est recouvert de ce blanc virginal, c'est plaisant à regarder. Et
la luminosité est particulièrement éblouissante. Et le silence qui règne, comme si c'était cela la vraie vie. J'ai apprécié l'absence de circulation, tout était paisible, calme, et radieux en
même temps. Ah, le silence, un moment inoubliable. Et pourtant, très vite tout a repris comme à l'habitude. Les rues ont vite grouillé de monde, la vie citadine a retrouvé son rythme infernal, sa
cohue ordinaire, hormis les amas de neige, devenus tas de boue très sales, encombrant trottoirs et canivaux. 


On nous en promet pour les jours prochains. On verra bien.


Bonne journée Blanche



Florentin 07/12/2010 18:33



Je crois aussi que ce n'est parce qu'il fait froid chez nous en ce moment qu'il faut remettre en cause ce que l'on appelle le réchauffement climatique, lequel intéresse, je crois, la
terre entière et son atmosphère. Mais, finalement, je ne me prononcerai pas. Quand j'entends ceux qui contestent ce réchauffement, je trouve qu'ils disent aussi des choses qui posent
interrogation. En tout cas, pour ce qui concerne notre quotidien et notre environnement immédiat, quand il fait froid, on se les gèle. Et c'est ce qui compte ! Florentin.



Le Mousquetaire des Mots 07/12/2010 21:00



Bonsoir Florentin,


Je ne remets aucune théorie en question, mais je,m'interroge. Les tenants du réchauffement critiquesntceux qui prédisent une période glaciaire et vice et
versa. Si l'on regarde derrière nous, il y a eu déjà des périodes comme celle que nous connaissons. Il semble donc que la nature soit tellement cyclique, que nous traversons  avec plus ou
moins de régularité des épisodes trop chaleureux ou trop glaciaires. Je ne conteste rien, j'essaie seulement de comprendre et ma foi, ce n'est pas évident de s'y retrouver tant les hypothèses
émises par les uns et les autres sont nébuleuses. Je transpîre quand il fait trop chaud, je me les gèle quand il fait trop froid. Cela signifie-t-il pour autant que le climat change ? Je n'en
sais fichtre rien. J'ai connu des épisodes neigeux intenses comme j'ai connu des étés étouffants. Et pourtant, je vivais en Normandie. Alors, réchauffement ou pas, qu'est-ce que cela change ? Là
encore, je n'ai pas de réponse. Parce que je n'ai pas la formation qui me permettait d'appréhender tout cela sur le plan scientifique. Je constate qu'il y a des variations d'une année sur
l'autre, ce qui ne signifie pas qu'un changement radical est en train de s'opérer. Bref, je ne conteste ni une thèse ni l'autre, j'essaie seulement d'avoir un jugement, non pas d'expert (ce que
je ne suis pas), mais du lambda ordinaire qui entend tout, comprend tout (pas forcément dans la totalité) et subit tout sans avoir son mot à dire. Si j'écoutais benoîtement les dires des uns et
des autres, je désespèrerais. Je ne me bouche pas les oreilles, mais mes souvenirs d'enfant avec des couches épaisses de neige à pas 10 kms de la mer de la Manche semblent m'indiquer que le
temps, selon les années, varie comme il l'entend, et non comme les hommes le voudraient.


Le temps s'est brutalement radouci ce week-end, après un vent du sud assez violent. On a retiré quelques épaisseurs, remisé les écrase-merde, et continué
notre bohomme de vie comme si de rien n'était. Pour conclure, je dirai que les variations climatiques d'un jour à l'autre sont déroutantes et nous laissent sans savoir quel comportement adopter.
Sont-ce vraiment les prémices d'un réchauffement généralisé ? Comment en avoir la certitude ? Se fier aux spécialistes ? Est-ce bien raisonnable ? Après tout les pythies ont toujours existé et
comme l'homme adore exploiter la candeur de la race humaine, largement dépassée par les spécialistes des questions posées,  le réel signe du temps ne serait-il pas que, comme toujours,
l'homme mord à l'hameçon  pour peu qu'on veuille le harponner ?


Hier j'avais froid, aujourd'hui j'ai trop chaud. Ce sont bien les seuls constat que je puisse faire. Si je compare avec ce que j'ai connu autrefois, je ne
peux que me dire que le temps est de plus en plus instable, que les saisons ne ressemblent pas à celles que j'ai connues dans des temps déjà anciens, et que la nature semble vouloir nous donner
des leçons d'un savoir-virve oublié. Suis-je expert pour autant ? Mon scepticisme est-il si décadent ? Je ne répondrai pas parce que je ne connais pas les réponses. Et comme je vis au jour le
jour...



Philippe 07/12/2010 17:37



Tu exagère pas un peu ?


Quand on parle de réchauffement climatique, on parle de la planète en totalité !


Et effectivement, 2010 sera encore une année record.


Pour ce qui est de la neige, en décembre c'est normal non ?



Le Mousquetaire des Mots 07/12/2010 20:42



Bonsoir Philippe,


Sauf qu'elle est tombée en novembre. Nous voici en déembre et de neige. pour l'instant. Les prédictions l'annoncent pour ce jeudi. On verra bien ce qu'il en
est, s'il faut chausser croquenots de montagne ou bottes fourrées et revêtir la pelisse hivernale, douillette et chaude à souhait. De quels records s'agit-il ? De cette épaisse couverture de
neige qui rendait inpraticables chaussées et trottoirs ? Ou tout simplement des températures hors normes qui ont glacé l'espace public ?


Je n'ignore pas que, lorsqu'on évoque le réchauffementt, on parle de l'intégralité de la planète. Mais Ce que nous disent les scientifiques est-il avéré ? La
seule chose dont nous pouvons être certains, c'est que les activités humaines ne sont pas innocentes dans le changement climatique. Qu"il fasse trop chaud, ou trop froid, est-ce bien important
d'en discuter à longueur de journée ? Nous ne sommes pas initiés aux mystères de la nature et nous faisons sans cesse référence aux "spécialistes". Est-ce bien sain ? On sait déjà que la mode
verte est en plein essor et qu'elle coûte cher, pour ceux qui veulent à tout prix disposer du label écologique. Or, rien ne certifie vraiment que les thèses émises ne sont pas autre chose qu'une
duperie permettant à quelques uns d'encaisser du fric facilement. Je sui sceptique de nature : je ne suis pas pour le "wait and see", mais en ce qui concerne le réchauffement dont on nous rebat
les oreilles (il faut faire ceci, il faut faire cela, et blablabla...), je reste sur mon quant à moi. Et pour cause... cela fait des générations qu'on nous bourre le mou avec des sujets qui vont
et viennent, sans qu'on nous dise clairement ce qu'il en est. Si la planète est en fin de vie, ce ne sont pas nos efforts de recyclage, nos comportements citoyens qui y changeront quelque chose.
Cessons de nous prendre la tête avec les injonctions des ploutocrates qui ne pensent qu'à nous berner comme toujours et soyons circonspects quant à leurs déclarations. On est manipulés tout le
temps. Et l'écologie bien pensante n'est pas en reste. Je n'ai pas attendu le tri sélectif pour prendre des précautions en vidant mes ordures. Autrefois, on récupérait tout. On est passé à l'ère
du tout consommé à perte de vue. Je fais la chasse à mes enfants pour qu'ils participent à l'effort collectif en triant convenablement, j'essaie de leur inculquer des réflexes de consommateurs
avertis, mais s'ils ne veulent pas se plier à une discipline rigoureuse, qu'y puis-je ? Je sui moi, ils sont eux. Là est toute la différence entre des jeunes qui ont vécu dans l'opulence et la
facilité et des vieux qui ont acquis assez d'expérience pour ne pas se leurrer et regardent tout pour ne pas nuire à l'environnement ou avoir des comportements stupidement consuméristes
excessifs. La sociéré actuelle n'est pas férable parce qu'elle a cru que tout était exponentiel. Retour de bâton : il faut changer. Pas facile, encore moins évident. Avec l'expérience et le vécu
derrière nous, nous sommes capables d'adopter d'autres habitudes. Mais la jeunesse d'aujourd'hui, élevée dans la facilité et comme si tout coulait de source, est-elle apte à regarder les réalités
en face, à les affronter et à changer ses habitudes ?  Je n'ai pas la réponse, mais mon pessimisme naturel m'indique que cette "révolution" est bien loin devant nous.



La Bernache 06/12/2010 17:52



En fait je pense qu'ils ne sont pas plus avancès que le commun puisque nous éprouvons à peu près tout - ici ça se désertifie , ailleurs ce sont les inondations , bien malin qui pourrait
donner une prédiction correcte ! une méthode : une pièce jetée en l'air - tu la rattrapes : pile c'est le réchauffement qui va nous griller - face c'est le gel qui va nous cryogénéïsés ...elle
est pas belle la Vie ? toi aussi tu es courageux pour sortir je vois  ;-)  chaleureuse amitié 



Le Mousquetaire des Mots 06/12/2010 21:37



La planète est parcourue de frissons, de secousses de toutes sortes. L'homme n'est pas innocent dans ces accidents. Je ne joue jamais à la pythie de Delphes
: les iconoclastes de tous poils s'en chargent. Je leur laisse bien le soin de nous embobimer. Il y a mieux, en effet, à faire, notamment nous préparer à tout ce qui nous attend, que ce soit de
bien, ou de mal (sans illusion,; je préfigure que le mal l'emportera sur le bien).


Aujourd'hui, le temps est au redoux. Hier, un vent d'enfer, aujourd'hui de la pluie et une douceur qu'on avait déjà oubliée?. Et pourtant, le thermomètre
n'affichait que 10 petits degrés. comme quoi, au-dessus de zéro, le climat nous est clément. Surtout après  des gelées frisant le délire.


Bref, je ne suis pas grenouille ni en météo, ni en bénitier. Je vis au jour le jour, quelle que soit la température affichée. Il faut bien sortir : la vie ne
s'arrête ni au froid, ni à la canicule. Et puis, il faut bien avancer, non ?


Mes pensées amicales pour nourrir ta soirée.                  Ta
boussole perso



barovin 06/12/2010 17:15



On a pas encore entendu les crétins de l'UMP nous dire qu'ils étaient pris en otage par  la neige.....



Le Mousquetaire des Mots 06/12/2010 21:38



Tiens, c'est vrai : on n'a entendu aucune protestation... Zut : on avait oublié qu'ils avaient tous des chauffeurs...



Annie 05/12/2010 17:44



je suis très loin d'être une écolo-climatique convaincue, mais là faire la différence entre climat et météo l'un longue période, l'autre courte… Parait qu'on est dans une année des plus chaudes…
ben vi je sais…



Le Mousquetaire des Mots 06/12/2010 20:59



Bonsoir Annie,


On peut être écolo sans tomber dans tous les pièges. On parle un peu trop de ce réchauffement alors que d'autres prédisent une période glaciaire. Peu importe
: pour être clair avec soi-même, respectons nos engagements envers nous et sachons trier, économiser, moins polluer. Si nous tenons le cap, peut-être aurons-nous la chance de laisser aux
générations futures une planète encore vivable. Ceci dit, les lobbies (oui, encore eux) s'en mettent plein les poches au prétexte qu'il faut être "vert". Sachons nous déterminer sans tenir
coimpte (enfin, pas trop quand même) de ceux qui empochent des picailloux sur le dos des consommateurs. Ne nous laissons pas gruger par les apparences et soyons conscients qu'il faut faire
quelques effrors pour ne pas transformer notre planète en poubelle.


A bientôt            Fred



Tibicine 03/12/2010 09:21



Effectivement ; nous avons la même vision des choses. La DRH, ah parlons-en de ce service ! Des dizaines de personnes employées à MANIPULER les ressources ; un service qu'on ne peut jamais
joindre faute de trop de réunions ! Oui, le travail de la DRH c'est de passer son temps à réfléchir, réfléchir, et étudier leur logiciel SOSI dont ils sont incapables de se servir tant
l'informatique les dépasse, et sont incapables d'interprétation car incompétents en psychologie ! Bref, un service qui coûte cher aux sociétés, qui lui n'est comme par hasard jamais frappé par
des licenciements, pendant qu'on tape sur les commerciaux qui se démènent pour faire rentrer de l'argent dans l'entrerprise... Ah les ressources humaines !!! Tibi



Le Mousquetaire des Mots 04/12/2010 08:55



Bonjour Tibi,


Il n'y a rien à ajouter à ton résumé, l'analyse en est parfaite. On use et abuse de moyens "techniques" qui sont dépassés très vite, on est incapable de
suivre ce mouvement vertigineux et comme on est des idiots parfaits, on est inapte à s'adapter, à intégrer et digérer ces logiciels dont on oublie trop facilement qu'ils sont conçus par des
hommes et que rien que pour cela ils échappent à l'entendement ordinaire. En outre, les utilisateurs ne sont pas les concepteurs, d'où des des complexités qui sont pourvues de failles et de
pièges échappant à l'entendement du clampin de service. Il n'empêche que ça marche puisqu'on équipe toujours plus, notamment les administrations, sans concertation ni test. Quant aux entreprises,
elles ne peuvent pas non plus échapper à cette escalade infernale si elles veulent survivre. La naissance du réseau a encore tout compliqué et surtout asservi. Peut-être audrait-il envisager de
supprimer tout cela et en revenir aux vieilles méthodes...



Jean Georges 03/12/2010 00:59



Bonsoir Fred,


 Le sujet est sérieux, mais mon age m'a fait connaître bien des hivers rudes, des chutes de neige importantes donc cela ne me surprend guère, je n'aime pas toujours cela mais comme dit
Lucien ( enfin de retour) même Sarko n'y peut rien.


Ceci dit comme beaucoup le savent j'ai fait toute ma carrière dans le bâtiment  et bien de mon temps il y avait une caisse des " intempéries" qui dés le troisième jours de gel nous payait
l'équivalent d'un salaire sans heures sup. et ce dès que termomètre passait en dessous de zéro.Certains patrons n'hésitaient pas à nous déclarer deux jours plus tôt pour que l'on ne perde pas
trop d'argent.


Hier je regardais la télé et on nous montrait des couvreurs qui posaient des tuiles par moins 6° et à qui le journaliste posait la question idiote: Vous n'avez pas froid? Ce n'est pas dangereux
là haut sur les liteaux? les deux gars ont répondu oui ou si aux deux questions bien evidemment , mais à moins 10 on devrait arrêter ont-ils ajouté.


Je pense que c'est pour cela qu'il y a déjà quelques années dans les entreprises il y avait un " Chef du personnel" la plupart du temps sorti du rang, aujourd'hui nous avons des " DRH" direction
des relations humaines sorti de quelque grande école de la République mais qui ne  savent pas ce que c'est de manipuler des tuiles par moins 6°  Si sur le sujet tout ce qu'il savent
c'est que les tuiles ça ne gèle pas. JG.



Le Mousquetaire des Mots 04/12/2010 09:24



Bonjour Jean-Georges,


L'hiver est précoce et sera rude. Les paysans disaient déjà en septembre qu'il fallait s'attendre à des gelées et des paquets de neige importants. Le regard
qu'ils portent sur la nature est bien plus éguisé que celui de dame Météo. Leur expérience est ancestrale et ils apprennent très tôt à reconnaître les signes des saisons. Quant aux technocrates
qui donnent les ordres et assouplissent les normes, s'ils étaient sur le terrain, ils y regarderaient à deux fois. C'est si facile, à partir d'un bureau bien chauffé, de faire geler les maçons,
les couvreurs et autres gens du bâtiment (ou du Génie, ou de la voirie). C'est l'ère de la productivité, pas celle des hommes, encore moins du rtyhme des saisons.


 



Rype 02/12/2010 19:31



De part chez moi, les transports scolaires sont annulés, on nous annonce de la neige chaque jour... Et chaque matin, il n'y a rien ou pas grand chose, mais c'est vrai qu'il fait froid.


Le réchauffement climatique est là et bien là. Non, non, je ne rigole pas :(


En fait de réchauffement climatique, il faudrait plutôt parler de "déréglement climatique": c'est à dire que les saisons ne sont plus vraiment viables et déréglées. C'est le cas actuellement aux
pôles, où ils ont des 15° à 20°c... Normal puisque leur climat est actuellement chez nous !!!


Déréglement je vous dis !!! ;)



Le Mousquetaire des Mots 02/12/2010 23:26



Bonsoir Rype,


Nous connaissons tous les mêmes soucis avec cet hiver précoce. Mais ainsi que tu le dis, ce réchauffement est, pour l'heure, plutôt un dérèglement
généralisé. Aucune autorité aussi savante soit-elle ne peut nier que les prédicateurs de tous poils ne savent guère prédire l'avenir. L'homme devrait être moins prétentieux et se limiter à
étudier, analyser et laisser aux charlatans le soin de prédire tout et n'importe quoi. De toute façon quoiqu'ils puissent en penser, les scientifiques sont impuissants face aux excès de la nature
et encore plus face à ceux des hommes.


Nous n'avons plus qu'à supporter les dérives climatiques, même si nous aimerions connaître des saisons comme celles d'autrefois. Viendra tout de même le
printemps, déréglé également mais réel... et ainsi de suite. Nous nous acclimaterons (les hommes ne l'ont-ils pas toujours fait ?) bien ou mal, mais nous prendrons l'habitude de faire, comme nos
aïeux avec les caprices de la nature.


Bonne nuit et à bientôt             Fred



Lucien Aymard 02/12/2010 18:27



Après quelques semaines d'absence forcées pour cause de déménagement, nous voici de retour. Il s'est passé plein de rien du tout pendant notre absence puisque l'essentiel, comme d'habitude, a été
passé sous silence. Le dictateur a travaillé pour les riches au détriment de la majorité de la population et ça continue ...


Mais que fait donc notre bienaimé dictateur ? Il a bien fait voter une loi anti grèves pour que le petit peuple travailleur ne soit pas gêné par le blocage du pays. Que ne fait-il voter une loi
obligeant le ciel à ne jamais déverser de neige sur les voies de communication ? La gêne ne serait-elle pas la même ?


Bises de Béa et Amitiés


Lucien



Le Mousquetaire des Mots 02/12/2010 23:19



Bonsoir Lucien, bonsoir Béa,


La neige perturbe davantage que les grèves et là, personne ni aucune loi ne peut l'empêcher de troubler l'ordre public. Crois-tu que cela le fase enrager
d'être impuissant? Ah, s'il pouvait commander aux éléments et aux perturbations atmosphériques...


Trêve de plaisanterie, il est tard. J'espère que vous allez bien tous les deux, que le déménagement ne vous aura pas mis sur les rotules et que vous allez
reprendre du service sans tarder.


Amicalement à tous les deux.              Fred



Tibicine 02/12/2010 07:30



Se consacer à ce qu'on aime, oui ! Les sociétés qui emploient les gens ne se soucient guère de leur plaisir à travailler. Les méthodes de management basée sur celle de Thomas Peters et Robert
Waterman, qui ont écrit ce livre 'le prix de l'excellence' est fortement contestable. Ce livre ; bible des entreprises, est un poison pour les 'ressources' d'une entreprise. Des 'ressources', ce
que sont désormais les hommes et femmes qui composent une entreprise. C'est honteux que de réduire les gens au statut de 'ressource' ! Si j'ai décidé de ne plus travailler en entreprise c'est à
cause de celà. Travailler en étant considéré comme un pion, à qui on interdit de penser, d'évoluer selon ses propres aspirations, pour moi, c'est une nouvelle forme d'esclavage...Le film Matrix
est visionnaire...C'est pourquoi tu as raison, il n'y a pas d'autres solutions que de tirer la couverture sur soi ; instinct de survie indispensable.@ bientôt. Tibi



Le Mousquetaire des Mots 02/12/2010 20:56



Nous partageons la même vision du monde du travail : pour moi, je dis depuis un certain temps qu'on a réinstauré un nouvel esclavage où seul le rendement
compte. Et ce, dans tous les corps de métier. Qu'on dise Ressource en parlant des employés au lieu d'utilisr le mot esclave, c'est du pareil au même. Une sacrée manie d'appeler autrement, parce
que cela passe mieux, ne change rien fondamentalement à ce qui est. Et il faut bien constater que l'homme est situé en-dessous des matériels. Un pion, un grouillot, autant de mots qui réduisent
les hommes à la guise de ceux qui détiennent le pouvoir. J'ai beaucoup apprécié quand on a banni du vocabulaire l'expression "femme de ménage" pour la aremplacer par technicienne des sols, ou
agent d'entretien. Comme si cela changeait et la fonction et le statut. Le travail est toujours identique à ce qu'il a toujours été. Mais c'est tellement plus chic ainsi... Quelle hypocrisie !
J'an ai ras-le-bol de cette société qui se gargarise de mots dont l'acception n'est pas meilleure que celle des anciens, employés pendant des décennies. Aujourd'hui, ce ne sont plus des chefs de
personnels, mais des DRH. Là encore, quelle connerie. Certes, ça fait bien dans le décor, mais zut, est-ce que le statut dudit DRH a été modifié par rapport à celui de chef de personnel ? La
déformation des usages langagiers est outrancière car elle entend masquer des réalités bien plus conformes à ce qui est que celles qu'elle tente de recouvrir. Je vais jusqu'à penser et dire qu'on
est moins que la poussière sous un paillasson, tant on est entourés de mépris. Comme si nous n'avions pas d'existence propre. Comme si nous étions invisibles. Et plus la hiérarchie s'alourdit,
plus les "petites mains" sont déconsidérées en tant qu'êtres humains pour n'être plus perçues comme des rouages qu'il faut maintenir bien huilés pour que la machine à fric tourne rond. Point donc
de salut pour la masse laborieuse, mais tout bénéf pour les équipes dirigeantes. Et plus le chef est bas dans la hiérarchie, plus il est hargneux. Je les ai qualifiés de "chefaillons", ce qui a
fait lever des sourcils courroucés à ceux qui se sentaient visés (à juste titre). On oublie un peu trop que tout le monde a les mains dans le goudron et que cela mérite respect, considération et
remerciements. Est-ce être trop exigeant que de vouloir être considéré ? Sans doute puisque plus le temps passe, plus je détecte un mépris relationnel grandissant.


Il y a beaucoup à dire sur le sujet, mais je ne m'attarderai pas davantage : c'est un sujet récurrent, quasi obsessionnel chez beaucoup qui souffrent de
l'absence de reconnaissance et ploient sous le fardeau de l'autorité mal placée.


Bonne soirée Tibi et à bientôt. Amicalement            Fred


Bonsoir Tibi, à très bientôt                    
Fred



sylvie 01/12/2010 22:40



Bonsoir Fred,


la neige nous ramène (un peu) dans nos souvenirs d'enfants… aujourd'hui, pas de travail, routes impraticables, mais demain matin, va falloir y aller, tout doucement pour ne pas glisser… on verra
un autre jour pour décider qui a raison au sujet du climat. Si nous devons disparaître de la surface de la terre, quelle sera la différence entre un "trop chaud" ou un "trop froid" ?
Personnellement, je penche pour un "pas pressé" !


Amitiés.



Le Mousquetaire des Mots 01/12/2010 23:26



Bonsoir Sylvie,


C'est vrai que ces polémiques ne changent rien à ce qui est. Alors, prédire l'avenir, à quoi bon ? Peut-être ne serons-nous plus là quand ce changement dont
on nous menace pour que nous devenions de vraies images de sagesse, se fera. Vivons donc l'instant tel qu'il est, tout en agissant avec modération. En espérant que nous ne serons pas les seuls à
être sages et que ceux qui nous prédisent un avenir noir ne joueront pas trop avec nos nerfs cesseront d'endosser l'habit des prophètes de malheur (qu'ils prédisent) le chaud ou le
froid)


Bonne nuit (il commence à se faire tard). Amicalement           Fred



Tibicine 01/12/2010 20:11



j'ai un avantage de taille ; j'ai mon bureau à 3 km de chez moi ; je peux m'y rendre à pieds...et je peux travailler de chez moi...mais en même temps, je me suis donnée les moyens de faire ça. je
pense aussi que c'est un choix de vie. lorsque j'étais intérimaire, j'ai refusé une mission à 1h15 de chez moi le matin+le soir. la personne qui m'avait proposé le poste était cidérée ; j'étais
au chômage. mais franchement, je lui ai dit que la moitié de paris et l'ouest était énorme alors j'attendrai que ce soit plus près. du coup, on m'a proposé une mission à 30 min de chez moi ! je
pense qu'il faut aussi savoir imposer son rytme de vie, ses préférences, ne pas laisser la fatalité prendre le dessus ! @ bientôt.



Le Mousquetaire des Mots 01/12/2010 21:17



Tu as bien raison. Se laisser marcher sur les pieds sous prétexte qu'on cherche du travail est contournable pour peu qu'on en ait l'envie et qu'on sache le
faire sentir à la personne qui nous fait face. Cependant, selon la personne, ça marche ou pas. Et c'est bien le hic. On peut se retrouvre grosjean comme devant, sans autre alternative que
d'accepter l'inacceptable. Ca m'est arrivé. Je n'ai pas vraiment goûté la plaisanterie, mais je n'avais pas d'autre choix que d'accepter. Je ne regrette pas d'avoir cédé car j'avais besoin de
travailler et au fond, j'ai pu m'en accommoder. Mais c'est vrai que je n'habite pas Paris, mais une ville de province. Et je suis à 20 minutes de mon boulot. Ce n'est pas négligeable même si rien
n'est totalement parfait. Lorsque sera venu le moment de partir, je ne regretterai rien et surtout pas de m'en aller. Je regretterai encore moins l'entourage qui me pèse : trop conformiste pour
moi. Dieu merci, il y a ma vie à côté et c'est bien cela qui est intéressant. Au boulot, je ne pense à rien et quand je suis enfin chez moi je ne pense pas au boulot. Ce sont deux vies bien
différentes, très cloisonnées, totalement étanches. Et heureusement. Savoir faire abstraction de tout ce qui déplaît et se consacrer à ce qu'on aime vraiment, c'est tout ce qui
compte.


Je te souhaite une excellente soirée. A très bientôt.



Tibicine 01/12/2010 12:46



Absolument d'accord pour ne plus avoir de véhicule! Cela fait longtemps que je me tâte pour abandonner la mienne ; encore que je ne la prend que 2 fois par semaine...Je tente de faire le max à
pieds ou en bus voir métro et rer..Au fond, il suffirait que les gens cessent de se rendre au travail en bagnole ; d'autant que chacun est SEUL dedans ! Allez dansez Milord (clin d'oeil à mon
dernier article) Tibicine.



Le Mousquetaire des Mots 01/12/2010 19:05



Nous sommes deux à être d'accord sur le mopins de bagniles. C'est déjà beaucoup. SQauf que nous allons en fâcher plus d'un, surtout ceux qui habitent en
périphérie des agglomérations. Venir de nulle part à pince ou en bus, c'est la galère. Et pourtant, pourquoi s'exiler dans des trous perdus quand on travaille ? A chacun ses choix. Le mien du
plus de voiture date d'il y a 14 ans. Je vais sans et je ne m'en porte pas plus mal. Il suffit de savoir calculer le temps des déplacements, de prendre ses précautions quant aux horaires. On ne
fait pas les mêmes choses, c'est vrai, mais au moins on ne pollue plus et on vit différemment. Je ne regrette rien, même si parfois ça coince. Avec la manie de mettre les surfaces à l'extérieur,
ça ne simplifie rien. Mais le système débrouille remplace le confort tout relatif du tourt bagnole.


Je te souhaite une bonne soirée. En espérant que la neige et le froid ne nuise en rien à ce que tu fais.


Amicalement            Fred



Jean-François Vionnet 01/12/2010 11:09



Depuis 46 ans que je conduis, j'ai quelques souvenirs de neige, en particulier Le Puy Rodez, sur une route blanche immaculée, et avec comme voiture une Ford Capri 2,6 RS. Et bien, je ne sais pas
si je savais mieux conduire que maintenant, mais j'y suis arrivé en entier. Et la semaine dernière, coincé au Chambon sur Lignon, pour la première fois de ma vie, ne plus pouvoir avancer, ça
devient très dur de circuler quand il y a neige, maintenant.


Mon dilemme ce matin, est-ce que je mets les chaines pour aller chercher le Canard Enchaîné, ou j'attends demain.


Amitiés enneigées de l'Ardeche.



Le Mousquetaire des Mots 01/12/2010 12:10



Attends demain, il n'y a pas eu de livraison nationale aujourd'hui. Dixit mon buraliste. Et effectivement, aucun des quotidiens ou hebdomaires nationaux ne
trônaient dans les présentoirs habituels. Le désert en quelque sorte. Si la neig cesse de tomber, sans doute pourrons-nous acquérir demain ce qui nous fait défaut aujourd'hui.


Les rues du côté de chez moi sont vides. Le silence est toujours de mise. NE serait-ce les bouillasses au bord des trottoirs et dans les caniveaux, se
promener serait agréable.


Bonne journée à toi Jean-François même si l'Ardèche est sous la neige


Amicalement              Fred



Tibicine 01/12/2010 10:52



Cher Mousquetaire...Je me souviens de quelques hivers dans les années 80 où Noël était enneigé...Ce n'est évidemment pas d'aujourd'hui. Toutefois, il semble que nous entrons dans une nouvelle
ère...Les scientifiques sont toujours divisés, qui croire ? En tout cas, que l'on cherche à réduire les émissions de gaz est de toute manière une bonne chose ; ozone ou pas ozone ! @ bientôt.
Tibicine



Le Mousquetaire des Mots 01/12/2010 12:17



Bonjour Tibi,


Les scientifiques ont des thèses opposées, cela va sans dire. Du coup, il y a polémique. Grand bien leur fasse ! Pour les gaz à éliminer, je suis d'accord.
L'été, par chez moi, des vapeurs montent du macadam, rendant irrespirable l'air. Quand aux pollutions plus visibles, l'état des façades est tel qu'il ne sert à rien de les ravaler : il ne faut
pas un an pour qu'elles soient à nouveau noircies. Je supprimerais volontiers les voitures, ce qui améliorerait l'environnement. Entre la pollution atmosphérique qui nous rend allergiques et la
pollution sonore, ce n'est pas la joie. Même les campagnes ne sont pas épargnées, surtout en période estivale. Quant aux voitures électriques, cela requèrera tellement d'énergie, qu'on
abondonnera très vite ce filon dans lequel les entreprises se sont engouffrées comme un seul homme. Il n'y a qu'à voir la bagarre publicitaire qu'elles se font en mettant en avant la baisse du
CO2. Absurde. Les coûts sont astronomiques, donc peu de gens pourront s'équiper. Donc, le problème reste entier. Quant à l'essence végétale, elle risque d'induire des effets encore plus néfastes
pour l'homme : je ne voudrais pas rouler en sachant que des hommes meurent de faim parce que l'occident veut à tout prix jouir d'un confort relatif.


Bonne journée à toi. Amicalement             Fred



Pat59 01/12/2010 10:45



Bonjour Fred,


Je ne vais pas en remettre une couche sur le réchauffement climatique, mais où je peux te donner une piste sur l'état
des routes.


Dans mon jeune temps, où j'étais routier, j'ai été "réquisitionné" par mon patron qui faisait l'épandage et le chasse neige, le souci ne vient pas du salage ni de la prévention, c'est
complétement inutile, car pour que ce soit efficace il faut qu'il y ait de la circulation pour que le sel fasse son travail, et la particularité de la neige a pour effet justement de réduire la
circulation, en exemple la bande de gauche sur l'autoroute, pourquoi est-elle toujours plus enneigée que celle de droite alors qu'elle est salée au même titre que l'autre ? Pour ce motif... moins
de circulation sur cette bande et simplement déposer du sel sans mouvement le rend inutile, idem pour la ville, paralysie des petits axes peu fréquentés pour ne pas parler du reste.


Ce que nous voyons n'a rien d'exceptionnel, je me rappelle il y a quanrante ans c'était fréquent, et notre plaisir d'enfant complet, ah les belles patinoires et bonhommes de neige... bon, pour
ceux qui bossent... nettement moins marrant


Amitiés gelées et non moins sous la neige dans mon nord presque polaire.


Pat



Le Mousquetaire des Mots 01/12/2010 12:21



Bonjour Pat,


J'ignorais ce "détail" : l'absence de circulation réduit les effets du sel... Et comme on ne sale que les routes ou les rues, l'état des trottoirs laisse à
désirer. Surtout s'il n'y a pas de magasins pour remplacer les cantonniers. Dérapages plus ou moins contrôlés assurés.


Ca doit être beau du côté de chez toi. mais hors cette beauté toujours spectaculaire, il ne doit pas faire très chaud et ce ne doit pas être pratique de
circuler. Autant alors  ne pas oublier le sel (de cuisine).


Bonne journée à toi et ta tendre épouse. Avec toute mon amitié.       Fred



Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche