Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 11:59

Ce siècle qui n'en est qu'au dixième de son existence semble réveiller les démons de la terre. La nature se rebellerait-elle contre son colonisateur ?

Tsunamis, tempêtes, tremblements de terre, typhons, cyclones, inondations, glissements de terrain..., tout se conjugue pour rappeler à l'homme qu'il n'est qu'un hôte indésirable. Et pourtant, notre bonne vieille terre est parfaitement vivable, elle possède tout ce dont nous avons besoin. Alors pourquoi ces fâcheries successives depuis que le troisième millénaire a entamé sa course ?
Si ce n'étaient que bouderies espacées, on ne se poserait pas de question. Mais voilà que tout arrive de plus en plus vite. On est à peine remis d'une catastrophe qu'une autre lui succède sans qu'on ait pu reprendre notre souffle. Les appels à l'aide retentissent quotidiennement à nos oreilles, au point que cela en devient assourdissant. Où donner de la tête ? Et du porte-monnaie ?

Solidaires ? Le sommes-nous ? En apparence en tout cas. Peut-être parce que nous pensons sans le dire que cela pourrait bien nous arriver. Alors notre générosité est dictée par notre égoïsme. Car enfin, nous qui avons domestiqué la nature, nous lui sommes redevables solidairement puisque nous avons maîtrisé ses cours d'eau, dégarni ses fôrets, creusé son sous-sol, extirpé de ses entrailles les éléments énergétiques dont nos société ont besoin. Sans penser que toute vie s'épuise, même la vie fossile. Le climat se réchaufferait pour cause d'industrialisation intensive, par rejets dans l'atmosphère de gaz empoisonnés.

L'homme a  domestiqué (ou rendue esclave ?) cette nature qui nous procure tout. La tentation est grande de ne pas tenir compte des effets à long terme de cet asservissement. Après moi le déluge, semblons-nous répondre à chaque cataclysme. C'est faire bien peu de cas de ce que la nature a su nous procurer. Pas étonnant donc qu'elle se fâche et lâche sur nous ses fureurs.


Partager cet article

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans Mauvaise humeur
commenter cet article

commentaires

ledif trocas 10/03/2010 08:52


Cher Fred
entre quelques disparitions d'êtres chers -qui m'ont, malgré mon cynisme, un peu marqué- et la situation délicate dans laquelle se trouve la Grèce, je n'avais plus trop le
coeur à m'exprimer dans la légèreté. Mais je ne vais pas tarder à me remettre sur le "po".
Merci pour la SYMPATHIE de tes messages.
ΦΙΛΙΚΆ  


Fred de Roux 10/03/2010 10:01



Tu parles de légèreté. Ce n'en est pas malgré l'aspect plaisant qui saute d'abord aux yeux. Oui, on peut penser que tes acrostiches ne sont que plaisanteries, mais leur fondement est sérieux.
Donc, ne diminue pas le poids qu'ils ont car ils sont mûrement réfléchis et sacrément engagés. C'est là tout l'art de savoir dire les choses sans avoir l'air d'y toucher. Une manière comme une
autre de faire passer des messages. Je ne crois pas que cela trompe qui que ce soit.

Parfois il faut du temps pour canaliser ses traumatismes. Alors autant l'admettre et faire avec dès qu'on a passé le cap. La vie est un long apprentissage auquel nul ne peut échapper. Il revient
à chacun d'en prendre conscience et de faire avec. Le fait d'exprimer ce que l'on ressent, quelle que soit la forme qu'on adopte, est toujours le premier pas vers l'acceptation et le bond en
avant.

Je te souhaite une bonne journée. Avec toute mon amitié           Fred



Hécate 09/03/2010 22:36


Eh! bien...J'espère pour toi que le vent sera moins fou . On s'inquiète toujours pour les amis ...
Le commentaire était certainement "infesté " à l'insu de la personne qui a posté ,car j'ai son estime depuis des mois.
Il s'est produit probablement une intrusion qui a mis mon ordinateur en panne : écran noir. Il est chez le réparateur. J'écris depuis un matériel prêté.
Et ,ma mère est restée tombée par terre à 4h du matin chez elle jusqu'à 10h 30 . Pas de mal ,par chance ,mais il serait temps qu'une maison de retraite accepte sa demande .Les aides à domicile
sont trop débordées. Et ,moi je ne peux être partout.
Oui OB a bien trouvé ce qui clochait .Au deuxième courriel . Et j'avais annoncé sur mon blog un avis de mon ennui :)
         Bon courage pour demain Fred
                                                    
Hécate


Fred de Roux 10/03/2010 09:48



Bonjour Hécate,

Encore des soucis avec ta mère. C'est malheureusement inévitable, mais si les places en maison de repos étaient en plus grand nombre ainsi que celles des maisons de retraite, tu serais moins
inquiète car elle serait prise en charge. Du moins comme on sait le faire dans ces maisons-là. La vieillesse a ceci de triste que l'on devient dépendant. Je sais que ce n'est pas facile à vivre.
C'est même un souci constant. Etrange de constater qu'avec le temps qui passe, nos parents qui avaient du souci pour nous sont un jour, à leur tour, notre souci principal. Renversement de
situation total.  Il faut beaucoup de patience ainsi que de détachement pour continuer à vivre normalement, malgré les inquiétudes et le besoin de savoir que nos géniteurs sont entre de
bonnes mains.
J'espère pour toi que ce problème quotidien sera résolu rapidement et que tu retrouveras une dynamique qui t'est propre.

Amicalement           Fred



Hécate 09/03/2010 19:35


Un commentaire pigé a jeté le désordre chez moi !!!!!!
OB a répondu relativement vite . Et l'intrus qui causait le bloquage a dû être éliminé ...
Seulement ,les ennuis ne viennent jamais seuls ...
                Bonsoir Fred
PS : un vent glacial souffle depuis plusieurs jours.
                                                                 
Hécate


Fred de Roux 09/03/2010 19:45


Bonsoir Hécate,

Ce commentaire, comment est-il parvenu sur ton blog ? Tu as de nombreux lecteurs, était-ce quelqu'un de nouveau ? Si je comprends bien, ton blog était inaccessible pour cause d'un olibrius qui
avait semé la pagaille. J'espère que cela ne m'arrivera jamais, cela me mettrait en rogne.
Tu as de la chance que OB ait réagi et fait le nécessaire. Mais pouquoi dis-tu que les ennuis ne viennent jamais seuls ? Y aurait-il des conséquences néfastes su ton site ? Tu n'es pas très claire.
Si tu voulais éclairer ma lanterne, je patauge en plein brouillard...

Ici aussi le vent qui vient du nord est glacial, mais pas seulement puisqu'il est si violent que j'ai failli prendre une porte en pleine figure. J'ai réussi à échapper à la catastrophe, mais de
justesse. S'il consentait à tomber, ce serait bien. D'autant que demain je dois faire des démarches qui me verront rôder dans les rues. Vivement le printemps et sa douceur !

Bonne soirée. Amicalement          Fred


segolin 09/03/2010 14:09


Cher Fred ,il n'y a pas que la nature qui se fache moi aussi je viens sur mon blog
de tailler un costume au nain et je pense avoir reussi!
N'avait-il pas  souhaîté que l'on construise en zonne innondable  lors d'une envolée lyrique dont il a le secret....
En tout cas lui et son UMP ils ont dereglé la France et malheureusement pour trés longtemps!
Don Marco segolin qui te salue!


Fred de Roux 09/03/2010 19:50


Bonsoir Don Marco Segolin,


J'ai visité ton blog récemment et je n'ai pas vu l'article dont tu parles., donc je vais m'y rendre incontinent. En revanche, j'ai lu avec beaucoup de plaisir tes poésies et j'ai particulièrement
apprécié tes vers dédiées aux femmes. Je sens que tu es un grand amoureux et tu sais l'exprimer merveilleusement. Ca change des poncifs qu'on trouve généralement. Tu as la plume alerte, tes mots
savent rimer entre eux avec harmonie. Si les femmes ne sont pas satisfaites, c'est qu'elles sont difficiles.
Ne te laisse pas démoraliser : un jour la roue tourne.

Amicalement          Fred



ledif trocas 09/03/2010 10:27


des gens salissent sans vergogne parce que derrière eux d'autres nettoient
des gens polluent sans vergogne parce que derrière eux d'autres épurent
des gens détruisent sans vergogne parce que derrère eux d'autres reconstruisent
cycle infernal animé par une race infernale: la race humaine
cela finira par la disparition de cette race
PRèS DE DISPARAÎTRE SOYONS PRÊTS à DISPARAÎTRE

oh là là! je suis drôlement optimiste ce matin!


Fred de Roux 09/03/2010 20:02



Dis-moi LT, aurais-tu la fibre pessimiste aujourd'hui ?
Ton article en forme de dictons est bien fichu. Tu recenses tout ce qui fait que les villes et les campagnes deviennent des décharges publiques, tout ce qui fait que la vie effectivement devient
invivable. Parce que les gens sont égoïstes et insouciants. Parce qu'ils sont mal éduqués. Et surtout jmenfoutistes. Les pratiques actuelles relèvent de l'incivilité pure et la norme c'est "Après
moi le déluge".
J'aime bien ta formule à l'emporte-pièce : PRèS DE DISPARAÎTRE SOYONS PRÊTS à DISPARAÎTRE.
Effectivement, c'est diablement pessimiste. Mais l'émoticone rigolard est là pour que je devine derrière ces propos l'envie de plaisanter malgré le sérieux de tes
phrases.
Au fait, tu fais quoi en ce moment : je ne reçois plus l'alerte à laquelle j'avais pris l'habitude de répondre dès que je le pouvais. Tes acrostiches me manquent. Dis, tu ne voudrais pas t'y
remettre ?

Bonne soirée mon vieil ami. e te salue de chez moi, ici, dans ce pays béni qui m'a vu naître mais qui devient de plus en plus insupportable.

Amicalement         Fred



La Bernache 09/03/2010 10:08


La conscience est longue à s'ouvrir pleinement en fait - je me souviens avoir été très étonnée par la réflexion d'une personne raisonnable pourtant , qui gaspillait l'eau , me répondant
ingénument  " il y en a beaucoup "  Elle était très riche et bonne , pourtant , pas un instant elle n'avait conscience que dans d'autres endroits de la terre , des peuples entiers
n'avaient pas accès à l'eau potable - Ne serait-ce que pour le respect qu'on doit à leur peine j'ai toujours été très sage dans ma gestion personnelle de l'eau - c'est parfois contraignant mais
nécessaire - Oui j'ai l'impression aussi que Dame Nature se rebelle et ce n'est que le commencement - par contre , une solidarité égoïste moi je la pratique et j'en souhaite beaucoup ! c'est la
conscience un peu plus ouverte ! Bonne journée cher Fred 


Fred de Roux 10/03/2010 09:54



Bonjour Blanche,

Ce que tu me racontes n'est pas pour m'étonner. Nombreux sont ceux qui refusent de prendre compte les réalités dont souffrent certains pays et auxquelles seront confrontées les générations à
venir. C'est tellement plus simple ainsi. Facilité ou inconscience ? Je ne saurais  le déterminer. Si les politiques, toutes tendances confondues, étaient pédagogues, nul doute que les
populations seraient plus sensibles aux problèmes de raréfaction des produits offerts par la nature. Mais il faut reconnaître que, pour l'instant, hormis quelques envolées lyriques permettant de
récolter des voix, aucun d'entre eux n'agit dans le bon sens. Tout ce qui les intéresse, ce sont les taxes qu'ils peuvent imposer aux contribuables. Comme si cela pouvait permettre de résoudre
tout. Etrange conception du monde...

Bonne journée, chère Blanche. Amicalement         Fred



ledif trocas 07/03/2010 09:15


mes excuses pour les fautes
un peu fatigué... la "crise" m'a donné du travail...


Fred de Roux 07/03/2010 12:09



Qui ne fait pas de fautes ? Tout est pardonné.



ledif trocas 07/03/2010 09:05


le problème est complexe, voire insoluble
on devant le terrible dilemme: développement ou conservation
mais la meilleure position est peut-être le j'm'enfoutisme
puisque nous sommes venus au monde par hasard et nous en sortiront par accident(s)
pas facile quand même, le j'm'enfoutisme


Fred de Roux 07/03/2010 12:09



Complexité, dilemme, j'menfoutisme. Autant de mots complémentaires et contradictoires. A l'image même de l'homme. Aurions-nous un penchant pour la réflexion ? Sans doute.



ledif trocas 07/03/2010 07:16


L'idée de dame Nature réduite à l'esclavage et qui se révolte me plait bien. Elle est très poétique. On peut se demander comment elle aurait évolué sans intervention de l'homme. Du moins avec des
interventions minimales (chasse, coeuillette, petite pêche) comme cela se fit pendant près de 1000 ans en Polynésie.
Mais tout cela n'est-il pas fatal à partir du moment où les êtres humains se multiplient sans limite? Faut-il s'en inquiéter, le regretter, le combattre? ou, au fond se résigner et accepter que ce
monde qui s'est fait sans nous continuera à exister après nous. Ou n'existera plus... mais ça on ne le saura jamais...


Fred de Roux 07/03/2010 12:08



Bonjour Ami Fidèle,

Oui, la nature a été réduite à l'esclavage par l'homme, alors que pendant des millénaires elle se formait et offrait aux animaux supérieurs tout ce dont ils avaient besoin, sans restriction. Si
la vie fut dure pour les premiers qui avaient tout à découvrir de ses largesses, elle le redevient parce que l'homme a voulu en soutirer les possibilités. Au fond, on peut se demander si
l'invention de la pierre taillée, celle de la roue et tout qui s'en est suivi auraient mieux fait de n'être pas découvertes. lLhomme est sans doute génial et a évolué, mais à force de productions
techniques, il ne sait plus trouver de frein à sa gloutonnerie et encore moins à sa soif de pouvoir.
Que la nature se rebiffe et le fasse savoir, ce n'est pas ce qui arrêtera l'homme dans ses "prouesses" financières ultra-libérales. Le toujours plus est une pente savonneuse sur laquelle on
dépare à grande vitesse.
Scientifiquement, on sait que les changements "naturels" se succèdent au fil des millénaires. La domestication apparente des éléments est un leurre. Il faudra bien à un moment ou un autre revenir
à des actes moins discordants et admettre qu'on n'est pas grand chose dans le cosmos. C'est peut-être pour cela que la notion de déité est née face aux peurs humaines. Il fallait bien trouver une
explications aux phénomènes ue l'homme ne jugulait pas, faute de moyens. Ce ne sont pas les prouesses techniques qui empêcheront les éruptions ou les inondations. Peut-être faudrait-il que
l'homme disparaisse de la surface du globe terrestre pour que la nature reprenne ses droits et fasse émerger de nouvelles espèces, voire l'espèce humaine, pour que l'équilibre des choses soit la
norme.
Nous ne connaîtrons pas ce renouveau et peut-être est-ce bien pour nous. Mais ceux qui vivront "l'armaguédon" n'auront aucune chance de s'en sortir. Ca risque d'être terrible.
Après ces propos philosophico-pessimistes, je te souhaite un excellent week-end sous le ciel bleu de Grèce.

Amicalement        Fred



elen 06/03/2010 16:23


Bonjour Fred,
Autrefois les hommes craignaient, selon moi à juste titre, la colère des Dieux!
Aujourd'hui un matérialisme orgueilleux a fait croire à l'homme qu'il pouvait tout dominer, y compris la nature. Il me semble que c'est une erreur que nous n'avons pas fini de payer! 
De toute façon compassion et solidarité vis-à-vis des victimes, c'est tout ce que nous pouvons faire!
Bonne fin de w-e- et amitiés!
Elen 


Fred de Roux 06/03/2010 21:07



Bonsoir Elen,

A défaut de la colère des dieux, il y a les colères de la nature. Colères justifiées puisque nous épuisons nos ressources sans vergogne. On doit se prendre pour des dieux et se croire au-dessus
de la nature. Elle, elle n'oublie pas que nous sommes partie intégrante de sa vitalité et envoie des signaux qui devraient nous faire réfléchir. Les avancées techniques ont perverti la vie et les
esprits. Et c'est bien le matérialisme qui nous jette droit dans les enfers. L'homme a tendance à se couper l'herbe sous les pieds en usant et abusant des biens naturels. Il ne faudra pas pleurer
quand il n'y aura plus rien...

Bon weekend à toi et les tiens. Amicalement             Fred



Rype 06/03/2010 16:21


La Terre nous rappelle sa toute puissance... Malheureusement, ce ne sont jamais les véritables "coupables de sa maltraitance" qui sont emportés dans ses catastrophes !
Depuis quelques années, la nature se déchaîne... Cela permettra enfin de se rendre compte de tout le mal qu'on lui a fait subir, et peut-être que chacun pourra y voir les méfaits du réchauffement
climatique.
Il serait grand temps que les hommes apprennent à vivre avec la nature, en harmonie et non pas DE la nature !


Fred de Roux 06/03/2010 21:01



Bonsoir Rype,

Les sociétés sont devenues tellement sophisthiquées qu'elles en ont oublié qu'elles aussi appartiennent à la nature. Autrefois aux signes du ciel, on pouvait savoir le temps qu'il ferait. Au vol
des oiseaux, on savait que le printemps arrivait. Bref, tous les instincts naturels ont été refoulés pour laisser place aux progrès, et quels progrès ! Tout n'est plus que technique, les savoirs
anciens n'ont plus cours et on s'en moquerait presque. Pourtant, les anciens en savaient davantage que nous. Malheureusement, nous ne savons pas être modestes. Et nous le payons au prix fort.
Sans retourner au temps des cavernes, il faudrait peut-être envisager un retour aux sources, à la nature. Mais en sommes-nous capables ?



sixtine 06/03/2010 14:18


Nous ne sommes que des petits débris humains, face à l'immensité de l'univers !
Nous ferions bien de ne jamais l'oublier ; nos vies n'ont de valeur que pour nous-mêmes ou nos proches ... Le cycle de l'existence des espèces ne nous rend pas prioritaires et, vu nos
comportements, je penserais même plutôt le contraire ...
Que la nature reprenne ses droits est dans l'ordre des choses, même s'il nous faut payer un lourd tribu. De toutes façons, ce n'est que le début des hostilités !
Bon week-end, Fred !


Fred de Roux 06/03/2010 20:55



Bonsoir Sixtine,

Petits débris réduits à rien en peu de temps. La moindre tourmente balaie tout. Cela ne nous apprend cependant pas grand chose puisque nous continuons à
gérer nos petites vies comme si de rien n'était.
Tu es encore plus pessimiste que moi (je te cite : "ce n'est que le début des hostilités"). Mais c'est vrai que les précipitations de ces
dernières années laissent supposer un retournement peu banal de la nature contre l'homme. Espérons quand même que la nature n'ira pas jusqu'à
l'extinction de l'humanité.

Bon weekend. Amicalement          Fred



dominique 06/03/2010 14:06


c'est difficile toutes ces personnes touchées un peu partout. On entend bien sur un discours sur l'évolution du climat mais on entend aussi les recuperations politiques  derrière  ces
événements
la nature rend humble aussi...


Fred de Roux 06/03/2010 20:48



Bonsoir Dominique,

L'humilité, certes, mais pas chez les politiques qui se bousculent pour se montrer et récupérer de l'audience... Comme si ceux qui se retrouvent confrontés aux éléments avaient besoin d'établir
une espèce de relation médiatico-politique... On se demande jusqu'où peut aller l'indécence.



Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche