Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2010 7 01 /08 /août /2010 03:01

 

Vous vous souvenez certainement de cet employé en charge du web qui fut licencié il y a un an pour avoir écrit à son député ce qu'il pensait de l'hadopi. Ledit député a transmis le courrier au ministère de la culture lequel ministère en a informé l'employeur du responsable web. Il avait saisi les prud'hommes puis déposé plainte près le tribunal pour discrimination pour opinions politiques, plainte qui aurait été classée sans suite.

 

Cet ex-employé qui avait écrit en son nom propre et non au nom de son employeur vient de fonder une association Affaire d'opinion car il entend alerter le public des conséquences futures de son licenciement et des répercussions qu'il peut avoir pour tout un chacun.

 

Si cela vous intéresse, je vous conseille la lecture suivante puisqu'elle concerne la liberté d'expression :

http://www.pcinpact.com/actu/news/58512-hadopi-tf1-cabinet-albanel-licenciement.htm

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Liberté
commenter cet article

commentaires

site licenciement pour faute grave 17/10/2014 22:33

Comme je découvre cet article seulement en 2014. Cela me rappelle une affaire qui m'avais surpris à l'époque. J'aurais aimé en savoir plus sur les circonstances de ce licenciement et sur ses suites, mais je n'ai rien trouvé.
Concernant l'interdiction pour l'employeur de fouiller dans les documents personnels se trouvant sur l'ordinateur d'un salarié évoqué par un commentateur, c'est exact. Mais attention, il faut que le dossier soit bien indiqué "personnel". Dans "mes documents" ou sous le nom "mes dossiers"... ce n'est pas confidentiel et l'employeur a parfaitement le droit d'y accéder comme dans dans n'importe quel autre dossier ou message se trouvant sur l'ordinateur professionnel d'un salarié.
Bien cordialement

Jean Georges 05/08/2010 00:23



Bonsoir Fred,


 C'est sans nul doute une des premières victimes connues. Mais il y en a surement eu d'autres qui ont préféré garder le silence. C'est grave, la chasse aux sorcières, la délation, les petits
rapporteurs sont prêts pour un lessivage général des brebis égarées, des empécheurs de tourner en rond , de ceux qui ne rentrent pas dans le moule. Je viens de visiter Autchwitz, on sait ce qui
se passait en Allemagne une petite dizaine d'années avant la création des camps de la mort. JG.



Le Mousquetaire des Mots 05/08/2010 08:37



Bonjour Jean-Georges,


Je me doute bien qu'il n'y a pas qu'une seule personne à pâtir de l'hégémonie de la pensée unique. ce que je réprouve dans cette affaire, c'est la manière
employée pour le paatron puisse licencier sans embages la "brebis galeuse" qui avait osé informer de ses opinions son député. Bizarrement, le "devoir de réserve" cher aux fonctionnaires ne semble
pas s'appliquer aux élus. Et pourtant, ne sont-ils pas des "fonctionnaires" eux aussi ? Ils sont censés représenter l'opinion de leurs électeurs mais ce n'est pas une raison pour réexpédier le
message reçu avec nom et adresse. C'est carrément goujat, mesquin, tendancieux. Mais il faut dire que l'atmosphère depuis quelque temps est hautement délétère.


Bonne journée



philippe 01/08/2010 16:42



La société à laquelle on participe ne souhaite pas que des personnes s'expriment librement de peur de perdre leurs privilèges...



Le Mousquetaire des Mots 01/08/2010 17:55



Bonjour Philippe,


Ta visite me fait plaisir. Il y avait si longtemps que je n'avais de nouvelles de toi... Tu viens d'émettre une évidence, du moins pour ceux qui pensent et
tentent de réfléchir. Que veux-tu, ça dérange qu'on puisse voir des idées qui vont à l'encontre de celles qui ont pignon sur rue. Vraisemblabement une question d'époque ; la société se ferme sur
elle-même et le pouvoir l'y incite. Société finissante donc, trop frileuse pour se remettre en question et voir par où elle pêche. Les trublions qui osent avancer leurs opinions ne sont pas les
bienvenus. Dommage, car c'est de la critique que naissent les avancées sociales. Mais c'est vrai que de nos jours lesdites avancées sociales sont devenues peaux de chagrin. Seul le fric compte.
Et comme cela représente, en pleine propriété, à peine 5% des habitants de la planète, il y a du mouron à se faire pour les 95% restants.


Bonne fin de dimanche (ici il pleut et mon décodeur a sauté. Tant pis, je ne regarderai pas la télé : de toute façon,, les programmes ne valent pas
pipette).


Amicalement          Fred



sylvie 01/08/2010 09:16



Bien vu Pat, l'inénarrable procureur Courroye est encore en première ligne !


Reste la cour européenne de justice, qui devrait être compétente…



Le Mousquetaire des Mots 01/08/2010 10:58



Bonjour Sylvie,


Mise à part ce recours, on n'est de plus en plus sans défense. Et ce type d'exactions est appelé à se multiplier : nous sommes tous des délinquants
potentiels, donc point de quartier. A quand le couvre-feu, l'interdiction de se regrouper et autres rétorsions injustifiables dans un état de droit ?


Bon dimanche malgré tout. Amicalement          Fred



Pat59 01/08/2010 08:28



Bonjour Fred,


Cette affaire ne manque pas de me laisser pantois. D'ailleurs à l'époque j'avais poussé un "coup de gueule".


Savais-tu qu'un employeur ne peut pas mais alors strictement pas te liciencier sur la base d'un tel courriel qui serait d'ordre privé
(attention, l'usage du nom de domaine de la société rend le courriel nominatif au nom de celle-ci, donc une adresse mail @TF1.fr rend le courriel officiel au nom de TF1 et là oui, il peut être
licencié) ainsi qu'il ne peut pas non plus se servir d'un élément trouvé dans l'ordinateur de l'entreprise ?


Ainsi, une personne disposant d'un ordinateur d'entreprise qui aurait un dossier personnel sur celui-ci, l'employeur ne peut tout simplement pas l'ouvrir et encore moins se servir du contenu de
celui-ci pour licencier quelqu'un, ce dossier contiendrait une offre d'emploi pour le concurent et bien l'employeur ne peut pas s'en servir pour licencier ! La loi sur la vie privée interdit ce
genre de chose.


Ce qui est troublant c'est le classement sans suite par le procureur magistrat juge Courroye ne serait-ce pas le fameux juge dont l'impartialité ne peut être mise en doute et dont les liens d'amitiés avec un certain Nicolas
Sarkozy ne serait que fortuit ?


Il a du boulot le Jérôme pour gagner, David contre Goliath et j"espère que c'est le petit David qui va foutre la pâtée au géant TF1.


Ce n'est même plus une atteinte à la liberté d'expression c'est une atteinte à la vie privée et à la liberté d'expression !!!!


Amités


Pat



Le Mousquetaire des Mots 01/08/2010 10:52



Bonjour Pat,


Oui, il y a de quoi en rester baba ou en tombr sur le cul. D'autant que c'est effectivement une atteinte à la vie privée et à la liberté d'expression. Les
raisons qui ont déclenché ce licenciement sont "abusives", du moins me semble-t-il. Comme quoi tu n'as qu'à fermer ta gueule si tu veux conserver ton job. Là, c'est du privé dont il s'agit, mais
dis-toi bien que dans les administrations il y a également des pressions exercées sur les agents et que les mutations sans concertation ne demandent guère de temps. On les met au pied du mur et
ils ne peuvent qu'accepter ce changement d'affectation. Peu importe le prétexte : il suffit qu'ils déplaisent à quelqu'un de bien placé, ou qu'ils ouvrent trop leur "claque-merde" (expression que
mon paternel employait souvent et qui résume bien ce qu'est la chose reprochée).


Tu évoques David et Goliath : encore une expression (venue tout droit de la bible) dont on va retrouver souvent (trop souvent) des exemples gratinés. Mais il
y a certainement des David qui sauront combattre les Goliath. Et là, ça va faire mal.


Bon dimanche à toi, dans le calme d'une douce journée en compagnie de ton épouse.


Amicalement            Fred



Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche