Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 15:41

Blanche m'a demandé d'aller sur son site. Ce que je viens de faire. A mon tour de vous faire redécouvrir un Iran insoupçonné. Une jeunesse, comme toutes les autres jeunesses, éprise de liberté et rêvant d'autre chose que de répression. Un black-out total sur des événements terribles. Révolte, milices, tirs, arrestations, tortures, loi du plus fort (du moment, seulement du moment), tout y est. Comment peut-on oublier que, un peu plus loin de nos frontières, se joue des drames ? Comment pouvons-nous ne pas nous émouvoir devant cette jeune fille qui meurt sous nos yeux ( c'était en 2009) et déjà nous avons remisé le plus loin possible cette image violente qui nous a sauté à la figure. Deux ans, c'est bien peu dans une vie et pourtant, c'est suffisant pour que nous ne sachions plus reconnaître où et comment tout se joue, les violences qui sévissent sur le globe sans que cela nous émeuve plus longtemps que l'instant où les drames nous assaillent sans crier gare. Alors faisons l'effort de nous souvenir de Neda, venue troubler nos petites vies par la violence de sa mort. Elle mérite mieux que cet oubli, ce repli sur soi et ses petits soucis. Ceux qui ont été abattus ne méritent pas non plus d'être enterrés une seconde fois parce que nous préférons zapper ce qui nous dérange.

http://apiskreen.myskreen.com/programme/4235671-chroniques-d-un-iran-interdit/play-11445157-arte?apiSkreen=4e3b7d72458f915822a2d52f29e0a143629f42cc

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Liberté
commenter cet article

commentaires

ledif trocas 16/06/2011 04:27



Neda est aussi le nom d'une rivière du Péloponnèse
Dans la mythologie Neda était une déesse des eaux vivant dans cette rivère Qui prend sa source au mont LyQos et descend au fond de gorges profondes jusQu'à la mer ionienne. Neda et ses Qopines Agno et Thissoa avaient assuré une partie de l'éduQation de Zeus; je te laisse deviner
Quelle matière.
je vais parfois me promener par là-bas. La prochaine fois j'entrerai dans le lit de la rivière et je le remonterai jusqu'au sommet de la montagne pour de là haut insulter les tyrans
perséQuteurs de jeunes innocentes.


à histoire d'O Q bleu


ΦΙΛΙΚΆ



Pat59 15/06/2011 22:06



Que dire de plus que ce que tu as écris chez Blanche ? Sur vos deux articles et la vidéo tout est dit pour ceux qui veulent vraiment reflechir.


Toutes mes amitiés.



Le Mousquetaire des Mots 15/06/2011 22:59



Bonsoir Pat,


Nous sommes trop oublieux des problèmes qui ne sont pas les nôtres et c'est bien regrettable. Ai-je parlé de la Syrie où les manifestations sont cruellement
réprimées ? Que veux-tu ? Tout va si vite, trop vite. Même si l'on est attentif au monde, on ne peut tout gérer. Il faudrait plus qu'une vie pour dénoncer cette période faite d'espoirs contrariés
et de turbulences violentes. Alors il ne reste plus qu'à tenter d'être présents à ces histoires lointaines et de prendre conscience que le monde est en train d'amorcer un virage important, sans
doute l'un des plus importants depuis plusieurs décennies. Si nous sommes une civilisation en perte de vitesse, d'autres semblent aspirer à prendre le relais et se montrer conquérantes, dans le
meilleur sens du terme puisqu'il s'agit de liberté et de démocratie.


Cette mère qui parle de son fils a bouleversé ma journée. Quelle tristesse que ces pans de vie tronqués par la cruauté humaine et la soif sanguinaire des
dictateurs ! Tant d'injustice donne envie de crier : on ne donne pas la vie pour la voir fauchée ainsi. C'est un monde absurde où les brutes semblent avoir raison. C'est quand j'entends cette
mère poser des questions essentielles que je prends conscience que nos problèmes sont vains. Nous tournons sans fin autour de notre nombril. Si nous étions atteints par semblable malheur, nous
aurions peut-être enfin conscience de la futilité de nos revendications et de nos colères. J'écrivais récemment ceci : réintégrer son véritable égoïsme pour continuer d'exister ou tout simplement
enfin exister. Drôle de formule, n'est-ce-pas ? Apparemment c'est une contradiction. Et pourtant, plus je la ressasse moins j'ai la certitude qu'elle est erronée. Comme si nous devions rentrer en
nous-mêmes pour mieux être à l'écoute du monde et de ses heurts.


Bonne nuit Pat et continue ta modélisation avec succès. AMicalement          Fred



Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche