Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 14:03

La réponse est non. Non, je ne me suis jamais posé la question de mon identité. Pourquoi faire ? Mes parents étaient français, j'ai donc hérité de leur nationalité. Quoi de plus naturel puisque selon les géniteurs et le pays où l'on naît on est automatiquement recensé et inclus dans cette société.

Alors, c'est quoi ce sujet dont il faut débattre ? Quel en est l'intérêt ? Est-ce bien nécessaire ? Surtout, est-ce utile ? De mon point de vue, la réponse, là encore, est non.

Je ne ferai pas partie de ceux qui se jetteront comme des malades sur le questionnaire mis en ligne. Ma naissance dans ce pays plutôt qu'un autre me suffit amplement. Je parle une langue particulière et j'en use au quotidien. Elle me permet de converser avec ceux qui ont hérité comme moi de ce bagage linguistique. Elle est le lien qui m'unit à ceux pour qui transmettre savoir et idées est un lot commun. Ce n'est pas sujet à débattre. C'est une évidence.

Je me contenterai donc de cette évidence qui m'est impartie par la naissance et qui me convient. Même si je parle une autre langue aussi naturellement que ma langue maternelle et une troisième quand il le faut absolument.


J'ajouterai qu'à l'heure où l'on prétend construire l'Europe,  se poser la question de l'identité nationale est hors de propos, voire dangereux. Serait-ce à dire qu'on va se cantonner dans nos frontières, bien au chaud, sans se préoccuper des autres ? Le coq gaulois éprouverait-il le besoin de renforcer son image identitaire ? Et prétendre occuper le rôle suprême ? Cela lui ressemblerait bien puisqu'il se veut un modèle. Ne pourrait-on pas un peu oublier cette identité et devenir tout simplement des européens à part entière, quelles que soient nos origines, notre culture, notre religion (si l'on en a une) ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans phénomène de société
commenter cet article

commentaires

segolin 01/12/2009 18:31


Maître Fred  ,et moi que dois-je dire " 2/3 calabrais et 1/3 piemontais avec un
soupcon de corse et de sicilien!!! Né à Nice quand même en 55 comme Sarko!
J'ai eté absent du blog parce que j'avais le coeur occupé et maintenant il est
carrement prisonnier! Sensation que je n'avais point connu depuis presque 20 ans et c'est merveilleux ,je suis pret à bouffer du lion!!!!
Je reviendrai plus en detail mais pourquoi a t-on supprimé le service militaire!
C'est une betise sans nom de super menteur qui a encore derapé à la hortefeux!
                             Bien le
bonjour                               Marc de
mon vrai prenom!


Fred de Roux 01/12/2009 21:17



Bonsoir Marc (moi on m'appelle bien Fred),

J'aime beaucoup ton apostrophe de Maître Fred. C'est très plaisant car inattendu. J'ai carrément pris un fou-rire, tant la suprise a été grande. Merci pour ce titre dont j'ignore s'il est
mérité.

Ce n'est pas parce que deux tiers de ceci et un tiers de cela que tu n'es pas français. D'ailleurs, est-ce que tu t'es posé la question ? Si c'est le cas, ce n'est pas grave, tu n'en es pas moins
qui tu es et c'est cela le principal. Le reste, on s'en fout. Je pars du principe que ce qui est intéressant chez ceux que je rencontre, c'est ce qu'ils proposent de ce qu'ils sont. J'ai donc des
relations très différentes, dans tous les milieux, hommes et femmes, sans distinction de race et de classe sociale. Après tout, la vraie valeur d'un individu c'est ce qu'il est en soi, dans
l'intime, le reste, c'est de la foutaise.
Bon, tu m'apprends que tu as le coeur occupé (l'expression est belle). C'est bien que cela t'arrive, mais ne bouffe pas trop de lion : c'est vraisemblablement indigeste (surtout si tu avales
également la crinière). Félicitations pour cette aventure qui semble t'apporter beaucoup. Nous en reparlerons.

Je te souhaite une excellente soirée... en compagnie, bien sûr.

Amicalement           Fred



La Bernache 30/11/2009 11:52


Cette histoire d'identité nationale est entrain d'emboucaner l'Europe ! Il suffit de voir ce qui se passe en Suisse actuellement ou l'Extrême droite a réussi du 57% sur un discours islamophobe
ajouté d'un dessin absolument scandaleux !!! Si j'étais Suisse j'aurais vraiement porté plainte pour incitation à la haine ...je suis Musulmane française et je vois monter cette marée puante chaque
jour ici déjà ! ça fait mal ! Tant de gens tranquilles qui ne demandent qu'à vivre dans la Paix...


Fred de Roux 02/12/2009 07:35



Bonjour La Bernache,

Ce qui vient de se passer en Suisse, est rampant chez nous et ça remonte à loin. Que l'I.N. revienne sur le tapis fait partie de la droitisation des esprits. C'est dans l'air du temps,
malheureusement. Tu sais très bien que c'est toujours la faute de l'autre... Stigmatiser celui-ci ou celui-là est fortement ancré dans les mentalités, quand tout va mal, il faut des responsables.
Donc chasser l'étranger fait partie de l'arsenal habituel. Ce référendum est exemplaire puisqu'il démontre sans conteste que la radicalisation des extrêmes induit des réponses aussi fortes que
cette haine de l'autre qui a provoqué ce type d'événement. Politiquement parlant, si demain chez nous, le référendum d'initiative populaire est mis en place, il ne faudra pas être surpris de nous
retrouver avec la même problématique. Les situations de crise exacerbent toujours les plus mauvais penchants dont celui de la haine de l'étranger. Nos élites n'échappent pas à ce travers
(référence au débat en cours, pente savonneuse vers des dérapages incontrôlés). En fait, elles exploitent à leur guise tous les aspects les plus vils de l'homme. Tout en dénonçant chez les autres
ce qu'elles-mêmes pratiquent. La politique n'a jamais été propre, la politisation de certains sujets sensibles non plus.




sans importance 30/11/2009 00:10


Salut Fred ! Comme tu le dis si justement ce débat ne devrait pas avoir lieu, ni ici ni ailleurs dans le monde. Mais voilà : l'homme est ce qu'il est et bien que l'on trouve (notament au travers
des commentaires sur cet article) des gens qui réfléchissent de façon cohérente et intelligente, ce n'est pas le cas de tout le monde. Il me suffit de voir les guerres de clocher dans mon petit
village parce que tu viens du lieu-dit d'à côté plutôt que du centre-bourg, ou parce que tes enfants vont à l'école publique plutôt que privée... N'étant pas breton de souche (et par conséquent ne
portant pas un nom couleur locale) mon intégration dans cette belle région n'est pas gagnée, même au bout de 13 ans. Pour mes enfants non plus à cause de leur nom, pourtant nés en Bretagne et d'une
mère bretonne ! Non que je veuille dénigrer les gens d'ici, j'y rencontre des personnes formidables. Mais c'est comme partout : il y aura toujours une majorité de nombrilistes qui ne voudront pas
s'ouvrir aux autres et faire fonctionner leur cervelle. Et tant que l'on n'éduquera pas les peuples, toute ethnie, couleur ou religion confondues, il en sera ainsi. A nous d'apprendre à nos enfants
à respecter les autres et leurs différences pour que vive la démocratie et que les choses évoluent dans le bon sens.


Fred de Roux 01/12/2009 21:28



Bonsoir SDans importance,

La première chose que j'ai apprise à mes enfants, c'est que la diversité vient de la différence et que chacun a droit à sa différence. Autrement dit, qu'il faut respecter tout le monde et
accepter qu'il ne soit pas comme nous.
L'esprit de clocher, je connais 1) pour avoir vécu longtemps dans une grosse bourgade 2) pour vivre dans une ville relativement importante et surtout dans un quartier de cette ville. C'est du
pareil au même. Je n'ai jamais compris que les gens se comportent comme des esprits étriqués, louchant sur les autres, les épiant, commentant leurs allées et venues, critiquant tout sans savoir
ce que cache une apparence. Si j'ai toujours dit à mes enfants qu'il fallait se glisser dans le moule (afin d'être tranquille), je leur ai également expliqué qu'il fallait rester soi-même. Le
moule, c'est quand on est en société. Quand on est chez soi, c'est différent, on peut tomber les masques.
La vie en société est faite de compromis, il faut savoir se plier aux us et coutumes tout en restant soi-même. Cela s'appelle la politesse et sans qu'elle soit exquise, elle permet de passer
inaperçu (ou presque : il y a toujours une commère pour espionner les gens derrière leur rideau). Tu n'es pas breton, tes enfants le sont à moitié. Est-ce que cela change quelque chose à ce que
tu es, à ce que sont tes enfants ? Non, vous êtes ce que vous êtes et tant pis pour les esprits chagrins qui lorgnent vos attitudes, votre "différence". Cela signifie tout simplement qu'ils n'ont
rien de mieux à faire et qu'ils meublent ainsi leur ennui et le vide de leur existence. Ils ont vraiment du temps à perdre s'ils ne savent pas considérer un individu qui n'est pas de leur
"communauté". A toi de montrer à tes enfants qu'ils ont une valeur en soi et que les commentaires, les sous-entendus, les regards en coin ne sont que mesquinerie méprisable. Ca veut dire quoi
être breton ? Ou français ? Pas grand chose d'autre que l'étriqué d'une vision un peu trop courte. Et comme je le disais, ma nationalité je la tiens de mes parents, je n'y suis donc pas pour
grand chose. Donc, je n'y prête pas attention.



lionne64 29/11/2009 14:55


Coucou mon grand!! j'espère que tu vas bien... Tu es à fond dans l'identité natonale mais nous allons gentiment vers... la mondialisation!! Si nous ne prenons pas le train en marche... Nous somme
morts!!! La modernisation, la mondialisation c'et l'avenir!! KISS et bon dimanche


Fred de Roux 29/11/2009 19:20



Mais non Lionne, je ne suis pas à fond dans l'identité nationale, j'en parle c'est tout. Après tout, tout le monde a son mot à dire alors je mêle ma sauce type grain de sel à la conversation.
Je sais que l'heure est devenue mondiale, que nous ne pouvons échapper à cela. Je ne récuse rien, ni ne refuse quoi que ce soit. Je m'interroge simplement sur le bien-fondé de ce débat dont je
juge qu'il est hors de propos.

Bon dimanche à toi              Fred



GIHER 29/11/2009 12:20


compte tenu et non pas contenu. excuse !


Fred de Roux 29/11/2009 19:17



T'inquiète, j'avais traduit...



GIHER 29/11/2009 12:18


Les paroles de la Marseillaise sont inscrite dans un contexte historique donné et n'ont, bien entendu, rien d'universel. Il s'agissait de défendre la révolution contre les monarchies européennes
qui craignaient que la "chianlit" française s'étendre à leurs royaumes. Aujourd'hui elles sont obsolètes mais contenu du contexte on peut comprendre qu'à l'époque et  dans la fièvre de la
révolution menacée elles se justifiaient.dans le contexte du XXIe  siècle elles sont révoltantes et grotesques autant que le lamentable Besson qui veut exiger qu'elle soient chantées au moins
une fois par an par les enfants des écoles.


Fred de Roux 29/11/2009 19:17



Eh oui, compte tenu de l'époque, cela était vraisemblable. Mais aujourd'hui, c'est de trop. Et je me pose une question totalement idiote : a-t-on vraiment besoin d'un hymne national ? Surtout
aussi décadent ? Le mot nation (c'est l'heure de la mondialisation) a-t-il encore un sens aujourd'hui ? Si la réponse est négative, alors ^pourquoi tout ce barouf autour de l'identtié nationale
?
Chanter la Marseillaise... Et pourquoi pas le salut au drapeau tous les matins pendant qu'on y est ?



GIHER 28/11/2009 23:06


tout d'abord merci de ta visite sur mon blog. heureux de découvrir le tien, la qualité des articles et aussi des commentaires.

J'ai  essayé de contribuer sur le site
gouvernemental à la question qu'est-ce qu'être Français. Manque de pot impossible de valider ma contribution ! La voici donc telle que je n'ai pu l'inscrire :


"Je suis Français "de souche" ,comme on dit, sauf qu'une partie de mes ancêtres sont Alsaciens et Lorrains, donc ils n'ont pas toujours été Français, ainsi que les Niçois, ainsi que les Savoyards
... 
Je m'élève contre les idées de "l'essence" de la France de la spécificité de sa "terre sacrée" et de ses "frontières naturelles" de ses "racines chrétiennes" en oubliant les Celtes et les
Gaulois, si peu chrétiens, et comme a essayé de nous le faire croire Le "Roman national " de nos livres d'Histoire. La France est une construction aléatoire de l'Histoire, un assemblage de
cultures.
Pour moi être Français aujourd'hui c'est adhérer aux principes républicains de sa constitution et les respecter, sans renier ses origines extra-territoriales ; c'est de préférer la déclaration
des droits de l'homme aux paroles obsolètes de la Marseillaise ; c'est de considérer que la laïcité est notre ciment ; c'est refuser qu'il y ait une "francité" à deux vitesses et des Français de
2e classe de part leurs origines  et leur statut social ; c'est considérer que la France est une province de l'Europe ; c'est reconnaître qu'elle est divisée en 61 millions de Français,
comme disait Pierre Daninos, et s'en féliciter car c'est ce rassemblement improbable  qui fait notre spécificité et qui est le plus sûr garant contre les communautarismes et les dogmes
qu'ils soient politiques ou religieux.
Je crains que ce débat sur l'identité nationale ne débouche sur un filtre, pas forcément volontaire, qui risque de
diviser les Français en deux camps : les bons et les mauvais comme dans une période sombre de notre histoire" 


Fred de Roux 29/11/2009 00:32



Bonsoir Giher,

Merci d'avoir transmis ta réponse au questionnaire de l'identité nationale : je n'aurais sans doute pas aussi bien fait. Je ne pense pas que le débat soit fait pour qu'on ait une idée de cette
identité, mais bien pour remuer certains couteaux dans certaines plaies dont on aurait pu penser qu'elles étaient cicatrisées.
Les vieux démons qui ont parcouru notre histoire sont en train de surgir de leur néant. C'est inquiétant. Le concept identitaire n'est qu'un prétexte à devenir le marche-pied de lois raciales (du
déjà vu il y a moins d'un siècle). Ou autre chose. En tout cas il n'augure rien de bon.
Merci de ta "contribution" et à bientôt

PS : Les paroles de la marseillaise sont obsolètes certes mais également d'une violence inouïe (...qu'un sang impur abreuve nos sillons, en est l'exemple-type ! En outre la phrase est
exclamative, comme une injonction à répandre le sang. Sémantiquement parlant, c'est épouvantable car rien ne la justifie aujourd'hui - si elle était justifiée autrefois...)



barovin 28/11/2009 18:57




1 2 3 4 5 6 7 8 9 suivant fin





Samedi 28 novembre 2009




Capitalism, a
love story....de Michaël MOORE




Je sors du cinéma...Documentaire d'investigation à voir absolument qui explique parfaitement les causes de la crise financière mondiale.





Fred de Roux 29/11/2009 00:09



Moore, le poil à gratter de l'Amérique ? Oui, j'en ai entendu parler.



traumatisme 28/11/2009 09:49


Comment le patronnat applique  la première partie du célèbre slogan de notre président "Travaillez plus pour................;" ,sur mon blog
je construis mon identité chaque jour qui passe, pouquoi voudrait-on m'en imposer une immuable...>Celle des gens bornés et fermés à l'altérité..je ne'en veux pas.


Fred de Roux 28/11/2009 11:45



Salut Traumatisme,

Eh oui, les slogans sont faits pour être détournés du sens qu'ils ont l'air d'avoir. C'est ça la dialectique. De plus la loi n'existe que pour être détournée (certains s'y entendent fort bien),
sinon pourquoi y aurait-il des lois ?



sixtine 27/11/2009 16:08


Je n'aime pas cette question !
Elle exhale des relents qui m'incommodent fortement ! Je suis habitante de la planète Terre et solidaire de toute les races vivantes qui la peuplent !
C'est bien assez !
Bises, Fred.


Fred de Roux 27/11/2009 20:02


Bonsoir Sixtine,

Nous sommes tous habitants de la terre, c'est bien le seul élément identitaire qui soit commun à tout le genre humain. Alors soyons des "terriens" où que nous nous trouvions et tentons de
transmettre aux générations futures autre chose qu'une planète mourante.

Bonne soirée chez toi ou auprès des malades dont tu as la charge.

Amicalement              Fred


barovin 27/11/2009 08:05


A'identité Nationale, répondons par identité Républiciane et ses valeurs universelles. Tu as raison de dire que c'est une incohérence (une de plus pour le gouvernement) dans ce monde qui s'ouvre,
certes maladroitement, mais sur lequel les peuples du monde devront peser pour lui donner un vidsage humain.


Fred de Roux 27/11/2009 19:57



Bonsoir Barovin,

Identité humaine, ce n'est déjà pas si mal. Mais à l'adjectif républicain, je préfère celui de démocratique.
Les défis à venir sont nombreux, du coup l'importance d'être ceci ou cela est plus que relative. La planète est en train de muter, il faudrait peut-être que l'homme en fasse autant...



traumatisme 27/11/2009 08:00


La question est posée et u y apportes des réponses avec lesquelles je suis complètemetn en phase ...à une nuance près que nous devrions  nous comporter directment comme des humains, sans
passer par la case Europe qui elle aussi pourra -être le tjéâtrd'un nouveau "Nationalisme"


Fred de Roux 27/11/2009 19:54



Bonjour Traumatisme,

On ne peut éviter l'Europe : elle est déjà là. Cependant, je reconnais que nous sommes citoyens de ce monde avant tout, des hommes et des femmes, bien vivants, et qui ont davantage besoin de se
sentir des individus plutôt que d'être affublés d'une nationalité. Peut-être as-tu raison, le nouveau nationalisme se situe sans doute dans cette Europe en formation.

Je te souhaite une bonne soirée



Nalou 27/11/2009 02:15


Ben moi je me la pose la question je me sens de moins en moins chez moi pourtant je suis née en France mais pas mes parents et on est toujours quand les gens parlent les espagnols pffffff faut dire
aussi que je vis dans une région de merde, et je te jure que si aux prochaines élections c'est Lepen qui se retrouve face à Sarko je crois bien que je me casse, je ne vois plus que ça des propos
racistes même le blagues qui arrivent sont toutes plus racistes les unes que les autres suis dégoutée arfffff c'est un mauvais moment !
Bises Nal


Fred de Roux 27/11/2009 06:46



Bonjour Nalou,

Existe-t-il de purs français ? Nombre d'envahisseurs se sont succédés à travers les âges (huns, wisigoths, romains, ...). Il y a toujours eu des mélanges. Il y en aura toujours. C'est ça le
brassage ethno-culturel. Peu importe les racines des "anciens", ce qui compte, c'est ce que nous sommes, où nous sommes et quand nous sommes. Si les gens sont assez cons pour mépriser tel ou tel
au prétexte que... il faut savoir s'en foutre. Peut-être que si on grattait un peu du côté de leurs origines, ils feraient moins les fiers : j'ai souvent remarqué que les plus racistes étaient
ceux dont la nationalité était la plus récente. Un psycho-ethno-sociologue aurait sans doute une explication rationnelle...
Si la valeur n'attend pas le nombre des années, l'origine non plus. Il n'y a pas à se sentir dévalorisé de ne pas être "de souche" : la valeur de l'individu ne réside ni dans la couleur de sa
peau, ni dans son origine sociale, mais dans ce qu'il est fondamentalement. C'est bien pour cela que le coup de l'identité nationale est ridicule. Mais va faire entendre ça au lanceur de cette
idée...

Passe une bonne jouréne (j'espère que tu dors un peu - vu l'haure affichée par ton commentaire)



La Ségaline 26/11/2009 21:25


Moi aussi je suis l'héritière depuis des générations de ma nationalité française, c'est pourquoi je ne me suis jamais interrogée là-dessus. Ce débat est inutile et dangereux, c'est vrai et
n'est qu'une manoeuvre politique. Un des dangers de cette pseudo-réflexion c'est qu'il va pousser certains à s'interroger non pas sur leur identité mais sur celle de leur voisin, chacun va se
mettre à se regarder en coin pour voir qui est un "vrai français" et qui ne l'est pas. C'est pathétique, on n'en finit plus de toucher le fond...


Fred de Roux 26/11/2009 23:10



Bonsoir La Ségaline,

Tu dis vrai : on va loucher sur le voisin plutôt que de réfléchir à la question posée. Je ne sais pas si c'est pathétique, tout ce que je sais, c'est que c'est malsain. Quelle que soit la
réflexion de mon voisin ou celle du voisin du voisin. C'est d'un pitoyable... Nos politiques ne savent plus qu'inventer pour nous faire croire qu'ils s'intéressent à notre sort alors qu'ils sont
centrés sur le leur. Ils feraient mieux d'aller dormir pour qu'on n'ait pas à nous boucher les oreilles à cause de leurs inepties.
Chère héritière de la nationalité française, je te souhaite une fin de journée paisible et occupée à tout autre chose que cette question de nationalité qui n'aurait jamais dû émerger dans le
paysage politique actuel.

Fred



Olive 26/11/2009 11:41


De rien pour la visite Fred, j'aime bien te lire, même si dès fois je manque de temps.
Et même si de temps en temps tu me grondes, je reste un ami bloggeur.

Amitiés


Fred de Roux 26/11/2009 17:58



Je le sais Olive, je le sais, mais comme j'apprécie tes visites, je tiens à t'en remercier. Passe une bonne fin de journée

Amicalement          Fred



Pat59 26/11/2009 10:59


Bonjour Fred,
Tu connais ma position sur cette connerie de débat, mais je vais te donner un exemple personnel de ma jeunesse en Belgique.

D'aussi loin que je remonte dans mon arbre généalogique, mes parents sont nés et ont vécus en France, moi également étant natif de Valenciennes.
Mon père travaillant à la SNCF, il a eu des promotions et mutations qui ont fait qu'en 1961 ou 62 il a eu un poste en Belgique et ensuite un peu partout dans ce pays... sans rien avoir demandé nous
les enfants avons vécus dans ce pays qui n'est pas notre patrie.

En Belgique, j'ai vécu et encore maintenant avec l'étiquette sur mon dos "Le Français", pas Patrick ou Pat ou mon nom de famille, non on disait, tiens v'la le Français, ou demande au Français avec
les termes gentil du style tu te prends pour une lumière en rapport avec la fameuse blague : Pourquoi les autoroutes française ne sont pas éclairée ? Parce que les Français se prennent tous pour
des lumières...

Alors l'identité nationale de chaque pays, s'il vous plait, laissez tomber, j'aimerai que les biens pensants vivent avec des étiquettes sur le dos et subissent les railleries pour voir si cela va
les motiver à se réclamer d'une ethnie !

Européen ? Non plus ! Je suis un Homme libre apatride !
Amitiés
Pat


Fred de Roux 26/11/2009 22:41



Bonsoir Pat,

Tu es donc bien placé pour comprendre ce que peut ressentir un étranger sur notre territoire : déplacé, incongru, indésirable. Et c'est là où le débat fait mal : on enfonce le clou sur ces
étrangers qui viennent chez nous parce que nous sommes un pays de droit, contrairement au leur. Laa désillusion est grande : les droits sont pour les natifs, pas pour les pièces rapportées. Il
faut parler parfaitement la langue, se prêter à des enquêtes  et des tests de toutes sortes et blablabla.
C'est toi qui as raison : être libre et apatride, c'est être avant tout être un homme. Il n'y a qu'ainsi qu'on peut se sentir citoyen du monde (même si ce n'est pas ce que tu dis). Parce c'est ce
que nous sommes tous. N'est-ce pas l'heure de la mondialisation ? Alors l'identité nationale ne peut se résumer à une culture ou une langue. Même si il convient de se glisser dans le moule de ce
monde-là. Pour passr inaperçu, pour être accepté.
Le jour où l'on cessera d'étiquetter l'autre, un grand pas sera franchi? Alors peut-être la démocratie sera-t-elle réelle...



La Bernache 26/11/2009 08:47


Aucun doute que nous soyons Européens par la géographie ...et ce jusqu'en Turquie!
Je me faisais la même réflexion que toi ...née comme toi , héritière comme toi depuis des siècles de cette nationalité ...cela en effet ne saurait suffire à nous définir vu les métissages ! Cette
question est donc , comme tu le dis , inutile et DANGEREUSE !
Elle est le terreau de toutes les dérives !!! Mais y a- t-il quelque chose qui soit sincère et honnête dans cette gouvernance digne du pétainisme ??? !!!  RIEN !!!
Bonne journée Fred


Fred de Roux 26/11/2009 22:54



Bonsoir La Bernache,

Tu as pris une fois de plus ta plume guerrière. Eh oui, nous ne sommes européens que parce que nous sommes géographiquement inclus dans ce monde délimité. Les générations se sont succédées sur ce
sol-là et seul le hasard l'a autorisé. Tout comme il aurait pu décider que ce fût ailleurs.
L'un des maux dont on souffre dans ce pays, c'est qu'on ramène toujours sa fraise à sa seule fraise. Conformisme, conservatisme, idéologie artificelle, hymne violent (je cite : qu'un sang impur
abreuve nos sillons), esprit de clocher exacerbé, xénophobie congénitale,... Rien que des travers très communs mais qui empêchent la cohésion nationale (car l'identité, c'est ça que cela recourve
au moins en partie) car il n'y a pas de cohésion sociale : on passe son temps à critiquer le voisin le plus proche.
Contrairement à toi, je ne pense pas que ce soit la caractéristique de ce gouvernement : cela remonte à bien plus loin. Mais je ne vais pas entamer de polémique, je n'en ai ni l'envie, ni le
temps. J'essaie de comprendre mais n'aperçois que confusion et désordre.  Ca me donne davantage l'envie de me retirer au fond de ma tanière que de sortir et d'affronter toute cette bêtise
qui peut provoquer des cataclysmes insolubles.
La question est : pourquoi l'homme est-il toujours en train de suspecter l'autre et pourquoi lui en veut-il tant ? Si on acceptait la différence, il en irait autrement. On a ce droit de n'être
pas comme le voisin, mais encore faut-il que ledit voisin l'accepte. Et ça, on en est encore très loin...

Bonne soirée La Bernache. En toute amitié           Fred



geo 25/11/2009 22:23



bonsoir Fred..
je ne m'étendrai pas sur le sujet pour ne froisser prsonne.
Mais si, la question doit être posée...mais je pense qu'elle est mal formulée..
et je rejoins en partie "lumières contemporaines"....
Tu vois ce qui me désole c'est que ceux qui posent la question renie l'histoire de la France par ce mystérieux phénomène de repantance......et être Français c'est d'abord en accepter
l'histoire...point barre..le reste n'est que pipi de fourmi...
De toute manière la France en tant que telle est en train de mourir...
amicalement



Fred de Roux 26/11/2009 23:04



Bonsoir Géo,

Combien sommes-nous à nous dire que la question ne se pose pas ? Personne ne répondra parce que personne ne veut le savoir. Comme chaque fois qu'un débat est lancé. Toout ezt matière à débattre
ou à légiférer (cf. les femmes battues en ce moment, exemple révélateur du fonctionnement de récupération par les politiques).
Mais peut-être est-elle mal posée cette question... ! Je n'appartiens pas à la secte des experts en la matière, j'essaie seulement de comprendre les mécanismes qui animent ceux qui lancent des
idées et qui se mettent en avant. Ont-ils les compétences nécessaires à lancer telle ou telle réflexion ? Peut-être ou peut-être pas. Le résultat, c'est qu'ils divisent alors qu'ils devraient
rassembler ; donc ce sont de mauvais politiques. A force de faire des calculs sur tout, tout perd son sens. Moralité : on devrait se la fermer au lieu de l'ouvrir n'importe quand, n'importe
comment età n'importe quel propos.

Bonne fin de journée                    



Lucien Aymard 25/11/2009 21:42


Bonsoir Fred,
J'étais allé en son temps voir quelle était la teneur de ce questionnaire. C'est pire qu'on ne peut imaginer. L'orientation est bien axée sur le racisme et la xénophobie.
Non, nous ne répondrons pas, non cette question de l'identité n'a pas lieu d'être, non nous n'avons pas à développer un quelconque sentiment nationaliste à l'heure de l'Europe.
Pour ma part, mon identité est être humain et ma nationalité : le monde. Le seule différence aves bien d'autres hommes est ma langue maternelle, mais avec l'anglais, l'espagnol et l'italien, je
"couvre" déjà pas mal de "pays". A mon grand regrêt, pas assez car la langue est vecteur de rapprochements et c'est en se parlant que l'on arrive à se comprendre en toutes circonstances. Alors,
leur identité nationale, tu vois ce que j'en fais ... (et quand je dis "je", je devrais dire "nous" car c'est le crédo de notre couple)
Amitiés
Béa et Lucien


Fred de Roux 25/11/2009 22:08



Bonsoir Lucien,
Cela ne m'étonne pas que toi et Béa partagiez le même avis qui est également le mien et celui de beaucoup d'autres. Malheureusement, il y aura toujours des sous-doués qui répondront et on
utilisera leurs réponses pour en faire une synthèse, laquelle provoquera bien évidemment de nouvelles mesures rétorsives envers les "étrangers" et la montée de nouveaux déchaînements de violence.
Quand on veut que réprimer, il faut s'attendre à des réponses qui ne parlent pas en faveur de ceux qui ont provoqué ce déchaînement.

Bonne soirée et portez-vous bien. Avec toute mon amitié           Fred



Olive 25/11/2009 19:38


Je te rassure Fred, je ne répondrais pas non plus à ce questionnaire, et je ne vois pas l'utilité de ce débat à part chercher les voies du FN déçu du Sarkozysme, voilà pourquoi à mon avis il a
lancé ce débat sur fond d'immigration.

Voilà pourquoi aussi j'en ai que très peu parlé.

Et le pire c'est que les français vont jouer le jeu de cette magouille.

Amitiés


Fred de Roux 25/11/2009 22:04



Espérons que peu de gens tomberont dans le piège tendu. D'autant qu'en usant du subterfuge des extraits d'un commentaire, on peut manipuler la pensée exprimée et la détourner de sa vérité
première. Que de battage médiatique autour de tout, à tout propos, et tout le temps. On nous rebat les oreilles avec les sempiternelles rengaines favorites du roi. Entre grippe et identité
nationale, je crois que je préfère la grippe. Ils tentent bien de la circonvenir, mais elle leur échappe. Pour l'I.N., ils en font un débat vain et dérisoire mais bien dangereux. Ca s'adresse à
tous les extrêùes et tous les extrémistes. C'est franchement dégoûtant.

Bonne soirée et Olive et merci de ta visite. Amicalement



Luc 25/11/2009 18:57


L'identité personnelle est ce qui fait la différence entre moi et mon voisin, même si nous avons le même âge, le même cursus et tout le reste avec. Je reste moi, je me sens moi, et tout le monde
peut faire la différence entre lui et moi, y compris moi. L'identité personnelle est la base de l'individu, son constituant premier, qui rend la vie en société possible.

Si j'élargis cette définition à la nation, ça voudrait dire qu'il est vital que je sache ce qui fait de moi un français, et de mon voisin un malgache, un suisse ou un allemand, et réciproquement.
Bien. A l'heure de la mondialisation où au fin fond de la Patagonie on trouve des kinders surprise, et dans les bazars du Népal des jeans Levi's, que suis-je censé revendiquer comme différence ? Ma
langue ? Elle est parlée au Canada, en Suisse, en Belgique et dans d'autres pays.

Originaire du nord du Nord, je suis moins différent d'un Belge du sud que d'un compatriote Toulousain ou Breton (langue régionale, accent, cuisine, traditions, etc...).

Etre au clair avec son identité personnelle permet de se positionner, faire des choix et justement ne pas suivre le troupeau seulement parce que c'est le troupeau (j'écris troupeau sans
agressivité, ni ironie, ni dédain, c'est une image).

Bénéficier de la chaleur et de la protection du troupeau est vital aussi. Mais sincèrement, je ne pense pas que l'identité du troupeau soit importante à partir du moment où l'on s'y sent bien.

Et de toute façon, vous ne pouvez pas en changer. So what ?


Lumieres contemporaines 25/11/2009 17:10


Bonjour Fred

Pour ceux qui se sentent français, la question n'a pas lieu d'être. Moi-même j'ai du sang indien (Asie) et français dans les veines et je me sens français. donc pour moi aussi la question ne se
pose pas. Mais cela ne doit pas être un tabou car pour bien des gens, la question se pose.

A une époque où les conséquences du multiculturalisme se ressentent, à une époque où les jeunes issus de l'immigration hurlent qu'ils "fuck" la France et qu'ils sont fier d'être algérien ou
Marocain, il est plus que temps de se poser la question. C'est un tort de la part des gens de gauche de ramener cette question au nationalisme. Je ne pense pas que ce soit une honte de se sentir
français. Les mêmes qui assimilent cette notion à la xénophobie, se taisent lorsque ces jeunes font exactement de même vis à vis de leur pays d'origine. Et là silence ! Il n'est pas question de
nationalisme.

Personnellement je suis pour une intégration puis pour une assimilation (Bien que je ne sois ni de droite ni d'extrême droite) car je pense, et cela est valable pour tout les pays du monde et pas
seulement la France, quand on décide de vivre dans un autre pays, on se doit de s'adapter aux règles de celui-ci et non d'importer ses traditions d'origines qui ne conviennent pas forcément à une
tendance démocratique. On peut toutefois développer une pensée différente.

Pour ma part il faut bien une identité personnelle et je trouve que c'est une bonne chose pour résister à cette construction européenne dont je suis opposé en raison de son contenu qui permet
davantage des dérives sociales et financières qu'un rassemblement humain. En revanche, j'affirme mon animosité vis à vis de la classe politique qui utilise un sujet qui aurait mérité toute son
attention plutôt que de le mener vers le chemin glissant de la manoeuvre politique.

Donc n'ayons pas honte et même s'il persiste des problème préoccupants et énervants, nous pouvons nous estimer heureux de vivre dans un pays qui nous permet par exemple de nous exprimer à travers
les blogs, par exemple et où une liberté existe par rapport à des pays du moyent orient et autres.


Fred de Roux 25/11/2009 20:27



Bonsoir Alex,

Ce n'est pas en exacerbant le sentiment d'appartenance à une nation qu'on règlera les problèmes. Si notre pays était aussi accueillant qu'on veut bien le dire et le faire croire, aucun jeune
n'userait d'expressions méprisantes envers sa terre d'accueil et ne revendiquerait pas une nationalité dont il est issu par souche et non par choix.
On est tributaire de sa culture qu'elle soit ethnique, sociale ou familiale. Ca ne sert à rien de nier ses origines et c'est normal de pouvoir en être fier. Il y a toujours des gens pour migrer
sous des cieux autres que natifs. parce que ça va mal dans leur pays, parce qu'ils fuient la tyrannie, les problèmes politiques ou sociaux. Alors, exiger de ces gens qui viennent sur notre sol
qu'ils renient leur culture originelle est scandaleux. Je connais assez de magrhébins qui ont adopté la France, se sont parfaitement intégrés, tout en conservant leur culture propre. Et ils vont
voter comme tout un chacun. Je ne fais aucune différence entre eux et ces bons français de souche montés tout d'un coup en épingle parce que cela arrange la politique du moment. Qu'il y ait des
communautarismes, je ne le nie pas, mais à qui la faute ? Avant les maghrébins, on montrait volontiers du doigt les italiens, les portugais, les espagnols... Les années ont passé et rien n'a
changé.
S'il faut changer quelque chose, c'est la mentalité de ce pays, l'esprit de clocher borné.



Renard 25/11/2009 16:14


Bonjour Fred
Il aura fallu ce débat pour que je me pose la question, c'est si naturel pour moi... mais je n'en suis ni fière ni honteuse, puisqu'il ne s'agit pas d'un choix de ma part....c'est ainsi...
Ce débat a été lancé pour faire plaisir au FN, mais je me demande bien ce qu'ils feront des réponses obtemues!!!
De toutes façons, les dés sont pipés, puisqu'ils ne gardent que les réponses qui leur conviennent.
Faire peur et diviser c'est leur credo en ce moment, et ils risquent malheureusement d'y arriver..
Bien amicalement 


Fred de Roux 25/11/2009 20:05



Bonsoir Renard,

Ta réflexion est terrible : si le sujet n'avait pas été lancé, tu ne te serais pas posé la question. C'est le seul hasard qui fait de nous des français (ou des allemands, des italiens, des
américains, des chinois... tout dépend de la latitude). Une fois qu'on a posé ce précepte évident, il n'y a plus grand chose à dire.
On nous prend tellement pour des billes qu'on se méfie de tout. Et ce débat (qui n'en est pas un) encore plus que tout autre chose. En plus il est écourté à cause des régionales. Apparemment, la
mobilisation autour de ce sujet doit se démobiliser pour ne pas gêner la campagne en vue des élections. Autrement dit, c'est tellement politique qu'ils ne se cachent même plus pour se préoccuper
de leur avenir politique. Ca vole vraiment bas.
Les urnes jugeront du bien-fondé de tout ce bazar inutile.



Jean-François Vionnet 25/11/2009 16:05


Bonsoir, je ne me suis jamais non plus posé la question, et je ne me la poserais pas, trop vieux maintenant. Je me sens citoyen du monde, et l'anglais que j'ai appris m'a permis de discuter avec
plein de gens de différents pays, avec plus de difficultés avec les vrais anglais.
Je ne me sens pas d'un pays, mais d'une communauté, celle du genre humain.
Amitiés de l'Ardèche, pays où je réside en ce moment.


Fred de Roux 25/11/2009 19:59



Bonsoir Jean-François,

Ce n'est pas une question d'âge, mais de mentalité. Et tu as raison, on appartient au genre humain et non à une nation même quand on en a une par la naissance. Donc, c'est bien ce que je dis : la
question de l'identité nationale ne se pose pas puisque nous sommes tous semblables, où que nous vivions.

Bonne soirée            



kinou31-36 25/11/2009 15:01


Bonjour Fred. Je ne me suis jamais posée cette question non plus, pas plus que je n'irai répondre à ce questionnaire. Je suis citoyenne du monde et, j'ai juste eu la chance de naitre en France,
voilà tout. J'ai tout de même un horrible doute sur le but final de la chose. Où veulent-il en venir. Faire émerger des choses non avouables ??? Alors là, je ne serai sûrement pas très fière d'être
Française. Bonne journée. Bisous. @+


Fred de Roux 25/11/2009 19:56



Bonsoir Kinou,

Je crois que nous sommes nombreux à ne pas avoir réfléchi à cette identité nationale : nous sommes naturellement dans le creuset par notre naissance, sur ce sol, grâce à nos parents. Et s'il y a
eu des mélanges, ils ont été harmonieux puisque nous ne discutons pas des évidences. Alors tout va bien. Pour nous, pour ceux qui sont comme nous, pour ceux qui ont adopté la nationalité
française, pour ceux qui aimeraient être ingérés par cette société qui fait des envieux. Poser la question de l'identité nationale, je le répète, est un non-sens.
Reste à savoir ce que cela cache et c'est là que tu as raison d'émettre des doutes. Quel est le but de cette problématique qu'on aurait pu croire définitivement enterrée ? D'aucuns diront que
c'est la faute de cette immigration continue. Peu importent les raisons qui poussent certains à quitter leur pays pour venir ici : nous n'avons pas à en juger. La seule chose qu'on peut dire,
c'est que chez nous c'est plus confortable que chez eux et qu'on peut comprendre qu'il fuient la dictature, la misère, le chômage, la maladie, le désespoir. France, terre d'accueil depuis des
siècles. Est-ce encore une réalité ? On peut en douter puisque les vieux fantômes de l'identité nationale surgissent des ténèbres.



Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche