Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2013 2 04 /06 /juin /2013 07:17

Voilà, c'est décidé : la réforme sociale des allocations familiales portera sur le quotient familial. Apparemment, la fronde suscitée par le MPT a fait reculer le gouvernement. Il a opté pour une solution de facilité, ce qui n'empêchera en rien de léser les familles les plus modestes puisque ce fameux quotient est passé de 2000  à 1500 euros.

Non, là, il y a un manque de courage patent. Déjà Lionel Jospin avait baissé pavillon face aux familles aisées (1997) qui s'étaient élevées contre cette réforme, les privant de revenus non négligeables. A croire que tout est dû. Ma conviction est que les familles ayant des revenus au-delà de 5000 euros mensuels n'ont nul besoin qu'on renforce leur pouvoir d'achat. Et qu'on ne vienne pas me raconter que c'est cela l'égalité, car, en réalité, elle provoque une plus grande inégalité (en cause, le dicton populaire "on ne prête qu'aux riches", proverbe une fois encore confirmé par un recul pour cause d'absence de courage politique), creusant un peu plus le fossé qui séparent deux positions sociales. Ce n'est pas demain en effet que l'échelle des salaires se réduira, puisque celle des revenus tout compris demeure.

De plus, il y a fort à parier que cette baisse du QF ne suffira pas à rétablir les comptes de la branche Famille. Ce qui provoquera une seconde réforme et celle-là portera évidemment sur l'attribution égalitaire des prestations familiales. Reculer pour mieux sauter ? 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article

commentaires

Blanche de Marse 28/03/2015 09:12

je ne sais si tu liras mon com d'aujourd'hui puisque ton billet date de juin 2013 - Ton billet , ou plutôt ton com adresse à Marc ( que je ne connais pas mais salutations à tous ) ton com donc rejoins complétement ce que je dis et tu vas même plus loin que moi puisque tu dis qu'un jour nous serons tous dans la rue et que les têtes seront au bout des piques ( ce qui évidemment n'est qu'une image - en plus je te vois en homme très calme ) Manquerais-tu de logique envers toi-même en allant voter OU est-ce un suicide ( façon de parler ) style : je me jette dans l'âbime puisque de toutes façons rien n'ira mieux et personne n'y peut rien ! Je me pose la question - Pour ma part je tiens pour acte politique bien réfléchi de refuser le vote et je peux te dire que c'est vraiement pénible MAIS ...je m'y tiens pour cette fois - peut-être l'avenir sera-t-il meilleur mais j'en doute , venant d'écouter un Podcast sur France Culture parlant de la gestion des Villes sous le FN....bonjour les dégâts pour ce qui est du vivre ensemble !!! Amicalement :-)

Le Mousquetaire des Mots 28/03/2015 16:24

Bonjour Blanche,
OB s'est transformé mais je reçois toujours les alertes des commentaires déposés dans mon officine. Quand j'ai vu la date, je me suis demandé quel était l'olibrius qui venait hanter les années antérieures et exhumer un article oublié au fond de ma mémoire.Une sacrée surprise que de te lire ! Un vrai plaisir. Mais je ne comprends pas que tu aies choisi cet article plutôt qu'un autre. Aurais-tu fait une recherche sur le mot courage ou l'expression manque de courage ? Bref, peu importe puisque tu m'honores de ta visite.
Je n'avais pas à voter pour les départementales. Et c'est tant mieux car j'aurais été dans une impasse. Je pense que nous serons concernés par les régionales à défaut de l'avoir été pour celles-ci qui se termine demain. Je ne pense pas pouvoir m'abstenir d'un déplacement : je pense avant tout (et très égoïstement) à mes enfants auxquels je ne veux pas léguer une France en charpie. En quelque sorte un réflexe d'auto-défense pour que la postérité ne soit pas gâchée par une reculade et une élection pernicieuse. Rien n'a jamais été simple et ça l'est de moins en moins. Alors je me sers des armes que j'ai à disposition : le vote en fait partie. Les lambeaux de la démocratie ne doivent pas être remisés au placard ou, pire, mis au rebut, voire à la décharge. La défendre est bien la seule alternative qui nous reste, non ?

Florentin 08/06/2013 16:58


Merci de m'avoir laissé un mot d'encouragement. Je quitte le blog, non pas parce que l'activité me déplaît (je suis là depuis cinq ans), mais parce qu'il me confisque un temps dont j'ai
besoin pour les choses de la vie. Il ya trop de choses que j'ai ratées pour rester  sur mon clavier. Faut hiérachiser. Je reviendrai régulièrement te lire, évidemment. Bien cordialement.
Florentin.

Le Mousquetaire des Mots 08/06/2013 18:39



J'espère, cher Florentin, que ton abandon ne sera pas définitif et que comme moi tu reviendras, au moins de temps à autre. Je vais cependant regretter
cette régularité que tu avais instituée, avec des thèmes aussi différents que tes remarques quant aux événements politiques ou non, tes dessins humoristiques, tes lectures, bref, une diversité
qui avait un très grand intérêt pour tes lecteurs. Merci de m'avoir répondu.


Je te dis à très bientôt



youyou29 08/06/2013 14:48


Salut Fred, on va finir par regretter la droite ...presque.... car tant qu'à se faire en.........., j'aurais préféré que
ce soit par la droite,on est habitué !, mais par la gauche .. alors là non.!! je pense que c'est la dernière fois que je vote socialiste.....Hollande a été mis en place pour nous faire passer la
pilule. J'ai un sujet beaucoup plus joyeux sur mon blog, je t'invite à venir et en plus ça va te détendre... hihihihi... Bibizzzzzzzz à toi de ti'te youyou29

Le Mousquetaire des Mots 08/06/2013 18:36



Bonjour Youyou,


Je cours suyr ton blog : j'ai vraiment besoin de décompresser. A tout de suite.



Florentin 05/06/2013 17:44


Il y a un certain machiavélisme dans les comportements gouvernemantaux. Aucne décision actuellement prise n'est mortelle. Mais le total des mesures qui vont être prises feront l'insupportable.
Mais quand finira-t- par décider que c'est insupportable ? De douleur en douleur, on finit par la mieux supporter. Mais, bon, espérons quand même : tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se
casse (tout de même). Bonne fin de journée. Florentin.

Le Mousquetaire des Mots 08/06/2013 18:42



La douloureuse en effet rique d'ête salée, même pour ceux qui ne paient pas d'impôts (c'est dire si leurs revenus sont en-dessous de tout) : TVA par ci,
impôts inflationnistes par par là, denrées qui augmentent, bref, une austérité plus que rigoureuse... Mais comme tu le dis, la cruche finit toujours par se casser.



segolin183 05/06/2013 15:14


Comme tu dis si bien les politiques manquent de " corones " et je ne sais ou cela nous menera mais on y va tout droit!


Souvenons nous de la crise de 29 et de ses consequences!


Le plaisir de te lire n'a d'égal que ta sagacité ,amitiés marc

Le Mousquetaire des Mots 16/06/2013 21:05



L'absence de courage remplace le manque d'idées. Confrontés aux réalités, les politiques s'inventent des idées. Mais sont-elles toutes bonnes
?



segolin183 05/06/2013 14:13


Je ne me souviens plus de celui qui a dit que la france était ingouvernable! Trop de lobbies qui pèsent sur les deputés qui le rapportent à leur ministre!


Peut-être un manque de courage (en tout cas moi qui suit un homme de gauche et un vrai ,cette composition gouvernementale ne me convient pas trop ,mais je prefère nettement le François
que le petit nerveux qui a mis la france à genoux avec les 12 ans du super menteur!


Amitiés Marc

Le Mousquetaire des Mots 05/06/2013 15:01



Bonjour Marc,


Le pays ne serait pas ingouvernable si l'honnêteté était l'apanage des politiques de quelque bord qu'ils soient. Mais seulement voilà, non seulement
chacun prêche pour sa propre chapelle, mais surtout subit les assauts de ce qu'on appelle (un mot bien français) les lobbies. Il manque des couilles à ceux qui ne font que céder à certains
chantages, essuient des attaques répétées et par flemme ou découragement cèdent aux chants de certaines sirènes. Ca finit par être odieux et si je parle d'absence de courage, c'est à juste titre
: les électeurs veulent être écoutés, hélas ils crient dans le désert de la surdité généralisée. La dette commence à me courir sur le haricot car je sens que dans 3, voire bien davantage,
générations, elle sera toujours présente et chacun devra se serrer toujours plus la ceinture. Faire des efforts, certes, pourquoi pas, mais pas de la manière où l'on nous met sur le dos ce poids
lourd dont nous ne sommes en rien responsables. Ca commence à faire beaucoup. Déjà qu'il n'y a plus aucune confiance dans les politiques, si ça continue, on finira tous dans la rue et les têtes
viendront fleurir les piques. Il n'y a plus aucune jugeotte, ni plus aucune sentiment, le chacun pour soi (je n'ai pas à me prévaloir d'un intérêt quelconque dans cette nouvelle affaire : mes
enfants sont grands désormais) primant sur le collectif. Or, ce qui fait la richesse réelle d'un pays, ce sont les populations, le travail, la liberté. Que reste-t-il de notre devise ? Rien n'a
jamais été plus inégalitaire que ce qu'il se passe aujourd'hui. D'un naturel patient, je veux bien participer au redressement, mais les réformes sont telles que j'en viens à me demander si tous
ces beaux messieurs ont cure de quoi que ce soit. Ils sont déconnectés des réalités communes. Ils vivent au-delà de l'imaginable du citoyen ordinaire. Et comme ce sont des technocrates, ils
rivalisent d'imbécillité en mettant à charge du citoyen lambda la responsabilité de leurs errements. C'était assuré que l'alternance droite-guche ne ferait pas de miracle, mais là, ils poussent
le bouchon trop loin. Pour trinquer, on va trinquer. Mais cela est d'une injustice flagrante : en fait, on entretient une classe technico-politique pour son plus grand bien mais surtout pour la
paupérasition de 99% de la population. J'en ai vraiment ras-le-bol : les solutions existent, encore faudrait-il qu'ils utilisent d'autres stratagèmes que ceux que nous
connaissons. L'esclavage a été aboli (officiellement) mais il revient au galop. Parce qu'ils sont incapables de voir différemment de la norme instituée par la mondialisation (les marchés). Ce
n'est pas cela la vie. Et ils nous entraînent dans une spirale sans fin. Qu'en sortira-t-il ? Certainement pas du bien : quand la faim, pour ne pas dire la misère, aura réduit la population à
n'avoir plus rien qu'un estomac vide, il sera trop tard. On ne peut vivre de l'air du temps.


Bonne fin de journée. Amicalement



Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche