Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 09:56

 

Non, cette lettre ouverte n'est pas de moi, mais d'un toubib. Oui, elle est adressée au Président. Je ne ferai aucun commentaire, je vous laisse juge. Merci à J.-G. de l'avoir mise en ligne.

 

 

Docteur Christian SADEK

Médecin généraliste
Les Prades 46250 CAZALS
                                                                                                                                                     Monsieur Nicolas SARKOZY
                                                                                                                                                    Président de la République Française

Cazals, le 08 Mars 2010

Monsieur le Président de la République,

Avec tout le respect que je vous dois dû à votre fonction, je me permets de vous adresser ce petit présent : un croc de boucher. Ce n’est pas pour y suspendre Monsieur Dominique de VILLEPIN et n’a rien à voir avec les balles de 9mm qui vous ont été adressées anonymement.

Moi, je vous dis qui je suis, et pourquoi je vous adresse cet objet.

En tant que médecin de campagne, je suis tous les jours au contact de la France « d’en bas », des agriculteurs, des artisans, des professions libérales, des commerçants, des employés salariés qui doivent travailler toujours plus pour en fait gagner de moins en moins.Je côtoie aussi des personnes au R.S.A. qui travaillent au noir, arrivent à toucher de nombreuses allocations diverses et variées et qui en fait ne payent pas d’impôts et s’en sortent beaucoup mieux que ceux qui sont au SMIC, et qui travaillent 7 H / jour, et bien mieux que de nos agriculteurs qui eux travaillent plus de 60 H/ semaine et 365 jours par an et qui parfois sont obligés de fréquenter les Restos du Coeur pour nourrir leurs enfants. Et que dire de nos retraités qui ont de plus en plus de mal à joindre les deux bouts.

Tous les jours, je mesure la température de la population de notre canton et, je ne sais si c’est une conséquence du prétendu réchauffement climatique, mais la température monte, monte lentement mais sûrement et un jour cela va éclater…
Je pense que c’est comme le « big one » sur la faille de San Andréa : on sait que cela va arriver mais on ne connaît pas la date.
C’est ce que je perçois sur le canton de Cazals et aussi ce que je pressens dans les autres cantons de France.

Il serait dommage que notre Pays, qui est au bord de la faillite, faillite en grande partie liée à l’incompétence et à la corruption de nos énarques, soit victime d’une troisième révolution qui achèverait de le ruiner.

Comme en 1789, la Révolution pourrait éclater pour une parole de trop : en 1789 ce serait Marie-Antoinette qui l’aurait prononcée « Ils n’ont plus de pain alors qu’ils mangent de la brioche ». L’ENA n’existait pas mais déjà nous avions déjà une énarque qui ignorait comment se faisait le pain et la brioche : aucune réalité de la condition de vie des gens sur le terrain.
C’est peut-être pour éviter cela que nos énarques et hommes politiques font de longs discours qui nous endorment et ne veulent plus rien dire : au moins cela évite de mettre le feux aux poudres et ils se sont fait plaisir en alignant des mots mais aucune idée.

Nous sommes en présence d’un Etat qui devient de plus en plus inquisiteur envers ses citoyens, de plus en plus répresseur envers les honnêtes gens, de plus en plus laxiste pour les voyous : auriez-vous peur des voyous Monsieur le Président ?
Pourtant ce sont les honnêtes gens qui feront la prochaine révolution parce qu’ils en ont assez que 1789 ne serve à rien et qu’ils ne soient bons qu’à payer des impôts.

Je pense, en tant que médecin, que la révolution c’est comme le vaccin : de temps en temps il faut des rappels. Il y a trop longtemps maintenant que le dernier rappel a été administré.

Après le dépistage des délinquants à l’âge de 3 ans, la taxe carbone qui épargne les plus pollueurs (vos petits copains), les radars « pompes » à fric, qu’allez-vous nous pondre : le rétablissement des lettres de cachet ? Pourvu que je n’en sois pas la première victime !

Vous êtes en train de nous faire une France à l’Américaine. Mais pas celle d’Obama ! Celle de Bush, marionnette de la C.I.A., des lobbies de l’industrie et de l’armement. Votre idole était G.W. Bush : cela « crevait » les yeux. L’Europe géographique avait un pays à la botte des américains (l’Angleterre), maintenant elle en a deux.

Lors de l’invasion en Irak, par les américains, je devrais dire par la C.I.A. et les industriels de l’armement et accessoirement G.W. Bush, Jacques CHIRAC a eu probablement la meilleure initiative de ses mandats : ne pas y aller. S’il n’en avait pas été ainsi, je pense que notre pays, qui compte 1/6 de musulmans explosait de l’intérieur. En médecine il y a un dicton qui dit « primum no nocere » - d’abord ne pas nuire - et il a su l’appliquer.

Vous êtes, lentement mais sûrement, en train de transformer le pays en dictature car vous avez l’esprit d’un petit dictateur ; il existe une grande similitude entre vous et Napoléon III dit Le Petit (dixit Victor Hugo).

Mis à part quelques ministres, vous vous êtes entouré (mais cela est peut-être voulu) d’incompétents notoires qui n’ont aucune réalité du terrain, comme par exemple Madame R. Bachelot qui nous a montré ses talents dans la gestion de la «grosse» épidémie de grippe A. Heureusement que le virus H1 N1, quant à sa virulence, n’avait rien à voir avec le H5 N1, auquel cas elle aurait participé à décimer le pays : elle aurait peut-être résolu le problème dec hômage en créant un maximum d’emplois…..dans les funérariums. Il y a un proverbe qui dit« au royaume des aveugles, les borgnes sont rois » : je crains que vous l’ayez fait vôtre. Mais au fait, cette épidémie de grippe, n’était-ce pas une diversion, pour faire parler d’autre chose que de la crise ce qui aurait risqué d’échauffer les esprits ?

En vous adressant ce présent, je ne fais pas de menaces, je m’inspire un peu de vous - après tout c’est vous qui en avez parlé le premier, du croc de boucher - Je fais seulement de la prévention.
Il serait en effet regrettable que votre absence de bon sens, votre éloignement de plus en plus grand de la France «d’en bas», comme avait dit Jean-Pierre Raffarin, vous conduise à vous y trouver suspendu par le peuple, ou pire encore, que la Guillotine, reléguée au musée par Robert Badinter, reprenne du service et fonctionne au rythme qu’elle a connu sous la Terreur. Je vous rappelle que vous êtes le Président de tous les Français même si tous n’ont pas voté pour vous et que vous avez été choisi pour vous occuper de notre Pays, pas pour l’anéantir.

Je suis un libéral, mais je suis pour le libéralisme choisi et non subi et imposé. Vous êtes ent rain de créer un système de santé à l’américaine, c’est-à-dire à deux voire trois vitesses, alors que Monsieur Obama lui veut faire machine arrière et rendre l’accès aux soins à tous les Américains qui en étaient exclus.

Vous êtes en train d’anéantir l’enseignement qui est le type même d’investissement à longt erme où l’on dépense aujourd’hui de l’argent (nos impôts) qui sert à former les cerveaux qui feront l’élite intellectuelle de demain. Les pays nordiques comme la Finlande l’ont bien compris.

Avec la suppression du juge d’instruction, vous êtes en train de créer une justice aux ordres du pouvoir : la France va devenir une République Bananière si elle ne l’est pas déjà.

A l’allure où vous allez, la France sera le premier pays sous-développé d’Europe : plus d’université, plus d’hôpitaux, plus d’industries, plus de services publics, plus d’agriculture….… une réserve de gaulois pour touristes étrangers tout au plus.

Attention ! Les Gaulois à l’image d’Astérix et Obélix pourraient bien entrer en Résistance
 
Docteur Christian Sadek »

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans critique
commenter cet article

commentaires

docnath 07/08/2010 10:04



ce qui est ... agaçant... c'est que je ne découvre cette lettre que maintenant!!! je pense que je ne suis pas la seule à ne pas la connaitre... comme quoi la diffusion de l'information depends du
contenu de l'info en question, hein...



Le Mousquetaire des Mots 07/08/2010 10:17



Il est toujours temps, même à retardement, de découvrir une information. C'est certain que ça n'a pas fait les choux gras de la presse... autre que locale.
Ce qui serait intéressant, ce serait de contacter ledit toubib, lui seul serait à même de dire quel fut le retentissement de son courrier. Il doit être facile de le retrouver, non ?
Lorsque j'ai découvert sa lettre, j'avais poussé la curiosité jusqu'à aller voir le journal local de sa parution (je ne me souviens pas du titre dudit journal) : à ce moment-là, le
médecin n'avait eu aucun retour.



docnath 06/08/2010 16:50



n'en déplaise à beherste.... on est plutot tous d'accord avec l'auteur de cette lettre.


Il est bien dommage de faire des amalgames mal venus.


Médecin généraliste, il y a bien longtemps que ça n'est plus synonyme de haute bourgeoisie voire de noblesse... nous subissons la crise et tout ce qui est décrit dans cette lettre de la même
façon que tout le monde.


Simplement voilà un courageux qui a osé dire tout haut ce qu'on se dit tout bas, entre nous ou avec certains de nos patients.


Savez vous si il y a eu une réaction à cette lettre?



Le Mousquetaire des Mots 06/08/2010 20:01



Bonsoir Docnath,


Non. D'ailleurs je ne pense pas qu'il y ait eu une quelconque réaction : nos politiques préfèrent grder le silence quand ils reçoiivent des courriers qui
leur remettent les idées en place. Mais peut-être le toubib qui a osé a-t-il eu quelque chose... Peut-être faudrait-il le lui demander directement...



beherste 30/05/2010 22:42



je l'ai reçu aussi , et en tout premier, j'ai vérifié , oui , il existe bien ce toubib , à l'adresse indiquée , c'est rudement courageux , ses confrères sont souvent de l'autre bord !



Le Mousquetaire des Mots 31/05/2010 22:55



Bonjour Beherste,


Je me doutais que ce n'était pas un canular. Et comme tu le dis, c'est courageux car de nos jours, oser élever la voix contre l'ordre établi relève bien du courage. A moins que ça ne soit
suicidaire. Mais dans le cas de cet homme, c'est l'oeuvre d'un esprit tranquille et sûr de lui. Voilà quelqu'un que j'aimerais rencontrer, ne serait-ce que pour lui dire merci d'avoir osé
exprimer, au nom de nous tous, ce que nombre d'entre nous pense sans franchir le pas comme il a eu le cran de le faire. D'autres toubibs pensent comme lui et l'expriment, mais au sein de leur
cabinet. Au fond, il faudrait peut-être que le même type de courrier inonde le palais pour qu'enfin sa majesté tende l'oreille et comprenne qu'elle a tout faux. Je crains de trop rêver : ce type
d'entreprise n'est pas à la portée d'un monsieur tout le monde. Sans doute parce qu'il manque les tripes à beaucoup d'entre nous.


Merci de ta visite. je vais voir ton blog. A bientôt j'espère.


Cordialement                    Fred



Véronique 18/05/2010 19:29


Et il ne s'agit que de la partie immergée de l'iceberg ! Si la partie émergée vous intéresse, je vous invite à prendre connaissance de ceci : http://www.syti.net/Organisations.html Bonne visite.


Le Mousquetaire des Mots 18/05/2010 21:27



Bonsoir Véronique,


J'ai déjà entendu parler de tout cela. Quel rapport y a-t-il avec cette lettre ouverte ? Oui, je sais, il se dit beaucoup de choses à ce propos. mais je
crains qu'on ne veuille brouiller les pistes et induire le monde en erreur. Ce n'est que mon avis et je peux me tromper. Cependant, je ne peux m'empêcher de penser qu'on tente, à travers ces
sites, d'induire les populations à "errer" sur des voies détournées. C'est si facile de tournebouler les esprits... Il s'écrit trop de choses sur ce nouvel ordre mondial et pendanta la H1N1, il
en circulait un peu trop : on tentait d'empoisonner la population entre autres racontars pour demeurés mentaux. Internet, c'est un outil formidable mais son pendant est, inéluctablement, le
dévoiement de la trop grande liberté dont on dispose, la plupart du temps sous couvert d'anonymat, pour lancer de faux bruits et distiller du venin. Je crois qu'il faut lire avec recul, savoir
faire la part des choses et surtout ne pas se laisser influencer par quelques "illuminés" farceurs qui n'hésitent pas à raconter n'importe quoi. Et en disant farceurs, je reste dans le respect le
plus basique car cela mériterait un tout autre adjectif. En fait, il ne s'agit là que d'élucubrations volontaires pour "terroriser" les esprits faibles. On ne peut pas dire que ce soit honnête.
Et intellectuellement, je refuse de me laisser pervertir par des propos alarmistes, ce serait faire trop d'honneur aux petits malins dont l'ingéniosité est dangereuse.


Bonne soirée            Fred



Blanche de Marseille 18/05/2010 08:52



Cher FRED , tu as traduit exactement ce que je pense , la situation sociale est explosive - alors ...avant l'heure H  je me délasse - tu sais ce que j'ai dit récemment à une personne
avec qui je discutais ?  " quand il n'y aura plus rien , quand nous n'aurons plus un sou , plus un toit , plus de pain , nous formerons de longues files dans les rues , en attente de
recevoir nôtre subsistance et là nous aurons le temps de parler les uns avec les autres et de nous connaître vraiement ! Pas drôle comme perspective n'est-ce pas ? pourtant c'est souvent , et
presque toujours dans des situations dramatiques que nous retrouvons nôtre dimension Humaine dans sa richesse ! les très riches auront disparu et on en aura plus rien à foutre , ni d'eux , ni de
leurs successeurs ( s'il y en a ! )  Fred , cher ami , il fait soleil quand on aime La Vie , même quand on est dans des impasses car ça ne dure pas ! allez GO !   Tu l'as bien dit
: Demain est un autre jour !



Le Mousquetaire des Mots 18/05/2010 21:12



Bonsoir Blanche,


Le gros avantage avec moi, c'est que je n'exprime jamais quelque chose que je ne pense pas. Et si je fais certains articles, c'est bien pour que l'on reste
éveillés. Non que j'ai la passion de la dénonciation, mais plutôt celle du constat. Et transmettre me semble une obligation car il est alors question d'honnêteté intellectuelle. Je me dis depuis
fort longtemps qu'on ne peut se regarder dans la glace si on ne sait pas regarder la vie, ses travers, ses perfections, ses errements. On ne peut enfouir impunément ce qui doit être dit, connu et
partagé. Cette lettre est l'exemple parfait de ce qui doit être connu.


Bonne soirée Blanche. Amicalement                Fred



Blanche de Marseille 17/05/2010 15:09



Tellement de dégoût de cette gouvernance !!! Tellement de dégoût ! Ils protègent tant qu'ils peuvent les Banques , les financiers , les PDG des multinationales , leurs coffre-forts ,
pleins à en avoir le vertige ...pendant que tant de Citoyens ne font qu'accumuler les privations ...Tu as vu le yoyo de la Bourse ? Il faudrait vraiement la guillotine pour Baroso et Consorts !
Ces gens là , obnibulés par les profits , ne réalisent même pas qu'ils condamnent leurs propres enfants , parce que ne rêvons pas , toutes ces manipulations destinées à piocher dans la poche des
plus modestes , et de plus en plus , en faisant semblant de participer pour les plus richissimes , tout cela devra se payer un jour ! En général , les mêmes mauvaises actions produisent déjà ,
sans qu'ils s'en rendent compte dans l'immédiat , les révoltes futures et terribles ... Pour le moment je regarde ailleurs , pas envie de tomber malade , mais j'y reviendrai inch'Allah ! Courage
à tous



Le Mousquetaire des Mots 17/05/2010 23:13



Bonsoir Blanche,


Il était prévisible que la bourse remonterait pour redégringoler. La crise est là, les états sont surendettés et plus ils le sont plus ils empruntent. On ne
colmate pas une brèche pour en ouvrir une autre plus grande encore. Les dettes atteignent des sommets, à moins que tu ne préfères les qualifier d'abyssales (tu as le choix et le résultat est le
même). Il faudra bien que cela cesse un jour, d'ici là il faut s'armer de patiente.


J'ai toujours aimé l'expression "le feu couve sous la cendre". Elle s'applique à ce qui se passe en ce moment. Et si l'on continue avec le jeu des
métaphores, tu peux ajouter qu'un volcan n'est jamais totalement éteint, mais seulement endormi, donc susceptible de déverser sa lave bouillante hors de son cratère. Quand le "bouchon" pètera,
c'est ce qu'il se passera.


Dors en paix, Blanche, demain est un autre jour.
Amicalement                     Fred



jacqueline66 16/05/2010 15:40



C'est avec beaocpup de joie que je découvre cet article, cela fait chaud au coeur.


Même sur les blogs, le désarroi existe. Actuellement face à la situation économique de la France, aux propositions de M. SARKOZY et de son gouvernement, c'est toujours une minorité de français
qui s'exprime.


Je sais "ce n'est pas la rue qui gouverne" mais ce sont les français dans la rue qui élisent (quand ils le veulent bien) : On est dans une situation où on ne croit plus à rien ni en personne.


Oui, une autre révolution est nécessaire mais pas celle de 89 qui a favorisé la bourgeoisie et a renvoyé le petit peuple à ses occupations quand leur révolution était faite.


Merci, il faudrait beaucoup de bloggeur comme vous, cela reconnerait courage.


 



Le Mousquetaire des Mots 17/05/2010 23:03



Bonsoir Jacqueline,


Non, ce n'est pas la rue qui gouverne alors que le mot démocratie signifie le pouvoir aux mains du peuple. Le vote est censé être un certain pouvoir mais
quand on sait quel a été le taux d'abstention record des régionales, on ne peut que se demander si ce pouvoir existe réellement puisque, on s'est exprimé majoritairement par un non-vote. D'autres
disent vote-sanction. On l'appelle comme on veut, ce n'est plus un pouvoir, mais un contre-pouvoir et c'est improductif. Est-ce  pour autant que tout ce qui était reproché implicitement a
changé ? Non.


Vous parlez de courage, mais celui qui a fait preuve de courage (et en même temps, d'une certaine inconscience), c'est ce médecin. Les toubibs ne soignent
pas seulement les corps : ils sont les confidents de leurs patients. C'est presque logique qu'ils soignent les états d'âme. Un vrai médecin est à l'écoute de ses patients et celui-là a osé ce que
peu de monde aurait osé faire. Sa lettre est exemplaire : tout y est dit. C'est du ressenti, le sien et celui de la majeure partie de la population. Est-ce pour autant qu'il sera entendu par son
destinataire ?


C'est vrai que le découragement saisit tout le monde, cependant, il faut résister à la tentation de baisser les bras. Un jour, ce qui se dit sera entendu.
Quelle que soit la manière dont ce sera perçu. Cette lettre est pour l'instant comme un écho lointain du désespoir de ceux qui n'en peuvent plus, mais un jour cet écho sera assourdissant (il
commence à être davantage audible), il suffit d'avoir de la patience.


Allez, courage : tout commence mais tout finit également.
Cordialement                Fred


 



ledif trocas 16/05/2010 14:02



Ici c'est le grand beau temps
Mer et ciel de carte postale
c'est dimanche et de beaux voiliers affluent dans le petit port d'Epidaure
à l'entrée duquel sont garées de luxueuses Mercédès et des 4X4Porsche Audi BMW.
Les terrasses regorgent d'une clientèle opulente, parmi laquelle on remarque surtout les femmes à l'abdomen rebondi, déjà très bronzé et souvent piqué d'un brillant ou d'un diamant. Des flots de
crème glacée fondent et ruissellent sur les luxueuses chemisettes des enfants. Des serveuses très légèrement vêtues déposent sur les tables des cocktails aussi coûteux que colorés et des
assiettes débordantes de rougets et de langoustes... Il est 2 heures le festin ne fait que commencer.
Seul sur son caïque, un vieux pêcheur, la clope à la lippe, répare son filet en souriant.
Vous avez dit... la quoi? ah! la crise! quelle crise?Mais oui c'est vrai : la vie est là gaie et tranquille
quelle est cette rumeur qui monte de la ville?...


ΦΙΛΙΚΆ 



Le Mousquetaire des Mots 16/05/2010 14:54



Aux portant la paix, aux autres le souci ?


Qu'ils fassent donc ripaille à s'en faire éclater la panse : ceux qui ont faim sauront un jour chasser de leurs temples ces gaspilleurs sans
vergogne.


Bon dimanche à vous tous                 Fred



cacahuette83 16/05/2010 13:56



Je l'avais relayée également sur mon blog... Je dois dire qu'il en a d'avoir fait ça!


 


Bonne fin de dimanche et à bientôt.



Le Mousquetaire des Mots 16/05/2010 14:50



Bonjour Cacahuette,


Je n'ai pas parcouru ton blog de bout en bout, je n'ai donc pas vu que tu avais fait de même. Ma visite m'a plu, je reviendrai sur tonb blog.


Bon dimanche à toi


Cordialement              Fred



sixtine 16/05/2010 12:25



Bonjour, Fred,


Courageuse initiative qui résume bien des sombres pensées qui nous agitent depuis pas mal de temps ...


Le déclin programmé et orchestré avec brio de toute notre société ...


Y aura-t-il assez de survivants pour se rappeler et raconter comment c'était ... " avant " ... ?


Bon dimanche ( ici, le soleil pointe timidement son nez ! )



Le Mousquetaire des Mots 16/05/2010 12:58



Bonjour Sixtine,


Je comprends cet homme qui n'est pas seulement médecin du corps, mais aussi des états d'âme. A force d'entendre ses patients exprimer leurs angoisses, il a
pris cette décision qui, en effet, est courageuse. Sa lettre récapitule bien le moral des français qui n'en peuvent plus car ils essuient de plein fouet toute cette crise du système, ils morflent
à fond la caisse, paient les frais de l'inconséquence et de la folie et des banquiers et des gouvernants.


A qui la faute sinon à ces deux tenants de toute cette crise ?  Et de ses conséquences sur le quotidien de chacun d'entre nous ?


Je me demande si je me souviens de ce que c'était "avant"... J'ai l'impression que cette crise est bien antérieure à sa survenue. Crise systémique mais
également crise de société, crise morale. Et on nous bourre le mou d'inepties sans valeur... Et les vrais problèmes semblent mis de côté.


Bon dimanche sous un ciel gris mais sans vent,il fait donc meilleur que ces jours derniers. Mais la pluie n'est pas loin. Quel triste printemps
!


Amicalement                   Fred



Juliette 15/05/2010 18:55



Docteur Sadek ou Sader Masoch?


je crois que nous aurions ét nombreux à pouvoir co-signer cette lettre...


merci Cher Fred



Le Mousquetaire des Mots 15/05/2010 19:05



De rien Juliette. C'est toujours un plaisir de donner quelques éléments de réflexion aux autres.


Bonne fin de journée sous le soleil grec


Amicalement           Fred



Florentin 14/05/2010 22:25



Cette lettre dit bien le ras le bol des gens et les menaces qui pèsent sur un pouvoir qui devient insupportable. Les conditions d'une révolution se réunissent peu à peu. Il ne manque
plus que l'étincelle qui mettra le feu aux poudres...  



Le Mousquetaire des Mots 15/05/2010 06:54



Bonjour Florentin,


Exact. Ce qu'il faut également voir dans cette lettre, c'est l'écoute d'un homme, corollaire de la surdité politique. On peut penser que ce type de courrier
va se développer car trop, c'est trop. Pour ce qui est de l'étincelle qui mettrait le feu aux poudres, je crois que, pour l'instant, elle n'est encore que la braise sous la cendre. D'autant qu'on
fait tout pour que rien ne s'embrase en détournant, de manière systématique, l'attention  des grands sujets d'inquiétude (burqa, polygamie, aventures extra-conjugales présumées, nuage de
cendres, tempêtes et zones noires,...). La liste est longue et surtout non exhaustive. Qu'en sera-t-il lorsque la réforme des retraites sera ficelée ? Là, c'est un vrai sujet social car elle
concerne tout le monde, du plus jeune au plus vieux.


Nous vivons une drôle d'époque...



Axel21 14/05/2010 18:50



Les chantres politiques du libéralisme économique, dont le sujet évoqué fait partie, n'ont pas vu  le monstre financier engendré  échapper à leur contrôle. Les Etats capitalistes se
retrouvent en guerre contre le monde de la finance qui pousse sa logique à l'absurde. Ceci n'est pas sans rappeler le mythe de Frankenstein, où le pire semble inéluctable alors que l'on sait ce
qu'il faudrait faire.



Le Mousquetaire des Mots 14/05/2010 20:27



Bonjour Axel,


La compaaraison avec Frankenstein comvient admirablement, même si personnellement j'aurais choisi l'image de la pieuvre qui étend ses tentacules jusqu'à l'étouffement intégral de sa victime. Dans
un cas comme dans l'autre, la solution est connue, mais la victime hésite à trancher... Bon,, nous sommes mal partis.



Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche