Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 23:48
Tout le monde s'échine à dévider l'écheveau où s'enchevêtrent les protagonistes de l'affaire Clearstream. Chacun y va de son mot, de son commentaire, de sa théorie. On ne parle plus que de cela. Malgré les efforts prodigués par les uns ou par les autres, les explications ne sont toujours pas claires et le mystère reste entier. Pourtant, c'est quelque chose de très simple, mais personne ne réfléchit de la bonne manière.
Nos deux frères ennemis se conspuent par médias interposés, l'un criant au scandale, l'autre assurant par la voix de ses fidèles qu'il n'a rien demandé. Qui a tort ? Qui a raison ? Ni l'un, ni l'autre !

"Je prends acte" a dit le roi. Mais le lendemain, coup de théâtre, le proc fait appel de la décision des juges. De quoi être retourné pour le tout frais innocenté. Les langues s'échauffent, les esprits sont en ébullition. Le relaxé qui ne l'est plus tout à fait s'insurge et accuse le roi d'avoir imposé l'appel du jugement. Selon lui des contacts auraient été pris. C'est bien connu, les procureurs obéissent au ministre de la justice, et donc au roi. Il n'est pas jusqu'à la reine pour prendre la défense de son époux et de se plaindre qu'on l'accuse à tort. M'est avis qu'on pleure dans les chaumières, qui pour le relaxé retombé sous le coup d'une éventuelle condamnation, qui pour le roi si bien défendu par les siens et qu'on ose traiter de malhonnête.

Quelle belle histoire, n'est-ce-pas ? Et puis ça fait vendre du papier bourré d'encre, c'est donc bon pour le commerce (et pour les finances royales).

"Je prends acte" a dit le roi pour ajouter de suite qu'il restait des zones d'ombre dans cette affaire où son honorabilité avait été mise en cause de manière mensongère.
S'il était contenté de cette toute petite phrase, il ne serait pas évident aujourd'hui pour beaucoup qu'il est derrière l'appel contre son rival préféré. Oui, s'il n'avait pas évoqué les points dont on n'a rien réussi à démontrer mais qui restent en suspens puisque Curiosité en est pour ses frais, l'appel du jugement n'aurait certainement pas eu lieu. Et c'est là tout l'art de la rhétorique : on prend acte (difficile de faire autrement surtout quand on n'a pas le pouvoir de faire soi-même appel), mais on peut à loisir distiller le doute et ainsi permettre une ouverture sur un second procès. En effet, point n'était besoin de conciliabules au palais, ni de convoquer le proc ou lui téléphoner. Il suffisait d'évoquer sans avoir l'air d'y toucher (puisqu'on acceptait l'évidence de la relaxe) les points mensongers ou restés sans explication. L'évocation de ces "mensonges" a suffi à déclencher l'appel. Astucieux, non ?

Mais cela n'est qu'une hypothèse d'école...

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans Polémique
commenter cet article

commentaires

zeitnot 10/02/2010 17:24



Entièrement d’accord avec cet article et le précédent. Notre Président si prompt à réagir avait menacé les avocats
représentant les familles des victimes de l’attentat de Karachi de les poursuivre en diffamation. Les bougres ont réitéré leurs déclarations, silence. Ce procès ne serait-il pas souhaitable, on a
le droit de s’interroger…



Fred de Roux 10/02/2010 19:55


Certes, ce serait souhaitable qu'un tribunal juge cette affaire pour le moins nébuleuse. Mais on invoque toujours le secret-défense pour ne pas dévoilerles desous des cartes. C'est toute la
politique qu'il faudrait juger. Du moins me semble-t-il.


Philippe 07/02/2010 17:28


L'être humain est ainsi fait, concernant l'affaire Clearstream chacun se fait un avis, mais les médias ne nous poussent ils pas à faire un choix ? cela me rappelle l'affaire du petit grégory, je me
rappelle qu'à l'époque on avait condamné la maman et qu'il y a eut un film il y a quelques années ou dans ce film la maman était innocentée... alors les médias sont ils coupables du choix des
français ?


Fred de Roux 07/02/2010 19:16



Bonsoir Philippe,

A mon tour de te poser une question : est-ce aux médias de faire la politique ? Ou si tu préfères, est-ce aux médias de forger, par leur manière de parler d'un sujet précis , à un moment donné,
une opinion à leurs lecteurs ou auditeurs ?
Lorsqu'ils se livrent à ce type d'exercice, ils débordent leur rôle qui est d'informer : ils se doivent déontologiquement d'être neutres le
plus possible. Or, aujourd'hui, les principes du journalisme sont bafoués, à cause des grands groupes de presse, parce que le pouvoir les musèle en les méprisant (cf. journalistes kidnappés en
Afghanistan), parce que l'intérêt privé (actionnaires et bénéfices) prend le pas sur l'intérêt public.
Je lis la presse qu'elle soit de droite, de gauche, du centre et d'ailleurs. A travers les articles, je tente d'établir une synthèse de ce qu'il se raconte afin de me forger cette opinion
"objective" qui me permettra de faire la part des choses. Ce qui manque aujourd'hui à la plupart des gens, c'est l'esprit critique. Ils prennent tout pour argent comptant alors qu'il faut trier.
D'ailleurs, autre question qu'il faut se poser : comment se fait-il que les journaux de tous bords répandent de l'encre sur le même sujet pendant un temps déterminé ? La vie ne s'arrête pourtant
pas à la disparition de X, la fin tragique de Y (M. Jackson en est l'exemple-type), la vie c'est également et de manière contemporaine la crise qui n'est pas finie, la grippe soi-disant
pandémique, les licenciements d'ouvriers pour cause de restrictions décidées par la direction afin de satisfaire les actionnaires, les délocalisations et autres indélicatesses de traitement des
salariés, c'est aussi le quotidien de tous et de chacun avec les difficultés qu'ils rencontrent, les problèmes de maladie, les enfants qui ratent ou réussissent leurs études, la violence dans les
cités, la violence véhiculée par les images qui envahissent tous les foyers, la morale qui a été bel et bien enterrée au nom des gains, l'esclavage des travailleurs, réduits à obéir pour
conserver leur boulot tandis que les grands patrons ne songent qu'à leurs stocks-options ou retraites-chapeau.
La vie, c'est un tout, pas besoin de la découper en rondelles de saucisson, en la fragmentant par sujet du jour.
Donc, je réponds à ta question : oui, les médias sont coupables parce qu'ils ne tiennent plus compte de leur code d'honneur. ils ne sont plus que des marchands de papier encré.



ledif trocas 04/02/2010 12:20


"Hypothèse d'école", peut-être;
mais de quelle école? là est la question (j'attise ze Kouestione)
pas de l'école d'où sortent les sots, en tous cas, parce que pour l'analyse en profondeur, champion le FRED!
μπραβο!


Fred de Roux 04/02/2010 22:18



Bonsoir LT,

Je maintiens que c'est une hypothèse d'école : rien ne prouve que j'ai raison, même si j'ai la certitude que je suis dans le vrai. En tout cas, merci pour ton coup de chapeau, C'est sympa de m'en
faire part.

Bonne fin de soirée. Amicalement         Fred



segolin 04/02/2010 10:44



Réunion immediate du tribunal des flagrants des rires ,president " Segolin "Le president Segolin et son
jury renvoie dos à dos les 2 protagonistes pour les
raisons suivantes!
Galouso pour son CNE dont le president fût jadis victime...
Nicolas pour ses promesses démagogiques
Et une troisième raison essentielle , ces histoires amusent le landernäu mediatique et pendant ce temps on nous pond des décrets ,des lois qui nous bouffent notre liberté ,qui nous
suppriment nos acquits ,qui nous sclerosent nos
maladies (franchises medicales)  qui nous enfument!
Il faut sortir une histoire par jour pour occuper le peuple....
C'est une strategie des " communi-cons Segela et Saussey ....
Malgré tout ,bonne journée Don Marco segolin (je me suis acheté une particule..)



Fred de Roux 04/02/2010 22:31



Mon bonsoir amical Don Marco segolin,

Ainsi vous achetâtes une particule... ! Vous fites fort bien : cela sied à votre envergure spirituelle et ne dément en rien les qualités intrinsèques de votre humour.
Vous parlez raison quand vous évoquez le landernau médiatique qui se repait de tout ce qui renifle mauvais et vous subodorez juste lorsque vous émettez des avis quant aux décrets, lois et autres
arguties royales sur les effets induits produits par cet écran de fumée opaque que sont les mésaventures politico-politiciennes du moment. Quant aux perversions résultant de ces actes hautement
politiques, vous aveez plus que trois fois raison de dénoncer les suppressions des libertés chèrement acquises par ces partisans du social qui aujourd'hui font défaut à notre communauté.
Que voilà donc une époque révolutionnaire, mais dans le plus mauvais sens de ce terme cher aux défenseurs des libertés et des acquis sociaux ! Sachons rester digne et pourquoi pas "raides dans
nos bottes" de nobliaux oubliés de la république.

Je vous salue dignement ainsi qu'à l'accoutumée espérant que votre santé ne s'est pas dégradée et que votre esprit alerte le soit toujours autant.

En toute amitié de gens de bien, je vous salue                   Fred



Jean Georges 04/02/2010 00:46


Bonsoir Fred,
Bien que tu connaisse mon opinion sur le sujet, puisque développé un peu sur mon blog, je persiste et je signe.
Je ne pense qu'il soit necessaire de philosopher de trop sur cette lamentable affaire. Les magouilles où l'on tripote des grosses valises d'euros ou de dollars on existé de tout temps et continuent
allègrement de courir les rues.  D'ailleurs vous avez déjà vu une de ces affaires être jugée dans l'année, non! bien sûr voir Elf, total etc.. ça dure des années ainsi personne ne se
souvient, les politiques changent et un beau jour où la grande magistrature en mal de procès à sensation, ressorte le boulet a un moment opportun pour interesser les médias. Ceci dit le
principal attaqué c'est Villepin sur des faits non avérés ou du fait de sa position de 1er ministre de l'époque d'avoir été contraint de s'assurer de la véracité de certaines informations, et que
le nom de Sarkozy y est apparu dénoncé par des loustics glauques et avides de renom. D'ailleurs sur le fond les magistrats malgré un super avocat de Sarko, ont bien flairé l'entourloupe du nabot.
Je crois aussi son égo en a pris un coup sur la tête et a fait appel sans trop réfléchir qu'il allait ainsi faire le jeu de Villepin., car s'il avait suivi la relaxe on ne parlai plus de cette
affaire. Tandis qu'ici on va en parler souvent, trés souvent, et rarement à l'avantage de Sarkozy. JG


Fred de Roux 04/02/2010 22:24


Bonsoir Jean-Georges,


Ton adjectif de lamentable convient parfaitement à ce cas de figure. Hélas, je dois le dire. Pour avoir lu quelques articles du canard, tu as raison de parlé de l'ego écorniflé par cette histoire
plutôt sordide.
Il y a une autre théorie qui tient debout : que tout ce cirque serait seulement une connivence entre les protagonistes afin d'occuper le terrain médiatique et ainsi occulter des éléments bien
plus importants. J'ai du mal à imaginer  un DDV en complice d'une magouille de cette sorte. Mais comment être certain que la vérité serait là ou bien ailleurs ? Ma foi, je ne répondrai pas :
je ne suis pas au fait de ce qui se trame dans le dos des uns et des autres. Et je ressors de cette histoire avec le sentiment mitigé d'un spectacle malodorant qui ne sert ni l'un, ni l'autre.
Comme s'ils avaient joué à qui perd gagne sans que l'un ou l'autre ait gagné quoi que ce soit.
Comme tu le dis, il sera souvent question de cela, donc attendons, réfléchissons et nous tirerons les conclusions qui s'imposent quand enfin nous en saurons davantage.

Je te souhaite une excellente fin de soirée. Amicalement             Fred



La Bernache 03/02/2010 15:44


J'ai vu une vidéo ou Carla Bruni affirmait que ce n'était pas un procès politique mais seulement de droit commun ....Tiens donc ? Pourquoi intervient-elle ?


Fred de Roux 03/02/2010 20:52



Bonsoir Blanhce,

Une épouse se doit de prendre position pour son mari. Tu sais bien, mariés pour le meilleur et le pire. Et cette histoire est tellement farcie de nébuleuses que ce soutien se doit d'être. C'est
le rôle de l'épouse aimante.
Ce procès est essentiellement politico-financier et non de droit de commun. Mais bon, la première dame tente de ramener au plus bas ce qui atteint son époux. Il faut bien qu'elle aille au
charbon, non ?

Bonne soirée          Fred



Pat59 03/02/2010 11:18


De cette lamentable histoire je ne retiens qu'une chose, l'instrumentalisation politique de ce qui est au départ qu'une affaire de blanchissement d'argent sale dans la lessiveuse à pognon qu'est
Clearstream.
Maintenant, la France ne sort pas grandie de ce lamentable pugilat et donne une fois de plus l'image lamentable d'un pays corrompu avec des coqs qui se battent comme des chiffonniers sur le
territoire par médias interposés.
Je le prends tellement au comique que je suis occupé à en faire une BD.
Pauvre France, lamentable...
Amitié
Pat


Fred de Roux 03/02/2010 20:56



Bonsoir Pat,

Tu ramènes cette affaire à de justes proportions, mais voilà, nous sommes effectivement dans un pays où tout est sujet à polémique et où le secret-défense est évoqué systématiquement. Sans doute
parce que ce qui se passe en coulisses est peut-être encore plus crapuleux qu'on ne le pense. Tu résumes toute cette sordide affaire en parlant de combat de coqs qui se battent comme de
chiffonniers. On peut également comparer ce "duel" à ces chamailleries des cours de récréation, sauf que la cour en question est publique et non circonscrite à un espace clos. D'où  l'effet
catastrophique que renvoie cette affaire.

J'attends ta BD avec impatience.   Amicalement             Fred



sixtine 02/02/2010 16:27


Bonjour, Fred !
A ce rythme là, ce n'est plus de la ficelle : c'est une corde !
Pour pendre " qui " ? Devinez !
Bonne fin de journée, Fred !
Amitiés.


Fred de Roux 02/02/2010 18:58



Bonsoir Sixtine,

Effectivement c'est tellement transparent que ses fidèles troupes prennent sa défense. Ce qui m'amuse dans cette histoire à dormir debout, c'est que la linguistique permet de décrypter tout les
dits et les non-dits. C'est vrai que c'est tellement gros que personne n'y a songé. Et pourtant, tout le monde avait les évidences  sous les yeux. Comme quoi, un peu de recul permet d'être
davantage d'objectivité. Surtout quand on n'est pas partie prenante et que tellement à l'écart on regarde, écoute, réfléchit. Jusqu'à la compréhension totale de tout ce qui est inclus dans des
propos apparemment anodins. Ce n'est pas la première fois que j'en fais l'expérience et chaque fois je m'étonne que tout échappe à l'entendement alors que tout est là.

Bonne soirée. Amicalement           Fred



Lumieres contemporaines 02/02/2010 10:42


Bonjour Fred

Le roi n'assume pas son coup et se cache devant des prétextes fallacieux. Honnêtement, la ficelle est tellement grosse qu'on en rit.


Fred de Roux 02/02/2010 19:32



Bonsoir Alex,

Je ne m'avancerai pas à dire qu'il se cache derrière n'importe quel prétexte, fallacieux ou non.  Je ne fais que démantinbuler via la linguistique ce qu'il dit sur un ton uni, sans avoir
l'air d'y toucher. C'est du grand art. Je lui tire mon chapeau puisque tout le monde tombe dans le piège de la dialectique sans réfléchir à la portée des propos tenus. Peut-être faudrait-il un
peu de maturité par rapport aux mots employés, aux phrases dites et donc s'exercer à examiner à la loupe plutôt que de se jeter comme un chien éperdu sur des propos peu rapportés alors qu'ils
sont lourds de sens, du vrai sens. Et donc des intentions.
J'admets que c'est gros mais pas tant que ça puisque les journalistes, habitués à manier le verbe, ne savent même plus rendre compte.  Et c'est là où je ne ris plus. J'ai trop rencontré de
gens qui savaient parler en cachant leurs intentions réelles pour que la séduction du ton me fasse me pâmer et du coup ignorer l'intentionnel. Les mots sont trompeurs, surtout quand on les
manipule sans avoir l'air d'y toucher. Et c'est là qu'ils sont dangereux car ils passent la rampe sans qu'on y prête garde. Ils sont employés pour détourner l'attention et gruger. Pas franchement
intérssant. Sauf sur le plan de la dialectique pure.
En bref, tout le monde ne peut être Machiavel, mais tout le monde peut se prendre pour lui.

Bonne soirée.                 Fred



Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche