Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 08:05

 

A l'heure où certains politiques clament qu'ils veulent que cesse le cumul des mandats, d'autres le pratiquent joyeusement. Voici un article fort édifiant que je vous conseille de lire, même si vous devez en sortir encore plus écoeurés.


http://marredengraisserlessupermarches.over-blog.com/article-les-cumulards-du-cac-40-51067182.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans phénomène de société
commenter cet article

commentaires

barovin 29/05/2010 17:28



Comme au RPR et maintenant l'UMP : "les copains et les coquins"....Il est mieux d'être en famille pour se voter des revenus substantiels, des parachutes dorés  et des retraites chapeaux qui
ne le sont pas moins.


Incohérence d'une
politique menée par des.........


Oh le
mythomane.............!



Le Mousquetaire des Mots 30/05/2010 18:43



Qiuand on est BC BG, on ne fréquente pas n'importe qui, on reste dans un cercle restreint, un vase bien clos, et gare à ceux qui prétendraient y pénétrer. Il
lur feaudra du temps et surtout montrer patte blanche. Pas question de mélanger torchons et serviettes



Le Mousquetaire des Mots 29/05/2010 08:48



Oui, c'est à vomir, et pourtant, tout n'est pas dit dans cet article. Il reste à lever le voile sur le reste qui n'est guère mieux.


Allez, AcidKronik,, reste dans l'esprit de No Pasaran : tu y es toute entière et ça fait du bien de lire un tel article (oui, j'en reviens)


A bientôt



AcidKronik 28/05/2010 22:54



J'ai le repas qui remonte ...


Etrangement je suis pas plus choquée que ça, on devient blasé à force. C'est ça le pire !



Le Mousquetaire des Mots 29/05/2010 11:49



Ne te laisse pas avoir, l'important étant de savoir afin de réagir. L'inacceptable sera toujours inacceptable.



sylvie 26/05/2010 22:40



Nous sommes sur la même longueur d'onde… on surnage, c'est déjà pas si mal !


Courage, des jours meilleurs viendront.


Bonne nuit.



Le Mousquetaire des Mots 27/05/2010 01:04



On surnage en effet.


Bonne nuit



sylvie 26/05/2010 19:30



Bonsoir Fred,


rien de bien nouveau sous le soleil, malheureusement ; la nouveauté, c'est qu'on commence à en parler. Comment s'étonner ensuite, si les politiques sociales au sein des grands groupes se
ressemblent étrangement ? Tout pour le capital et l'actionnaire, la portion congrue à ceux qui produisent la richesse : les travailleurs. A part un bras de fer géant avec le patronat, je ne vois
pas comment en sortir. Et ce bras de fer, il a un nom : grève générale illimitée. Dur, bien sûr, mais moins pénible que ce que l'on nous prépare sur le long terme, de façon très insidieuse.


Amitiés.



Le Mousquetaire des Mots 26/05/2010 21:18



Bonsoir Sylvie,


Je partage ton avis. Hélas, si nous étions plus nombreux à penser ainsi, nous ne serions pas dans l'impasse. Tout va mal, et les gens se taisent, surtout
ceux qui prennent tout dans la figure. C'est dramatique. Mais que faut-il donc pour qu'ils se réveillent ? Qu'ils soient obligés de reverser l'intégralité de leur salaire ?


Demain, jour de grève. En ordre dispersé puisque FO fait bande à part. et manifestera le 15 juin. Si seulement les syndicats jouaient leur rôle, s'ils
étaient réellement les défenseurs des travailleurs, nous n'en serions pas là. Ils se sont trop compromis avec le pouvoir afin de subsister en tant qu'organe participatif. Tout finit par se
savoir, les adhérents ne représentent rien par rapport à la masse. Mais ça continue quand même. L'an dernier, l'instant était propice. Résultat ? Tout est passé à cause de la manière dont les
syndicats ont agi. Une grève mensuelle, ce n'est pas une grève, c'est une institution. Et c'est l'aspect institutionnel qui a tout autorisé. Qu'on ne vienne pas me dire que les syndicats
défendent encore quelque chose : ils lèchent les bottes du pouvoir. Tout en continuant à prétendre qu'ils sont là pour les travailleurs. Je crois que je préfère une Arlette Laguillier, dont la
voix monocorde m'exaspérait ainsi que ses rengaines d'un autre temps. L'époque que nous traversons est charnière et je ne pressens rien de bon. Je ne pense pas que ce soit la crise qui ait
provoqué les séismes que nous connaissons, mais bien la veulerie syndicaliste. A trop s'aplatir pour survivre, ils ont laminé les chances d'un renouveau. Et malheureusement il n'y aura que la rue
pour que les lignes bougent. Ca craint.


Aussi bizarre que cela paraisse, je n'ai pas l'âme révolutionnaire. Mais je sens que, sans révolution, tout part à vau l'eau. L'avenir ne s'annonce pas
joyeux.


Amicalement                   



Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche