Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 13:48

 

L'Europe s'est enfin décidée à soutenir un pays membre en grande difficulté. Enfin ! Ce n'est pas trop tôt. Et même est-il vraisemblablement trop tard. La spirale sans fin des déficits est la conséquence d'une crise quasi mortelle. Les grecs peuvent dire merci aux banquiers, aux spéculateurs qui se jettent sur la dépouille encore chaude de leur pays. Comme si leur situation n'était pas déjà assez dramatique.

Aujourd'hui, grève public-privé. Un événement à suivre car le mécontentement du peuple grec est justifié. C'est lui qui va trinquer. Gel des salaires et des retraites dans la fonction publique, augmentation de deux points de la TVA,... Pas de quoi emporter l'enthousiasme de la foule rassemblée pour protester contre le plan d'austérité. Une austérité qu'ils doivent à l'inconséquence financière et à celle des états qui n'ont pas su recadrer les banques quand la crise a éclaté. C'était pourtant la seule chose à faire. Mais non, surtout pas ! Il faut faire confiance au monde de la finance si l'on veut que le système se survive à lui-même.


Dans l'oeil du cyclone, Portugal, Irlande, Espagne... Tout va mal en Europe. Et de mal en pis. Le manque total de courage politique de tous les états a fait se décupler les problèmes. Mais, comme par hasard, le royaume ne ferait pas partie du lot des vilains dépensiers. Comme c'est étrange : la dette est énorme, les milliards se superposent et finiront bien par faire craquer la fragile couche de vernis qui occulte des caisses vides. Ca risque d'être salement explosif.

Malgré la bourse archi-plate du royaume, nous prêtons un argent que nous n'avons pas. Qu'il faudra rembourser. Si nous le pouvons, bien sûr, car si tout s'effondre, il faudra du temps, beaucoup de temps pour relever le défi d'une dette colossale : nous n'avons plus d'industries, mais seulement des services. Avec ça, nous voilà bien lotis. Mais haut les coeurs, notre générosité est proverbiale et jamais nous ne nous permettrions de ne pas mettre la main au portefeuille pour soutenir un voisin en train de plonger dans l'abîme.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Europe
commenter cet article

commentaires

Jean Georges 08/05/2010 19:06



Bonsoir Fred


Excellente analyse, mais si tu le permet tu note l'Espagne, l'Irlande, le Portugal dans l'oeil du cyclone, mais si mes souvenirs sont bons ce n'était pas ces pays là que l'on citait comme exemple
économique?? On nous rabatait les oreilles que l'eldorado se trouvait dans ces pays là , on y embauchait à tour de bras surtout en Irlande. Hélas aujourd'hui des pays comme le royaume uni -Modele
d'économie libérale s'il en est , Tatcher portée au pinacle, Blair canonisé - ce Pays malgré ses gisements de pétrole et de Gaz en mer du Nord est au bord du gouffre au même titre que
l'Espagne, son industrie est réduite à zéro, ses ex services publics ne sont plus qu'un souvenir et les traders de la City sont aussi en train de réduire leurs ambitions.


Bref! il ne sera pas facile dans l'avenir de trouver un juste milieu entre Capitalisme débridé et sociale démocratie raisonnable. Je vais me faire huer mais je pense sincerement que pour quelques
années un régime à la Castro de tous les pays occidentaux remettrai sur les rails pour un temps notre économie décadente, pour revenir a des sociales-démocraties combatives, lucides et
unies. Sans vouloir jouer aux Nostraamus je suis persuadé que notre  civilisation occidentale est vouée au déclin irreversible si on continue à jouer avec le feu. JG. 



Le Mousquetaire des Mots 08/05/2010 21:48



Bonsoir Jean-Georges,


Ce n'est pas parce qu'on cité comme exemplaire qu'on l'est. La preuve est là. La sagesse n'est pas l'apanage de notre époque plus portée sur le m'as-tu vu que sur les réalités. La mondialisation
a mis à terre des nations entières parce que tout est dérégulé et qu'il n'y a plus identité entre un peuple et son territoire.


La rigueur dont personne n'ose prononcer le nom est bien tardive : il aurait fallu être rigoureux dès l'éclatement de la crise. Certes, on ne refera pas ce qui a été, mais on peut constater qu'il
y a eu maldonne de la part des dirigeants. L'erreur est une bourde sans précédent. Et tout le monde doit trinquer alors que les instances décisionnaires se sont fourvoyées. Ce que c'est que le
pouvoir... et la bêtise humaine. A trop se voiler la face et prétendre qu'on ne peut qu'être épargnés relève à la fois de l'insouciance, de l'incompétence et du laxisme. Merci aux politiques qui
ne savent pas prendre convenablement la température d'une situation donnée et qui s'empressent d'oublier que ce sont eux qui ont décidé qu'il en serit ainsi et non autrement tout en exigeant des
lambdas qu'ils mettent la main au portefeuille. Ce sont toujours les mêmes qui se font bananer. C'est d'une injustice criante et même criarde.


Tu n'as pas tort en disant qu'on devrait connaître quelques années durant un régime castriste : au moins là, il y a de cette rigueur indispensable au bon déroulement des biens communs.


Je soupire, mais pas d'aise. Je vois venir gros comme une maison une période pénible sans que pour autant les monsieurs tout le monde réagissent. J'en ai marre de cette passivité silencieuse. De
temps en temps, j'aimerais bien entendre quelques protestations et sentir le soufre envahir l'atmosphère (ça nous changerait du nuage de cendres qui n'en finit plus d'envahir notre espace
aérien).


Déclin, dis-tu ? Oh que oui ! Voire disparition d'une société décadente.



Blanche de Marseille 08/05/2010 09:15



Juste pour information cher Mousquetaire : entendu à la radio ce matin le projet d'Alain Minc , ponctionner sur les descendants les frais d'hospitalisation des vieux parents - ce qui
ouvre évidement la porte en grand aux assurances privées pour ceux qui pourront se prémunir - Destruction du système de solidarité par répartition! moi je dis qu'il faut faire des bûchettes avec
les vieux parents        je sais , j'suis sordide sur ce coup mais l'idée de ruiner
mes enfants parce que j'aurais le mauvais goût de vivre trop longtemps me hérisse !    La
valse des bonnes idées à commencé , on peut compter sur ce gouvernement !  Si tu ne dors pas plus comment tu vas tenir le coup hein ?...ne réponds pas ! Très amicalement à toi cher
Fred



Le Mousquetaire des Mots 08/05/2010 11:08



Bonjour Blanche,


Cela ne me surprend pas, ce monsieur est un ultra-libéral. Et il a l'oreille du roi.


Je te conseille la lecture suivante : http://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Minc. C'est toujours enrichissant de se cultiver, quelle que soit la culture dont il est
question.


Ne t'inquiète pas pour moi, je dors même si parfois je me couche tard.


Bon weekend Blanche, mais fais attention, les cendres du volcan arrivent vers le sud-est du pays cet après-midi.


Amicalement          Fred



Blanche de Marseille 07/05/2010 17:05



Bonjour cher Fred - j'ai beau m'offrir une crise de paresse , je me tiens au courant quand même - j'ai un peu écouté tout à l'heure , la Ministre Christine Lagarde - il semblerait qu'une
surveillance  (enfin !!! ) et des sanctions seraient prises contre les fauteurs de trouble financier , dont notament les agences de notations qui te descendent un pays en flèche pour
spéculer - nous ne sommes pas à l'abri - mais nous n'échapperons pas à des restrictions - moi ce que j'attends c'est que soient traînés en Justice les responsables à haut niveau - je crois que je
peux attendre longtemps !



Le Mousquetaire des Mots 08/05/2010 03:12



Bonjour Blanche,


J'ai également entendu dire que... Mais crois-tu que les banques vont se laisser "surveiller" ? Beaucoup de promesses ont été émises et aucune n'a été tenue.
"Wait and see" disent les anglais... Cette surveillance (si elle est effective) vient trop tard, il fallait , lors du rattrapage des banques par les états, prendre des participations et siéger au
comité d'administration. Mais non, on a prêté sans contrôle et les banques ont repris leurs vieilles habitudes... La crise est loin d'être terminée.


Quelqu'un de ma connaissance parlait de crime contre l'humanité à propos de cette crise et de ceux qui l'ont provoquée. Il n'avait pas tort. Mais comme ça
concerne l'ensemble des banques mondiales, c'est un tribunal international qu'il faudrait instituer pour les juger. Les états sont incapables de se mettre d'accord quel que soit le sujet des
discussions. Alors, s'entendre pour rémonter les bretelles des banquiers, voilà un pas qu'ils ne franchiront pas. A moins que...


Bonne fin de nuit Blanche                Fred.



rené 07/05/2010 13:26



Bonjour Fred, Pardon de ne pouvoir passer plus souvent. Nos connexions actuelles sont comme les finances européennes et pourquoi ne pas le dire, mondiales, très largement déficitaires. En effet,
des travaux sur le câble Américas2 ralentissent nos processus. Il nous faut 20 minutes pour ouvrir le matin et accéder à un site.Mais  comme je le dis, je ne me plains pas. Qui aurait penser
qu'au milieu de la forêt, depuis 4 ans nous avons le sentiment d'être au coeur du monde? Merci les technologies modernes. Cela dit, le modernisme est merveilleux quand on sait l'utiliser au
profit du plus grand nombre. Aujourd'hui plus n'a vraiment de sens et j'attends le jour où un illuminé trouvera bien le moyen de quotter en bourse ce qui nous reste de sentiments.
Enfin, n'en avons-nous pas marre de rêver? Ne sommes-nous pas fatigués de courir derrière des chimères? Le citoyen lambda ne peut vivre bien longtemps au'delà de ses moyens. De grâce,
avons-nous envie de crier, revenons sur terre où c'est l'endroit où nous vivons le mieux, vivons nos émotions à pleins poumons tant que le jour est sur nos têtes et gardons la nuit pour
rêver. Je ne comprends pas très bien pourquoi notre pays échapperait à cette crise, nos banques étant au coeur de tous les problèmes qui secouent le monde. Avant nous prétendions que nos vies
étaient suspendues à un fil bien fragile. Ce dernier est rompu depuis longtemps, remplacé par l'argent qui ne représente pas grand chose, sinon nos signifier notre immense misère. Il est comme un
trait rouge très gras qui souligne un mot mal utilisé dans un texte. Bref, depuis notre lointaine forêt il est vrai que notre perception des choses est différente. Parfois je suis heureux
d'appartenir à ce monde qui ignore presque , qu'autour de lui un autre s'agite autour de la monnaie comme des urgentistes auprès d'un agonisant.Somme-nous donc revenus aux temps des
conquistadors et pilleurs de richesses? Sur cette boutade je te laisse à tes amis, non sans te souhaiter une bonne fin de semaine que j'espère plus calme. Amitié depuis l'autre bout du monde.
René



Le Mousquetaire des Mots 08/05/2010 11:21



Bonjour René,


Ne t'excuse pas, comme tu es un "forestier", c'est, comment dire, presque normal que les connexions soient plus pénibles que dans une ville. Tu es malgré
tout plus verni que certains bleds du terroir, trop éloignés des grandes aglomérations, pour bénéficier de cette technologie qui nous ouvre au monde entier si tel est notre désir.


J'aime bien ce que tu dis à propos de ce qu'il advient ces jours-ci et qui est la conséquence directe de l'incompétence des états à brider la soif de pouvoir
des banques et leurs malversations. Ils ont loupé le coche lors de l'éclatement de cette crise qui prend de plus en plus d'ampleur - ce qui était prévisible pour tout être doué de bon sens - et
qui n'a pas fini d'abîmer la vie quotidienne. Oui, tu as raison, nous "sommes revenus au temps des conquistadors et pilleurs de richesses". Je me permets de te piquer cette formulation
car elle est le reflet le plus intelligent qu'on ait trouvé jusqu'à maintenant pour qualifier les exactions bancaires.


Le weekend est là, il y a un peu de soleil, les températures sont remontées mais n'atteignent pas les degrés d'un mois de mai normal, on nous promet de la
pluie et les nuages jouent à cache-cache avec l'astre diurne. D'où alternance de luminosité et de grisaille.


Amicalement, ami lointain.                Fred



Lynette 15 07/05/2010 10:05



Bonjour Fred. J'ai découvert ton blog par hazard. Tout ce que tu dis est vrai


et notre monde cours à sa perte ... Qu'elle pagaille. La politique n'est pas trop


mon truc, mais je suis consciente, que beaucoup s'en foutent caremment, mais


qu'il est impossible de rester inssensible à tout ce qui se passe sur notre planète



Le Mousquetaire des Mots 08/05/2010 02:37



Bonjour Lynette,


Bienvenue sur mon blog. J'aime le hasard qui nous fait aborder sur des rivages inconnus et rencontrer d'autres individualités. Les rencontres sont toujours
intéressantes.


Nous ne pouvons pas en effet rester insensible à ce qui nous entoure et nous concerne puisque nous sommes là, dans ce monde à un instant précis et que nous
le voulions ou non, il nous faut bien le vivre. Alors autant en avoir conscience et l'assumer pleinement. D'une certaine manière nous en sommes les acteurs même si nous n'avons pas choisi d'être
là ni d'avoir à subir les aléas d'une politique débridée, uniquement préoccupée par le pouvoir et intéressée par l'argent.


Dommage que la démagogie l'emporte sur la pédagogie et à nous seriner depuis le début que nous ne risquons rien, nous finissons soit par enterrer toute
velléité de rebellion, soit par avoir conscience de ce qui nous menace et refusons de rester inerte. Bon, un blog, ce n'est pas une grande activité, mais c'est au moins une réaction, c'est déjà
mieux que rien. Et les contacts qui s'établissent via le réseau, s'ils n'ont rien de révolutionnaire, permettent des échanges qui peuvent être constructifs ne serait-ce que sur le plan
individuel.


Je te souhaite une bonne nuit           Fred



Pat59 06/05/2010 20:20



Bonsoir Fred,


Le "dossier" Grec, une tragédie pour les citoyens, mais dans le grand cirque, il faut noter la corruption, les détournements pour en final faire payer le citoyen, comment ne pas comprendre la
révolte des grecs ? Malheureusement, il y a eu des victimes innocentes, mais je vais dire que cela devait arriver, dans une révolution car c'en est une, des victimes innocentes font toujours
partie de ce que les parties appèle pudiquement "dommages collatéraux"


 


LA question que je me pose... en France, cela ne risque pas d'arriver car dans les rues ce genre de manifestation cela fait cinquante ans que c'est du passé et on est pas prêt de les revoir. A
moins que je ne sois vraiment surpris dans la volonté des Français de ne plus se laisser plumer.


Amitiés


Pat



Le Mousquetaire des Mots 06/05/2010 23:27



Bonsoir Pat,


Nouvelle manifestation aujourd'hui : les jeunes semblent vouloir en découdre. La police a chargé. J'ai le sentiment que ce n'est pas fini. Pourquoi les Grecs
baisseraient-ils les bras, se tairaient, accepteraient sans plus manifester ce qui leur paraît être une injustice ? Et c'en est une : l'irresponsabilité des banques, des traders, des spéculateurs
est à prendre en compte, tout comme la mondialisation, la crise et l'absence de courage des politiques qui s'endettent déraisonnablement et n'hésitent pas ensuite à faire payer les peuples. Oui,
c'est injuste car le petit peuple subit des décisions arbitraires dont la moindre n'est pas le laisser-faire face à un système qui n'a rien d'humain puisqu'il n'est qu'économique. Un système dont
les paramètres financiers sdont les seuls critères de décision  et ne sont qu'une escalade sans fin vers le toujours plus, sans tenir compte des facteurs humains. Qu'attendent donc les
économistes pour démontrer qu'il faut tout changer puisque plus rien ne marche ? Ils sont crédibles car ils connaissent les rouages ainsi que les écueils à éviter. Le monde n'est plus qu'un abcès
à plusieurs têtes et la Grèce n'est que l'une de ces têtes, comme une pustule, après la Lithuanie et la Finlande, avec plus que vraisemblablement d'autres qui éclateront tôt ou tard et dont le
pus éclaboussera le reste de l'Europe, voire davantage. L'homme n'est plus capable de freiner la dégringolade d'un système qui tourne autour de lui-même depuis trop longtemps et qui pourrit de
l'intérieur.


Ca promet...



mirotine 06/05/2010 08:25



j'ai entendu sur france info que la france était un des rares pays au monde à avoir un haut indic ede confiance auprés du système banquaire ! ça m'a étonné ! 



Le Mousquetaire des Mots 06/05/2010 18:05



C'est ce que dit une radio. mais ce tout à fait contraire à la réalité. Avec la crise, la donne a changé et aujourd'hui plus personne ne peut faire confiance
aux banques. Et les Grecs qui sont plongés dans un plan d'austérité en goûtent l'amère réalité. Ils ne sont pas responsables, mais ce sont eux qui trinquent. L'inquiétant dans tout cela, c'est
que ce n'est pas le seul pays à se retrouver dans la tourmente. Espagne, Irlande, Portugal sont également sur le fil du rasoir. Et notre pays également (notre endettement vaut le leur). Ce n'est
qu'un début : on a mésestimé la crise et les dégâts collatéraux. Vive donc la mondialisation, la bride lâchée sur le cou des spéculateurs, l'absence de courage politique des états qui n'ont rien
fait pour reprendre en main l'économie, qui ont prêté aux banques et qui s'endettent à qui mieux mieux. Ce sont les peuples qui feront ls frais de tout cette gabegie monétaire.


 



Philippe 05/05/2010 21:20



A qui profite le crime ?



Le Mousquetaire des Mots 05/05/2010 23:47



Pas aux grévistes apparemment.



sixtine 05/05/2010 19:22



Bonsoir, Fred,


On ne pourra pas éternellement passer à travers les gouttes !


On va bien finir par se la prendre aussi la grosse averse !


Gare ! Les Grecs pourraient bien très vite ne rien avoir à nous envier ...


Je crois que tout est fait pour précipiter les peuples dans le chaos ; en tout cas, c'est bien parti pour ...


Bonne soirée, venteuse et pluvieuse ici ( mais, ouf, pas de neige à basse altitude ! )



Le Mousquetaire des Mots 05/05/2010 23:53



Trois morts pour une manif. N'est-ce pas un peu trop ? Pourquoi employer des cocktails molotov ? La violence ne changera rien au plan
d'austérité.


Ce n'est que le premier état à se voir contraint de cette manière. Et comme il n'est pas le seul à avoir franchi la ligne jaune... A qui le tour la prochaine
fois ? Attendrait-on que tout soit fichu pour enfin comprendre ce qu'il faut réellement faire ?



elen 05/05/2010 15:29



Bonjour cher mousquetaire,


La solution serait peut-être, en ce qui concerne notre pays, de placer à la tête de la France le directeur du F.M.I...si celui-ci veut bien être candidat au poste un peu "pourri" de président de
la république française!


Sinon, bien d'accord avec ton article!


Amitiés


Elen



Le Mousquetaire des Mots 05/05/2010 23:55



Il faudrait être fou pour aspirer à une fonction aussi périlleuse. Mais la tentation doit être grande de se penser le sauveur de la nation...



Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche