Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 21:06

... De préparer un repas. Ben quoi, c'est vrai : il faut penser à ce qu'il soit équilibré et puis les pluches, ce n'est pas le pied. Au fond, acheter tout prêt, c'est tellement pratique. Il ne reste plus qu'à utiliser de la vaisselle jetable et hop, plus de vaisselle qui traîne dans l'évier ou dans le lave-vaisselle.

Ah la facilité, vous m'en direz tant...  C'est vrai, quoi, aller au boulot, courir faire les courses, foncer pour mitonner de bons petits plats, Et après, récurer les casseroles, essuyer les assiettes, les couverts, les verres, ranger dans le placard... Oui, c'est un travail de titan. Alors, je dis, vive les plats industriels qu'il n'y a qu'à réchauffer au micro-ondes.
Comment ça, vous n'êtes pas d'accord ? Je ne comprends pas, tout est si simple aujourd'hui puisque l'agro-alimentaire travaille pour faciliter la vie des ménagères ou des pères un peu seuls. D'ailleurs, le choix est réel, ça va du gratin dauphinois, aux lasagnes pur boeuf, du boeuf aux carottes, au ragoût de pommes de terre. Il y a même des plats au poisson. Et les enfants aiment tellement le poisson pané, c'est encore plus simple. Aujourd'hui, n'importe qui peut manger à sa faim sans se casser le bonnet. Surtout si ses moyens lui permettent de passer chez le Traiteur : garanti fait maison... Faites donc un tour dans son laboratoire !

 

Toujours pas d'accord ? Pourtant, tous ces métiers venus avec la modernité post-guerrière sont de vrais métiers. Et comme l'industrie s'en mêle, pas de souci à se faire : le choix et la variété, voilà ce qui est proposé à tous. Avec une facilité déconcertante. Qui voudrait encore élaborer des plats traditionnels puisque les usiniers de la bouffe s'en mêlent ? A moins d'être maso, l'attrait d'un dîner concocté par d'autres est  irrésistible, il faut bien en convenir. Et puis, les prix sont attrayants, bien plus que chez le traiteur qui écoule sa marchandise à prix d'or. Maintenant que la grande distribution a incorporé dans ses rayons ces plats pour une ou plusieurs personnes, il devient malaisé de ne pas tomber dans la mode de la paresse culinaire.

Oui, mais...

Il se dit actuellement que la chaîne du froid n'est pas respectée, qu'il y a tromperie sur la marchandise et que le boeuf est du cheval mélangé à du porc. En gros, une arnaque cousue main qui profite évidemment au patron des grandes marques ayant pignon sur rue et où se ruent le tout-venant. Il se dit que l'importation permet pratiques frauduleuses et tromperie sur la marchandise. Disons merci aux anglais, fans de chevaux, qui ont découvert le pot aux roses. Gageons que, s'ils ne s'en étaient pas offusqués, blessés dans leur amour pour les équidés, nous n'aurions jamais rien su de cette affaire dont la presse se fait volontiers l'écho. Oh, ça n'aura rien qu'un temps puisque tout passe très vite de nos jours. demain la presse s'empressera de n'en plus rien dire et nous en reviendrons à la routinière habitude de parler de tout et surtout de n'importe quoi.

 

Moralité : sachons nous transformer en maître-queue sans toque ni tablier ceint autour de la taille (ça, c'est fait pour le touriste ou le gogo qui aime à voir le cuistot - surtout s'il est célèbre - fourbir ses instruments et créer des chefs d'oeuvre culinaires). Ressortons si besoin est le livre de cuisine de l'arrière grand-mère ou de la trisaïeule, réapprenons les gestes simples du quotidien et passons du temps devant la cuisinière ou le four (surtout si on fait un gigot ou une épaule d'agneau qu'il faut arroser régulièrement de son jus) avant de passer à table en famille ou avec des amis. Nous ne nous en porterons que mieux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans phénomène de société
commenter cet article

commentaires

GIHER 11/03/2013 07:44


Les plats préparés cela pourrait être une bonne idée, sauf que ce qu'il y a dedans n'est pas très sain, il suffit de lire les étiquettes détaillant les contenus pour s'en apercevoir, de plus ils
sont trop salés pour faire oublier qu'ils son insipides voir sur mon blog l'article "bon appétit" et ses commentaires. Ce qui nous empêche de faire de la bonne cuisine c'est le facteur "temps" et
un peu de paresse. En mangeant des plats préparés pour gagner du temps, nous sommes condamnés à nous contenter de peu sur la qualité. mais pourtant la qualité de ce que nous mangeons fait aussi
partie de notre qualité de vie.


Merci pour cet article

sixtine 07/03/2013 17:20


Comme tu dis vrai ! Si seulement cela pouvait réveiller un peu les individus et les obliger à reconsidérer la question des substances nocives et des méthodes commerciales mercantiles... A
commencer par la chaîne du froid qui n'a de " froid " que l'appellation, car que dire des palettes en attente de rayonnage dans les allées des supermarchés, au vu et au su de tout un chacun ! Le
pire étant, que, malgré tout, les gens achètent !


Amicalement . Sixtine

ogu Zevach 07/03/2013 08:50


Mais enfin, cher vieux camarade, il y a si longtemps qu'on vous trompe!
si longtemps que quand vous croyez manger du boeuf
c'est de la vache que voous ingurgitez.


Et c'est THE VACHE qui vous le rappelle

Florentin 24/02/2013 15:49


Nous sommes, nous aussi, adeptes de la cuisine faite main. Ce midi, par exemple, c'était pot au feu, avec viande normande prise chez le boucher et légumes du jardin, mais il m'est arrivé
d'acheter des plats cuisinés (surtout du poisson) pour des raisons d'emploi du temps. Pourquoi, après tout, les plats cuisinés seraient-ils voués au gémonies ? Le principe n'est pas idiot. Mas,
ils devraient être de qualité garantie et, surtout, correspondants aux étiquettes y apposées. Las, l'argent salit tout !

Blanche de Marse 18/02/2013 09:15


Bonjour cher Mousquetaire des mots - j'ai adoré ton article ! Figure-toi que j'attribue l'excellente santé dont je bénéficie à un âge plus que canonique , au fait que je n'ai jamais mangé
, ou plutôt apprécié ces plats tous faits - comme tout le monde j'ai essayé pour savoir ce que ça donnait ...beurk...que de gras , que de la flotte , et tous ces additifs dont le seul nom
répugnent ...Cette histoire de mal bouffe a commencé avec les petits pots pour les bébés , déjà trop salès ...autant te dire que je n'ai pas élevé mes enfants avec ce genre de nourriture
détestable et ruineuse de surcroît ! paysanne dans l'âme , très pragmatique , économe sans être radine , j'ai toujours pu concocter des repas qui respectent la santé sans pour autant y passer
toute la journée - il suffit d'être modeste dans ses désirs et surtout de bien lire les étiquettes ! par contre SI la décision de Bruxelles est confirmée , de permettre l'alimentation des Animaux
, dont les Poissons , avec des farines animales , il me semble que le souvenir de la vache folle devrait en dissuader beaucoup et Si cela est confirmé , j'accuse Bruxelle de crime ! ni plus ni
moins !!! mais faut-il s'étonner ?...l'appât du gain est forcené ! Amicalement à toi 

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche