Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 19:04

 

1er mai 2010. Jour du muguet. Mais pas seulement. Comme tous les ans, défilés organisés par les syndicats sur tout le territoire. Contrairement aux années précédentes, ces défilés n'ont pas fait recette. Environ 3 à 4 fois moins de participants que l'an dernier. Non, les syndicats n'attirent plus les foules. Et pour cause...

 

Peu importe la sempiternelle bagarre des chiffres annoncés et par les syndicats et par les préfectures ! Cette année, peut-être parce que ce premier mai est morose (il pleut), les salariés ont préféré bouder cette manifestation traditionnelle. Un peu comme ils ont boudé les urnes aux régionales. Vraisemblablement pour les mêmes motifs : ils sont désabusés, découragés, déçus et se sentent floués. Alors pourquoi se bouger puisque rien ne changera dans leur quotidien de plus en plus appauvri ?

 

Le brin de muguet qui embaume n'est plus accroché à la boutonnière, ni ne fleurit plus derrière les banderolles. Peut-être parce qu'il n'est plus le symbole représentatif du renouveau

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans TRADITION
commenter cet article

commentaires

Hécate 06/05/2010 21:24



eh! eh!...C'est bien possible ... 



Le Mousquetaire des Mots 06/05/2010 23:35



Oh que oui !



Hécate 06/05/2010 08:41



L'odorat actuel doit être ...défectueux !!!



Le Mousquetaire des Mots 06/05/2010 18:06



Tu crois ? Ce ne serait pas plutôt la pestilence de la situation actuelle qui corrigerait l'odorat délicat des peuples ?



Hécate 05/05/2010 19:35



Ah! il manque un bon pamphlétaire  qui remue le peuple !!! C'est à croire!


Si Pierre Jean de Béranger était moins oublié ...:(


                            Bonne soirée Fred


                                                 



Le Mousquetaire des Mots 05/05/2010 23:50



Tu as raison, quand il s'écrivait des pamplets, ça remuait bien la merde. Et ça bougeait en
conséquence.


Bonne soirée Hécate



Jean Georges 05/05/2010 00:03



Bonsoir Fred,  Je n'ai que rarement pratiqué ces défilés du 1er mai, sauf deux ou trois fois pour l'éducation nationale. Je n'ai pas non plus été syndiqué mais quand il y avait une
greve dans le Batiment je l'ai suivie chaque fois que je jugeais que c'était justifié, même dans ce cas cela ne m'a que rarement rapporté quelque chose.


J'avais fait un petit papier la-dessus où je disais principalement que l'égoisme corporatiste, les syndicats  non representatis et de surcroit divisés n'étaient pas en mesure aujourd'hui de
rassembler des centaines de milliers de manifestants qui peut-être ne feraient même pas plier le pouvoir.


Le mouvement ouvrier en général n'a aucune chance aujourd'hui de faire bouger les choses, les jeunes quand ils trouvent du boulot essayes de le garder, les jeunes étudiants sont trop mollassons
ou plus préoccupés ( déjà) par leur future carrière professionnelle que d'aller balancer des pavés sur la tronche des CRS.


L'année dernière j'avais cru que la "révolution" viendrait de la rue aprés les régionales de Mars, mais même l'opposition ( enfin ce qu'il en reste) n'a plus de voix, chaque fois que l'un d'eux
vient sur les plateaux télés il n'est pas fichu de dire la même chose que son copain qui était à la radio il a deux jours, c'est chacun pour soi.


Il reste les urnes, mais qui est capable de faire bouger tous ces abstentionistes. Une vraie élection est respectée , au début, s'il y a au moins 75% de votants, et que le candidat soit élu sur
un programme réaliste par une nette majorité. Sinon avec 50% de votants ça n'a plus aucun sens.


Du coup les blogueurs comme nous qui continuons à dénoncer tout cela , nous passons pour des hurluberlus, des jamais contents, des gauchistes bien sur, voire des bolchevics, aussi il m'arrive de
temps en temps d'avoir un peu le spleen et de me dire que tant que cela nous plait à nous, ça va encore aller, mais certains jours quand je lis les manchettes des journeaux et que comme ce soir
le Drucker nous fait passer une soirée avec les flics sur le service public ( moi je n'ai pas regardé) et bien au lieu d'écrire ou de commenter des papiers je devrais me laisser vivre et regarder
passer les Airbus et autres Boeïngs dans le transat sur ma terrasse . JG.


 



Le Mousquetaire des Mots 05/05/2010 08:09



Bonjour Jean-Georges,


Je comprends ta "démobilisation". Au fond, parce que les syndicats ne sont plus ce qu'ils étaient à l'origine, on n'est plus en mesure de remporter quelque
victoire que ce soit. Ce système est écoeurant. Dès le départ, l'économie libérale est basée sur un certain pourcentage de chômage, autrement dit, elle a instauré la discrimination entre
individus La mondialisation n'a rien fait d'autre que d'enfoncer le clou un peu plus profond. Le libéralisme poussé à l'extrême semble bien décidé à créer de plus en plus de laissés pour compte.
On n'a de cesse de répéter à plus soif que nous sommes trop nombreux. Il faut donc rayer de la carte un certain nombre d'entre nous (c'est la conclusion logique qui s'impose, même si on n'est pas
d'accord). C'est effrayant. Et désespérant.


Je répète depuis le début qu'il faut changer de système et revenir à une dimension humaine. Mais c'est tout le contraire qui se fait : on est déjà dans le
mur et on persiste. Où est le simple bon sens ? Et quel sens tout cela a-t-il ?


Bonne journée Jean-Georges, tentons de ne pas baisser les bras : les générations futures ont besoin de nous.


Amicalement                  Fred



sixtine 02/05/2010 19:18



Bonjour, Fred,


Le brin de muguet est bien joli et coûte bien cher à qui l'achète ...


Il ne symbolise plus grand chose de nos jours ; c'est une espèce marchande comme les autres ... Seuls les irréductibles continuent à marquer le coup ce jour-là ...


Je préfère aller le cueillir si j'en ai le temps !


Bonne fin de week-end !



Le Mousquetaire des Mots 02/05/2010 22:11



Bonsoir Sixtine,


En effet, l'esprit récupérateur a tué tout symbolisme. Ce qui était fédérateur parce que synonyme de renouveau n'est plus qu'un vague signe de rassemblement, mais sans plus d'idée fédératrice.
L'esprit mercantile a tout tué. On en revient toujours à la notion de profit et à elle seule. Comme toi je préfère cueillir le muguet ou tout autre fleur, mais cela devient de plus en plus
difficile à réaliser. Demain le muguet, la fleur-phare du printemps, ne sera plus qu'un vieux souvenir dépourvu de sens. Même son parfum sera édulcoré par la chimie ou le tripotage scientifique.
Parce que le fric, ce touche-à-tout, en aura décidé ainsi.


On ne peut pas dire que politiques, patrons ou syndicats fassent dans la dentelle. Et le muguet en est la preuve.


Bonne nuit et surtout bonne semaine. Amicalement                Fred



AcidKronik 02/05/2010 14:49



La désillusion domine ...



Le Mousquetaire des Mots 02/05/2010 22:03



Evidemment puisque les syndicats ne sont plus que des instruments du pouvoir.



Blanche de Marseille 02/05/2010 10:19



Oui , j'ai su la division qui régne une fois de plus chez les Syndicats et encore une fois le Medef doit se frotter les mains ! sans compter d'abord le gouvernement qui entend bien
inscrire dans la Loi , , la régression des acquis sociaux puisque ça lui profite un maximum - Je persiste à penser que l'absence de Syndicats uniquement occupès d'améliorer la
situation sociale des travailleurs , oblitère grâvement l'avenir de tout le pays ! mais n'est-ce pas...la coupe de cheveux digne des plus grands coiffeurs , le costume BCBG , l'image donnée aux
caméras est tellement plus importante que diable !!!  Un jour les Hommes du Peuple , a bout risquent d'en venir aux extrêmités - je traite aujourd'hui d'un autre sujet et je serais contente
si tu as le temps de venir lire - tu n'es pas une tite blonde alors tu comprendras (rire )  Amicalement cher Fred , le Mousquetaire des mots 



Le Mousquetaire des Mots 02/05/2010 12:07



Bonjour Blanche,


J'irai sur ton site dès que j'aurai terminé mon commentaire à ton commentaire. Nous sommes entièrement d'accord quant aux syndicats (je t'annonce d'ailleurs
que mon prochain article portera encore sur eux. Oui mon entêtement sur ce sujet est loin d'être à bout de souffle, et pour cause...).


S'il n'y avait pas complicité entre Medef, Palais et syndicats, nous n'en serions pas là. Nos voisins ont une vision beaucoup plus objective que la nôtre de
ce phénomène typiquement franchouillard. Et ils ne se gênent pas pour en faire des articles qui révèlent bien leur impuissance en en donnant les causes.


Je ne t'en dis pas davantage. Je file sur ton blog.


Bon dimanche (pluvieux, morose, voire sinistre pour un 2 mai - le plus beau mois de l'année disait-on autrefois).


Amicalement              Fred


 



Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche