Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 19:51

Quand on lit dans une presse spécialisée que les mieux fournis en fortune, malgré la suppression du bouclier fiscal, ne seront guère touchés par le maintien de lISF, on n'en finit pâs de râler. Car enfin, comment se fait-il qu'aujourd'hui encore, les oeuvres d'art n'entrent pas dans l'impôt des grandes fortunes ? Que voulez-vous ? Il ne faut négliger aucun bulletin à l'aube précoce de la présidentielle. Bon d'accord, ceux qui recevaient des remboursements que le clampin du coin de la brousse profonde ne parvient pas à gagner durant toute une vie de labeur, voient cet avantage confisqué (dans ce mot, il y a le mot fisc)  conservent malgré tout des avantages alors que le travail qui leur permet de s'enrichir est, lui, soumis à prélèvement. Ah le monde de la finance qui s'en met plein les poches, il rechigne à se départir d'une partie de ses avoirs - qu'il estime (certainement) justement thésaurisés.

Eh oui, les réformes continuent, semblent aller dans le bon sens, mais malgré ces rétropédalages de dernière heure, elles ne vont pas au bout de leur substance. Sont-ce ces quelques familles plus qu'aisées qui permettront au roi de se voir à nouveau couronné ? Il en est sans doute persuadé, mais rien n'est moins certain. Il se dit de plus en plus que les vrais nantis sont déçus de la politique instaurée à grands coups de mâchoire réformiste et de beaux discours les caressant dans le sens du poil. Si les conservateurs de ce régime qui ont applaudi largement à la situation qui leur était faite se mettent à ronchonner, rien ne va plus dans le royaume des riches. Même s'ils conservent malgré tout de sérieux avantages sur les manants qui usent leur échine au travail. Les allègements ne sont pas pour ces derniers qui ont déjà bien du mal à vivre au quotidien. Tout augmente, la crise est toujours aussi capricieuse, le chômage subit encore l'inflation, les beaux jours ne sont pas pour demain.

Certains sont allégés, les autres ne sont pas soulagés. Politique absurde du deux poids deux mesures.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Réformes
commenter cet article

commentaires

La Bernache 12/05/2011 09:35



La longue liste de ceux qui possédaient tout sur Terre et que le Destin a éliminé , les rendant piteux avant leur décès , n'est pas à sa fin ...quand même bizarre que jamais ils ne se
rendent compte , les puissants arrogants , que demain ça pourrait bien être leur tour ! ça m'a toujours étonnée une telle absence de conscience !



Le Mousquetaire des Mots 12/05/2011 18:14



Oui, tout commence, continue puis cesse. La vie qu'elle soit humaine, animale ou végétale est un cycle plus ou moins court, plus ou moins long. De tous les
êtres vivants, seul l'homme se croit éternel et se comporte en imbécile. Pourtant, il se croit intelligent. Et même s'il l'est un peu, il y a quelque chose qui lui manque : la distance nécessaire
qui permet de relativiser et de ne pas se prendre le chou.



La Bernache 11/05/2011 09:41



Ce que je remarque personellement , c'est toute l'intelligence qui est mise pour protéger le grand capital , qu'il soit privé ou bancaire ( ce qui revient au même ) Toutes ces personnes ,
dont Lagarde , la Vestale du dieu Fric ...Wauquiez qui n'est pas en reste ...Oh le joli monde !!!  Courage on est pas au bout ! Bonne journée quand même cher blogueur 



Le Mousquetaire des Mots 11/05/2011 21:53



Bonsoir Blanche,


C'est vrai qu'on "protège" le grand capital. Comme s'il n'y avait que lui qui valait la peine. Les mentalités sont telles qu'on ne parvient plus à voir ue la
masse est plus importante et pas seulement en nombre, mais surtout en qualité. Qualité de travail, qualité de coeur (même si on parle d'égoïsme), qualité de relation. Si on excluait l'apparence
et la position sociale nul doute que la vie serait bien différente. Ce qui est insupportable c'est qu'un petit nombre impose sa loi. Au nom de quoi ? L'époque des privilèges aurait disparu, mais
elle est revenue parce que l'homme ne varie jamais et se croit obligé d'avoir rang dans la société. La réussite est le critère émergent. Pourtant, les autres vies ne sont pas ratées pour autant.
Le choix ne me semble pas difficile pourtant. Il suffit d'avoir conscience qu'on est ce que l'on naît, mais sans pousser l'absurde jusqu'à se croire d'essence supérieure. On peut tout résumer à
un mot le mal qui ronge les hommes : POUVOIR. Et comme le pouvoir transforme les hommes en tyrans, dès qu'ils le détiennent, ils oublient tout le reste et s'y accrochent. De
plus, comme on ne prête qu'aux riches, il s'ensuit une ruée imbécile vers le pouvoir car il octroie l'argent, ce dieu nommé Veau d'Or dans la bible qui tient la plus grande place dans la carrière
de quelques uns.


Ce n'est pas demain que cela changera. Quel dommage !


Bonne fin de soirée à toi. Amicalement



Florentin 10/05/2011 23:24



J'ai entendu, ce soir, que les remboursements accordés à Bernard Tapie, à l'initiative de la ministre des finances, équivalent à 468 000 fois l'indemnité de RSA. Je ne dis pas que ce monsieur
n'avait pas droit à être indemnisé par l'Etat, je n'en sais rien, mais ce qu'on lui a accordé (illégalement, dit-on) était pharamineux et hors de l'imagination, donc obligatoirement exagéré. Il y
a chez nous deux monde, dont l'un n'est évidemment pas respecté.



Le Mousquetaire des Mots 11/05/2011 22:00



Un magistrat se préoccupe de cette nébuleuse aux relents de soufre (une manie parmi la cour du roi). Il n'y a pas de fumée sans feu dit-on. Attendons la
suite, nous serons alors fixés sur la portée réelle des choix royaux.



Lumieres Contemporaines 09/05/2011 17:59



Oui Fred. Mais en revanche quant il s'agit de raboter sur les acquis des plus démunis, les gouvernants agisse vite.



Le Mousquetaire des Mots 10/05/2011 22:02



Bonsoir Alex,


Les plus démunis sont les plus nombreux, alors on taille dans le peu dont ils disposent car les petits lits faisant les grandes rivières, les escarcelles
raplaplates permettent d'empocher davantage que de tailler dans la part des quelques lions engraissés par la sueur de ceux qui n'ont pas de pouvoir.



Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche