Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 23:15

Qui se rappelle que le 11 décembre 2008, le Conseil Constitutionnel a rendu son verdict quant au projet de loi de financement 2009 pour la sécu ?

Nos sages, saisis par l'opposition, avaient indiqué clairement que le départ volontaire à la retraite à 70 ans n'était pas contraire au principe d'égalité, pas davantage qu'au droit au repos et à la protection de la santé inscrit dans le préambule de la Constitution de 1946.
Et voilà ! Adjugé  vendu.

Pour l'heure, l'âge légal reste donc bien 65 ans, mais la possibilité de travailler plus pour gagner plus, plus longtemps (5 années supplémentaires, pas moins), puisqu'elle est actée comme n'étant pas anti-constitutionnelle, devient le  possible couperet qui tombera sur les épaules des salariés lorsqu'il atteindront 64 ans. Aujourd'hui, à 65 ans, même si l'on veut travailler plus longtemps, on est mis d'office à la retraite. Avec cette faille non anti-constitutionnelle, si l'employeur  - qui sera tenu de poser la même question par courrier cinq années de suite - omet cette procédure, le salarié ne pourra être mis d'office dans le clan des retraités. Tout employeur pour mettre son salarié à la retraite d'office à 65 ans devra le licencier pour une tout autre raison que son âge. Du coup, il devra lui verser des indemnités supérieures à celles d'un départ volontaire. Petit plus : si le salarié estime qu'à cause de son âge, on le met au placard afin qu'il décanille plus vite de son poste, un dossier de contentieux est inévitable. Les tribunaux risquent d'être encore plus encombrés qu'ils ne le sont maintenant.

Le long chemin qui mène au repos mérité après une longue, trop longue, carrière est donc bien rallongé. Les pourparlers sur l'avenir des retraites entre l'état et les partenaires sociaux promettent d'être chauds. Ce qui est certain, c'est que le temps de discussion imparti est bien trop court : réponse  et décision à la rentrée parlementaire de septembre. C'est ce qu'on appelle "ne pas forcer les choses".

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article

commentaires

Pat59 24/02/2010 22:50


Bonsoir Fred,
Tu mets le doigt où justement cela fait mal... que faire d'un salarié de 65 ans qui arrive au bout du rouleau ?
Le salarié en question lui je parie qu'il voudrait prendre la quille, et le patron s'en défaire... alors pour ne pas aller au tribunal il va faire quoi ? Le faire mourir au travail ? En jouant
habilement le patron dira qu'il ne lui en demande pas plus qu'à un autre sauf que l'autre a 20 ans.
Rien et encore que du glauque...
Amitiés
Pat


Fred de Roux 24/02/2010 22:58



Bonsoir Pat,

Oui, c'est de plus en plus glauque et sordide. On finira notre vie en trimant pire qu'au 19ème siècle. je dis pire parce qu'on aura connu le confort des acquis sociaux et que nous les aurons tous
perdus les uns après les autres.
A moins que...

Bonne soirée en compagnie de ton épouse. Amicalement           Fred



Hécate 23/02/2010 21:29


Cette journée a été la pire de toute...J'en suis à tout redouter.Mais peut-être que le médecin qui la suit aura un peu de poids dans nos démarches. Il ne comprend pas qu'une femme de son
âge avec un tel cas médical soit renvoyée chez elle et non en maison de repos.
                              Merci Fred ,et bonsoir
à toi.
                                                                        
H.


Fred de Roux 23/02/2010 22:32




Les toubibs, surtout les généralistes, sont surpris de l'attitude des hôpitaux : ils sont au plus près de leurs patients et comprennent mieux que les gens de la fonction hospitalière qui sont
tenus à des résultats... économiques. Dans le monde du fric, qui doit-on appeler ? Le Roi ? La Reine ? ou l'Infant ? De toutes façons, ils se valent tous.
Bonne nuit Hécate surtout après cette journée éprouvante pour les nerfs et pour la fatigue engendrée.



Hécate 22/02/2010 21:16



La solution première a été celle d'y passer la journée ,courir la pharmacie ,aller acheter un tripod pour qu'elle se traîner jusqu'aux toilettes ,car elle a été livrée à son domocile
comme un paquet .Et ,demain ,on continue en attendant la mise en place des aides .
                    Bonsoir Fred



Fred de Roux 23/02/2010 19:24



Bonsoir Hécate,

J'imagine facilement que ce "paquet" dont tu parles ne dit rien et supporte tout cela vaillament. Alors que toi tu te démènes pour qu'elle puisse réintégrer son domicile dans les meilleurs
conditions possibles. Rien n'est simple en temps ordinaire, mais dans un ca scomme celui-là, tout est soudain très compliqué. Il en faut de l'abnégation et du talent pour subvenir à tout quand on
est pris par un temps trop court et où tous les obstacles sont insurmontables parce qu'on ne maîtrise rien. Il faut s'armer de patience, de beaucoup de patience. Je sens que tu en es dotée et que
tu sauras aller de l'avant et reprendre un cours de vie normal dès que les aides nécessaires intègreront le quotidien de ta mère.

Je te souhaite une soirée détendue malgré les circonstances et les soucis.

Amicalement            Fred



Hécate 21/02/2010 22:07


Je suis pas là venue pour me lamenter ,mais pour dire ce qui peut arriver à d'autres que moi .Finalement ,chaque jour est une surprise ,sortie reportée à demain ,ouf...Grâce au bon sens
du personnel .Comme quoi ,l'humain reste humain quand il ne se plie pas aux ordres hierachiques qui rentabilisent tout !!!
    J'ai eu l'apès-midi pour souffler un peu . Bonsoir Fred
                                                                                                    
H.


Fred de Roux 22/02/2010 20:42



Bonsoir Hécate,

Je le sais et c'est bien que tu agisses ainsi. Savoir dire les choses vaut mieux que de se taire.
Ta mère est donc sortie aujourd'hui. j'espère que ce retour à sondomicile s'est bien passé et que tu as pu trouver des solutions.

Passe une bonne soirée. Amicalement                    Fred



Hécate 21/02/2010 08:58



C'est bien ça . Avisée le samedi à 17h de la sortie du dimanche ,alors que le matin même à 11h il n'en était pas question! Comme tout le monde responsable est barré le samedi
...facile de prendre une décision sur laquelle toute protestation est vaine : tous absents !!!
           On verra ce qu'on verra !!! Que faire d'autre ? ...Suppression de personnel partout ,hélas !!!


 



Fred de Roux 21/02/2010 12:35



En fait, il est régulier d'apprendre sa sortie la veille pour le lendemain. Que veux-tu, l'administration a planché pour économiser sur le dos des patients. En racourcissant les séjours en
hôpital, quand on peut encore raboter un jour ou deux sur le temps d'hospitalisation pour tel type d'intervention, c'est bon à prendre. Comme les cadres administratifs ne séjournent pas à
l'hôpital les weekends (tout juste un ou deux préposés pour d'éventuelles entrées en urgence), on n'a personne vers qui se retourner pour émettre des réserves. La politique du résultat n'étant
qu'économique, tous les "abus" sont autorisés. Je dis abus entre guillemets parce que c'est ainsi que c'est ressenti par le patient ou sa famille. Pour moi, le milieu hospitalier ne mérite pas ce
qualificatif : il est déshumanisé dans son fonctionnement. Le personnel soignant n'y peut rien (quel dommage) et malgré les difficultés, il reste disponible et à l'écoute des patients. Ce sont
eux qui maintiennent la relation humaine en état de marche, tout en subissant de plus en plus de contraintes administratives. Je me demande comment ils font pour résister aux pressions
exercées.
Courage, Hécate, tu sauras pallier à ce défaut organisationnel dicté par la politique drastique d'économies instaurée par le gouvernement.

Bon dimanche malgré ce gros souci. Amicalement        Fred



Hécate 21/02/2010 08:33


Le personnel infirmier a fait tout le possible ,l'assistante sociale aussi ,mais a du s'incliner avant même que le minimum puisse être organisé .Décision de la gestion de l'établissement .
Ce doit être la fameuse rentabilité qu'on veut imposer partout ,hélas. C'est certain que les rendez-vous et entretiens que j'ai pu avoir ,en plus d'une masse de papiers à remplir et à fournir 
ont tournés au cauchemar . J'ai dû faire des doubles de clefs pour d'éventuelles personnes d'aide à domicile qui devrait se mettre en place au milieu de la semaine prochaine seulement !!!...Assez
insensé cette sortie un dimanche  !!!
                                                                       
Merci Fred de tes mots .


Fred de Roux 21/02/2010 08:51



Mon bonjour dominical, et relativement matinal chère Hécate,

Tu n'as pas perdu une seule minute pour t'organiser. C'est bien là-dessus que les "gestionnaires" comptent : aux familles de trouver des solutions transitoires (quand elles ne sont pas
duratives). Une sortie un dimanche relève d'une certaine déshumanisation du système car si on travaille ce jour-là en milieu hospitalier, il n'en va pas de même pour d'autres corps de métier.
Quant aux associations d'assistance à domicile, elles ont fermé leurs portes depuis le samedi (du moins celles que je connais). Autrement dit quand tu apprends la veille pour le lendemain que tu
sors (ça m'est arrivé), va donc te débrouiller... Il est heureux qu'on puisse compter sur la famille dans ces cas-là : elle répond "présente" sans sourciller (heureusement). Mais comment font ces
personnes seules ?
Je ne comprendrai jamais que le poste de direction d'un hôpital ne soit pas occupé par un toubib : je me souviens d'un gestionnaire de clinique qui s'étonnait des dépenses de catgut alors que les
boîtes de fil chirurgical étaient métrées "large". Apparemment, l'absence de formation "médicale" faisait que ce monsieur ignorait qu'on ne recousait pas deux personnes avec le même catgut.
L'ignorance est source d'absurdité.
En bref, je résumerai ce type de cas ainsi : le bon de sortie ne devrait être signé que lorsque tout est prêt pour prendre en charge la personne chez elle. Autrement dit, si les délais "légaux"
de la sécu prenaient en compte les facteurs "humains", on n'en serait pas là. C'est donc bien de gestion et de rentabilité dont il s'agit. Hélas !





Hécate 20/02/2010 20:36



Je me débats avec les services de l'hôpital depuis dix jours.Le personnel fait le maximum ,mais les ordres des supérieurs sont sidérants. Ma mère ,de quatre vingt dix sept ans ,après
un accident vasculaire cérébrale qui la laisse physiquement diminuée va être ramenée chez elle demain dimanche alors qu'elle vit seule !!!!!!!!!!
       La vie n'est plus ce qu'elle était dans notre société ...
                                                               
Bonsoir Fred
                                                                                     
H.



Fred de Roux 21/02/2010 02:34



Bonsoir Hécate,

C'est en effet sidérant, mais je crois savoir qu'il y a des normes "sécu" qu'on applique faute de pouvoir faire autrement. A chacun donc de se débrouiller pour que le "senior" soit entouré une
fois parti de l'hôpital. Pas très civilisé comme comportement. Autrefois, on se débrouillait en famille, casant le p'tit vieux dans un coin de la baraque.
Notre société moderne peut sembler policée, mais elle est l'inverse : elle n'a que faire de s'encombrer de grabataires, de malades, de gens diminués... Elle se décharge sur la "charité" publique,
s'en remet aux associations ou aux familles pour résoudre les problèmes.
Au fond, peu importe que tu n'aies pas eu le temps d'organiser le retour de ta mère, que tu n'aies pu trouver aucune auxiliaire de vie pour la prendre en charge : l'hôpital a fait son boulot
selon les normes sociales, il ne peut prendre en charge les problèmes humains.
Que te dire sinon te souhaiter tout le courage et l'abnégation qu'il faut avoir dans de telles circonstances. J'espère que tu trouveras rapidement les solutions qui permettront à ta mère de vivre
dignement et confortablement.

Amicalement à toi                      Fred



youyou29 20/02/2010 18:44


Moi je suis déjà "Burn-out" !! Viens voir mon article sur ce sujet justement !!! Bizzzzzzzzzzzzz de
la petite youou29 


Fred de Roux 20/02/2010 19:07



Je reviens de ton blog. Excellent article auquel j'ai répondu, bien évidemment. Je vais te décevoir : je ne suis pas burn-out. Mais je comprends qu'on puisse l'être.
Pour moi, le boulot ne doit pas empiéter sur la vie privée et je ne me prive surtout pas de jouir de mes "loisirs" aussitôt que ce n'est plus l'heure de m'investir. J'ai donc deux vies : celle du
boulot, et la mienne, très perso. Tout est parfaitement cloisonné.

Bonne soirée et merci de ton passage.

Amicalement             Fred



La Bernache 20/02/2010 18:20


Tu veux que je te dises ? Tu es un super pote !  Ce sont mes ami(e)s sur cette plateforme qui m'ont éclairé la lanterne - apparement elle n'est pas là pour l'instant sur ton blog cette
saleté de barre - on verra demain - Sinon , tu peux rejoindre la NOUVELLE COMMUNEAUTE  qui se trouve dans mes Favoris et qui regroupe tous ceux et celles qui sont hostile à cette mainmise
odieuse sur nos blogs - tu vas y trouver des gens intêressants - de plus toi tu peux t'y inscrire  (pas moi ) mais grande liberté pour tous ...Merci en tout cas cher Fred + deux smacks !



Fred de Roux 20/02/2010 19:18



Eh oui Blanche je l'ai enlevée. Je verrai bien ce qu'il en sera demain. Merci à toi pour ton sens critique, tes conseils avisés et ton amitié qui ne se dément jamais.

Je te bise les deux joues, la meilleure façon sans doute de t'exprimer ma reconnaissance.
Fred

PS : je vais aller zieuter cette communauté. Encore merci.



chéri-bibi 20/02/2010 17:46


Comme toujours un article fort intéressant et bien argumenté.
TRAVAILLEURS DE TOUS LES PAYS, UNISSEZ-VOUS!
un doux rêve...
Ce n'est pas pour consoler les français, mais dans beaucoup de pays c'est bien pire. En Grèce par exemple. Mais ici c'est atténué par un tissu familial encore solide (mais poue combien de
temps?...). je sais que ça ne sert pas à grand chose de savoir que c'est pire ailleurs et qu'il faut toujours tendre vers le plus.
Enfin pour nous  ce n'est pas trop grave. Mais pour nos enfants...
C'est pour les générations futures que nous devons continuer le combat!
ΦΙΛΙΚΆ


Fred de Roux 20/02/2010 19:16



Bonsoir Chéri-Bibi,

Comme tu le dis, chez nous en ce doux pays où il fait encore à peu près bon vivre, le tissu familial est pour beaucoup dans la cohésion sociale.
Non, ça ne console pas de savoir que c'est pire ailleurs et je plains sincèrement ces gens des ailleurs dont tu parles. C'est triste de s'en trouver réduit à n'être que presque rien et de n'avoir
pas d'espoir. Ou pa assez de personnalité pour n'être pas bouffé par les soucis.
L'inquiétude, c'est bien évidemment pour ces générations à venir dont celle qui a 20 ans aujourd'hui : tout s'écroule depuis si longtemps qu'elle ne croit plus à grand chose et s'enfonce dans la
déprime. Surtout en cas de chômage, donc surtout en ce moment où le spectre de l'inertie forcée ne mène nulle part. Elle se doute bien cette jeunesse qu'elle est en plein dans la ligne de mire
d'une société qui nie qu'on puisse vivre autrement qu'en entassant un magot.
Dis-moi, n'est-ce pas Diogène qui a eu le toupet de dire à Alexandre le Grand : ôte-toi de mon soleil ? Il faudrait davantage de diogènes pour que le système qui met tout le monde dans la mouise
soit balayé. Mais pour ce faire, il faudrait au moins une petite lueur d'espoir. Et ça, on ne le trouve pas au coin de la rue. Surtout en ce moment.
Il ne reste donc qu'à résister autant qu'on le peut pour que cela change. Mais ce n'est pas gagné d'avance.

Amicalement à toi ainsi qu'à toute la Grèce.              Fred



La Bernache 20/02/2010 11:39


Hors sujet : nous nous battons tant que nous pouvons contre cette barre qui oblitère les blogs chez OB  , dont le tien - Mon dernier post devrait t'éclairer et si tu pouvais
suivre   (mais le temps te manquera certainement cher Fred ) Je t'explique  Over-Blog , sponsorisé par TF1 , en cheville avec l'Ersazt , récupère ainsi un max de stats d'une manière
indûe - impose une publicité débile par le biais des blos qu'il recommande , bien crétins et surtout pas contestataires ! une marée d'eau sucrée et mercantile qui NOIE toute parole conséquente
...dont la tienne pour commencer ! Or nous avons des choses à dire et nous entendons les dire LIBREMENT ! Ce coup de force imposé même à ceux qui sont hors de la plateforme d'OB est INSUPPORTABLE !
ne serait-ce que par sa malhonnêteté ! Je vais rentrer chez moi  mais Dieu seul sait OU va être dirigé qui voudrait me lire ?...Peut-être chez un blog Lepéniste ou Umpiste  ( quelle
horreur ! )  Le risque est exactement le même pour tous ceux qui gardent cette barre ! Si tu as le temps de venir voir chez moi  ( nullement obligé de laisser un com ) Amicalement 



Fred de Roux 20/02/2010 13:08


Bonsour Blanche,


J'avais noté cette barre dont je ne co:prenais pas l'utilité. Je viens de la supprimer. Il paraît qu'il faut 214 heures pour qu'elle disparaisse totalement. Je vérifierai donc demain à 13h05 si
ma reconfiguration sera au point. Merci à toi de me l'avoir fait noter. Sans toi je n'aurais pas compris ce qu'il fallait faire. Ma niaiserie en matière informatique me fait tout avaler sans en
comprendre le moindre traitre mot.
Dans l'absolu, cela n'est peut-être pas vraiment dérangeant, mais comme c'est un passage en force, cela relève d'une forme de harcèlement. Faut-il qu'on nous considère comme des nigauds
congénitaux pour qu'on nous impose ce type d'action ? Je regretterais d'avoir à quitter cette plateforme car elle est très bien faite. J'espère n'avoir pas à le faire.

Bonne journée. Avec toute mon amitié           Fred



La Bernache 19/02/2010 14:44


Je vais être cynique ...ça m'arrive - Ils ont voulu nous mettre à égalité avec les Sénateurs , ces vieux ventripotents ...roupillant pendant les séances...grassement
rémunérés...jusqu'à.....................+ de 75 ans  ( et même + de 80 pour les plus rapaces )  T'es pas heureux ?...Bon , je reconnais que beaucoup succomberont par épuisement  (
chez les lambdas )  misère etc...Et alors ?...Faut bien que les Pompes Funèbres soient prospères ! T'es encore pas content ?...Franchement Fred tu es d'une mauvaise volonté !!!   
;-)   La Démocratie n'EXISTE PLUS DANS CE PAYS !!! L'Ersaszt a détruit nôtre Constitution ! Piètiné l'oeuvre solidaire du Conseil de la Résistance , ces gens courageux , admirables , présidés
par un De Gaulle qui releva le Pays !
Petite satisfaction : c'est la dégringolade du gringalet politique, dans les sondages


Fred de Roux 19/02/2010 15:40



Bonjour Blanche,

Je te colle ce symbole car tes propos déclenchent mon hilarité. Tu as le chic pour dire crûment les choses et c'est
plutôt sympa.
Je te l'accorde, on balaie tout dans le mépris le plus total. Foin de ces combats d'arrière-garde qui prenaient en compte les individus ! Aujourd'hui, tout ce fatras de droits est inutile puisque
les finances sont à sec (c'est ce que l'on dit). Au début du 20ème siècle, les enfants travaillaient très tôt, le repos dominical n'existait pas encore et encore moins les congés payés. Que
veux-tu, nous sommes à un tournant de notre histoire et le libéralisme efréné est passé par là. Avec la mondialisation, les accords commerciaux, la crise, plus rien ne doit exister de ce petit
confort petit-bourgeois dans lequel nous nous sommes blottis pendant des décennies.  Ainsi va la vie...

La descente aux enfers est toujours personnelle : nous avons la nôtre, lui a la sienne. Et les sondages devraient la mettre en veilleuse : ils sont le propre de la désinformation.

Bonne fin de journée. Amicalement              Fred



sixtine 19/02/2010 11:29


Bonjour, Fred,
Pour ma part, j'espère être capable de travailler assez longtemps et ne pas m'éterniser dans la vieillesse ...
Cette tranche de vie ne m'attire absolument pas ( peut-être parce que je vois trop de choses négatives... )
Pour cela, espérer conserver la santé qui permette de faire face aux nécessités professionnelles ... Le reste, ma foi...
Amitiés.


Fred de Roux 19/02/2010 15:33



Nous en sommes tous là : vieillir en meilleure forme possible. Et aujurd'hui c'est encore plus marqué par le fait que non seulement on vit, dit-on, plus vieux qu'autefos, mais surtout parce que
le déremboursement progressif et les frais hospitaliers augmentent.
Je ne sais ce qu'est la vieillesse qu'à travers mes parents, je ne m'y attaque pas au quotidien puisque je ne travaille pas en milieu hospitalier. Je suis donc mauvais juge en la matière. Je me
dis tout bêtement que tant que mes neurones fonctionnent normalement je peux avancer sur le chemin de la vie. Pour le reste, je n'y pense pas vraiment : j'ai l'habitude de prendre les choses à
mesure qu'elles viennent.
J'espère seulement être valide et jouir d'indépendance aussi longtemps que possible.

Bonne journée. Amicalement            Frd



Lucien Aymard 19/02/2010 00:23


Bonsoir Fred,
Un jour, je me suis amusé à faire le calcul suivant :
Si on mettait au pot des retraites et de la sécu l'argent qui est inutilement donné en cadeaux divers comme le dit Segolin, on rendrait la sécu excédentaire au bout de 3 ans et les retyraites
pourraient être alignées sur le smic au bout de 2 ans. Et ceci sans toucher à l'âge limite de 60 ans. La seule chose qui manque, c'est la volonté politique, et qu'on ne vienne pas nous raconter que
les entreprises délocaliseraient, elles le font déjà.
Amitiés
Béa et Lucien


Fred de Roux 19/02/2010 00:56



Bonsoir Lucien,

Je ne me livre pas à ce type de calcul car je n'ai pas la bosse des maths et en fin de journée, cela me donnerait mal à la tête. Merci à toi d'avoir songé à le faire car cela permet de prendre
conscience que les solutions les plus simples ne sont jamais celles qui sont mises en pratique, quelle qu'en soit la raison. On parle d'économies, mais pas pour les politiques (ou alors très
peu). La solution de facilité, c'est de faire payer le contribuable, ainsi le train de vie de l'état peut-il rester à l'identique.
L'idée serait à soumettre aux syndicats : cela changerait peut-être leurs prises de position...

Amicalement à vous deux             Fred



geo 18/02/2010 22:08


Bonsoir Fred..
juste une question...
l'âge de départ en retraite n'est il pas a 60 ans.????
amicalement


Fred de Roux 19/02/2010 00:51



Bonsoir Géo,

L'âge légal de la retraite est 65 ans, âge auquel on n'a plus le droit de travailler. oui, je sais, aujourd'hui, on peut partir à 6o ans sans qu'on puisse nous imposer de travailler davantage.
L'avis du conseil constitutionnel fait que l'âge légal reste - pour l'instant - 65 ans mais que l'on ne peut plus op^poser à un salarié le fait qu'il doit quitter son job à 65 ans (âge légal)
s'il veut continuer jusqu'à 70 ans. au plus tard.
Donc, en toute logique, l'âge légal de départ à la retraite sera dans une ou deux décennies non plus 65, mais 70 ans.

Soupir, cher Géo, tu es à la retraite. Veinard va !

Amicalement            Fred



segolin 18/02/2010 13:46


Mettons tous les organismes de retraites à l'entrée des cimetières ,moi je vais
avoir 55 ans ,j'ai CV long comme un camion !
Je pète le feu malgré mon hemiplegie de 95....
Et on m'a cassé mon CNE en Janvier 2006...
alors ils me font rigoler avec leur allongement de l'âge de la retraite....
Quand on pense aux 76 milliards d'euros de niche fiscale ,aux 14 milliards d'euros
du paquet fiscal annuel ,aux bonus des trader ,aux retraites chapeaux ,aux
nombreux gaspillages (bachelor/vaccin) à la CSG que ne paye pas les plus riches
aux deplacements pharaoniques de "toutensarko " ,il paraît même qu'un ancienne garde "es sot" doit aller surveiller les elections en AFGHANISTAN avec
une meute de journaliste en tant que "depité Européenne " sans oublier les
declarations outrancières de la fille de "michaux-chevry " (la penchard..)
Franchement mon cher Fred ,il y a des coops de casque à l'ancienne(rugby) qui se perdent....
Revenons vite à de vrais valeurs republicaines....(aux regionales....)
Don Marco segolin qui vous salue ,Cher Fred!


Fred de Roux 19/02/2010 01:14



Bonsoir Marc,

Je sens que tout cela t'énerve... Reste calme, ça ne pourra pas durer très longtemps. Surtout si la réforme imaginée, déjà toute prête dans les cartons, devient réalité à la fin de l'année... Si
le citoyen lambda, en parfaite santé, ne veut pas qu'on le fasse travailler plus longtemps, parce qu'il aura pris conscience de l'absurdité des réformes et surtout qu'il est pris pour le cochon
payeur éternel, ça va péter du bocal.
Depuis le temps que les politiques se voient refoulés dès qu'ils veulent touchr à la retraite, on a pris la fâcheuse habitude de protester et de faire en sorte que ce soit un échec. Rien ne dit
que la réforme desdites retraites sera adoptée telle que conceptualisée par nos penseurs spécialisés dans l'embrouille politique. Il y aura réforme, mais vraisemblablement pas comme ils la
veulent : le dossier est plus qu'explosif. Et selon les résultats des régionales, il faudra qu'ils fassent pédale douce. Donc, souhaitons que les régions restent en l'état (c'est ce qui peut
arriver de mieux pour la suite). Et puis, ne nous laissons pas faire.
Cher Don Marco Ségolin, je vous salue chapeu bas et vous souhaite toujours aussi pétulnt et gnacqueur. Bonne nuit en douce compagnie.          
Amicalement          Fred




Renard 18/02/2010 05:15


Qu'ajouter....
On nous dit qu'il n'y aura pas assez d'actifs (qu'il n'y aurait déjà plus) pour payer les retraites, mais on supprime les postes à tours de bras, dans la fonction publique, avec les fermetures
d'usines.... forcément ça fait du monde en moins...
Je crois que les politiques savaient, et que c'est pour ça que Sarko a passé l'adhésion à l'UE en force, il n'est pas concerné, il a assuré ses arrières, mais pour nous, c'est cuit, car nous
dépendons de Bruxelles et là-bas, ce sont en réalité les grands lobbies financiers qui dictent leurs lois
Amitiés à toi 


Fred de Roux 19/02/2010 01:04



Bonsoir Renard,

Quand on n'a plus de tissu industriel et qu'on ne parle que de services, il ne faut pas s'étonner que le chômage augmente et qu'on rallonge la durée des cotisations. Quand on dépense sans compter
en déplacements et réceptions, ou sommets divrs et varéis, il faut bien trouver l'argent là où il est (les pettis lits font les grandes rivières).
Mais quand il n'y aura plus de bassin d'emploi, que la majorité de la population sera dans la misère, ou en-dessous du seuil de pauvreté, soit le pays sera ravalé au rang de pays pauvre, soit il
aura été soutenu par le FMI puis racheté par la Russie (par exemple), soit le système économique aura durci le mouvement pour accélérer la mainmise de quelques uns sur les richesses
mondiales.

L'avenir est joyeux n'est-ce-pas ?

Bonne nuit. Amicalement          Fred



nalou 18/02/2010 02:31


Bonsoir Fed
En voilà un sujet épineux je crois bien que le pain blanc est mangé, je n'ose penser au devenir de nos enfants ils ne sont vraiment pas chanceux, on va vers la rigeur les privations et droit de la
mettre en veilleuse ..... Comme tu l'as constaté je n'écris plus beaucoup sur le blog, il n'y a que des mauvaises nouvelles ça m'agace j'en ai ras le bol de raler ça sert à rien, je fais quand mm
quelques billets mais plus sur l'humour et la moquerie j'aime mieux le prendre comme cela.
Bises Nalou


Fred de Roux 18/02/2010 19:59



Bonsoir Nalou,

Si le pain blanc est mangé, il reste donc le pain noir. Nettement moins savoureux que le premier. La retraite fait partie de ce pain blanc et nous ne transmettrons pas son moëlleux à nos enfants,
ainsi en a-t-il été décidé par la société dans laquelle nous vivons. Je crois qu'on en revient au 19ème où les acquis sociaux n'existaient même pas en germe. Vie de labeur, plus de ooisirs,
l'esclavage restitué à ses meilleurs jours... Bref, une kyrielle de choses au goût amer.
Certes, ce n'est pas encourageant et râler ne fait pas avancer. Pourtant, c'est bien parce qu'on râle que les choses changeront. Si nous acceptons en courbant l'échine que le système lamine les
avancées obtenues au cours du 20ème siècle, c'est certain : nos enfants n'auront plus rien. C'est vrai que toujours râler, ça fatigue et qu'on finit par ne plus y croire. Et pourtant, tant que
nous saurons rester debout, il y aura de l'espoir. Se taire, c'est accepter. Alors gardons la tête haute et résistons à la destruction programmée d'une société qui a été nôtre et que nous voulons
également pour nos enfants et les enfants de nos enfants.
Si tu préfères l'humour pour t'exprimer, surtout fais-le : chacun exprime comme il le sent ce qu'il vit. Et la dérision, le sarcasme sont des modes d'expression qui valent autant que les
protestations, les cris ou les gémissements. Et puis, d'une manière générale, le rire fait du bien. Alors songe à nous faire rire, nous en avons tous besoin.

Passe une bonne soirée. Amicalement             Fred



Tibicine 17/02/2010 22:33


Salut Fred, ça fait longtemps que je ne suis pas venue te lire....ah la retraite...Nous sommes, nous les quadras, les générations sacrifiées et je redoute fortement pour nos enfants...On a plutôt
intérêt à les booster pour qu'ils gagent bien leur vie et capitalise dès qu'ils rentrent dans le monde du travail...J'entends souvent le mot 'espoir' dans la bouche des politiques, mais en même
temps, la retraite, y longtemps qu'on en parle, Rocard en parlait autrefois, il y 20 ans...Je crois qu'on est amnésique en France...En outre, plusieurs remaniements ministériels n'ont pas aidé dans
l'avancement de nos dossiers...Nous payons le prix aujourd'hui de l'irresponsabilité du pouvoir politique...Enfin, sommes-nous capables en France d'entendre la vérité? Je n'en suis pas sûre....@
bientôt, Tibicine


Fred de Roux 18/02/2010 01:21


Bonsoir Tibicine,


Quel avenir attend ceux qui ont 20 ans aujourd'hui ? L'horizon est bouché, la crise n'a fait qu'enfoncer le clou. Et ave le chômage qui ne cesse d'augmenter, qui pourrait encore croire que le
ciel se dégage et que la croissance va revenir ? Il n'y a guère que les politiques pour encore seriner que l'on va s'en sortir.
La retraite de pépé, c'est fini. La réforme est sans doute nécessaire, mais il est encore plus nécessaire de créer des emplois. Or, on ne parle plus que de services. En clair, il n'y a plus de
tissu industriel et les délocalisations en cours n'arrangent rien. Bientôt les salaires seront encore plus misérables et ça commence déjà : allez travailler en Hongrie, en Pologne (450 euros par
mois) dit-on à des salariés parce que le patron retire ses billes de France.
Tu as raison, la retraite est servie à chaque gouvernement. Et cela fait longtemps qu'elle est remise en question (là, on peut dire merci à l'ultra-libéralisme). Quant aux politiques qui se sont
succédés, ils ne sont jamais allés au fond des choses, ont reculé face à la grogne.
La France n'est pas prête à entendre les vérités. C'est ce qu'on appelle le syndrôme franco-français. Le volontarisme affiché par le gouvernement actuel n'est en fait que l'expression de son
impuissance. Et là encore, c'est le système libéral à outrance qui en est responsable. Tant qu'on ne le remettra pas en cause, rien ne pourra s'arranger. C'est une fuite en avant périlleuse. Et
ce sont les générations à venir qui en feront les frais.
Si les états ne s'accordent pas pour réguler la finance, brider les excès des banques, la dégradation ne peut que s'accentuer. Ils ont laissé venir la crise alors qu'ils avaient les informations
pour la stopper. La chance de la France a été que la crise éclate avant qu'on n'instaure les subprimes. Le modèle américain a été le moteur des égarements en tous genres. On aura au moins évité
celui-là. As-tu remarqué qu'on a enterré la maison à 15 euros par jour (était-ce bien cette somme ?) lancée par C Boutin ? Tout s'est enchaîné très vite, tout le monde a été dépassé, mais en
France on a cocoricoté comme toujours et aujourd'hui le pays est de plus en plus exsangue. Il n'y a plus de tissu industriel, on ne parle plus que de services... Si ce n'est pas la misère à poil,
c'est quoi alors ? Les diplômes ne valent rien quand on est en crise et celle-là est majeure. Pour moi, les politiques sont des inconscients qui ne savent pas expliquer avec fermeté et modération
que l'heure est grave et que les miracles n'existent pas. A part suivre la politique de l'UE, que proposent-ils ? Et comme ce sont eux qui font cette politique, comment les français
pourraient-ils comprendre que les engagements pris hier, aujourd'hui nous livrent pieds et poings liés à la conjoncture ?
Le système est vraiment à revoir dans son intégralité et pas seulement chez nous. Y aura-t-il un sursaut qui peermettra de rétrograder vers une économie moins astreinte à la finance ? Les banques
ont pris trop de risques sans être contrôlées. Pas étonnant qu'en laissant leur la bride sur le cou on en soit là. Un peu de rigueur devrait sourdre des réflexions économiques et montrer qu'il
faut revoir la copie du modèle économique. Mais les politiques ont-ils seulement conscience qu'ils mènent les contribuables à leur perte et eux avec eux ? Si c'est le cas (et j'en doute), ils
cachent bien leur jeu.
Il y aurait beaucoup à dire, mais il se fait tard et demain je me lève tôt.
Amicalement                  Fred



La Bernache 17/02/2010 12:13


Oh tu sais , avec une armée de godillots ya pas besoin de long temps !  Juste celui nécessaire à quelques minauderies , histoire de faire croire que le Peuple est défendu ...


Fred de Roux 17/02/2010 16:15



Hello Blanche,

Même pas besoin d'une armée de godillots : l'introduction de la possibilité d'allongement des cotisations ou du recul de l'âge de la retraite ne sont donc pas contestables parce que tout à fait
dans la droite ligne de la constitution. Ca nous fait une belle jambe de voir sauter tous les verrous les uns après les autres. Foin des acquis chèrement défendus par le conseil de la résistance
et mis en place peu à peu. Puisque notre constitution autorise tout, à quoi bon en avoir une ? Elle n'est même pas capable de nous défendre puisqu'elle ne nous protège même pas. Il ne nous reste
plus guère que de vagues souvenirs de temps pas si anciens que ça pour rêver encore un peu et surtout regretter la fin d'une société généreuse et altruiste. Tout cela était absurde puisque rien
ne semble désormais interdit.
Qu'en sera-t-il pour les générations qui nous suivent ? Certainement pas la joie au quotidien.



philippe 17/02/2010 05:47


Fred bonjour,
La vie eest de plus en plus chère, puis que la vie coute d'avantage qu'il y a plusieurs années et les salaires n'augmentent pas très rapidement... On va donc devoir quoi qu'il en soit travailler
plus longtemps, non pas simplement pour gagner plus, mais pour ne pas perdre trop... car il faudra augmenter le nombre de trimestre pour payer une retraite pleine... Quand on ne veut pas remplacer
un fonctionnaire sur deux .... il ne faut pas s'etonner non plus que le problème des retraites va être aggravé, puis ce que ces salariés ne cotiseront plus. J'imagine le terrassier travailler
jusque 70 ans pour essayer de survivre ....


Fred de Roux 17/02/2010 11:48



Bonjour Philippe,

Depuis la disparition du franc, tout augmente trop rapidement. Et sans compensation salariale digne de ce nom. C'est vrai que, d'une certaine manière, les crises précédentes l'ont démontré,
augmenter sensiblement le pouvoir d'achat ne fera pas sortir de la crise : l'augmentation du coût de la vie dépend surtout du coût des salaires. C'est donc une spirale infernale. Et c'est là où
il faut admettre, même si ça ne fait pas plaisir et qu'on grince des dents, que le gouvernement n'a pas tort d'agir ainsi qu'il le fait. Ceci une fois admis, il reste que l'euro aurait dû être
encadré afin d'éviter les dérives qui se poursuivent aujourd'hui sans aucune intervention étatique, ce qui est absolument aberrant au vu des difficultés rencontrées par les plus faibles. Ce ne
sont pas les mesures type RSA qui permettront à ces gens-là de s'en sortir dans la dignité. Personne ne mérite d'être laissé pour compte. Or, c'est bien ce qu'il se passe présentement et ils sont
de plus en plus nombreux. D'où une crispation sociale de plus en plus forte, chacun défendant son bifteck.

La crise est bien plus profonde qu'on ne l'admet officiellement et plus durable qu'avouée, parce qu'il s'agit d'une crise mondiale, et surtout d'une crise de société. Une société où l'argent est
roi et qui ne compte que sur une croissance exponentielle se leurre et mène tout le monde dans le mur. Ce qu'il faut changer, ce sont les concepts financiers qui ne devraient n'être qu'un moyen
et qui, hélas, sont une fin en soi. Tant que les gouvernements refuseront de prendre les mesures qui s'imposent, la crise perdurera et engendrera la discrimination, le chômage, l'exclusion, la
paupérisation de la masse salariale et surtout l'enrichissement sans cause de quelques uns qui oublient un peu trop facilement que la vie c'est naître, vivre et mourir, et donc qu'entasser des
milliards ne les empêchera surtout pas de finir au trou comme tout le monde. Leur enterrement sera de première classe, certes, mais ce sera quand même la mort au bout du chemin.
Il va falloir nous armer de patience et malheureusement accepter bon gré mal gré de voir nos vies tronquées financièrement. Le pire sera de dépendre de nos enfants pour survivre. Ca va être
dur.




Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche