Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 09:24


La crise aidant, on voit fleurir des annonces pour le moins curieuses. Comme celle que je vous indique sur le blog de Philippe

Le salaire minimum n'est même pas respecté. Je me demande si un bac +5 (niveau Master) tombera dans le piège tendu par Warner Bros, NBC... Car enfin, quand on s'est tapé le luxe de cinq années d'études, ce n'est pas pour accepter un boulot à 750 euros. Fut-ce un premier poste.

Certains diront, qu'après tout, il ne faut pas faire la fine bouche et que c'est bon à prendre, que, lorsque l'on veut vraiment travailler, on prend tout et n'importe quoi. Bon, je veux bien l'admettre, mais tout de même il faudrait peut-être pousser un peu plus loin la réflexion. Pourquoi  dans ces conditions, inciter quelque 80% de la jeunesse à obtenir le bac et intégrer le supérieur si c'est pour la rabaisser à un salaire indécent ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article

commentaires

kinou31-36 25/08/2009 15:18

Si j'ai bien lu, il s'agit d'un stage. Et, c'est là que le bât blesse car il me semble que les stages ne sont pas rémunérés. Donc, on pourrait presque dire que le futur employé est bien chanceux d'être payé.  lol !!!

Fred de Roux 25/08/2009 18:29



Du côté des stages, ça a bien changé : l'employeur-tuteur doit payer l'apprenti (ou le stagiaire) s'il fait trois mois consécutifs. C'est déjà nettement mieux qu'avant.
Je persiste cependant à dire que payer, même un stage, à bac + 5, à la hauteur de 750 euiros, c'est honteux. C'est du mépris à l'état pur.
Je vais proposer au ministre de l'E.N. de remettre à l'honneur le certificat d'études (au moins, les élèves sortaient avec un vrai diplôme, lisaient parfaitement, écrivaient un excellent français
et savaient mieux que personne calculer. A quoi bon faire des études si c'est pour être rémunéré aussi peu ?



Fleche 23/08/2009 08:22

Il y a déjà un moment que cette orientation est prise : la baisse des salaires pour les jeunes diplômés.C'est révoltant mais c'est un état de faits.Maintenant, les jeunes sont pris en otage ou dans un choix qui n'en est pas un : travailler beaucoup pour gagner très peu ou pointer au chômage.Pour un futur employeur, le travail est toujours à favoriser mais la rémunération reste indigne.

Fred de Roux 23/08/2009 13:41



On est tous d'accord pour dire qu'à travail égal, salaire égal, qu'il faut un minimum, mais ce n'est pas pour cela que c'est encore une réalité. Les sous-embauches sont à craindre car il semble
qu'elles doivent servir de modus vivendi dans tous les secteurs. C'est cela le libéralisme tout crin, tous poils : faire des bénéfices au moindre coût, donc sur les salaires. C'est cela également
la délocalisation : ailleurs, la main d'oeuvre est nettement moins onéreuse.
A qui profite le crime ?



Lucien Aymard 22/08/2009 23:41

Il n'y a plus qu'à prendre exemple sur les pilotes auto débutants qui doivent payer pour avoir un volant en compétition. Il faudrait leur cramer leurs décors.

Fred de Roux 23/08/2009 13:30



Ouh, quel extrémisme... ! Malheureusement il reflète une pensée de plus en plus commune à de nombreuses personnes qui aimeraient bien voir le monde opter pour quelque chose de plus humain. Tout
simplement.



Tibicine 22/08/2009 19:52

Carrément d'accord avec tes propos! D'ailleurs, ça n'est pas pour rien que le gouvernement s'est précipité pour mettre en place l'auto-entrepreneur ; ça fait des chômeurs dissimulés, et ça donne du relief à la citation de Ponce Pilate : Je m'en lave les mains!Les périodes de crise révèlent ce qu'il y a dans la tête des hommes, et c'est valable pour l'aspect plus privé, c'est pas brillant!Salut, Tibi

Fred de Roux 22/08/2009 21:17


Bonsoir Tibi,

Merci d'être en accord avec la thèse que je soutiens. Ca fait du bien de constater qu'on n'est pas seul à penser de la même manière. Il faut dire que la réflexion n'est pas du goût de tout le monde
et que tenter d'y voir clair requiert assez de recul pour ne pas se laisser avoir par la communication officielle.
Je me damnde où l'on va ainsi, puisque tout se délite au prétexte des réformes à mettre en place. C'est la négation totale et honteuse des combats menés hier par nos prédécesseurs. Je ne comprends
pas ni ne veux admettre qu'il faille démonter pièce par pièce tout l'édifice il y a quelque soixante ans. Ce n'est pas en saccageant les acquis sociaux que notre pays se relèvera. Que faut-il donc
faire pour que les gouvernants le comprennent ?


sixtine 22/08/2009 16:57

Bonjour, Fred, Il n'y a pas à dire, tout fout le camp... Que va-t-il nous rester à part nos yeux pour pleurer ?Amitiés.

Fred de Roux 22/08/2009 19:11


Bonjour Sixtine,

L'espoir, il reste toujours l'espoir. Un jour tout cela bougera, car on ne peut indéfiniment accepter d'être écrasé et méprisé.
Il faut seulement encore un peu de patience...


mocekx 22/08/2009 12:56

les prédaturs sont de retour les investissements en boursent se multiplient et le cash diminue et avec lui le salaire

Fred de Roux 22/08/2009 14:09



Bonjour oceks,

Autrement dit, la spirale qui s'était essoufflée est repartie de plus belle. Ca promet...



Tibicine 22/08/2009 11:18

Bonjour Fred. Non mais on peut encore aller plus loin! Qu'on décourage les jeunes de pousser les études pour avoir un salaire de misère ; ça c'est clair! Mais encore plus vicieux, on encourage les entreprises à se déresponsabiliser vis à vis de l'emploi, et c'est l'Etat qui finit par prendre en charge tous ces gens qui se retrouvent au chômage! Entre avoir 750E en bossant et la même au chômage, euh, pour certains, le choix est fait, non? Pourquoi aller bosser? Je rigole encore du discours de Sarko qui disait vouloir redorer la 'valeur travail"...euh, là, c'est raté!!! bien à toi, Tibi

Fred de Roux 22/08/2009 12:10


Bonjour Tibi,

Effectivement, c'est raté la revalorisation de la valeur travail...

Perso, je crois que je préfèrerais disposer de 750 euros en allant bosser que de les obtenir en pointant au chômdu. Question de probité intellectuelle. De mon point de vue, il faut déjà avoir en
germe la mentalité d'assisté pour accepter une telle humiliation.
Que les entreprises sautent sur l'ocasion de la crise pour adopter un comportement d'esclavagiste, c'est avéré malheureusement (souviens-toi de cette entreprise qui délocalisait en Inde pour un
salaire de 65 euros...)
Quelle étrange époque où l'on brade tout sans complexe, de manière irrespctueuse ! Qu'en pensent ceux qui se sont battus après la seconde guerre mondiale pour que les acquis sociaux soient de réels
acquis ? L'époque est grave et honteuse.

Bonne journée et à bientôt       Fred


Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche