Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 18:20
Voilà ce qui se dit aujourd'hui dans les médias. Et les chiffres sont là pour confirmer que la mobilisation n'a pas été celle des grèves nationales précédentes. Lassitude ? Dégoût ? Indifférence ? Allez savoir !
Reconnaissons que les appels des syndicats nationaux n'ont pas été relayés par les syndicats locaux. Et puis surtout, ces grèves échelonnées finissent pas ne plus emporter l'adhésion de la masse salariale. Pourtant, il y en a des métiers qui protestent (pensez aux producteurs de lait par exemple), des usines sont menacées de fermeture, des entreprises annoncent de nouveaux licenciements, tous les ingrédients sont là pour un grand rassemblement. Sauf que la technique syndicale ne fait plus recette. Et c'est normal car, enfin, il faut bien l'admettre, une grève générale sur plusieurs jours serait suivie, mais là, on éparpille au lieu de rassembler. Chacun défend son pré carré et au lieu de brouter ensemble l'herbe de la protestation, on se contente de son champ personnel. Comment, dans ces conditions, faire pression sur le roi ? Il doit bien rire derrière les hauts murs de son palais à voir la valetaille s'agiter en ordre dispersé. Cette dispersion des mécontentements l'arrange bien. Il sait ainsi qu'il ne risque rien.
Si jamais il prenait l'envie aux syndicats de créer un grand mouvement de protestation, un grand rassemblement de toutes les corporations, un melting-pot des mécontentements différents, là il aurait peur. Et il aurait peur car ce serait la révolution.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans actu
commenter cet article

commentaires

Terpsy 26/05/2009 19:53

Bonjour Fred...Te voilà à nouveau parmi nous...:-)Hélas , les syndicats ont perdu toute crédibilité et ça , c'est pas dû à Sarko...on ne peut pas le lui reprocher... les salariés sont fatigués , presque à bout de souffle...ils courbent la tête....:-(

Fred de Roux 27/05/2009 00:29



La responsabilité en revient entièrement aux syndicats eux-mêmes qui ont préféré composer avec les gouvernements successifs plutôt que d'écouter la rue. Ils ont joué les tampons pour éviter que
la mayonnaise prenne un peu trop vite. A trop atermoyer et à reporter ils ont perdu toute crédibilité. pas étonnant qu'il y ait aussi peu de salariés syndiqués. Ils l'ont bien cherché.



Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche