Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 12:22
Le terme "violence" est sur toutes les lèvres. A cause des salariés qui retiennent contre leur gré leurs dirigeants. Tollé généralisé dans les rangs du patronat et de la cour royale.  Il va de soi que le roi va aller bon train pour légiférer contre cette nouvelle manière de tenter d'ouvrir des négociations. Car enfin, n'est-ce pas là de la violence que ces retenues dans les locaux des entreprises ?

Bizarrement, aucun de ces beaux messieurs ne réfléchit à la première des violences exercée à l'encontre des salariés. C'est pourtant bien de cela dont il s'agit. En effet, force est de mettre sur le tapis la totalité d'un problème si l'on veut vraiment le résoudre.
Oui, la première des violences, c'est le mépris total dans lequel sont tenus ceux qui travaillent en entreprise (même dans l'administration, ça existe). Si le respect existait, ça se saurait. Mais franchement, à voir les fermetures successives organisées grâce à cette bienheureuse crise, les licenciements parce qu'on délocalise, les salaires excessifs des grands patrons (ils s'en tirent avec une pirouette dans le sens de leur portefeuille), les bénéfices empochés qu'on réinvestit ailleurs pour complaire aux actionnaires, on devine aisément que les salariés sont interchangeables et que si ce ne sont pas eux qui enrichissent l'entreprise, il y en a pléthore d'autres sur le carreau qui leur succèderont (des pays sont plus accueillants que le royaume au regard des salaires octroyés aux employés).

Nous sommes dans une société de mouchoir jetable : on prend, on se mouche et on jette sans plus de procès. Alors qu'on ne vienne pas dire sur un ton outré que la violence est du côté des salariés ,réduits aux dernières extrémités par l'égoïsme patronal, qui s'adonnent aux kidnappings temporaires. On oublie un peu trop que, même sequestrés dans leurs bureaux, ces dirigeant sont bien traités. La violence n'est qu'apparente parce que les salariés sont d'honnêtes gens. En revanche ce qui est vraiment violent, ce sont les réactions qui se déchaînent pour dénoncer cette nouvelle forme de pression et de négociation.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred de Roux - dans critique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche