Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 18:56

Je ne suis pas une vache à traire.

 

Je m’énerve. Il y a de quoi. Voilà six mois que je n’ai plus de connexion et ce n’est pas la peine que je m’escrime : mon fournisseur d’accès s’en fiche. Je résilie mon contrat car il ne respecte pas ses obligations de résultat. Le courrier est prêt, il suffit que je le poste en recommandé. Ca va chauffer. Je sens qu’il va me poursuivre, mais zut, puisqu’il est incapable de pourvoir à ma demande répétée d’un changement de modem, tant pis pour lui !

Je m’énerve. J’aurais dû le faire plus rapidement. Je ne suis pas naïve, mais seulement compréhensive : je ne suis pas la seule cliente et il est normal qu’il y ait du retard. Pas six mois tout de même.

Que dire de l’insolence des soi-disant techniciens que j’ai au bout du fil (quand j’y parviens, évidemment) qui me trimbalent, me promettent une livraison sous 8 jours…. Déplacés sans doute parce que payés avec un lance-pierre (la mode est à la délocalisation et à l’étranger, c’est connu, la main d’œuvre est moins chère qu’en France). Ils ont dû apprendre par cœur les questions et les réponses car ils débitent tout sur un ton monocorde comme une leçon sur le bout des doigts, ponctuation en moins. Sans état d’âme. Les ordres sont stricts : ils ne savent rien et doivent mentir, affirmer que le modem est en cours de traitement, donnent l’adresse où courir récupérer le précieux engin qui me reconnectera au reste du monde.

Je m’énerve. Pour rien. Je suis devenue lente,  au milieu des problèmes à juguler au quotidien. Je me berne toute seule, avec une naïveté qui frise le ridicule. Ils ont bien raison de m’ignorer puisque je ne les relance pas souvent. A quoi bon ? Les frais qu’ils empochent, ils les glanent sans complexe puisque les clients sont des pigeons à plumer. Tant qu’ils ne disent rien… tant qu’ils n’engagent pas de procédure….

Je m’énerve et je me fâche. Cette fois, ma décision est prise. J’ai trop tardé ? Oui et non. Je leur laissais le bénéfice du doute. Mais à force d’entendre toujours le même discours bien rôdé, à force de constater le silence radio au long des semaines, l’absence de SMS sur le portable ou de message dans ma messagerie, mon contentieux augmente et la colère se fait jour. Je ne supporte plus cette incurie, ce manque d’honnêteté, cet affront perpétuel qui est de me considérer comme une crétine qu’on plume chaque mois. Je me fâche, mais j’hésite encore. Il faut expédier cette lettre, en faire copie pour Que Choisir et le tribunal. Il faut alerter qui de droit et exiger des intérêts pour contrat rompu unilatéralement. Je demande réparation, non plus du modem mais du stress généré par ce problème, pour les tracas induits sur les études de mes enfants, pour le concours et la parution qui n’a pas eu lieu, pour la dotation qu’il a fallu utiliser autrement pour ne pas en perdre le bénéfice…. Pour une foule de choses indescriptibles qui m’empoisonnent le quotidien et me font hurler en silence. Je suis fatiguée d’être grugée, manipulée, spoliée. J’en ai assez, ma patience est à bout, je craque.

Je suis une vache à traire : c’est dit. Je suis très fâchée.. Plus question de me laisser traire tous les mois. Je ne suis pas une banque.

Je suis une vache à traire : tout augmente, sauf mon salaire. Ras le bol de ces excès, de ces factures qui échouent sur mon compte qui est tout aussitôt débité. Je ne suis pas riche mais je le deviens peu à peu. Tout est grignoté et plus tard, quand la retraite aura sonné son glas fatidique, je serai à la remorque. Une sacrée calotte à mon indépendance.

Partager cet article

Repost 0
Published by fred de roux - dans phénomène de société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche